Navigation – Plan du site
Le Dossier

La justice et l’histoire

History and Justice
Annette Wieviorka
p. 183-197

Résumés

Les procès des grands criminels nazis intéressent vivement les historiens. D’abord parce qu’ils appartiennent à l’histoire. Deux d’entre eux, le grand procès de Nuremberg et celui d’Adolf Eichmann à Jérusalem sont constamment convoqués et ont été la source de qualifications juridiques nouvelles, de concepts, de stéréotypes. Les historiens y jouent un rôle tout à fait marginal. Il est impératif de distinguer deux types de justice qui s’appliquent aux acteurs de l’histoire. Une justice transitionnelle, qui fait partie de l’arsenal permettant de passer d’un état de guerre à un état pacifié, de (re)construire un vivre ensemble, que ce soit un vivre ensemble entre États après une guerre entre nations ou un vivre ensemble au sein du même État après une guerre civile. Ainsi peut-on inscrire les procès de Nuremberg dans l’histoire du droit international et dans celle de la mise sur pied d’un nouvel ordre international après la Seconde Guerre mondiale. Desmond Tutu et Nelson Mandela surent inventer avec la commission vérité et réconciliation une nouvelle modalité pour rendre justice, modalité qui s’est répandue de par le monde. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne des événements, les conditions d’établissement de la vérité par les juges se modifient et leur travail s’apparente toujours davantage à celui de l’historien. À Nuremberg, il n’était pas nécessaire de rappeler l’atmosphère d’une guerre qui était dans chaque esprit et présente dans le paysage en ruines de la ville. D’où le recours aux historiens et aux archives, puisqu’il n’y a parfois plus de témoin.

Haut de page

Texte intégral

1Écrire de l’histoire est un métier qui présente similitudes et différences avec celui du juge d’instruction. C’est ce qu’expliquait Marc Bloch dans son dernier ouvrage, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien (Bloch, 1991). Les quelques pages qu’il consacre à la question de « juger ou comprendre » sont très souvent citées, et ont été pendant des décennies considérées comme énonçant les règles fondamentales qui devaient régir le travail de l’historien. Pour Marc Bloch, le « savant » et le juge ont en commun « l’honnête soumission à la vérité ». Pourtant, à un moment donné, leurs chemins se séparent : le juge doit in fine condamner ou absoudre, selon les valeurs qui sont celles de la société dans laquelle il exerce sa fonction et que le droit codifie. Ce n’est pas la tâche de l’historien. « Or longtemps l’historien a passé pour une manière de juge des Enfers, chargé de distribuer aux héros morts l’éloge ou le blâme », constate Marc Bloch. Attitude qui répond à un « instinct puissamment enraciné », largement partagée de son temps comme du nôtre. Aux « creux réquisitoires » succèdent ainsi « autant de vaines réhabilitations ». Et ce cri de Marc Bloch si souvent repris : « Robespierristes, antirobespierristes, nous vous crions grâce : par pitié, dites-nous, simplement, quel fut Robespierre. »

2Car le jugement ne se contente pas de suivre l’explication, de la conclure en quelque sorte. Il contamine souvent toute l’écriture de l’histoire : « […] les passions du passé mêlant leurs reflets aux partis pris du présent, l’humaine réalité n’est plus qu’un tableau en blanc et en noir. » Marc Bloch puise ses exemples dans un passé éloigné de quelques siècles de son présent. Il est plus facile d’être « pour ou contre Luther que de scruter son âme ». Pour Bloch, « un mot, pour tout dire, domine et illumine nos études : “comprendre” ».

3Comprendre, c’est donc poser toutes sortes de questions à l’histoire. Celles du comment, comme celle du pourquoi. Or les dizaines de millions de victimes des crimes de masse du xxe siècle semblent bien mettre à bas l’impératif de comprendre, celui de dire qui était Hitler ou Staline (imagine-t-on le scandale public si un historien s’avisait de s’écrier : « Hitlériens et antihitlériens, nous vous crions grâce… »). Le pionnier de l’histoire de la destruction des Juifs d’Europe, Raul Hilberg, a toujours affirmé avoir cherché à montrer le « comment » en évitant la question du « pourquoi ». À l’impératif du « comprendre » de Marc Bloch, Claude Lanzmann a opposé un autre impératif : ne pas chercher à comprendre – Hier ist kein warum (ici il n’y a pas de pourquoi). C’était la loi de la survie au camp, qu’un kapo avait ainsi formulée quand Primo Levi venait d’y être interné. Cette loi, selon Lanzmann, « vaut aussi pour qui assume la charge d’une pareille transmission, car l’acte de transmettre seul importe et nulle intelligibilité, c’est-à-dire nul savoir vrai, ne préexiste à la transmission. C’est la transmission qui est le savoir même. La radicalité ne se divise pas : pas de pourquoi, mais pas non plus de réponse au pourquoi du refus du pourquoi sous peine de se réinscrire dans l’obscénité à l’instant énoncée ». Ce court texte figure dans un numéro de la Nouvelle Revue de psychanalyse consacré au mal, illustrant ainsi le brouillage des catégories. Car le « mal », pas plus d’ailleurs que le « bien », n’est pas une catégorie heuristique pour qui veut rendre compte des événements de l’histoire (Pontalis, 1988 : 339-340).

4Or l’histoire du nazisme, et particulièrement celle de la « Solution finale » a d’abord été écrite dans l’ombre portée par la justice qui a fourni archives, qualification des crimes, vocabulaire et grilles d’analyse d’où nous peinons à nous dégager. Interminable justice, puisque à l’été 2013, il était encore question de juger les derniers nazis encore en vie. Le centre Simon Wiesenthal a en effet lancé à Berlin, Hambourg et Cologne une campagne d’affiches, « Spät aber nicht zu spät » (tard, mais pas trop tard), pour débusquer les derniers nazis encore vivants et en état de comparaître devant un tribunal. Selon les articles de presse parus à cette occasion, il y aurait encore 120 nazis vivants dont 60 en état de comparaître. Sur l’affiche collée aux murs des villes allemandes, la photo de la porte d’entrée d’Auschwitz-Birkenau. Une récompense de 25 000 euros est offerte à qui – voisin, connaissance, petits-enfants – fournira des renseignements permettant l’arrestation. D’avance, le Centre Wiesenthal répond en cinq points à diverses objections. Le passage du temps ne diminue en rien la culpabilité des tueurs ; le grand âge ne doit pas leur offrir l’immunité ; chaque victime des nazis mérite un effort pour que l’on juge son meurtrier ; l’effort présent est un rappel de l’importance des crimes de l’Holocauste et un avertissement pour les antisémites et les racistes d’aujourd’hui ; ces procès sont utiles dans le combat actuel contre les négationnistes. Il ne répond pas à l’objection majeure formulée notamment par Serge Klarsfeld : quelle justice, alors qu’il n’y a aucun moyen d’administrer la preuve d’éventuels crimes commis il y a près de soixante-dix ans, ni archives, ni témoins ?

5Le grand procès de Nuremberg est resté présent comme une référence incontournable en matière de justice transitionnelle et de justice internationale et comme la matrice des premières écritures de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. C’est, avec le procès d’Adolf Eichmann, non seulement un événement en soi, mais aussi un « lieu de mémoire », comme Pierre Nora les a définis : des lieux matériels ou idéels, réinvestis, au cours de l’histoire, de significations différentes. Le procès de Nuremberg, qui s’est tenu du 20 novembre 1945 au 1er octobre 1946, n’est pourtant pas le premier procès de criminels nazis. Des procès tenus par l’un ou l’autre des Alliés au nom des lois et coutumes de la guerre l’ont précédé. Le premier d’entre eux fut celui tenu à Kharkov, en décembre 1943, devant un tribunal militaire soviétique. Les quatre accusés furent condamnés à mort et immédiatement pendus, sans possibilité de faire appel. Dans la zone d’occupation britannique, à Lunebourg, se tint du 17 septembre au 17 novembre 1945 le procès dit de Bergen Belsen. Les Britanniques qui étaient entrés dans le camp le 15 avril 1945 avaient arrêté quelque 70 SS et kapos, la plupart d’entre eux ayant exercé leurs fonctions dans les camps d’Auschwitz avant l’évacuation de leurs détenus en janvier 1945, comme Josef Kramer. Sur les 45 accusés, seize étaient des femmes. Comme le tribunal de Kharkov, il s’agissait d’un tribunal militaire, et les prévenus furent jugés pour crimes de guerre. Onze d’entre eux, dont trois femmes (Irma Grese, Elisabeth Volkenrath, Johanna Bormann) furent condamnés à mort sans appel possible et pendus.

6Ces premiers procès attestent la possibilité de punir sévèrement et rapidement les crimes perpétrés par les nazis sans autre arsenal juridique que celui existant déjà. Le grand procès de Nuremberg s’en différencie de plusieurs façons. Pour la première fois, les plus hauts responsables d’un État furent traduits devant une cour de justice internationale pour ces crimes nouvellement définis. Il ne s’agissait plus de personnes ayant commis des crimes de leurs propres mains, mais de ceux qui en avaient décidé, sans nécessairement mettre la main à la pâte. Dès lors, ce procès est entré dans l’histoire comme un événement à part entière, suscitant immédiatement une abondante littérature. Les historiens s’attachèrent à en dégager les prémisses, à en décrire les acteurs, à en analyser le déroulement. Nous n’y reviendrons pas. Les juristes interrogèrent sa légitimité et ne cessèrent de débattre de ses prolongements. Nuremberg est un moment du droit international.

  • 1 Le 8 août 1945, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’URSS, le Gouvernement provisoire de la République (...)

7La postérité, juridique et mémorielle, n’a retenu de ce procès qu’un des quatre chefs d’accusation, le crime contre l’humanité, désormais inscrit dans le droit international. Or, pour les Américains, les vrais maîtres d’œuvre du procès, la question de la criminalité nazie était seconde au regard de ce qui leur importait : le complot (conspiracy) et le crime contre la paix. Leurs boys avaient traversé à deux reprises l’Atlantique, en 1917 et en 1944, pour venir au secours de leurs alliés. Ils souhaitaient que cette situation ne se reproduisît point en mettant la guerre hors la loi. Ainsi, l’article 6 du statut du tribunal adopté à Londres par les quatre puissances organisatrices du procès1 qui énumère les chefs d’accusation fait du « crime contre la paix » le premier chef d’accusation. Ils sont ainsi définis : « […] la direction, la préparation, le déclenchement ou la poursuite d’une guerre d’agression ou d’une guerre de violation des traités, assurances ou accords internationaux, ou la participation à un plan concerté ou un complot pour l’accomplissement de l’un quelconque des actes qui précèdent ».

  • 2 Sur ces questions, nous renvoyons à Taylor, 1998 et Falco, 2012.

8Le point de vue des Soviétiques et des Français est fort éloigné. Les représentants des deux pays sont hostiles au « complot contre la paix ». Les Français le seront avec constance. Au moment des délibérations, le juge Donnedieu de Vabres remet à ses collègues un mémorandum. Il met purement et simplement en cause le concept de conspiracy, dans la charte du tribunal comme dans l’acte d’accusation. Pour lui, ce concept est inconnu, en droit international comme en droit continental. Donnedieu de Vabres fait l’unanimité contre lui. Le juge soviétique, le major général I. T. Nikitchenko s’insurge : « Nous sommes des gens pratiques, pas un club de discussion. » Quant aux Américains, ils pensent que si le complot est écarté, il faut écarter en même temps les crimes contre la paix. Bref, c’est l’architecture du procès, et par conséquent le procès lui-même, qui est en cause. D’autant que les crimes de guerre comme les crimes contre l’humanité doivent, pour être jugés, être en lien avec le complot contre la paix. Ils n’existent donc pas en soi, mais dans le seul contexte de la Seconde Guerre mondiale, définie comme une guerre d’agression par l’Allemagne. Pour Telford Taylor, qui fait partie de l’accusation américaine et aura la responsabilité des procès successeurs qui se sont ensuite tenus à Nuremberg, Donnedieu de Vabres pose la mauvaise question au mauvais moment. Le professeur français, tout en s’inclinant, restera sa vie durant sur cette même position2.

9Pour les Soviétiques comme pour les Français, le cœur du procès est le jugement sur les crimes qui ont été commis sur leurs territoires lors de l’occupation allemande. Dans la division des tâches entre délégations, les Américains et les Britanniques ont en charge l’accusation de crimes et complots contre la paix, les Français et les Soviétiques celles de crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis respectivement à l’Est et à l’Ouest, quand, selon le statut du tAmériribunal, ils ont été commis en lien avec le crime contre la paix.

  • 3 Ce convoi était celui de l’écrivain Charlotte Delbo qui en a été l’historienne. Voir Delbo, 1965.

10Ces différences de perspective se reflètent dans le choix des témoins appelés à la barre par les différentes accusations. Pour un procès de cette envergure, ils ne sont guère nombreux : 29 en tout (voir Tisseron, 2013 : 194-200). En effet, l’accusation américaine a opté pour un procès s’appuyant essentiellement sur des documents écrits, et ses témoins sont appelés pour documenter le fonctionnement du régime nazi. Certains d’entre eux, tels le SS-Gruppenführer Otto Ohlendorf, seront d’ailleurs jugés et condamnés à mort lors d’un des douze procès successeurs que les Américains mènent seuls à Nuremberg entre 1947 et 1949. Ohlendorf est condamné à mort le 18 avril 1948, pendu le 8 juin 1951 (Earl, 2010). Les accusations française et soviétique ne bénéficient pas de documents permettant d’éclairer la mécanique criminelle au plus haut niveau. Le récit des témoins pallie en partie ce manque. Dans ce domaine, note Antonin Tisseron, la France occupe une place particulière : c’est la nation qui appelle le plus de témoins (onze) à la barre du tribunal. Elle est aussi la seule à ne convoquer aucun dirigeant nazi, alors que les témoins des accusations américaine et britannique (sept pour les Américains, deux pour les Britanniques) étaient tous allemands (SS, officiers de l’Abwehr, officiers nazis, opposants au nazisme…), à l’exception du médecin tchèque interné à Dachau, le Dr Franz Blaha. Les témoins de l’accusation française sont dans leur majorité des résistants déportés dans les camps nazis, qui viennent expliquer ce qu’était la vie dans ces camps. Aucun témoin juif n’est appelé à témoigner d’Auschwitz. Le procureur adjoint Charles Dubost a choisi pour évoquer ce camp, Marie-Claude Vaillant-Couturier, une grande figure du monde communiste, résistante, déportée à Auschwitz dans un convoi de 230 femmes, pour la plupart communistes3.

  • 4 L’épisode Paulus occupe cinquante pages des transcriptions du procès, Procès des grands criminels d (...)
  • 5 Il ne faut pas le confondre avec Chil Rajchman, lui aussi interné à Treblinka, auteur de Je suis le (...)

11Dans l’économie du procès, les Soviétiques sont les derniers à porter l’accusation. Le procureur soviétique Rudenko prend la parole le 8 février 1946. L’accusation soviétique, à la différence de l’accusation américaine, n’a pas dans ses prisons de hauts responsables nazis, sinon un général, Erich Buschenhagen, et un transfuge de choix : le maréchal Friedrich Paulus, le vaincu de Stalingrad, un témoin surprise qui fait sensation et à qui est dévolu le rôle d’expliquer comment fut préparée la guerre d’agression contre l’Union soviétique, ce qui présente aux yeux des Soviétiques l’insigne avantage de sauter par-dessus la période du pacte germano-soviétique. Paulus est le premier des neuf témoins de l’accusation soviétique ; son témoignage et les questions qui lui sont posées par les avocats des accusés et les juges occupent la journée du 11 et la matinée du 12 février4. Sept autres témoins sont appelés entre le 22 et le 27 février. Deux d’entre eux témoignent de la destruction des Juifs, Samuel Rajzman, qui du ghetto de Varsovie fut transporté à Treblinka où il passa une année5. Et Abraham Sutzkever, le grand poète yiddish. Ce sont, pour l’ensemble du procès, les deux seuls Juifs à évoquer le sort des leurs.

  • 6 Jusqu’à la disparition de l’Union soviétique suivie par l’ouverture (partielle) de ses archives, il (...)

12En effet, l’écrivain soviétique Ilya Ehrenbourg – correspondant de guerre, alors immensément populaire – a placé Sutzkever en première position sur la liste des témoins (Sutzkever, 1955). Ehrenbourg n’a qu’une force de proposition. Une commission secrète a été établie pour diriger depuis Moscou le procès de Nuremberg, surnommée « commission Vichynski ». C’est elle qui décide de tout. C’est donc elle qui détermine le contenu des témoignages, lesquels n’ont rien de spontané. Ils ont auparavant été rédigés. Cette rédaction, écrit Sutzkever dans son Journal à la date du 16 février, dure cinq heures. Les témoins sont aussi préparés à un éventuel contre-interrogatoire par des agents du NKVD (la police politique soviétique)6.

13Le Journal de Sutzkever permet de saisir son état d’esprit. Il se réjouit de voir Berlin et Nuremberg en ruines. Il médite sur son intervention. Ainsi le 21 février, à 6 heures du soir : « Le nom de Nuremberg est entré dans l’histoire pour l’éternité : les lois de Nuremberg, le procès de Nuremberg. Symbole : là d’où est parti le mot d’ordre d’extermination du peuple juif vont être jugés les criminels. Et moi, peut-être le seul poète yiddish rescapé de toute l’Europe occupée, je viens au procès de Nuremberg non seulement pour déposer, mais comme témoin vivant de l’immortalité de mon peuple. » Le 22 février : « Si c’est techniquement possible, je parlerai en yiddish. La question technique est le seul obstacle éventuel. Ce sera la première déposition du procès en yiddish. Je prie Dieu qu’on trouve un traducteur. » Le 23 février : « Nous ne savons pas quand nous allons comparaître. Il est à craindre qu’une partie de nos témoignages ne pourront être entendus […]. Notre comparution se complique. J’apprends en dernière minute que quatre d’entre nous seront appelés […]. Qui seront les quatre ? Vais-je en faire partie ? Dieu seul le sait. » Le 25 février : « Les chances que je puisse témoigner sont de plus en plus faibles […]. Demain prend fin le réquisitoire soviétique. J’ai le sentiment qu’il y a des réticences concernant ma présence à la barre des témoins. Qu’y puis-je faire ? En fait, l’idée m’est désagréable. Mais qu’y puis-je ? »

14« Eh ! Tout à l’heure, le procureur Smirnov est venu me voir ! Je dois témoigner demain matin. Mais en russe ! Vais-je réussir l’examen ? Vais-je remplir correctement ma mission à l’égard de l’histoire, à l’égard de mon peuple ? Dieu seul le sait ! »

  • 7 Ces images sont notamment consultables au centre d’enseignement multimédia du Mémorial de la Shoah. (...)

15Effectivement, Sutzkever témoigne le 27 février, en russe. Son témoignage dura trente-huit minutes en y incluant les questions que lui posa le procureur Smirnov, dont les cinq premières furent filmées7.

  • 8 Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, 1947, Nuremberg, (...)

16Ce témoignage – il suffit de l’écouter pour le constater – est largement appris par cœur, probablement à partir du protocole rédigé à Moscou. Il est énoncé avec une certaine lenteur (Sutzkever, de son propre aveu, maîtrise mal le russe). Mais la lenteur et les silences dont il est émaillé sont le lot de bien des interventions au procès de Nuremberg et sont dus au système de traduction simultanée, l’immense majorité, sinon la totalité, des traducteurs soviétiques étant, de plus, incompétents (Hirsch, 2008 : 723). Le président Geoffrey Lawrence avait d’ailleurs demandé à Iakov Grigorev, paysan du district de Pskov qui avait témoigné la veille du jour où Sutzkever témoigna : « Veuillez répondre lentement et après avoir attendu un instant car la question doit être traduite et c’est ensuite votre réponse qui doit être traduite8. »

  • 9 Voir les séquences filmées du procès.
  • 10 Acteur et directeur de théâtre yiddish, également directeur du Comité antifasciste juif.
  • 11 Ilya Altman, préface à Ehrenbourg et Grossman, 1999 : 29.

17Reste la question de la langue du témoignage. Il n’eût guère été difficile pour l’accusation soviétique, si elle en avait eu le désir, de trouver, dans ces années, un interprète russe-yiddish, les locuteurs courants dans ces deux langues étant encore très nombreux. Il aurait alors été possible techniquement d’organiser cette traduction, comme cela fut fait pour la « citoyenne polonaise » Severina Shmaglewskaya, qui parla d’Auschwitz. Elle succéda à Sutzkever à la barre, côte à côte avec une interprète qui traduisait du polonais en russe, avant que les traducteurs ne fassent, à leur tour, la traduction vers les autres langues du procès, le français, l’anglais et l’allemand9. Il s’agit donc bien d’une volonté politique de gommer le yiddish. La demande de Salomon Mikhoels10 que le Livre noir fût traduit dans la « langue nationale » était, elle aussi, restée sans réponse11. Le peuple yiddish et ses écrivains qui avaient survécu en Union soviétique entraient dans une longue agonie : assassinat de Mikhoels, en janvier 1948, arrestation des dirigeants du Comité juif antifasciste, procès à huis clos, exécution de treize d’entre eux dans la nuit du 12 août 1952.

  • 12 Du nom de la forêt où quelque 4 000 prisonniers de guerre polonais furent exécutés par les Soviétiq (...)
  • 13 Discours dans lequel Churchill évoque la poussée du communisme dans les pays d’Europe centrale et o (...)
  • 14 La traduction du « Journal de Nuremberg » d’Abraham Sutzkever par Gilles Rozier et sa publication d (...)

18Le témoignage de Sutzkever à Nuremberg reçut peu d’attention. Il vint après l’évocation du massacre de Katyn12 qui donna lieu à une violente controverse et peu avant le fameux discours de Churchill à Fulton (5 mars 1946)13. La défense des « grands criminels nazis » se fit accusatrice à l’égard de l’Union soviétique, déterrant le cadavre dans le placard qu’étaient les protocoles secrets du pacte germano-soviétique. La « Grande Alliance » du temps de la guerre faisait place à la guerre froide, même si elle se survécut le temps de finir le procès. En outre, l’heure n’était pas venue de mettre au cœur de la criminalité nazie le génocide des Juifs, ni d’ériger le témoin en porteur de morale ou d’histoire. Quand Sutzkever témoigne, la salle est inattentive, bruyante, et Geoffrey Lawrence doit intervenir pour faire cesser les multiples bavardages14.

19Ainsi, même si la destruction des Juifs d’Europe est bien présente lors du procès de Nuremberg, elle est comme diluée dans l’ensemble d’une criminalité nazie multiforme. Le terme de génocide, que vient d’inventer le juriste Raphael Lemkin, ne s’acclimate pas alors. Il le fera lors de la discussion à l’ONU et de la ratification par un certain nombre de pays de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (1948).

20Le procès de Nuremberg est un élément de la construction du monde issu de la Seconde Guerre mondiale, avec la création de l’ONU, de l’UNESCO, du FMI… Il est un exemple, sinon le seul exemple, totalement réussi, même s’il fut justement critiqué, de ce que l’on appelle désormais la « justice transitionnelle ». Peut-être parce que pour la seule fois dans l’histoire se retrouvent trois conditions qui permettent l’exercice de la justice : une guerre tout à fait terminée par la capitulation sans conditions de l’Allemagne ; des accusés aux mains des accusateurs ; des archives qui permettent d’administrer la preuve. Ce sont ces archives qui permirent les premières écritures de l’histoire qui en furent très largement dépendantes. Le procès d’Adolf Eichmann pourrait être lu comme un complément à celui de Nuremberg. Ben Gourion, le Premier ministre israélien, avait voulu qu’il fût « un Nuremberg du peuple juif ». Il se tient quinze années après la fin de la Seconde Guerre mondiale : ce n’est donc pas une justice transitionnelle, mais un jalon dans l’interminable jugement des criminels nazis. Le nazisme a en effet été le seul régime dont les protagonistes ont été jugés, quel que soit le temps séparant leurs actes de leurs procès. Des procédures en Allemagne précédèrent ou suivirent ce procès, de ceux de Francfort à celui d’Ivan Demjanjuk tenu à Munich en 2011 ; la France fut le théâtre de trois procès : celui du nazi Klaus Barbie (1987) ; celui du milicien Paul Touvier (1994) ; celui du fonctionnaire de l’État français, Maurice Papon (1998).

21La question de la guerre et de qui l’a déclenchée s’estompe très vite au profit de la seule qualification, la plus problématique à Nuremberg, celle de crime contre l’humanité. Ce dernier est défini dans l’article 6 des statuts du tribunal. À y regarder de près, les mêmes actes relèvent du crime de guerre et du crime contre l’humanité. Le seul ajout concerne « les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux ». Ces persécutions devant avoir été commises « à la suite de tout crime entrant dans la compétence du tribunal ou en liaison avec ce crime », les pays qui persécutent leurs minorités en dehors de la Seconde Guerre mondiale étaient donc à l’abri des poursuites.

22Pour juger Adolf Eichmann, Israël se mit dans le sillage du procès de Nuremberg et de la Convention sur la prévention et la répression du crime de génocide. L’acte d’accusation comporte quinze chefs d’accusation. Les quatre premiers relèvent d’un crime en apparence nouveau, le crime contre le peuple juif. Il est défini par la loi israélienne de 1950 sur la répression des « crimes nazis et de leurs collaborateurs ». Cette loi, quand elle fut adoptée, ne visait pas les anciens nazis. Nul ne pensait qu’ils prendraient le risque de se rendre en Israël. Elle visait les Juifs accusés de collaboration : kapos dans les camps de concentration, membres des conseils juifs ou des polices juives des ghettos. Ils furent l’objet d’une quarantaine de procès. Une deuxième série d’accusations relève des « crimes contre l’humanité » (5, 6, 7, 9 à 15). Un seul chef d’accusation porte sur les « crimes de guerre ».

23À Nuremberg, le fait que les criminels soient « grands » (major) n’était pas lié à l’ampleur de leurs crimes, mais à leur position à la tête de l’État. Ils avaient commis leurs crimes dans plusieurs pays. Ainsi, le commandant d’Auschwitz, Rudolf Höss, qui témoigna en faveur de son supérieur hiérarchique Ernst Kaltenbrunner dans l’objectif de montrer que ce dernier ne s’était jamais rendu à Auschwitz, ne fut pas jugé à Nuremberg, mais à Varsovie et pendu à Auschwitz.

  • 15 Sur ce procès, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage : Wieviorka, 2011.

24Le procès d’Adolf Eichmann fait entrer la Shoah dans l’histoire et la constitue en événement spécifique dans la Seconde Guerre mondiale, distinct des autres aspects de la criminalité nazie15. La distance temporelle des faits explique que, pour la première fois, un historien, en la personne de Salo Baron, premier titulaire de la chaire d’histoire des Juifs à l’université Columbia, est cité à la barre des témoins. Sa présence atteste le passage du temps, la nécessité de rappeler un contexte – celui de la vie juive qui a précédé la Shoah – qui s’éloigne des mémoires. Si le procès de Nuremberg visait à établir un certain nombre de faits historiques, à produire un récit de ce qu’avait été la Seconde Guerre mondiale, le procès Eichmann vise la transmission, notamment à la jeunesse israélienne. Abba Eban, alors ministre de l’Éducation et de la Culture, l’énonce clairement. Le procès doit contribuer à réduire certains fossés qui menacent la cohésion nationale : fossé qui oppose « la nouvelle classe moyenne des villes à la vieille élite rurale née du mouvement kibboutz » ; entre « la population qui avait été élevée en Europe – et leurs enfants sabras (Juifs nés en Israël) – et les immigrants orientaux » ; entre les générations : « […] les jeunes nés au soleil, sous le vaste ciel, étaient attirés par une conception plus simple de l’existence, moins tourmentée, mais aussi plus superficielle intellectuellement que celle des premiers pionniers. » Dernier fossé enfin, celui entre « les sabras très réalistes, et les Juifs de la diaspora, plus sentimentaux, plus compliqués, plus introvertis, mais aussi plus créateurs ». Pourtant, précise encore Abba Eban, « […] certains souvenirs communs rappelaient souvent aux Israéliens que l’Histoire avait traité l’ensemble du peuple juif d’une manière telle qu’en fin de compte leur destin était indivisible. L’un des grands moments de vérité de l’unification fut la capture et le procès d’Adolf Eichmann » (Eban, 1975 : 181).

25Ce procès marque ce que j’ai appelé l’« avènement du témoin » (voir Wieviorka, 1998). C’est en toute lucidité que le procureur Gideon Hausner décide de faire reposer le procès sur deux piliers : les documents et les témoins. « Ce n’est que par la déposition des témoins, écrit-il, que les événements pourraient être évoqués au tribunal, rendus présents aux esprits, parmi le peuple d’Israël et parmi les autres peuples, d’une manière telle que les hommes ne pourraient pas reculer devant la vérité. » Cette vérité qui ne peut être touchée du doigt qu’en appelant à la barre les survivants « en aussi grand nombre que le cadre du procès pouvait l’admettre et en demandant à chacun un menu fragment de ce qu’il avait vu et de ce qu’il avait vécu […]. Mises bout à bout, les dépositions successives de gens dissemblables ayant vécu des expériences différentes donnaient une image suffisamment éloquente pour être enregistrée. Ainsi espérais-je, écrit Hausner, donner au fantôme du passé une dimension de plus, celle du réel » (Hausner, 1966 : 384).

26Les conséquences de cette option sont multiples. Elle permet d’intégrer les survivants à la société israélienne ; elle fait, selon l’expression de Hanna Yablonka, entrer leur histoire dans le code génétique israélien (Yablonka, 2004). Elle marque aussi le mouvement qui intronise le témoin comme porteur d’histoire et de mémoire.

27Pour la première fois, ce procès est filmé en intégralité en vidéo pour la télévision. Le 8 novembre 1960, un accord est conclu entre l’État d’Israël et un petit producteur de télévision américain, Capital Cities Corporation Company. Le 10 mars, les juges autorisent le filmage à condition qu’il soit invisible et inaudible. Il ne s’agit pas de constituer des archives, mais de filmer la totalité du procès et de proposer les vidéos aux télévisions du monde entier. Le filmage est confié à un réalisateur communiste américain, pionnier dans son pays du film documentaire, Leo Hurwitz. Avec ma collègue Sylvie Lindeperg, nous avons étudié en détail comment le procès fut filmé. La présence d’un grand nombre de journalistes, la possibilité de montrer en léger différé les images, en RFA et aux États-Unis principalement, font de ce procès un des tout premiers « global media event » (Lindeperg et Wieviorka, 2008 : 1249-1274).

  • 16 Sur les accusés de Cologne et leur procès, voir notamment Wellers, 1987 a et b ; Klarsfeld, 1987.

28En 1964, le parlement français adoptait une loi rendant le crime contre l’humanité imprescriptible. Si Hitler ou Mengele réapparaissaient, il serait ainsi possible de les juger. Il faut attendre les années 1970 pour qu’émerge en France, très largement à l’initiative de Serge Klarsfeld, l’idée de juger les responsables de la déportation des Juifs de France. Le 23 octobre 1979 s’ouvre à Cologne le procès de Kurt Lischka, de Herbert Hagen, et d’Ernst Heinrichsohn, tous trois condamnés à des peines de prison16. Pourtant, c’est le procès de Klaus Barbie (1987), responsable de la Gestapo de Lyon, extradé de Bolivie, qui est l’objet de toutes les attentions. Il s’agit là d’une première en France : jamais, en effet, un procès n’avait pris pour centre le génocide des Juifs. Bourreau de la Résistance, Barbie avait été jugé pour ces faits par contumace en 1952 et 1954 et condamné à mort. Ces faits sont désormais prescrits. Il ne peut donc être inculpé que de crimes contre l’humanité, sous condition que ces crimes n’aient pas été jugés. C’est le cas de la déportation des enfants d’Izieu et de celle des personnes raflées dans les locaux de l’Union générale des Israélites de France, rue Sainte-Catherine à Lyon. Ce procès est suivi de ceux du milicien Paul Touvier (1994) et de Maurice Papon (1997-1998). Ces trois procès présentent des points communs. De très nombreux témoins sont appelés à la barre qui témoignent de la Shoah et pas nécessairement des actions des accusés. Ces procès sont très fortement médiatisés. Ils sont filmés dans leur intégralité, les films devant servir à l’histoire. Surtout, il s’agit moins de punir que de donner une leçon d’histoire aux jeunes générations.

29Inexorablement, les temps du nazisme s’éloignent et ses contemporains disparaissent. Cet épisode du jugement des nazis appartient désormais principalement à l’histoire, même s’il demeure vivant par les multiples travaux des historiens, évocations littéraires, films… La question pourtant de la façon dont ont été jugés les responsables de ce régime criminel reste une grande question d’actualité. Comment juger les criminels d’État ? Qui sont-ils ? de simples rouages obéissants aux ordres ? Quel type de tribunal ? national ? international ? mixte ? La justice doit-elle être aveugle aux problèmes politiques que peut poser un procès ? Examiner comment la justice fut rendue peut aider à répondre à ces questions qui relèvent autant du droit que de l’éthique.

Haut de page

Bibliographie

Bloch, Marc, 1991 [1949], « Juger ou comprendre ? », in Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Armand Colin, p. 105-109.

Delbo, Charlotte, 1965, Le convoi du 24 janvier 1943, Paris, Éditions de Minuit.

Earl, Hilary, 2010, The Nuremberg SS-Einsatzgruppen Trial, 1945-1958: Atrocity, Law and History, Cambridge, Cambridge University Press.

Eban, Abba, 1975, Mon pays. L’épopée de l’Israël moderne, Paris, Buchet Chastel.

Ehrenbourg, Ilya et Grossman, Vassili (textes et témoignages réunis par), 1999, Le Livre noir. Sur l’extermination scélérate des Juifs par les envahisseurs fascistes allemands dans les régions provisoirement occupées de l’URSS et dans les camps d’extermination en Pologne pendant la guerre de 1941-1945, Arles, Solin / Actes Sud.

Falco, Robert, 2012, Juge à Nuremberg. Souvenirs inédits du procès des criminels nazis, Nancy, Arbre bleu.

Hausner, Gideon, 1966, Justice à Jérusalem. Eichmann devant ses juges, traduit de l’anglais par Pierre Javet, Paris, Flammarion.

Hirsch, Francine, 2008, « The Soviets at Nuremberg. International Law, Propaganda, and the Making of the Postwar Order », American Historical Review, vol. 113, no 3, juin.

Klarsfeld, Serge, « Le verdict du procès de Cologne », in Serge Klarsfeld (éd.), Mémoire du génocide. Un recueil de 80 articles du « Monde juif », Paris, Centre de documentation juive contemporaine / Association des fils et filles des déportés juifs de France, 1987, p. 451-485.

Lindeperg, Sylvie et Wieviorka, Annette, 2008, « Les deux scènes du procès Eichmann », Annales ESC, vol. 63, no 6, juin, p. 1249-1274.

Pontalis, Jean-Bertrand (dir.), 1988, Le mal, Paris, Gallimard.

Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, 1947, Nuremberg, t. 8 pp. 260 à 310.

Rajchman, Chil, 2009, Je suis le dernier Juif : Treblinka (1942-1943), traduit du yiddish par Gilles Rozier, préface d’Annette Wieviorka, Les Arènes.

Sutzkever, Abraham, 1995, « Mon témoignage au procès de Nuremberg », Europe, traduit du yiddish par Gilles Rozier, août-septembre.

Taylor, Telford, 1998, Procureur à Nuremberg, Paris, Éditions du Seuil,

Tisseron, Antonin, 2013, Le France et le procès de Nuremberg, thèse sous la direction d’Annette Wieviorka, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne.

Wellers, Georges, 1987 a, « Le cas Kurt Lischka devant les spectateurs de la télévision de la République fédérale allemande » in Mémoire du génocide. Un recueil de 80 articles du « Monde juif », Paris, Centre de documentation juive contemporaine / Association des fils et filles des déportés juifs de France, 1987.

Wellers, Georges, 1987 b, « Le procès de Beate Klarsfeld », in Serge Klarsfeld (éd.), Mémoire du génocide. Un recueil de 80 articles du « Monde juif », Paris, Centre de documentation juive contemporaine / Association des fils et filles de déportés juifs de France, 1987.

Wieviorka, Annette, 1998, L’Ère du témoin, Paris, Plon.

Wieviorka, Annette, 2011, Eichmann. De la traque au procès, André Versaille éditeur.

Yablonka, Hanna, 2004, The State of Israël vs. Adolf Eichmann, traduit de l’hébreu par Ora Cummings avec David Herman, New York, Schocken Books.

Haut de page

Notes

1 Le 8 août 1945, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’URSS, le Gouvernement provisoire de la République française signaient deux documents appelés respectivement « Accords de Londres du 8 août 1945 » et « Statut du Tribunal militaire international », ce statut faisant partie intégrante de l’accord. Les gouvernements des Nations unies pouvaient adhérer à l’accord, ce que firent ceux de Grèce, Danemark, Yougoslavie, Pays-Bas, Tchécoslovaquie, Pologne, Belgique, Éthiopie, Australie, Honduras, Norvège, Panamá, Luxembourg, Haïti, Nouvelle-Zélande, Inde, Uruguay et Paraguay. Tous ces documents figurent dans le premier des 42 volumes des minutes du procès et des documents qui y furent présentés, publiés dans les quatre langues du procès (français, allemand, russe, anglais) en 1947. Ils sont aussi disponibles sur Internet sur plusieurs sites, parmi lesquels : http://avalon.law.yale.edu/subject_menus/imt.asp

2 Sur ces questions, nous renvoyons à Taylor, 1998 et Falco, 2012.

3 Ce convoi était celui de l’écrivain Charlotte Delbo qui en a été l’historienne. Voir Delbo, 1965.

4 L’épisode Paulus occupe cinquante pages des transcriptions du procès, Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, Nuremberg, 1947, t. VIII, p. 260-310.

5 Il ne faut pas le confondre avec Chil Rajchman, lui aussi interné à Treblinka, auteur de Je suis le dernier Juif : Treblinka (1942-1943) (Rajchman, 2009).

6 Jusqu’à la disparition de l’Union soviétique suivie par l’ouverture (partielle) de ses archives, il n’existait pas d’études sur la façon dont elle avait organisé sa participation au procès de Nuremberg. Une lacune qui est désormais en grande partie comblée. Ces renseignements sont tirés de l’article de Francine Hirsch (2008).

7 Ces images sont notamment consultables au centre d’enseignement multimédia du Mémorial de la Shoah. Merci à Laurence Voix pour son aide avisée.

8 Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, 1947, Nuremberg, t. VIII, p. 260.

9 Voir les séquences filmées du procès.

10 Acteur et directeur de théâtre yiddish, également directeur du Comité antifasciste juif.

11 Ilya Altman, préface à Ehrenbourg et Grossman, 1999 : 29.

12 Du nom de la forêt où quelque 4 000 prisonniers de guerre polonais furent exécutés par les Soviétiques au printemps 1940.

13 Discours dans lequel Churchill évoque la poussée du communisme dans les pays d’Europe centrale et orientale.

14 La traduction du « Journal de Nuremberg » d’Abraham Sutzkever par Gilles Rozier et sa publication dans la revue Europe mit au jour cette participation au procès (1995). Je l’ai évoquée dans L’Ere du témoin (Wieviorka, 1998). Depuis, elle fait partie du savoir commun sur le procès.

15 Sur ce procès, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage : Wieviorka, 2011.

16 Sur les accusés de Cologne et leur procès, voir notamment Wellers, 1987 a et b ; Klarsfeld, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annette Wieviorka, « La justice et l’histoire », Socio, 3 | 2014, 183-197.

Référence électronique

Annette Wieviorka, « La justice et l’histoire », Socio [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 25 octobre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://socio.revues.org/651 ; DOI : 10.4000/socio.651

Haut de page

Auteur

Annette Wieviorka

Directrice de recherche émérite au CNRS. Elle est l’auteure de nombreux ouvrages sur l’histoire de la mémoire de la Shoah, sur les procès du nazisme et sur le communisme, notamment Le procès de Nuremberg, Rennes, Ouest-France, 1995 ; Eichmann. De la traque au procès, Bruxelles, A. Versaille, 2011 ; Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Paris, Fayard, 2010. Son itinéraire intellectuel a fait l’objet d’un livre d’entretiens avec Séverine Nikel : L’heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignages, Paris, Albin Michel, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org