Navigation – Plan du site
Le Dossier
Le Débat

Présentation. Quelque trente ans après les fameuses leçons que Foucault lui a consacrées, Gary Becker lit Foucault

Bernard E. Harcourt
p. 263-264

Texte intégral

1« Ce que je voudrais faire maintenant, annonce Foucault, le 1er février 1978, ce serait quelque chose que j’appellerais une histoire de la “gouvernementalité” » (Foucault, 2004 b : 111). Dans le cadre de ce projet, Foucault consacrera trois leçons, en mars 1979, à la pensée néolibérale américaine de la Chicago School of Economics, mobilisant en particulier les travaux de Gary Becker, futur lauréat du prix Nobel (Foucault, 2004 a : 221-294, leçons des 14, 21 et 28 mars 1979). Le contexte : étude des différentes formes de la gouvernementalité libérale du xxe siècle – l’ordo-libéralisme allemand, le néolibéralisme français de Giscard d’Estaing, et le néolibéralisme de Chicago – comme forme « de pouvoir qui a pour cible principale la population, pour forme majeure de savoir l’économie politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité » (Foucault, 2004 b : 111, leçon du 1er février 1978).

2L’intérêt de Foucault pour une forme de gouvernementalité originale – en fait, qui se présentait comme n’ayant aucunement besoin de moralité, d’éthique, de psychologie, ni d’autre substrat que les calculs d’un homo economicus qu’elle construisait à son horizon – se sentait de façon palpable dans ses leçons de mars 1979, et finit par produire un effet de confusion parmi ses lecteurs. Confusion dans le sens où certains y ont vu une certaine admiration, même un penchant libéral, tandis que d’autres y ont trouvé une critique profonde du néolibéralisme.

3À l’époque, en 1979, Foucault n’a pas eu l’occasion de se rendre à l’université de Chicago et de rencontrer Gary Becker : l’encadrement politique libéral institutionnel, particulièrement parmi les théoriciens politiques dans la faculté de sciences politiques et dans le Committee on Social Thought, n’était pas amical à l’égard de la pensée foucaldienne. Et pourtant, une rencontre aurait été bien reçue par Gary Becker lui-même – que Foucault décrit en 1979 comme l’un des « plus radicaux, si vous voulez, des néolibéraux américains » (Foucault, 2004 a : 273).

4Invité à une rencontre en 2012 qu’il accepte avec grand enthousiasme, Gary Becker se plonge dans la lecture des leçons que Foucault lui consacre. François Ewald, qui fut l’assistant de Michel Foucault au Collège de France et a suivi l’élaboration des leçons de 1979 sur Becker et le cours lui-même, fut invité à cette rencontre historique entre Becker et Foucault.

5« The rest is history… » comme on dit en anglais. Rencontre historique – ou, pourrait-on dire, confrontation historique – entre la pensée foucaldienne et la pensée néolibérale américaine, d’autant plus opportune étant donné l’intérêt croissant pour cette problématique autour du néolibéralisme. En mars 1979, Foucault, encore une fois prescient, appelait déjà cela « une tarte à la crème en France » (ibid. : 221). Ces thèmes ne sont devenus que plus actuels aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard E. Harcourt, « Présentation. Quelque trente ans après les fameuses leçons que Foucault lui a consacrées, Gary Becker lit Foucault », Socio, 3 | 2014, 263-264.

Référence électronique

Bernard E. Harcourt, « Présentation. Quelque trente ans après les fameuses leçons que Foucault lui a consacrées, Gary Becker lit Foucault », Socio [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 25 octobre 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://socio.revues.org/700 ; DOI : 10.4000/socio.700

Haut de page

Auteur

Bernard E. Harcourt

Professeur de droit et de sciences politiques à l’université de Chicago. Il est également directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Il a récemment publié Occupy. Three Inquiries in Disobedience (avec W. J. T. Mitchell et Michael Taussig), Chicago, The University of Chicago Press, 2013 et édité les cours de Michel Foucault à l’université de Louvain : Michel Foucault, Mal faire, dire vrai. La fonction de l’aveu en justice, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain / Chicago, The University of Chicago Press, 2012.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org