Navigation – Plan du site

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-7

Texte intégral

1Les chercheurs en sciences sociales aiment évoquer leurs éventuels engagements et le cas échéant leur participation à l’action collective ou au débat public. C’est pour eux un thème de prédilection. Leurs orientations en la matière, vite contradictoires, peuvent être ramenées à quelques couples d’opposition élémentaires. Classiquement, une première distinction sépare les « intellectuels », pour qui la participation à la vie politique et sociale est un choix assumé, et les « professionnels » pour qui il ne devrait y avoir de débats que scientifiques, au sein de leur milieu, avec leurs collègues et leurs étudiants. Parmi ceux qui s’engagent, d’autres différences sont non moins considérables.

2La distance est grande, par exemple, entre les penseurs capables d’exprimer des idées sur les sujets les plus variés, à la limite, comme disait Sartre, en se mêlant de ce qui ne les regarde pas, et les experts apportant leurs compétences précises, ou supposées telles, à des acteurs politiques, économiques ou autres, contestataires ou dominants, ou à des médias soucieux de commenter l’actualité avec sérieux.

3Il en est de même si l’on considère ceux qui, dans la lignée de l’école de Francfort ou de Pierre Bourdieu, adoptent une posture hypercritique où priment assez vite des logiques de soupçon et de dénonciation, et d’autres qui privilégient une approche constructive et réformiste, quitte à basculer parfois dans des positions normatives.

4Tout cela est bien connu, et quelque peu ressassé, même si ces questions ont été relancées il y a une quinzaine d’années, par le sociologue américain Michael Burawoy se faisant l’ardent promoteur d’une « public sociology1 » qui a depuis fait des émules parmi les anthropologues, les historiens étant eux-mêmes d’ailleurs ouverts depuis le milieu des années 1970 au projet d’une « public history ».

5Or autant les implications politiques que peuvent recouvrir ces enjeux sont l’objet de nombreuses réflexions et prises de position plus ou moins polémiques, autant leurs aspects juridiques et judiciaires sont généralement ignorés. Et pourtant, l’apport des sciences sociales à la vie de la Cité passe aussi par l’intervention des chercheurs, en tant que tels, devant les tribunaux. La justice fait appel à eux, dans des conditions qui peuvent être troublantes, comme témoins, en tant qu’historiens, anthropologues, sociologues par exemple, suscitant parfois l’image de la manipulation ou de l’instrumentalisation de l’apport de leur discipline ; elle les juge parfois aussi, ou les oblige à se mettre à sa disposition dans des conditions qu’ils peuvent trouver inacceptables. Il arrive que le droit se construise, en partie, sur la base de leur intervention.

6Les sciences sociales participent à leur façon, ou sont invitées à participer à la judiciarisation de nos sociétés, en même temps qu’aux aspects nouveaux de ce phénomène, en particulier dans ses dimensions internationales et globales. Les implications de cette judiciarisation sont considérables, et les tensions qu’elle révèle, entre la vérité des sciences humaines et sociales et celle de la justice, apparaissent nettement, y compris dans l’entretien que nous a donné la haute figure de la microhistoire qu’est Carlo Ginzburg. C’est un véritable continent d’interrogations, de réflexions et d’analyses que dévoile ce dossier préparé par Laëtitia Atlani-Duault et Stéphane Dufoix et que nous avons intitulé : « Chercheurs à la barre ».

  • 2 Dernier paru : Michel Foucault, Subjectivité et vérité. Cours au Collège de France (1980-1981), Par (...)

7Michel Foucault s’était intéressé à la pensée de Gary Becker, récemment disparu, et le prix Nobel d’économie a été suffisamment sensible à ce que le philosophe disait de lui pour accepter d’en débattre avec Bernard E. Harcourt, à l’époque professeur comme lui à l’université de Chicago, et François Ewald, qui fut l’assistant de Michel Foucault au Collège de France et qui en édite les cours2. Je remercie mes amis Harcourt et Ewald qui ont autorisé Socio à publier ces échanges où deux grandes pensées, mises en dialogue, se complètent étonnamment, bien plus qu’elles ne s’opposent : fruit de deux rencontres, ce document exceptionnel sera publié en deux temps dans notre revue.

8La deuxième livraison de Socio s’était intéressée aux mouvements de contestation qui animent notre monde, et notamment aux révolutions dans les pays arabes et/ou musulmans, ainsi qu’aux luttes des indignados et autres acteurs apparentés. Le dossier n’est évidemment pas clos, et nous avons ouvert notre rubrique « droit de suite » à des analyses qui le prolongent, à propos, cette fois-ci, des expériences récentes du Brésil, de la Turquie et de l’Espagne.

9Enfin, précision de la plus haute importance : désormais, Socio est accessible en ligne sur le portail revues.org. Notre revue peut donc être consultée par tous en accès libre, et désormais, sa version électronique paraîtra en même temps que les versions papier et epub. Socio sera incluse en 2015 dans le bouquet freemium que propose la plateforme OpenEdition Books aux bibliothèques, en France comme à l’étranger. Ainsi, la revue est en intégralité mise à disposition gratuite pour qui souhaite y accéder par la voie électronique. La Fondation Maison des sciences de l’homme, qui édite Socio, contribue de cette façon aussi à promouvoir la recherche en sciences sociales, et son internationalisation, en même temps que le débat d’idées si nécessaire en cette période de doute, d’incertitudes, de crise et de difficultés à installer la vie intellectuelle au meilleur niveau.

10Le dossier de ce numéro a été préparé sous la direction de Laëtitia Atlani-Duault et de Stéphane Dufoix.

Haut de page

Notes

1 Voir <http://burawoy.berkeley.edu/PS.Webpage/ps.papers.htm>.

2 Dernier paru : Michel Foucault, Subjectivité et vérité. Cours au Collège de France (1980-1981), Paris, Gallimard / Éditions du Seuil, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 3 | 2014, 5-7.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 25 octobre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://socio.revues.org/558

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Depuis 2009, il administre la Fondation Maison des sciences de l’homme (fmsh), et depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (ehess). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010). Il mène ses recherches dans le cadre du CADIS qu’il a dirigé de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013 ; Evil, Londres, Polity Press, 2012 ; Pour la prochaine gauche, Paris, Robert Laffont, 2011.
wiev@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org