Navigation – Plan du site
Le Dossier

Retour sur expérience

Feedback from experience
Jean-François Gossiaux
p. 79-82

Résumés

L’auteur rapporte son expérience de «témoin de la défense» dans un procès intenté par des «scientifiques» à l’encontre d’une autre scientifique, dans le contexte du conflit yougoslave.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La justice, dit-on, est un théâtre. Elle l’est sans doute pour le public qui se serre sur les bancs du prétoire. Elle l’est pour les magistrats qui, s’ils ont laissé tomber la perruque, arborent toujours l’habit de leur rôle éminent. Elle l’est pour les avocats, dont certains, paraît-il, ont pris des cours d’art dramatique en guise de préparation aux concours d’éloquence et aux effets de manche. Elle l’est probablement moins pour les justiciables, pour l’accusé, dont le procès est un moment crucial dans la vraie vie.

2Pour ma part, j’assimilerais moins la justice à un théâtre qu’à une arène. Tel est du moins ce que je retire de ma comparution en tant que « témoin » au procès de Catherine Lutard. En l’occurrence, il ne s’agit pas de l’« arène publique », de l’arène comme métaphore du débat intellectuel et du combat des idées. Car le débat est hors programme et les idées sont hors sujet. L’image est celle du lieu clos où se donne un spectacle – corrida ou « jeux du cirque » – qui n’est pas celui du théâtre et de la vie simulée, mais celui de l’individu mis à la question.

3La comparution des témoins est précédée d’une longue attente sous la (débonnaire) surveillance d’un gendarme, dans une petite pièce contiguë à la salle d’audience et phoniquement isolée. Les témoins ruminent leur prestation à venir en s’observant à la dérobée. De temps en temps l’un d’eux sort, « appelé ». Car le règlement veut que les dépositions soient effectuées vierges de toute information sur le déroulement antérieur de l’audience. Le témoin est l’« idiot culturel » de la société d’interconnaissance qu’est devenu le tribunal au fil du procès. Mais avant même qu’il pénètre dans cette société, le confinement l’a coupé de sa réalité habituelle et plongé dans un état de semi-hébétude, ou d’irréalité. Sans doute la salle d’audience, comme toutes celles du palais de justice de Paris, était-elle sombre et mal éclairée. Mais je garde de mon entrée dans l’arène le souvenir d’une sorte d’éblouissement pénible, la sensation d’être plongé d’un coup dans la lumière du spectacle et de ne rien y voir, sauf la magistrate qui va m’interroger.

4Dans un procès de ce genre, la position du témoin (ou du genre de témoin que j’étais) est éminemment ambiguë. On attend de lui, ou il pense qu’on attend de lui, une forme d’expertise, un avis « scientifique ». Mais, en même temps, il n’est pas un expert au sens juridique du terme. Il est le témoin d’une des parties – en l’occurrence, la défense. D’un côté, on attend de lui (ou il pense qu’on attend de lui) la forme d’expression pondérée, nuancée et rigoureuse qui sied au scientifique. De l’autre, il sait que sa parole n’est pas neutre, dans aucun sens du terme, et qu’elle sera jugée à l’aune de son assurance. Et face à ce dilemme, son serment de « dire la vérité, rien que la vérité… » lui est de peu de secours, convaincu qu’il est de la complexité attachée à la notion de vérité scientifique.

5J’étais évidemment conscient de cette contradiction et m’en étais fait une raison théorique. J’ai été cependant surpris – a posteriori – par ses effets pratiques. L’avocat des plaignants a ainsi retenu et mis en exergue ma « longue hésitation » avant que je réponde à une question de la présidente. Ladite question était celle, essentielle quant au fond du procès, de la teneur de l’ouvrage « diffamé ». En substance et presque mot pour mot : avait-il ou non, selon moi, un contenu raciste ? En bonne rhétorique universitaire (ou selon la simple politesse académique), une question ainsi formulée en termes manichéens appelle une seconde de silence, sinon de réflexion, qui donnera à la réponse son poids de crédibilité. Dans l’arène judiciaire, cette seconde est hésitation et décrédibilise le propos. Le discours scientifique (tel qu’attendu) est un discours d’autorité. La rhétorique universitaire et la politesse académique n’ont pas leur place. Sauf à être un habitué des prétoires, le témoin est bien un « idiot culturel ».

6Et c’est à ce titre, si l’on peut dire, qu’il sera sidéré lorsque, poursuivant sa plaidoirie, l’avocat entreprendra de discréditer le témoin pour décrédibiliser le témoignage. Les allusions (pour le coup, proprement diffamatoires – mais il n’y a pas diffamation dans un tribunal) à de prétendues relations privées qui expliqueraient son point de vue susciteront certes un rappel à l’ordre de la présidente et seront reprises en contre-attaque par l’avocat de la défense, mais elles auront produit leur effet. Elles l’auront en tout cas produit sur le témoin, et ce d’autant plus que, désormais assis parmi le public, celui-ci n’a pas droit à une réaction, pas même à un borborygme d’indignation.

7Dans un procès, tous les coups sont permis, serait-on tenté de dire. On le dirait, bien sûr, à tort. Comme toutes les sociétés, le monde du tribunal a ses règles, ses pratiques et ses coutumes. Elles ne sont sans doute ni plus ni moins opaques pour ses étrangers que celles des autres sociétés. Mais pour le scientifique, l’universitaire qui vient témoigner, qui vient apporter son « expertise », le dépaysement est à la mesure de l’illusion de proximité intellectuelle qu’il pouvait avoir – avant. Il mesure la différence des concepts et des régimes de vérité, il éprouve celle des habitus, des rhétoriques, des comportements. Au bout du compte, il perçoit que le contenu de son discours – son expertise – est de peu d’importance. Le poids est essentiellement celui de sa personne, au sens premier du terme, c’est-à-dire de son personnage public, de son rôle social, et de l’autorité qui y est attachée. Il ne doit donc pas, à la réflexion, s’étonner ni se scandaliser si c’est sa personne même qui est la cible de la partie adverse, dans un jeu qui est plus celui du soupçon que celui de la vérité.

8L’anomalie n’est pas dans ce qui se passe ici, mais dans le fait de se trouver ici. Elle est dans le fait que le combat, la polémique, les antagonismes ont été déplacés du champ scientifique et universitaire à cette arène. Sans doute les luttes au sein dudit champ, semblables en cela aux luttes internes à n’importe quel champ socio-professionnel, utilisent-elles des armes diverses et variées qui ne sont pas seulement celles de l’argumentation scientifique. Elles mettent en cause les personnes et peuvent porter de lourds enjeux individuels, tant sur le plan matériel que sur le plan moral. Elles ne sont ni désincarnées ni éthiquement exemplaires. Le passage au champ judiciaire, cependant, en change radicalement la nature. Elles prennent une dimension proprement totalitaire, en ce sens que c’est la totalité sociale de l’individu qui est mise en cause. Celui qui attaque ainsi se met hors champ, il se situe délibérément et explicitement en dehors de la communauté scientifique, disqualifiée au regard de ses propres affaires, pour en appeler à la Société. Il s’exclut lui-même de la norme commune en invoquant la norme sociale.

9Quel peut être le ressort d’une démarche aussi exceptionnelle ? On ne peut évidemment se mettre dans la tête des trois plaignants, surtout deux décennies après les faits. On peine à faire l’hypothèse d’une réaction d’indignation spontanément partagée face à l’outrage de la critique. On peut remarquer que la situation de deux d’entre eux dans le champ universitaire était assez spécifique et impliquait une certaine familiarité avec le milieu judiciaire. On retiendra aussi que pour aucun d’entre eux l’ouvrage critiqué ne se trouvait dans son domaine de compétence propre. Ceci n’empêche pas qu’il se présentait comme un travail scientifique fait par des scientifiques et visant un lectorat scientifique (et y réussissant en partie). En se replongeant dans le contexte guerrier de l’époque, on peut imaginer que lesdits scientifiques se vivaient avant tout comme des patriotes croates, l’« extension du domaine de la lutte » concernant d’abord le champ universitaire, avant de se porter par contamination sur le terrain judiciaire. L’adversaire intellectuel, dans ce schéma, devenait un ennemi à annihiler.

10Si l’on peut saisir les motivations et la démarche des protagonistes, demeure la question globale de l’événement, du procès. Comment un tel débordement de la lutte scientifique a-t-il été possible ? Comment la communauté a-t-elle pu subir, sans grande réaction, cette dépossession agonistique ? Là aussi on se remémorera, non sans, rétrospectivement, s’en étonner, l’ambiance de l’époque. Concernant ce qui se déroulait en Yougoslavie, toutes les barrières étaient abolies, ou ignorées : entre savoirs spécialisés et affirmations généralistes ; entre sciences sociales et journalisme ; entre analyse intellectuelle et engagement partisan ; entre réflexion et émotion… La notion de confrontation entre collègues a sombré dans cette confusion des genres généralisée. Pourquoi tout cela s’est-il produit précisément à propos des événements yougoslaves ? Ceux-ci furent certes d’une violence et d’une gravité extrêmes, mais l’histoire des dernières décennies a donné à voir d’autres événements violents et graves. Et, en tout état de cause, c’est justement ce caractère d’extrémité qui requérait un apport spécifique des sciences sociales. Au lieu de quoi, celles-ci se sont abîmées dans une agitation incompréhensible, dont certains effets ne sont pas estompés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gossiaux, « Retour sur expérience », Socio, 3 | 2014, 79-82.

Référence électronique

Jean-François Gossiaux, « Retour sur expérience », Socio [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 25 octobre 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://socio.revues.org/560 ; DOI : 10.4000/socio.560

Haut de page

Auteur

Jean-François Gossiaux

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a été de 2006 à 2010 directeur de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain et directeur adjoint scientifique de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS de 2009 à 2011. Les recherches qu’il a menées durant plus de vingt ans dans les Balkans ont d’abord porté sur l’organisation familiale (Le groupe domestique dans la Yougoslavie rurale, thèse de doctorat, 1982), puis sur les phénomènes d’ethnicité et de nationalisme (Pouvoirs ethniques dans les Balkans, Paris, Presses universitaires de France, 2002). Sa réflexion actuelle porte sur la logique des rapports et des contacts entre systèmes sociaux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org