Navigation – Plan du site
Varia

La marge au centre

Sur les réseaux, la cocaïne et le crime transnational à Bissau
Central Marginality. On networks, cocaine and transnational crime in Bissau
Henrik E. Vigh
p. 289-313

Résumés

Cet article étudie la récente prolifération du trafic de cocaïne à l’intérieur de – ou transitant par – la Guinée-Bissau, un petit pays d’Afrique de l’Ouest de la Haute-Guinée. En se fondant sur une étude ethnographique des réseaux de jeunes et des réseaux patrimoniaux à Bissau, la capitale du pays, cet article élucide les interactions existant entre les formations locales de pouvoir et les réseaux criminels internationaux. Il clarifie la manière dont Bissau s’est développée en une plateforme de transbordement pour la contrebande de cocaïne, permettant son acheminement depuis l’Amérique du Sud jusqu’en Europe, et montre comment les réseaux patrimoniaux locaux se sont ajustés au trafic de cocaïne, y voyant une formidable opportunité face à l’absence de perspective de développement économique. Cet article montre par conséquent la manière dont la Guinée-Bissau est passée du statut d’espace sordide de la marginalité géopolitique à celui de noyau central de la circulation mondiale des drogues.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : de l’ombre à la lumière

1Pendant bien des années, la Guinée-Bissau s’est retrouvée hors de vue et absente des pensées de la communauté internationale. Ce pays de la Haute-Guinée, instable et appauvri, a constitué depuis son indépendance en 1973 l’exemple par excellence de ce que peut être un non-espace mondial : un lieu si marginal que ses catastrophes et ses désastres ne reçoivent quasiment aucune attention diplomatique, et ne font jamais les grands titres des informations internationales. Elle a bien été le lieu d’un certain nombre d’attractions dont se délecte pourtant l’infotainment, à savoir les guerres, les épidémies et les famines, mais l’histoire tragique et mouvementée de la Guinée-Bissau et de la ville de Bissau, la capitale du pays, reste à ce jour quasiment inconnue du grand public.

2Cela n’a en soi rien d’étonnant. Ne possédant ni ressources naturelles, ni intérêt géopolitique stratégique, ni participation aux flux économiques mondiaux, on ne voit pas très bien pourquoi cette ville marginale et périphérique serait au centre de l’attention internationale. En réalité, Bissau, capitale usée et délabrée, éloignée des projecteurs, n’est devenue un objet d’intérêt étranger que parce qu’elle représentait un lieu où se cacher, où échapper à l’attention trop soutenue des organismes internationaux chargés de l’application de la loi. La première fois que je suis venu à Bissau, au début des années 2000, juste après une très longue période de guerre, les quelques Brancos (les Blancs) et riches estrangieros (les étrangers) qui vivaient encore dans la ville dévastée par les bombes furent tous identifiés par mon assistant – qui connaissait bien le terrain – comme des criminels en fuite1, des fugitifs qui profitaient de l’hypermarginalité de la ville, et qui pouvaient vivre en sécurité et pour peu cher, loin des regards inquisiteurs. Cela paraissait logique. Cette ville, et tout le pays en général, est de nombreuses façons sous le radar de la communauté internationale. De plus, comme la Guinée-Bissau est extrêmement pauvre, il est particulièrement bon marché de s’acheter une certaine invisibilité mondiale, voire une véritable amnistie. Ce petit pays se démène pour payer ses fonctionnaires, et, quand par chance ces derniers le sont, leurs salaires ne sont tout simplement pas suffisants pour vivre décemment. Par conséquent, la corruption est devenue un système économique officieux mais extrêmement visible de l’appareil d’État, classé au plus haut sur l’indice mondial de la corruption. Les services gouvernementaux se font acheter fort facilement, et permettent aux individus de payer pour ne pas être inquiétés par les autorités et la police locale – ces dernières devenant aveugles2.

3Récemment, c’est précisément cette intersection de son insignifiance géopolitique, de son extrême pauvreté et de son statut périphérique qui a permis à la Guinée-Bissau de passer de l’obscurité mondiale à la lumière. Ces trois facteurs lui ont permis de devenir l’une des principales plaques tournantes du trafic de cocaïne allant de l’Amérique latine à l’Europe3. En seulement une décennie, la Guinée-Bissau est devenue un centre important pour les flux de drogues à travers les océans et les continents, et s’est retrouvée profondément impliquée dans les œuvres des réseaux criminels transnationaux. De nombreuses tonnes de cocaïne y ont été saisies depuis 20054 ; ce qui démontre avant tout le niveau de complicité des élites politiques du pays. En effet, la plus grande partie des substances saisies a disparu avant d’avoir été détruite, et, au lieu de combattre les cartels de la drogue, la police, l’armée de terre, la marine et l’armée de l’air semblent avoir davantage à cœur de restituer les cargaisons confisquées à leurs propriétaires « légitimes » (Ellis, 2009 : 191).

4Le récent développement du commerce de cocaïne dans et à travers la Guinée-Bissau est extraordinaire, et, du point de vue des sciences sociales, tout à fait fascinant. La marginalité du lieu, son manque d’importance politique et sa distance vis-à-vis des intérêts et des processus économiques mondiaux ont fait de la ville de Bissau le centre d’une économie illégale et informelle. Les défauts du pays sont devenus ses meilleurs atouts, et ce qui était une conséquence de son hypermarginalité – sa présence relativement invisible au sein de l’ordre du monde géopolitique – est devenu au contraire l’un des éléments essentiels de la constitution en cours de sa centralité. En tant que tel, le cas de la Guinée-Bissau peut nous aider à mettre au jour l’une des dimensions les plus puissantes, quoique relativement cachée, de la globalisation.

5Adoptant une approche « par en bas », cet article propose d’approfondir notre connaissance du développement spécifique du réseau de la cocaïne à Bissau, et, de là, d’apporter une interprétation plus générale de ce que j’appellerai la « marginalité centrale ». J’essaierai de montrer comment les formations locales qui se sont construites à partir de sa marginalité politique et économique ont rendu Bissau centrale pour une nouvelle circulation transnationale des individus et des biens, et, ainsi, d’élucider certaines des nouvelles façons dont les flux mondiaux relient entre eux des lieux de manière inédite. Plus spécifiquement, cet article entend mettre en lumière comment les réseaux patrimoniaux ont su voir dans le trafic de cocaïne une formidable opportunité face à l’absence de perspective de développement économique, et ont fait passer la Guinée-Bissau du statut d’espace sordide de la marginalité géopolitique à celui de noyau central de la circulation mondiale des drogues.

Rumeurs et réémergence

  • 5 Ce qui est peut-être également vrai de tout le reste de l’Afrique de l’Ouest. Selon Stephen Ellis, (...)

6En 2005, des rumeurs selon lesquelles de nouvelles opportunités de carrières étaient apparues commencèrent à circuler à Bissau. J’en entendais parler sporadiquement à l’époque, quand je faisais des recherches de terrain dans la ville. Avec un curieux mélange d’attente, d’hésitation et d’optimisme, les jeunes hommes avec qui je discutais m’expliquaient les possibilités que le tout nouveau président avait amenées avec lui, parmi lesquelles on comptait la cocaïne. Toutefois, les rumeurs de trafic de cocaïne étaient loin d’être nouvelles5. Depuis longtemps, il était établi – mais sans preuve – que l’ancien président, à l’époque nouvellement réélu, João Bernardo « Nino » Vieira était impliqué dans le trafic de cocaïne : l’une des nombreuses entorses à la justice auxquelles l’homi garandi, l’homme fort, devait sa fortune. Au début des années 2000, juste après la chute du premier régime de Vieira, au cours d’une visite aux îles Bijagos, au large des côtes de Bissau, on m’avait montré où vivaient les Brancos, qui servaient d’intermédiaires au trafic entre les trois continents. Mon informateur me montra où les avions atterrissaient, et où la drogue était embarquée. « L’avion atterrit ici, la came est apporté dans cette maison, rempaquetée et acheminée vers l’Europe sous la forme de marchandises circulant sur les voies navigables de Bissau. » J’appris alors qu’à l’origine, le circuit de la cocaïne avait été créé grâce au réseau du garde du corps libanais de l’ancien président Vieira, et qu’il était maintenant supposément sous le contrôle de Baciro Dabo, mort depuis, mais qui avait été chef de la sécurité nationale sous le règne de Vieira. Comme Vieira et son réseau venaient de perdre la guerre, il semblait peu dangereux d’affirmer publiquement ce qui, dans une autre situation, serait resté une simple rumeur : les vieux secrets de l’ancien président furent débattus sur la place publique, et on ne se cachait plus pour attribuer sa fortune au trafic de drogues aussi bien qu’au trafic d’armes.

7À l’époque, je ne m’intéressais guère plus à cette question : Bissau était alors dans un tel état d’effondrement et le pays dans une situation politique si désespérée qu’enquêter sur d’anciennes activités criminelles semblait de peu d’importance. Le pays sortait d’une intense période de guerre, qui avait détruit de nombreux quartiers de la capitale et laissé l’économie en ruine. Pire, la menace de guerre rôdait toujours. La crise économique et sociale était présente, palpable. Et, si les accusations de trafic de cocaïne étaient monnaie courante, les preuves, elles, l’étaient bien moins.

Narco-État

8Les rumeurs devaient toutefois se transformer en fait cinq ans plus tard, et d’une manière qu’il aurait été difficile d’imaginer auparavant. Non seulement l’ancien président Nino Vieira se révéla impliqué dans le trafic de cocaïne, mais également un grand nombre de hauts fonctionnaires, de politiciens de tout bord et de personnages publics. L’implication de l’État et de l’armée dans le trafic de cocaïne a récemment été rendue particulièrement patente avec l’arrestation de José Americo Bubo Na Tchuto, l’ancien chef de la marine, ainsi que de quatre autres citoyens de Guinée-Bissau, dont le neveu de l’ancien président Kumba Yala, le 2 avril 2013 par des agents du service de répression des stupéfiants des États-Unis à l’issue d’une opération d’infiltration menée à l’extérieur des eaux territoriales de Guinée-Bissau. L’arrestation de ces personnes très en vue déclencha une avalanche de commentaires dans les médias internationaux, tous ou presque soulignant l’absence de lois et l’explosion du trafic de cocaïne qui semblait caractériser la Guinée-Bissau. Le pays gagna alors un peu en visibilité, au point que les médias commencèrent à parler de la « côte de la Cocaïne », du « narco-État de l’Afrique de l’Ouest6 », de l’« Afghanistan de l’Afrique », et publièrent de gros titres inventifs comme « Out of Africa : les nouvelles mules de la cocaïne ».

9Toutefois, si l’ampleur actuelle du trafic de cocaïne est relativement nouvelle, les dynamiques et les réseaux politiques qui le soutiennent et le rendent possible – et sont directement responsables de la position dominante de la Guinée-Bissau dans ce secteur – ne le sont, eux, clairement pas. Les cartels de la drogue pilotent des dirigeants politiques et de puissants agents non gouvernementaux derrière l’existence purement nominale d’un État souverain (voir Vigh, 2006 a et 2006 b). Le pays est saturé de factions et de scissions politiques, créant ainsi un scénario national qui est une incitation à créer des marchés informels, et qui, en réalité, repose sur ces marchés. Le trafic de cocaïne n’est pas seulement une source de conflits à Bissau : il se fonde sur des dynamiques et des réseaux qui sont eux-mêmes apparus dans un contexte de conflits. Comme nous le verrons, l’histoire de la politique des factions, les dynamiques générationnelles et l’effondrement du pays, autant de facteurs à prendre en compte si l’on veut comprendre les conflits qui déchirent Bissau et la crise que le pays vit actuellement, sont également les cadres sans lesquels on ne peut expliquer l’explosion du trafic de cocaïne. Comme le prouve une approche historique, ces dynamiques ne sont pas nouvelles, loin de là. Le trafic actuel de cocaïne n’est possible que grâce à des personnes, des réseaux et des factions politiques clés qui ont pris le pouvoir il y a plus de quarante ans, pendant la guerre d’indépendance.

Conflit, pouvoir et réseaux patrimoniaux

  • 7 Cabral s’était, à l’origine, en 1954, associé à un parti indépendantiste, le MING, avec un autre gr (...)
  • 8 La Polícia Internacional e de Defesa do Estado.

10Après une guerre longue et brutale, la Guinée-Bissau proclama son indépendance en 1973. Grâce aux efforts du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), le pays entra dans le club mondial des États libres et souverains. Le personnage principal de la lutte pour l’indépendance, Amilcar Cabral, réussit à assurer au PAIGC un fort soutien populaire, alors que le parti indépendantiste pacifique et ouvrier s’était jusqu’ici contenté d’organiser des syndicats et des manifestations. Sous sa houlette, en 1961, le parti se transforma en parti révolutionnaire armé7. En 1963, il se lança dans une guerre de libération qui dura dix ans et affronta l’armée portugaise et le système colonial, s’établissant dans les zones rurales et forestières du pays. Le PAIGC combattait les Portugais sur deux fronts grâce à des tactiques de guérilla, en seulement six mois, et en 1965, il contrôlait la moitié du pays. Les guérilleros étaient très présents sur les fronts nord, sud et est, créant ainsi trois formations militaires relativement indépendantes mais toutes sous les ordres de Cabral. Ils parvinrent à acculer les Portugais dans les grandes villes et les estuaires de la côte, où ces derniers avaient veillé à consolider leurs intérêts dès les premiers jours de la conquête coloniale. Toutefois, même si le PAIGC fut à l’époque célébré comme une force unifiée et progressiste, aussi bien intellectuellement et socialement qu’en matière d’organisation, il semblerait que le parti ait en réalité été très divisé. Non seulement les factions qui combattaient sur les différents fronts se développèrent en réseaux possédant chacun leurs propres intérêts et leur propre vision de la Guinée-Bissau d’après-guerre, mais, vers la fin de la guerre, les Portugais parvinrent à assassiner Amilcar Cabral à Conakry, grâce aux efforts conjugués du FLING, de la police secrète du régime fasciste portugais (PIDE8) et de ses ennemis au sein du PAIGC.

11Un rapide survol de l’histoire du PAIGC pendant la guerre d’indépendance montre deux choses intéressantes. Tout d’abord, l’éclatement en factions n’a pas été « introduit » à l’intérieur de l’État de Guinée-Bissau, mais a officié à sa constitution même. Du point de vue même de sa reconnaissance par la communauté internationale en tant qu’État indépendant et souverain, le pays n’était pas considéré comme « unidimensionnel, formé autour d’un seul tronc générique, à l’instar d’un chêne majestueux dont les racines seraient profondément enfouies dans le sol de l’histoire », mais bien plutôt comme une « multiplicité de réseaux dont les branches souterraines liaient ensemble des points sinon fort éloignés de la société » (Bayart, 1993 : 220), chacune de ces branches – ou réseaux – définissant et protégeant son propre accès aux ressources et à l’autorité.

12Ensuite, il apparaît que ces réseaux qui se développèrent sur les divers fronts de la guerre possèdent un caractère transnational et une remarquable faculté d’adaptation. Le mouvement de libération s’était formé en opposition à un État reconnu par la communauté internationale, et avait ainsi, dès le début, été obligé de circuler et de faire du commerce de manière transnationale et illicite. Les réseaux et les connexions créés ne disparurent pas avec la libération et l’établissement d’un État bissau-guinéen souverain. Bien au contraire, la Guinée-Bissau d’après l’indépendance connaît une riche histoire de commerce frontalier et de contrebande, laquelle a joué un rôle important dans certains des événements les plus importants qu’a récemment connus le pays. La guerre de 1998 notamment peut être considérée à la lumière de ce commerce illégal et de cette économie souterraine qui ont enrichi les différents « patrons » de Bissau et leurs réseaux.

  • 9 Le 12 janvier 1998, pour être exact.
  • 10 La Casamance, la partie la plus au sud du Sénégal, à la frontière de la Gambie et de la Guinée-Biss (...)
  • 11 La présence de troupes du MFDC dans le camp de la junte militaire a été niée par la direction de ce (...)

13Le coup d’État de 1998 fut la conséquence de la démission du général Ansumané Mané de son poste de chef d’état-major, le 5 juin. Six mois avant le début de la guerre9, Mané avait été suspendu de ses fonctions, étant accusé de vendre des armes bissau-guinéennes au MFDC, le mouvement rebelle de Casamance, au Sénégal10. Le MFDC a entretenu des liens étroits avec la Guinée-Bissau pendant sa lutte indépendantiste, se servant de ses régions du nord, dominées par les Diolas et les Floups, pour envoyer les soldats trop fatigués se reposer un peu. Toutefois, avec l’entrée de la Guinée-Bissau dans l’Union monétaire ouest-africaine et, surtout, l’alignement progressif de la politique du président Vieira sur les intérêts de la Françafrique, qui favorisait le camp sénégalais dans le conflit en Casamance, le soutien que le pays apportait au MFDC via le trafic d’armes s’est trouvé de plus en plus formellement dénoncé. Grâce aux pressions exercées par le Sénégal et la France, ainsi qu’à une enquête parlementaire lancée le 27 février, le général Mané fut tenu pour seul responsable du trafic d’armes (Amnesty International, 1999 : 4). Relevant une fois de plus le caractère régional du conflit en Guinée-Bissau, il s’en fallut de peu que quatre armées différentes soient impliquées dans la guerre. L’armée de Guinée-Bissau se scinda en deux, la plus grande partie des soldats rejoignant le camp de Mané. Mais les quelques centaines d’hommes – principalement des officiers ou des membres de la garde présidentielle – qui prirent le parti du président reçurent l’aide d’un bataillon d’artillerie en provenance de Guinée-Conacry, fort de 500 hommes, et d’un commando sénégalais de 1 300 hommes, le tout en moins de deux jours. Même en évitant la question de la responsabilité réelle dans les ventes d’armes qui déclencha la guerre civile, il semble nécessaire de préciser que, pendant la guerre civile comme après, Ansumané Mané put toujours compter sur l’aide des guérilleros du MFDC, ce qui signifie que les relations qu’entretenaient ces deux camps étaient tout sauf mauvaises11. La junte militaire finit par renverser le président Nino Vieira lors d’un ultime assaut (« ultimo assalto »).

Des problèmes persistants

  • 12 La « fin » de la guerre civile est sujette à caution. Dix années d’incessants coups d’État, ou de t (...)

14Quand la guerre civile « s’acheva » à la fin de 199912, on put prendre la mesure des ravages que deux années de combat avaient faits sur l’économie. La Guinée-Bissau avait déjà connu juste avant la guerre un déclin rapide de ses aides au développement, qui passèrent de 180 millions de dollars US en 1996 à 124 millions en 1997. Pendant la guerre, cette aide fut réduite à 96 millions en 1998 et à seulement 52 millions en 1999 (Einarsdóttir, 2007 : 102). Une coupe des deux tiers en trois ans est drastique quelles que soient les circonstances, mais les effets terribles furent ici aggravés par le fait que l’aide au développement représentait alors 80 % du budget de l’État. La situation économique s’aggrava encore quand, en 2000, la principale exportation agricole du pays – les noix de cajou – vit ses prix internationaux baisser de 50 %. Voyant les flux financiers se tarir, les factions politiques qui avaient gagné le contrôle des institutions étatiques en récompense du sacrifice de leur jeunesse sur les champs de bataille se mirent en quête d’autres sources de revenu. Comme ces factions n’étaient plus capables de se servir des institutions pour s’approvisionner en ressources sous la forme de taxes, de dessous de tables et d’aides au développement, la quête de nouveaux revenus se fit aussi générale qu’acharnée.

15De la fin de la guerre civile en 1999 à 2005, cette situation économique désastreuse entraîna une terrible instabilité, alimentée en permanence par les luttes entre factions. « Les choses vont de mal en pis », mal a pior, disait-on : le niveau de vie des Bissau-Guinéens déclina de façon visible, entraînant une période d’intense stress politique et social : la Guinée-Bissau connut un coup d’État et une mutinerie militaire, ainsi qu’une montée en flèche des fusillades.

Promettre la paix, recommencer la guerre

16Toutefois, ces sombres perspectives et le sentiment généralisé d’abattement donnaient l’impression d’avoir disparu quand je retournai à Bissau pendant la campagne électorale démocratique de 2005. Quelque chose avait changé quand l’ancien président destitué, Nino Vieira, accéda à la présidence une nouvelle fois cette année-là. Le fait même qu’il ait réussi à remettre un pied en Guinée-Bissau était en soi surprenant, le pays étant à l’époque intégralement contrôlé par ses vieux ennemis de la junte militaire. La rumeur courait selon laquelle les deux partis avaient trouvé un accord, et Vieira en retournant au pouvoir veillerait à leurs intérêts communs. Il avait bien dû promettre quelque chose en échange de son amnistie, mais ce qu’il pouvait avoir à offrir restait mystérieux. Au moment où il s’apprêtait à atterrir à Bissau, à côté du stade de la ville, à bord d’un avion de l’armée de l’air de Guinée-Conakry, je me trouvai au milieu d’une foule de milliers de personnes qui s’étaient réunies avec enthousiasme pour l’accueillir. Bissau bruissait de discussions tendues à propos de ce qu’il pourrait bien se passer après, de qui réagirait à son arrivée sur le territoire, et comment, et de la question de savoir s’il allait ou non ramener la stabilité et le progrès. Le changement était extrême : de personnage haï, considéré comme le seul responsable de la guerre civile, il était devenu l’incarnation de temps meilleurs possibles. Même ceux qui avaient été le plus anti-Vieira souhaitaient maintenant son retour, et, pour la première fois depuis des années, mes interlocuteurs me parurent remplis d’espoir. « Mieux vaut une hyène rassasiée qu’une hyène dévorée par la faim », avait-on coutume de dire à l’époque. L’espoir – un espoir que l’on retrouve souvent vis-à-vis des politiciens fortunés – résidait dans le fait que, comme il était déjà très riche, il serait moins tenté de prendre une grosse part du maigre gâteau national.

17Mais Vieira avait encore faim. Il avait fait fortune dans des commerces illégaux, et ce qu’il rapportait avec lui, c’était son vieux réseau de cocaïne. Le boom massif du trafic de cocaïne coïncide d’ailleurs exactement avec son retour à Bissau. Après sa victoire, le nombre de saisies et les quantités de cocaïne confisquée à Bissau s’amplifièrent brusquement (voir Ellis, 2009 : 192). Le trafic, de mineur, devint généralisé, un phénomène qui saute aux yeux en parcourant la documentation disponible : je n’ai pas réussi à mettre la main sur un seul document mentionnant le problème entre 2000 et 2004. En revanche, j’ai identifié 223 rapports, articles ou communiqués faisant référence à cette question entre 2005 et 2010.

  • 13 Selon l’UNODC, la valeur du trafic de drogue à Bissau est aujourd’hui supérieure au PNB du pays. Ma (...)

18Pour revenir au pouvoir, Nino Vieira avait promis la prospérité et la paix. Mais, comme nous le verrons, il ne fut capable de tenir qu’une seule de ces deux promesses. Selon la rumeur, il réactiva son réseau dormant de trafic de cocaïne, convainquit quelques factions et personnages clés de l’aider, et vendit les services de l’appareil d’État ainsi que le statut privilégié d’État souverain aux cartels de la drogue colombiens. Il s’assura donc que les différents réseaux et chefs des institutions militaires, de la police et des diverses parties de l’État impliquées dans le trafic recevraient un approvisionnement continu en ressources. Sa promesse de prospérité fut si bien tenue que les bénéfices engendrés par le trafic et le transit de la cocaïne sont actuellement considérés comme bien supérieurs au PNB du pays13, ce qui témoigne à la fois de la faiblesse de ce dernier et de l’étendue des possibilités lucratives offertes par l’économie informelle. En revanche, Nino Vieira fut incapable d’assurer un minimum de paix et de stabilité à la Guinée-Bissau, pas plus qu’il ne parvint à apaiser les relations entre les différents réseaux. Peut-être faut-il en chercher la raison dans la quantité d’argent en jeu, ou dans la mauvaise volonté de Nino à partager les recettes de manière acceptable, ou encore dans l’avidité des acteurs impliqués, toujours est-il que le trafic de cocaïne ne diminua pas l’intensité des conflits à Bissau : incapable de contrôler la situation, Nino Vieira fut abattu, après avoir été mutilé à la machette, le 2 mars 2009.

19Nino fut assassiné après avoir prétendument commandité le meurtre du chef d’état-major de l’armée, Batista Tagme Na Waie, survenu la veille. Vieira et Na Waie étaient tous deux des antigos combatentes, c’est-à-dire des anciens combattants de la guerre d’indépendance, et de vieux rivaux14. Ils étaient également les chefs de deux réseaux politiques concurrents au sein de l’armée, et, auparavant, du PAIGC. Ces deux réseaux, construits pendant la guerre de libération, avaient par la suite été adaptés à la période d’intérim, et, surtout, au trafic de cocaïne. Même si les meurtres des deux hommes forts (big men) du pays décapitèrent les élites politiques, ils ne diminuèrent en rien l’intensité du trafic de cocaïne. Indice de la nature factionnelle de la politique : depuis le double meurtre de mars 2013, José Américo Bubo Na Tchuto, ancien chef de la marine et lui aussi antigo combatente, qui avait été exilé après une tentative de coup d’État en 2008, est devenu le nouveau big man de la « politique » bissau-guinéenne15. Et ce à tel point que Bubo Na Tchuto et l’ancien chef de l’armée de l’air Ibrahima Papa Camara (également antigo combatente) ont tous deux été reconnus comme « drug kingpins », barons de la drogue, tels que les définit le Drug Kingpin Act états-unien, lequel interdit à tout citoyen des États-Unis de faire des affaires avec eux et gèle tous leurs actifs étrangers16.

La dynamique des États faillis

20Que pouvons-nous apprendre de cette brève incursion dans l’histoire bissau-guinéenne ? Tout d’abord, on peut à bon droit affirmer que l’histoire politique de la Guinée-Bissau depuis son indépendance se définit par ce que l’on pourrait appeler une « instabilité stable », ce qui signifie qu’elle a connu des conflits et des crises politiques d’une manière relativement continue. Ce pays a suivi le scénario postindépendance classique dans lequel les conflits internes deviennent visibles à la seconde où l’ennemi extérieur est vaincu et où l’image d’un Autre radical n’est plus disponible pour tenir ensemble des mouvements de libération fragmentés (voir Chabal, 2002). La vie des habitants de Bissau s’est donc retrouvée influencée par un certain nombre de flux qui ont conditionné leur bien-être, leurs possibilités sociales et leurs opportunités. Les changements les plus récents n’ont fait qu’accentuer leur misère et ont transformé leur vie sociale en une succession ininterrompue de développements économiques et sociopolitiques négatifs (Vigh, 2006 b). La ville se caractérise par une volatilité politique, les difficultés économiques, l’insécurité et l’incertitude, transformant la vie là-bas en une lutte permanente pour s’adapter aux « réalités d’une vie quotidienne désespérément perturbée » (Guyer, 2007 : 410).

21Cette instabilité semble néanmoins être un signe de l’importance politique des politiques patrimoniales et de réseaux dont il est justement question. Contrairement à ce que l’on pourrait croire (Sahlins, 1963 : 289), les big men – les « patrons » – sont les meilleurs exemples du fait que le pouvoir n’est jamais personnel. Le fait qu’ils soient dans la constante obligation d’apporter la preuve de leur pouvoir n’est pas le signe de leur force, mais bien plutôt de la fragilité et du caractère négociable de leur statut. Leur valeur et leur autorité étant produites socialement et non structurellement, ils ne restent les « patrons » qu’aussi longtemps qu’ils sont reconnus tels. À l’instar des dynamiques propres aux systèmes politiques acéphales, où la valeur doit toujours être gagnée, toujours être démontrée, l’absence d’autorité institutionnalisée implique que le pouvoir des big men est aussi fragile que contesté. Les appareils d’État, les charges et les titres peuvent bien assurer un statut au big man, ils ne sont en définitive que secondaires. En termes politiques, Vieira était un « patron » bien avant d’être président. Il ne cherchait pas alors à gagner des électeurs, mais des clients, pas à diriger un parti, mais un réseau politique, ce qui implique qu’il était pris dans une guerre perpétuelle pour l’accès aux ressources, la distribution et le contrôle de celles-ci (qu’elles soient symboliques, matérielles ou autres), et qu’il menait un combat de chaque heure pour maintenir sa position.

22En outre, l’histoire de la Guinée-Bissau met en lumière la constitution et la consolidation de la politique des factions qui caractérise une si grande partie de l’histoire politique de l’Afrique postcoloniale. Les factions sont des « unités de conflits qui s’activent en certaines occasions seulement, et non en vertu d’une organisation formelle », explique Adrian Mayer. Elles sont « peu structurées » et se fondent davantage sur « les transactions que sur des questions de principes » (Mayer, 1966 : 116). C’est exactement cette association de conflits, d’organisations extrêmement flexibles et de transactions que l’on peut observer dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, où des factions politiques issues des mouvements indépendantistes sont devenues les réseaux politiques les plus puissants de la société, tout en échappant à l’institutionnalisation des partis ou des positions. L’histoire montre que ces factions qui se sont constituées pendant les guerres d’indépendance sont bien plus endurantes qu’on aurait pu le croire, et qu’elles sont les acteurs principaux non seulement de l’inexorable série de conflits qu’a connue la Guinée-Bissau, mais également des économies informelles et des trafics illégaux qui représentent le plus gros des transactions de la dernière décennie, sur le plan local, régional comme international. À Bissau, le trafic d’armes, le détournement des fonds de l’aide au développement ou encore le trafic de cocaïne impliquent toujours les mêmes factions, les mêmes réseaux, les mêmes patrons. Leur loyauté est infléchie en fonction des relations individuelles et des liens sociaux, et non en réponse à des ordres impersonnels. De même, l’organisation est souple, plastique, bien plus qu’elle n’est institutionnalisée. Changeant en permanence, et, en même temps, relativement pérenne, c’est précisément cette flexibilité et cette capacité des réseaux à s’adapter à de nouveaux possibles qui fait de ce pays le partenaire idéal de tous les agents de l’économie informelle mondiale. L’attractivité de Bissau en tant que plaque tournante de la drogue est directement liée aux conséquences et aux dynamiques de la politique des factions.

Une maison vide

  • 17 The Observer, 9 mars 2008.

23Pour les cartels de la drogue, d’après un fonctionnaire des Nations unies, s’installer à Bissau revenait à « s’installer dans une maison vide17 ». Au lieu d’institutions étatiques essayant de préserver le pays du crime international et du commerce illégal, les cartels trouvèrent un État affrontant en permanence des factions politiques dont les obligations étaient affaire d’allégeance personnelle et de réseaux, et n’avaient pas grand-chose à voir avec les concepts d’institution, de citoyen ou d’État souverain. En un mot, l’État n’était pas une entité travaillant pour le bien commun d’une communauté imaginaire, mais bien plutôt une structure fragmentée qui fonctionnait grâce à sa reconnaissance en tant que corps souverain, tout en travaillant essentiellement pour les intérêts de réseaux spécifiques. Cette fragmentation est devenue si violente à Bissau que l’« État » ne semble devoir son existence qu’au maigre soutien que lui apportent ses relations internationales.

24L’État de la Guinée-Bissau peut bien avoir une existence pro forma et de jure comme corps souverain, il ne répond pour autant ni à la définition wébérienne ni à la définition hobbesienne de l’État : aucun monopole de l’usage de la force légitime, pas d’État pour protéger et garantir le bien-être et la sécurité de ses citoyens. C’est un environnement qui va à l’encontre de notre compréhension « normale » et hiérarchique de l’État, et de notre idée de structures politiques normales. En d’autres termes, c’est l’image de l’État comme structure bureaucratique destinée à centraliser une loi civique, à protéger ses citoyens et à distribuer les ressources qui est présentée aux nations dont ses subsides dépendent et aux organisations internationales. Et, sous cette image, l’État est en réalité contrôlé ou sapé par des réseaux patrimoniaux. Il s’agit peu ou prou du même scénario que William Reno a analysé dans son travail sur l’« État fantôme », un État dont les dirigeants s’appuient sur la reconnaissance de leur souveraineté par les systèmes internationaux tout en utilisant ses structures et ses institutions pour poursuivre leurs propres intérêts (Reno, 2000).

25Mais le concept d’État (de l’ombre ou de la lumière) n’est peut-être, en fait, tout simplement pas une variable analytique adaptée si l’on veut comprendre les dynamiques à l’œuvre en Guinée-Bissau. Si l’on met de côté nos préjugés concernant ce que doit être la politique, la situation est celle-ci : en Guinée-Bissau, le factionnalisme n’est pas un épiphénomène de la vie politique, il en est une pièce maîtresse (voir Bayart, 1993 : 223, 240 et 268) – il ne faut pas le considérer comme une pathologie, mais comme une réalité historique contingente. L’État bissau-guinéen est « un espace pluriel d’interaction et d’énonciation qui n’existe pas au-delà des usages qui en sont faits » (ibid. : 252), ce qui signifie que nous devons arriver à cerner les usages que l’État autorise et les effets qu’il produit, plutôt que l’accepter comme une entité a priori, si nous désirons comprendre la prolifération du trafic de cocaïne et l’attraction que ce pays exerce sur les cartels de la drogue. Se concentrer sur l’État quand on parle de Guinée-Bissau revient à en obscurcir les dynamiques politiques et sociales véritables, à masquer les dynamiques locales et internationales qu’il est absolument nécessaire de comprendre si l’on veut améliorer la situation.

  • 18 N’ayant qu’une importance géopolitique mineure, le pays ne bénéficie ni de la protection ni de la s (...)

26Dans son travail sur les États fantômes, Reno attire notre attention sur le fait que l’État peut aussi bien être un atout qu’un obstacle au développement d’une économie informelle. En offrant des possibilités lucratives aux différentes factions politiques, les cartels de la cocaïne ont réussi à se mettre à l’abri derrière les murs d’un État souverain reconnu et protégé par la loi internationale18. Loin d’avoir à se cacher des autorités et des institutions de l’État, les cartels peuvent se cacher derrière eux. Au lieu de protéger l’État bissau-guinéen des réseaux criminels internationaux, les patrons et les réseaux qui contrôlent l’armée, la sécurité et la police de Bissau ont dépensé beaucoup d’énergie pour faciliter leurs opérations. Cette représentation de l’État fournit un cadre – en termes de sécurité, d’immunité et d’invisibilité – qui rend possible la poursuite d’un trafic illégal sans crainte de la loi internationale (International Crisis Group, 2008 : 9). La marine ne protège pas activement les eaux territoriales de l’afflux de cocaïne ; en revanche, elle déploie beaucoup d’efforts pour transporter les marchandises et les trafiquants le long des côtes du pays ; pendant ce temps, l’armée de terre est occupée à charger la cargaison illégale, tandis que l’armée de l’air les aide tant qu’elle peut et que la police leur offre une totale impunité.

Itinéraires et recrues

27Mais pourquoi les cartels de la drogue ont-ils élu Bissau quand le scénario politique et historique que nous avons décrit correspond – spécificités mises à part – à tant de pays de Haute-Guinée ? La réponse est simple : en premier lieu, la Guinée-Conakry et la Sierra Leone, qui partagent les mêmes dynamiques, ont également été approchées. Cependant, d’une part, la nature profondément en réseau de la politique bissau-guinéenne faisait de ce pays celui qui opposerait le moins de résistance à la pénétration des cartels, et, de l’autre, la situation géographique de la Guinée-Bissau est particulièrement stratégique : située à 9° de latitude nord, c’est elle qui offre le plus court chemin depuis l’Amérique du Sud. Venant du Brésil ou du Venezuela, elle est aussi accessible en avion qu’en bateau, et, avec un avion léger, le vol ne représente pas plus de quatre heures. De plus, elle possède plus de 640 kilomètres de côtes et 90 îles sans aucune patrouille d’organismes chargés de l’application de la loi, si bien que les avions peuvent facilement atterrir et la drogue être redistribuée – encore une fois en avion léger ou en bateau19. Enfin, dans la mesure où la Guinée-Bissau propose de nombreux itinéraires pour la redistribution de la marchandise, le pays possède un net avantage logistique sur ses voisins.

28En deuxième lieu, même si l’on sait aujourd’hui peu de chose quant à la destination de la cocaïne, une autre raison pour laquelle Bissau intéresse tant les cartels de la drogue réside dans les multiples possibilités de redistribution que la ville offre, les cartels peuvent ainsi diversifier les mouvements de cocaïne et minimiser les risques, donc les pertes. Tout d’abord, le pays est depuis fort longtemps relié à la route commerciale du Sahara, une route en partie célèbre pour accueillir des marchandises illicites. Ensuite, la cocaïne peut être remontée le long des côtes par des bateaux à moteur rapides ou bien des navires de pêche locaux. Le commerce de cocaïne propose un revenu alternatif à une population connaissant les plus grandes difficultés économiques. La pêche offre ici un excellent exemple : les droits de pêche dans les eaux de Bissau ayant été vendus aux Européens, aux Russes et aux Chinois, l’océan qui entoure le pays a été vidé de ses ressources, si bien que de nombreux pêcheurs locaux n’ont plus les moyens de subvenir à leurs besoins (Lucht, 2008). « Les pêcheurs trafiquent car ils peuvent gagner beaucoup plus d’argent grâce à ces activités illégales », remarque Mody Ndiaye, conseiller à Bissau de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC)20. Mais ces pêcheurs sont loin d’être les seuls Guinéens à voir dans le trafic de cocaïne la seule issue à leurs difficultés : on pourrait dire grosso modo la même chose des dyulas, les marchands traditionnels mandingues, ainsi sans doute de quasiment tous les petits trafiquants de drogues qui peinent à survivre à travers le pays.

  • 21 Évidemment, le patrimonialisme n’est pas une relation d’exploitation en tant qu’échange direct de f (...)

29Enfin, cette combinaison de déclin économique et de diminution des ressources et du niveau de vie est intensifiée par le fait que les personnes concernées ne sont pas seulement des groupes spécifiques d’individus qui verraient une opportunité dans le trafic de cocaïne, mais bien plutôt toute une population s’accrochant à n’importe quelle promesse, même extrêmement dangereuse, d’une vie meilleure. Aujourd’hui, le trafic de cocaïne et ses réseaux ne sont pas seulement le moyen principal de s’assurer un accès aux ressources, que l’on parle de s’acheter un billet d’avion pour l’Europe ou bien son repas quotidien, mais bien le seul moyen d’y accéder. Grâce à la cocaïne, les patrons proposent l’espoir de vies désirables. Bissau est une ville saturée de jeunes hommes à la recherche d’une échappatoire à leur misère, à la recherche d’une vie meilleure et de reconnaissance. Les réseaux devenant eux-mêmes de plus en plus difficiles d’accès, les jeunes sont prêts à tout pour gagner leur accès aux ressources et à l’autorité qui leur permettra d’échapper à ce moratoire social et d’être reconnus comme des adultes à part entière. Devant le peu d’options qui s’offrent à eux, être exploité par un patron à travers un échange inégal de ressources, de faveurs et d’obligations est sans doute ce qu’ils peuvent espérer de mieux (voir Hinkelammert, 1993). En d’autres termes, à Bissau, même la réciprocité négative ou le don à sens unique implique une relation sociale qui porte en elle la possibilité d’une réciprocité, d’un échange (voir Sahlins, 1974), et donne ainsi aux jeunes l’occasion de peut-être améliorer leur vie : si la relation qui lie le « patron » au jeune est bien une relation d’exploitation, elle porte également en elle un autre possible21.

30Reprenons Bayart quand il commente une situation, similaire mais bien moins catastrophique, de marginalisation sociale au Cameroun :

La persistance du chômage empêche ceux qui n’ont pas d’argent […] de trouver une épouse – ce qui est la condition sine qua non de la reconnaissance sociale. La frustration sociale engendrée par cette économie de la survie contraint de nombreux « petits hommes » à opérer des choix radicaux (Bayart, 1993 : 240).

31La situation crée donc une volonté de prendre des risques importants. D’une manière intéressante, les dynamiques à l’œuvre dans ce processus sont exactement les mêmes que celles que nous pouvons observer quand nous nous penchons sur les questions de la mobilisation et du militantisme. En effet, les jeunes hommes se retrouvent à peu près dans la même situation en temps de guerre, quand les factions, grâce à leur fonctionnement patrimonial, leur promettent un futur en échange de l’utilisation immédiate de leur force de travail militante et militaire (Vigh, 2006 a). De plus, comme nous l’avons vu, ces factions qui sont capables de mobiliser les jeunes hommes en temps de guerre sont précisément celles qui jouent un rôle central dans le trafic de cocaïne, liant ainsi une fois de plus conflit et économie informelle de la cocaïne.

Mules et migrants

32Ce lien entre cartels de cocaïne, factions et réseaux patrimoniaux devient encore plus clair pour peu que nous nous intéressions aux mouvements concrets de la cocaïne à Bissau, c’est-à-dire à la manière dont les drogues passent des cartels aux factions et sont filtrées à travers les réseaux patrimoniaux.

33Quand on est à Bissau, on se rend aisément compte que toute la cocaïne qui entre dans le pays n’en ressort pas, et que la substance est devenue une monnaie de plein droit, nourrissant aussi bien les réseaux que les addictions individuelles. Sans surprise, le capital principal de l’industrie de la cocaïne, c’est la cocaïne elle-même, et même si les transactions et les prix payés pour faciliter le flux de la drogue et rendre possible le trafic restent non identifiés, il semble évident que les services et les faveurs sont bien plutôt payés en drogue qu’en espèces sonnantes et trébuchantes, et que la cocaïne circule à travers les réseaux en tant que moyen de paiement. Les nombreux exemples de petites quantités de cocaïne saisies dans des aéroports européens et provenant de Guinée-Bissau illustrent la manière dont les réseaux tentent d’écouler leurs gains reçus pour avoir protégé les cartels dans des régions où ils peuvent espérer faire de bons bénéfices. Si le mouvement à grande échelle de la drogue est un exercice complexe de logistique et de distribution internationale, le trafic de plus petites quantités peut, lui, fonctionner grâce à des réseaux locaux et à la diaspora qui relie des lieux éloignés via des individus. Les marchandises illégales circulent alors dans un réseau complexe et éclaté de connexions. Ainsi, on peut voir que les multiples mouvements des mêmes marchandises, et liées à la même économie souterraine, fonctionnent pourtant à différents niveaux, à différentes échelles, et selon différents itinéraires et points de distribution. Si l’on s’intéresse plus précisément aux mouvements de la cocaïne à travers ces réseaux locaux, on s’aperçoit qu’elle circule via les réseaux patrimoniaux exactement de la même manière que les ressources passaient des chefs de factions à l’homme de la rue. L’image du patron contrôlant le présent et les perspectives d’avancement social des jeunes, loin d’avoir été mise à mal par l’afflux de cocaïne dans la ville, en est au contraire devenue plus forte.

34En fait, le trafic de cocaïne semble avoir renforcé les factions existant en Guinée-Bissau. Même si elles sont en permanence sous tension, luttant pour conserver ou gagner la main sur les vestiges de l’État et le flux des ressources, seules les factions sont capables de mener à bien ce type de commerce illégal transnational, avant tout parce qu’elles contrôlent les populations, un contrôle assuré par leur position privilégiée de pourvoyeuses de futurs. Pour la plus grande partie des habitants de Bissau, enfermée dans une situation de marginalité pitoyable, possédant à peine assez de ressources pour survivre au jour le jour, sans même parler de la possibilité de se créer un futur désirable, l’explosion du trafic de cocaïne crée une possibilité sociale centrale. Les jeunes hommes de Bissau sont aujourd’hui prêts à tout pour survivre au présent et s’assurer un meilleur futur, ce qui a fait de Bissau une ville de « mules » ou de passeurs potentiels22. On a ainsi constaté une nette augmentation du trafic par coursiers avec la méthode « shotgun », en dispatchant les mules23. Quatre-vingt-dix pour cent des trafiquants arrêtés au Portugal en 2008, par exemple, venaient de Bissau, et même si la quantité de cocaïne passée en contrebande par ces mules est de loin inférieure à celle qui atteint le continent dans de plus grandes cargaisons, devenir une mule reste un horizon fort désirable pour la plupart des jeunes avec qui j’ai parlé.

35La cocaïne offre également de belles opportunités pour les Bissau-Guinéens habitant en Europe. En effet, non seulement la Guinée-Bissau offre des avantages géographiques et démographiques certains pour le trafic de cocaïne, mais elle dispose également d’une diaspora à la fois solide, souple et adaptable, capable d’effectuer la transaction finale dans la chaîne de distribution de la marchandise. Cela signifie que non seulement Bissau dispose en son sein d’un grand nombre d’individus capables et désireux de travailler dans le trafic de cocaïne, mais encore qu’elle possède également la capacité de vendre la marchandise au consommateur final : une fois en Europe, la drogue est distribuée et vendue via des réseaux ouest-africains (UNODC, 2009). En fait, le trafic de cocaïne et la Guinée-Bissau sont si intimement liés que même les candidats à l’émigration prennent le trafic de cocaïne en considération, à la fois comme stéréotype et style de vie. « Si tu vas en Espagne, me dit Aliu, un candidat à l’émigration plein d’espoir, tu peux aussi bien dire à ta famille que tu vends de la drogue. » La crise financière actuelle est considérée comme si grave que vendre de la cocaïne est simplement considéré comme l’un des « jobs » les plus faciles à trouver quand on est un jeune migrant bissau-guinéen. La plupart des jeunes hommes que j’ai suivis de Bissau à Lisbonne rêvent de bons boulots, de reconnaissance et d’une vie respectable, mais le trafic de cocaïne est si omniprésent que nombreux le considèrent comme un point de départ. « Je n’oblige personne à en acheter », me dit Americano, alors que nous étions dans la ruelle de Lisbonne dans laquelle il vend de la cocaïne pour survivre. « Je ne mets pas ma main dans votre poche, je ne vole pas, je ne fais de mal à personne. C’est seulement du commerce. »

36Mais vendre de la cocaïne n’est pas un business comme les autres. Les revendeurs avec lesquels j’ai parlé à Lisbonne sont obligés de travailler la nuit, et de longues heures, s’ils veulent toucher un minimum d’argent ; ils doivent en permanence échapper aux risques que représentent les autres revendeurs, la police, et même les clients. Ils mènent ce qu’ils appellent une vida di zero, une vie de zéro, une existence exempte de toute valeur. En d’autres termes, ils ne peuvent rien espérer d’autre du trafic de cocaïne qu’un déplacement de leurs difficultés. Ce qu’ils en retirent – quand on observe la situation d’en bas – c’est un complet épuisement social et existentiel. Ainsi, même s’ils ont réussi à mettre une certaine distance géographique entre eux et l’incertitude et la misère qui caractérisent le contexte dramatique de Bissau, le réseau de la cocaïne en tant qu’économie informelle piège les individus dans une situation qui n’a pas grand-chose à envier à celle qu’ils ont fuie en premier lieu. L’insécurité, la souffrance et l’absence de possibilité de s’assurer un futur désirable semblent inévitables. Comme le dit Neto :

Tu vois, je suis là toute la nuit, mais je ne gagne que de quoi être encore ici demain. Les big men qui nous vendent la came, ils nous la vendent super cher. Notre propre famille, eh bien elle nous la vend à un prix qui nous permet tout juste de survivre aujourd’hui. […] Mais demain, il faudra encore qu’on soit ici, et seulement pour pouvoir être encore là le jour d’après. Quelle vie de zéro. Les Africains, ici, à Lisbonne… Je te le dis, c’est une vie pourrie, une vie de zéro.

Conclusion

37Cet article s’est concentré sur certaines des dimensions sociales, historiques et politiques qui sous-tendent l’afflux de cocaïne à Bissau depuis une dizaine d’années. Il a argué que la Guinée-Bissau présente un exemple de marginalité centrale, en tant qu’espace ciblé par les cartels de la drogue en raison de sa pauvreté et de ses réseaux patrimoniaux. Prenant un point de départ plus historique et ethnographique, il a cherché à montrer que les réseaux, loin d’être des formes politiques archaïques liées aux États tels des parasites, sont essentiellement aptes à entrer dans la part d’ombre du mouvement mondial de la circulation illicite et illégale des marchandises et des individus. Plutôt que de partir du manque d’État, cet article suggère qu’il est plus pertinent de s’intéresser aux savoir-faire des réseaux comme à un prisme qui donne du sens à ces phénomènes, qui, probablement, vont gagner de plus en plus d’importance. « La menace que représentent les trafiquants de drogues est si grande que l’État est au bord de l’effondrement. […] La Guinée-Bissau a perdu le contrôle de son territoire et s’avère incapable d’administrer la justice24 », a déclaré un fonctionnaire des Nations unies lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU le 12 décembre 2007. Quand on sait qu’un quart de la cocaïne consommée en Europe transite par la région chaque année25 et qu’une grande partie de l’élite politique et militaire est impliquée dans le trafic, on comprend que l’ONU s’inquiète des effets délétères que les cartels ont sur la façade étatique fragile et déjà lézardée de la Guinée-Bissau. L’ONU craint que le trafic de cocaïne ne corrompe et ne ruine l’État bissau-guinéen et que le pays se rapproche dangereusement d’une absence anarchique de gouvernement formel. Que le trafic de cocaïne soit à l’origine de la faillite des États semble être l’argument le plus courant au sein des organisations internationales travaillant sur ces questions. Toutefois, si l’on considère la situation en termes sociaux et historiques, il semblerait que les fonctionnaires de l’ONU aient mal interprété la logique du phénomène et inversé la relation de causalité qui le sous-tend. L’État bissau-guinéen n’est pas sur le point de s’effondrer à cause de l’afflux de cocaïne et de la présence des cartels de la drogue. Au lieu d’avoir provoqué une crise au sein de l’État, les cartels ont choisi la Guinée-Bissau précisément en raison de l’état critique de ses affaires. L’attractivité de Bissau en tant que plaque tournante de la drogue est directement liée aux conséquences et aux dynamiques de la politique des factions et des réseaux patrimoniaux. Les cartels n’ont pas détruit l’État de Guinée-Bissau : ils ont visé ce pays en raison de l’existence purement nominale de son État (Vigh, 2006 a et 2006 b).

Haut de page

Bibliographie

Amnesty International, 1999, Guinea-Bissau: Human Rights in War and Peace, rapport.

Bayart, Jean-François, 1993, The State in Africa: the Politics of the Belly, Londres, Longman.

Chabal, Patrick A., 2002, History of Postcolonial Lusophone Africa, Bloomington, Indiana University Press.

Dunn, Kevin, 2000, « Tales from the dark side: Africa’s challenge to international relations theory », Journal of Third World Studies, vol. 17, no 1, p. 61-90.

Einarsdóttir, Jónína , 2007, « Partnership and post-war Guinea-Bissau », African Journal of International Affairs, vol. 1-2, n° 10, p. 93-112.

Eisenstadt, Shmuel Noah et Roniger, Luis, 1981, Patrons, Clients and Friends, Cambridge et New York, Cambridge University Press.

Ellis, Stephen, 2009, « West Africa’s international drugs trade », African Affairs, vol. 431, n° 108, p. 171-196.

Forrest, Joshua B., 1992, Guinea-Bissau. Power, Conflict, and Renewal in a West African Nation, Boulder, Westview Press.

Guyer, Jane I., 2007, « Prophecy and the near future: thoughts on macroeconomic, evangelical, and punctuated time », American Ethnologist, vol. 3, no 34, p. 409-421.

Hinkelammert, Franz J., 1993, « The crisis of docialism and the Third World », Monthly Review: An Independent Socialist Magazine, vol. 45, n° 3, p. 105-114.

International Crisis Group, 2008, Guinea-Bissau: in Need of a State, Africa Reports, no 142, juillet.

Kirschke, Joseph, 2008, « The coke coast. Cocaine and failed states in Africa », World Politics Review, 9 septembre. Consultable en ligne : <www.worldpoliticsreview.com/article.aspx?id=2629<http://www.worldpoliticsreview.com/article.aspx?id=2629>.

Lobban, Richard A. et Forrest, Joshua, 1988, Historical Dictionary of the Republic of Guinea-Bissau, Metuchen, Scarecrow Press.

Lucht, Hans, 2008, Darkness Before Daybreak: Existential Reciprocity in the Lives and Livelihoods of Migrant West African Fishermen, thèse de doctorat, université de Copenhague.

Mayer, Adrian C., 1966, « The significance of quasi-groups in the study of complex societies », in Michael Banton (dir.), The Social Anthropology of Complex Societies, Londres, Tavistock, p. 97-121.

O’Brien, Donald C., 1996, « A lost generation? Youth, identity and state decay in West Africa », in Richard Werbner et Terence Ranger (dir.), Postcolonial Identities in Africa, Londres, Zed Books, p. 55-74.

Reno, William, 2000, « Shadow states and the political economy of civil wars », in Mats Berdal et David M. Malone (dir.), Greed and Grievance: Economic Agendas and Civil Wars, Boulder, Lynne Rienner, p. 43-68.

Sahlins, Marshall D., 1963, « Poor man, rich man, big-man, chief: political types in Melanesia and Polynesia », Comparative Studies in Society and History, vol. 5, no 3, p. 285-303.

Sahlins, Marshall D., 1974, Stone Age Economies, Londres, Tavistock.

Seekings, Jeremy, 1996, « The lost generation: South Africa’s youth problem in the early-1990s », Transformation, vol. 29, p. 103-125.

UNODC, 2007, 2007 World Drug Report, United Nations Publication. Consultable en ligne : <http://www.unodc.org/pdf/research/wdr07/WDR_2007.pdf>.

UNODC, 2009, Transnational Trafficking and the Rule of Law in West Africa: A threat Assessment, July, United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC).

Vigh, Henrik E., 2006 a [2003], Navigating Terrains of War: Youth and Soldiering in Guinea-Bissau, Oxford, Berghahn Books.

Vigh, Henrik E., 2006 b, « The colour of destruction: on racialization, geno-globality and the social imaginary in Bissau », Anthropological Theory, vol. 4, n° 6, p. 481-500.

Haut de page

Notes

1 À l’époque, je considérais la plupart des informations que j’obtenais sur les fugitifs et les criminels en cavale comme de simples rumeurs. Toutefois, les nombreuses arrestations qui furent faites dans la ville les années suivantes semblent toutes les confirmer.

2 <http://www.transparency.org/research/cpi/overview.

3 <https://http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/Studies/West_Africa_Report_2009.pdf.

4 Ainsi que des armes, des contrefaçons, des cigarettes, et, plus récemment, de l’héroïne : <https://http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/Studies/West_Africa_Report_2009.pdf. < http://www.ibtimes.com/guinea-bissau-drug-trafficking-rise-west-africas-narco-state-734150 >.

5 Ce qui est peut-être également vrai de tout le reste de l’Afrique de l’Ouest. Selon Stephen Ellis, la région est impliquée dans le trafic de drogue depuis plus d’une cinquantaine d’années (Ellis, 2009).

6 <http://www.time.com/time/world/article/0,8599,1904997,00.html.

7 Cabral s’était, à l’origine, en 1954, associé à un parti indépendantiste, le MING, avec un autre grand leader de la libération, Henri Labery. Mais les divergences d’opinion quant au rôle et à l’intensité que devait avoir l’union de la Guinée avec le Cap-Vert entraînèrent la naissance de deux nouveaux partis, le FLING (Front de libération pour l’indépendance nationale de la Guinée) et le PAIGC. Le FLING se méfiait des Cap-Verdiens (groupe ethnique auquel appartenait Cabral) en raison du rôle qu’ils jouaient dans l’administration coloniale ainsi que pour leur participation passée dans la traite des esclaves sur la côte de Guinée (voir Lobban et Forrest, 1988 : 63 et 97).

8 La Polícia Internacional e de Defesa do Estado.

9 Le 12 janvier 1998, pour être exact.

10 La Casamance, la partie la plus au sud du Sénégal, à la frontière de la Gambie et de la Guinée-Bissau, est depuis 1982 l’objet d’une guerre de libération menée par le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), parti principalement diola et floup.

11 La présence de troupes du MFDC dans le camp de la junte militaire a été niée par la direction de cette dernière. J’ai toutefois connu des témoins oculaires des deux camps affirmant le contraire, et j’ai également vu un enregistrement vidéo, pris derrière le front, donnant à voir des troupes irrégulières francophones qui m’ont été désignées comme appartenant au MFDC.

12 La « fin » de la guerre civile est sujette à caution. Dix années d’incessants coups d’État, ou de tentatives de coup d’État, ainsi que de purges, suggèrent que la guerre civile n’est pas finie, même si elle a changé d’intensité.

13 Selon l’UNODC, la valeur du trafic de drogue à Bissau est aujourd’hui supérieure au PNB du pays. Mais, avec une économie dont 80 % des revenus officiels proviennent des aides au développement, cela ne veut probablement pas dire grand-chose. Il importe de souligner que le trafic de cocaïne et l’afflux d’argent qui en découle sont devenus les premières sources de revenu de groupes comme la police, l’armée et la marine, dont les membres sont payés très irrégulièrement, s’ils le sont, et ont tendance à spolier la population pour survivre.

14 <http://www.welt.de/english-news/article3300063/General-Na-Wai-killed-in-government-building-attack.html.

15 <http://www.bbc.co.uk/news/10412654.

16 <http://news.bbc.co.uk/2/hi/8610924.stm.

17 The Observer, 9 mars 2008.

18 N’ayant qu’une importance géopolitique mineure, le pays ne bénéficie ni de la protection ni de la supervision d’une grande puissance mondiale. En d’autres termes, même si le pays a potentiellement un effet déstabilisateur sur le reste de la région, nul intérêt d’un autre pays ne se voit contrecarré par la constitution de Bissau en plaque tournante de la drogue.

19 <http://www.talkingdrugs.org/traffickers-use-western-africa-to-bring-cocaine-to-europe.

20 <http://www.irinnews.org/Report.aspx?ReportId=79507.

21 Évidemment, le patrimonialisme n’est pas une relation d’exploitation en tant qu’échange direct de faveurs et d’obligations. Toutefois, l’interaction sur laquelle les relations patron-client se fondent se joue entre un détenteur du capital et d’une position (symbolique, politique ou économique) et une personne cherchant à se procurer une ressource particulière. Plus profonde est la crise ou le déclin et plus le détenteur est capable de définir les termes de l’échange, dans la mesure où il contrôle l’accès à des ressources de plus en plus rares (voir Eisenstadt et Rononger, 1981). Aujourd’hui, à Bissau, les termes de l’échange sont extrêmement défavorables à ceux qui viennent chercher de l’aide, si bien que l’on peut voir des jeunes faire des courses et faire preuve d’une extrême servilité dans le seul espoir d’un patronage.

22 <http://www.unodc.org/unodc/en/frontpage/west-africa-under-attack.html; <http://www.fao.org/sd/erp/documents2007/YEN-WA Newsletter No 6 - September 2007.pdf Kirschke (2008).

23 UNODC (2007) ; <http://www.cfr.org/publication/13750/in_west_africa_threat_of_narcostates.html N.D.T : La méthode « shotgun », typiquement ouest-africaine, consiste à embarquer sur le même vol de nombreux passeurs, en sachant que les douaniers ne pourront arrêter qu’une partie d’entre eux.

24 <http://www.unodc.org/unodc/en/frontpage/assisting-guinea-bissau.html Mes italiques.

25 The Observer, 9 mars 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henrik E. Vigh, « La marge au centre », Socio, 3 | 2014, 289-313.

Référence électronique

Henrik E. Vigh, « La marge au centre », Socio [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 25 octobre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://socio.revues.org/705 ; DOI : 10.4000/socio.705

Haut de page

Auteur

Henrik E. Vigh

Professeur au département d’anthropologie de l’université de Copenhague. Il est l’auteur de Navigating Terrains of War: Youth and Soldiering in Guinea-Bissau, New York et Oxford, Berghahn, 2006. Ses recherches portent sur la jeunesse et le conflit à la fois en Europe et en Afrique ; il a également beaucoup écrit sur la crise, l’illégalité, la politique et la mobilisation.
hv@anthro.ku.dkAurélien Blanchard

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org