Navigation – Plan du site
Le Dossier

Réponse à la réponse de Fuller

Volny Fages et Arnaud Saint-Martin
p. 179-181

Texte intégral

1Sans surprise, Steve Fuller a répondu à notre article. Il est courtois, ne s’offusque pas de la virulence de la critique, et réitère son point de vue, lequel n’a guère évolué depuis le procès Kitzmiller, en dépit des apparences et de la distance temporelle. Avant de lui répondre (une dernière fois ?), il faut souligner ici que ces échanges vifs mais cordiaux sont devenus rares dans le champ académique français. Que la disputatio puisse s’engager malgré la dureté de notre contre-enquête à charge donne quelques raisons de croire encore à la possibilité d’une discussion à bâtons rompus, si minimale soit-elle. Pourtant, nous ne sommes toujours pas convaincus et persévérons dans notre constat initial : Steve Fuller s’est fourvoyé dans le procès et sa réponse en est un nouvel indice. Nous passerons sur le fait qu’il réduit notre analyse à une chronique des seuls échanges autour du procès Kitzmiller (notre propos était bien plus inclusif…) pour considérer les éléments neufs qu’il apporte pour sa défense.

2Sans épuiser les points de dissensus, retenons au moins trois points.

3Premièrement, Steve Fuller continue d’éterniser une conception très personnelle de l’Intelligent Design. Il l’extrait stratégiquement de l’histoire du mouvement né aux États-Unis dans les années 1990 sur les décombres du créationnisme, pour fabriquer un épouvantail fait de lointains inspirateurs, tel William Paley, et d’insondables spéculations théologiques sur l’humain ou le « trans » – et le « posthumain ». La confusion est grande, l’observateur en surplomb façonnant, depuis le présent, un objet historique bien difficile à saisir. Puisqu’il considère que son « opportunisme » est une méthode de promotion de « finalités à long terme » qui nous dépassent, tout effort pour replacer cette métaphilosophie « progressiste et postdarwinienne » de la biologie dans l’histoire du cas de Dover (et d’autres, on imagine) relèverait de l’interprétation de courte vue ou pire de l’anecdote. Peu lui importe visiblement de n’être pas compris par ses contemporains, il semble qu’il pense qu’il le sera dans un futur – mais ni lui ni nous ne serons là pour le vérifier.

4Deuxièmement, son analogie avec l’histoire de la Fondation Rockefeller laisse perplexe. Difficile de lire cet exemple autrement que comme un coup rhétorique, celui-ci n’ayant qu’une fonction : divertir le lecteur de la discussion sur l’Intelligent Design, brouiller le questionnement par des révélations supposées rétablir l’inextricable complexité du problème considéré au départ. Souligner les stratégies politico-cognitives de la Fondation Rockefeller et son rôle dans le développement de la biologie évolutionniste ne modifie en rien, nous semble-t-il, notre analyse des rapports de forces présents lors du procès de Dover. Il serait d’une grande naïveté de dissocier de façon étanche enjeux cognitifs et problématiques socio-politiques. Fuller ne tombe pas dans ce piège, nous non plus. Mais là n’est pas la question.

5Dernier point de dissensus, l’impossible neutralité axiologique de la méthode « opportuniste » employée par Fuller. On signalera simplement ici que l’« épistémologie sociale », lorsqu’elle passe à l’action, se fait bien plus épistémologique que sociale. Et la réponse de Fuller confirme le caractère radical (au moins dans le discours) de l’occultation des programmes socio-politiques des acteurs de l’histoire, lesquels sont euphémisés et largement gommés dans l’argumentaire. L’irréduction invoquée par Fuller entre défense de l’heuristique d’un programme et adhésion audit programme (et aux valeurs qui le structurent) est, dans le meilleur des cas, d’une incroyable ingénuité.

6Nous ne sommes pas convaincus, et le contraire eût été surprenant, mais cela importe peu en définitive. Nous ne l’avions pas prémédité : en sollicitant une réponse de Steve Fuller, et en la recevant dans un délai très court, nous avons finalement été confrontés personnellement au genre de pratiques discursives qu’il s’était agi d’analyser. Après avoir examiné des stratégies rhétoriques « à froid », voilà que notre argument se trouve bousculé par une contre-argumentation « à chaud » et qui en appellerait d’autres, digressant dans l’infini d’une controverse à jamais ouverte. L’« épistémologie sociale » à la Fuller est une centrifugeuse : dès lors que l’on est assez déraisonnable pour s’y projeter, cela s’accélère et l’on finit par perdre tout repère. C’est pourquoi, prévenant les commotions cérébrales, il est de bonne méthode de débrancher cette machine infernale. Ce que nous faisons dans cette réponse expresse à la réponse. D’une certaine façon, cette séquence provocation-réaction-rétractation relève de l’observation participante. C’était pour nous l’occasion de réinstruire un dossier dont les attendus laissent songeur de ce côté-ci de l’Atlantique, sans jamais cacher notre position (que Steve Fuller a tôt fait de réduire à un plaidoyer nostalgique-pathétique en faveur de l’Intellectuel des Lumières, mais passons) ; c’était aussi l’opportunité de voir à l’œuvre le démon de l’argumentation philosophique. Au moins serons-nous d’accord avec Fuller sur un point qui nous échappera quoi que nous disions : au lecteur de trancher sur la justesse de ces stratégies d’incarnation de l’autorité intellectuelle sur des scènes autres qu’académiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Volny Fages et Arnaud Saint-Martin, « Réponse à la réponse de Fuller », Socio, 3 | 2014, 179-181.

Référence électronique

Volny Fages et Arnaud Saint-Martin, « Réponse à la réponse de Fuller », Socio [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 25 octobre 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://socio.revues.org/650 ; DOI : 10.4000/socio.650

Haut de page

Auteurs

Volny Fages

Maître de conférences en histoire des sciences à l’ENS Cachan. Ses recherches portent sur la construction, la normalisation, et la régulation de l’autorité épistémique depuis le xixe siècle. Il a notamment étudié les auteurs de cosmogonies scientifiques sous la Troisième République. Parallèlement, il travaille actuellement à une analyse des transformations contemporaines de l’enseignement supérieur, en particulier au travers des processus de clusterisation.
fages@ens-cachan.fr

Articles du même auteur

Arnaud Saint-Martin

Chargé de recherche au CNRS (laboratoire « Printemps », CNRS-université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Ses recherches portent sur les activités et les organisations scientifiques en général, et plus particulièrement dans le secteur du spatial. Poursuivant en parallèle des recherches relevant de l’histoire sociale des sciences humaines et sociales, il a récemment publié La sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte, 2013.
arnaud.saint-martin@uvsq.fr
Twitter : @ArSaintMartin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org