Navigation – Plan du site

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-7

Texte intégral

1Il est banal de déplorer le silence des intellectuels ou de se complaire dans l’image d’une crise qui les atteindrait en profondeur. Les sciences humaines et sociales françaises n’échapperaient pas à cette tendance, avec de surcroît, parfois exprimée, l’hypothèse d’un déclin par rapport à ce qu’elles pouvaient représenter à l’échelle de la planète il y a encore moins d’un demi-siècle.

2Socio a choisi, d’emblée, de relever le défi d’une relance (un reset) en participant au débat d’idées général tout en s’appuyant sur ces disciplines au meilleur niveau, international et pluridisciplinaire.

3Les transformations, pour les sciences humaines et sociales, sont massives. Elles ne ressemblent plus beaucoup à ce qu’elles étaient quand régnaient diverses variantes du structuralisme ou que le marxisme, triomphant, donnait si souvent le ton. Ainsi, et il n’y a là que quelques aspects de leur mutation en cours, elles apprennent à « penser global », ce sur quoi nous avons insisté dans le numéro 1 de Socio. Elles sont saisies par le mouvement général de judiciarisation qui atteint tous les domaines de notre existence, ce dont le numéro 3 de Socio a rendu compte, sous la forme d’un dossier devenu déjà une référence mondiale.

4Pour ce quatrième numéro, nous invitons nos lecteurs à nous suivre dans un univers autre, celui du numérique. La question pour les sciences humaines et sociales n’est pas ici de savoir ce qui l’emporte, du « qualitatif » ou du « quantitatif », du « micro » ou du « macro », comme dans bien des vieux débats. Elle est quasi existentielle. Avec le numérique, en effet, tout change pour elles, et en profondeur : les objets, les paradigmes, les catégories, le vocabulaire, les modes d’approche, les institutions, l’organisation de la production et de la diffusion des connaissances. Et le changement vient largement du dehors, des marques, du marché, de l’économie, des sciences exactes ou de la nature, de la technologie, exerçant une influence parfois brutale sur les façons de faire plus traditionnelles.

5L’avenir des sciences humaines et sociales est en jeu, au point qu’il ne faut pas exclure leur subordination à de nouveaux pouvoirs dotés de machines, d’algorithmes, de plates-formes, de réseaux et de spécialistes en mathématiques ou en informatique qui sauront peut-être se passer d’elles. Au profit aussi d'acteurs politiques, économiques, technobureaucratiques, ou au carrefour de leurs aires d’influence et d’action.

6Il faut donc entrer dans le dossier, dirigé par Dana Diminescu, que ce numéro consacre au tournant numérique avec la plus vive conscience que les enjeux sont considérables pour les disciplines que notre revue incarne, mais aussi bien au-delà, pour nos conceptions de la démocratie, du vivre ensemble et des savoirs qui vont de pair. La vigilance bien informée ne doit pas être confondue avec l’alarmisme ; elle est indispensable si nous ne souhaitons pas nous enfermer dans l’inconscience et l’ignorance des puissantes transformations à l’œuvre dans le monde d’aujourd’hui, y compris dans la production des connaissances.

7La disparition d’Ulrich Beck nous a encouragés en guise d’hommage à publier immédiatement un entretien avec lui que nous réservions initialement au numéro 5 de la revue, ce qui nous a conduit à reporter à ce même numéro 5 la seconde partie de la rencontre où Gary Becker, le prix Nobel d’économie disparu en 2014, débat avec Bernard Harcourt et François Ewald, porte-parole tout en nuance et en finesse de la pensée de Michel Foucault, dont il fut l’assistant au Collège de France.

8Enfin, un élément qui n’est mineur qu’en apparence mérite de retenir notre attention dans l’article que consacre Natan Sznaider à la pensée d’Hannah Arendt. L’auteur lui-même s’en explique à notre demande en note de bas de page : il n’a pas utilisé d’autres sources que celles disponibles en langue anglaise, pas même à propos du séjour de plusieurs années d’Hannah Arendt en France, de façon « à préserver un point de vue externe ». Quand nous avons reçu son texte, transmis à deux lecteurs qui l’ont trouvé excellent, nous avons été comme eux étonnés : il n’y fait aucune allusion aux écrits en langue française qui abordent eux aussi les thèmes envisagés dans cet article, notamment la conception développée par Arendt des rapports entre judéité et universalisme, ou qui rendent compte de ce qui s’est joué, intellectuellement, pour la philosophe lors des années 1933 à 1941 qu’elle a passées en France. Nous le lui avons dit, et alors qu’il faisait son miel de toutes les autres suggestions qui lui étaient faites, il n’a pu donner suite à cette remarque, si ce n’est la note de bas de page mentionnée.

9Son article se tient, les spécialistes nous l’ont confirmé, et nous avons respecté son attitude liée donc au fait qu’il ne maîtrise pas notre langue. Et c’est sur ce point qu’il faut faire un pas de plus.

10J’évoque plus haut l’hypothèse d’un déclin au moins relatif de la vie intellectuelle française : on peut la contester. Mais une chose est certaine : la langue anglaise jouit d’un tel monopole aujourd’hui qu’il peut dans un univers anglophone ne plus apparaître choquant, ou incongru, que l’on se passe des écrits en d’autres langues pour produire des connaissances conformes aux règles de la rigueur scientifique. Ce qui est vrai dans les sciences exactes ou de la nature le devient pour les sciences humaines et sociales, au point donc qu’il est possible de traiter d’une figure aussi importante qu'Hannah Arendt qui a suscité de nombreux écrits en français, sans avoir à prendre en compte ce qui a pu en être dit dans cette langue, et qui n’aurait pas été traduit. Sznaider est un chercheur délicieux, profondément honnête intellectuellement, et il n’est pas en cause personnellement. Mais avec cet exemple, ce grain de sable qui nous a conduits à nous positionner en parfait révélateur de certains des enjeux qui animent notre revue, nous voyons comment une hégémonie linguistique débouche sur un ethnocentrisme intellectuel qui dessine une forme paradoxale de provincialisme : celui qui résulte d’une domination s’exerçant à l’échelle planétaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 4 | 2015, 5-7.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 19 mai 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://socio.revues.org/922

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2009 l’administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010). Il mène ses recherches dans le cadre du CADIS qu’il a dirigé de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013 ; Evil, Londres, Polity Press, 2012 ; Pour la prochaine gauche, Paris, Robert Laffont, 2011 ; Retour au sens, Paris, Robert Laffont, 2015.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org