Navigation – Plan du site
Varia

Qu’est-ce que la précarité ?

What is precarity?
Régis Pierret
p. 307-330

Résumés

La présente contribution se propose de clarifier la notion de précarité. En effet, le terme de précarité a souvent été employé en lieu et place de la pauvreté ou pour rendre compte de nouvelles formes de pauvreté. Dans cet article, l’auteur distingue la pauvreté de la précarité. Se référant aux écrits d’Alexis de Tocqueville, de Frédéric Leplay, d’Émile Durkheim, de Louis Chevalier, il montre la proximité voire la similitude entre le paupérisme et la précarité. Si la précarité se confond avec le paupérisme, elle n’épouse pas les contours de la pauvreté. La précarité, plus qu’un concept est un paradigme, la vulnérabilité sociale n’est plus seulement liée à l’expérience du chômage mais également à son éventualité. Afin de distinguer les différentes formes qu’elle recouvre, il est question des « précarisables » et des précarisés, mais également de haute, moyenne et basse précarité. Pour relater l’expérience de la précarité, l’auteur recourt à une sociologie du sujet. Enfin, tout en s’appuyant sur la société française, il met en évidence que la précarité n’est pas une spécificité hexagonale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le présent article est étayé par notre recherche qui a trait au travail social à l’ère de la précar (...)

1La précarité, parce qu’elle affecte des populations hétérogènes, semble vouée à une vague définition. Comme si le flou du contenant générait le flou du contenu. La précarité apparaît aussi comme parasitée par la pauvreté dont elle ne serait qu’un succédané ou un prolongement. Pourtant, la pauvreté et la précarité ne se situent pas dans la même temporalité, et si chaque société a ses pauvres, chaque société ne possède pas pour autant ses précaires. Pour définir la précarité, il est nécessaire de la disjoindre de la pauvreté. Sans réduire la pauvreté à des données purement objectives, disons-le, la pauvreté est mesurable et mesurée – comme l’évalue le taux de pauvreté au regard d’un niveau de vie –, pas la précarité. Cette dernière est éminemment subjective, elle est un sentiment qui ne recouvre pas forcément une réalité économique. Aussi, la précarité n’est pas plus quantifiable que ne l’était le paupérisme. Dans le cadre de cet article nous nous proposons de définir les contours de la précarité et par-là même de distinguer ses différentes formes1. Nous nous limiterons, ici, à l’expérience française, même si la définition que nous donnons de la précarité, à l’ère de la mondialisation, est transposable à d’autres pays tels que l’Allemagne, la Grèce, le Portugal, l’Espagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Russie, entre autres.

Précarité, pauvreté et paupérisme

2La précarité est une déclinaison du paupérisme, elle se dissocie à ce titre de la pauvreté.

Précarité, précarités

  • 2 Dans le rapport Oheix, le terme de précarité est employé pour « désigner un type de situation où la (...)
  • 3 « La précarité est l’absence d’une ou plusieurs des sécurités, notamment celle de l’emploi, permett (...)

3Le premier usage du vocable « précarité » n’est pas issu des sciences sociales, mais des politiques publiques. Il se décline en deux temps. C’est tout d’abord le rapport de Gabriel Oheix (1981), puis celui de Joseph Wresinski (Conseil économique et social, 1987). Le « rapport Oheix » circonscrit la nouvelle pauvreté : celle-ci est surtout composée de travailleurs précaires. Il établit un continuum entre la précarité, la nouvelle pauvreté et la pauvreté traditionnelle. Le « précaire » est un pauvre potentiel2. La pauvreté se subdivise ainsi pour Oheix en plusieurs niveaux : la précarité, puis la nouvelle pauvreté et enfin, la pauvreté traditionnelle. Dans le rapport Wresinski, la pauvreté traditionnelle et la nouvelle pauvreté sont réunies sous le vocable « grande pauvreté ». Pour la prévenir, il est alors nécessaire de conjurer la précarité, voire les précarités3. Ces dernières se subdivisent en trois catégories. Les déficits des ressources culturelles, sociales et économiques sont à l’origine des précarités et par voie de conséquence de la grande pauvreté.

4Les sciences humaines ne s’approprient la précarité qu’à l’aune des années 2000. Une première approche l’appréhende comme un prolongement, une nouvelle pièce venant se surajouter à la pauvreté. C’est ainsi que Serge Paugam(2005) distingue trois formes de pauvreté : traditionnelle, marginale et disqualifiante – à cette dernière viennent s’ajouter les travailleurs pauvres et les travailleurs précaires (Paugam, 2000). Cette typologie rend compte d’un accroissement du champ de la pauvreté qui n’épargne plus les travailleurs : Serge Paugam parle alors des travailleurs pauvres, puis des salariés de la précarité. Ces derniers ne sont pas forcément pauvres, mais ils peuvent perdre leur emploi, accumuler les contrats précaires de type intérimaires ou CDD et donc le devenir. Pour Paugam ce sont là de nouvelles formes de pauvreté. Un prolongement de cette approche nous est donné par Patrick Cingolani (2005), selon qui la précarité laisse voir des parcours discontinus, elle est plutôt associée à l’emploi et à ces expériences qui en résultent. La précarité peut aussi être un choix de vie. Les travaux de Paugam et de Cingolani se situent dans la lignée du rapport Wresinski (Conseil économique et social, 1987), sur lequel s’est étayée la mise en place du revenu minimum d’insertion (RMI) et dans lequel le terme de précarité est utilisé de manière équivalente au terme de pauvreté. La précarité y apparaît en effet comme une de ses composantes, elle ne s’en sépare pas. Ici, la précarité sous-tend la précarité de l’emploi. Cette approche est dominante au sein de l’importante littérature sociologique internationale sur le sujet, qu’elle soit par exemple anglo-saxonne (Vultur, 2010), allemande, italienne (Modena et Sabatini, 2010), espagnole (Fortino et al., 2012) ou portugaise (Estanque, 2005).

5Une deuxième approche associe la précarité au délitement des liens sociaux, mais également des cadres intégrateurs et, plus largement, aux mutations de la société. Dans la précarité, telle que l’entend par exemple Maryse Bresson(2007), l’individu ne se situe plus dans un système d’interdépendance, dans une solidarité au sens durkheimien du terme. Cette autre approche s’enracine également dans la perspective de la société du risque telle qu’elle a été définie par Ulrich Beck (2003), une société dans laquelle chacun a le sentiment d’être vulnérable. Dans le même registre, Robert Castel a pu parler de la « montée des incertitudes » et décrire une nouvelle réalité sociale dominée par l’incertitude du lendemain : le travail ne donne plus à l’individu un statut assuré (Castel, 2009). Certes Castel n’emploie pas le vocable précarité mais les expressions de « vulnérabilité sociale »(ibid.) ou d’« insécurité sociale »(Castel, 2003) qu’il attribue au détricotage du salariat et notamment à l’effritement du système de protection sociale. Cependant, il dresse le constat d’un système où la sécurité sociale se défait et laisse place à l’insécurité sociale. Ici, nous touchons à la précarité, telle que nous l’abordons – une préoccupation générale qui vient polluer l’ensemble de la société. La précarité a modifié notre rapport au monde, à la société. Omniprésente pour ceux qui sont « in », elle se manifeste par la souffrance au travail et/ou la peur de perdre son emploi. Et pour ceux qui sont « out » (Wieviorka, 1992), c’est la souffrance d’être inemployé temporairement voire d’être inemployable. Les premiers sont obsédés par la crainte de perdre leur emploi et de rejoindre la cohorte des « inutiles au monde », les seconds ont déjà tout perdu, ils sont des surnuméraires, des gens en trop. La précarité est une expression des mutations de la société industrielle. Si elle peut englober la pauvreté, elle est un phénomène plus large, elle apporte un paradigme pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. Dans le même registre, nous trouvons des sociologues tels que Klaus Dörre (2012), Klaus Kraemer (2011).

6Cette perspective est la nôtre. L’ère de la précarité laisse voir trois catégories de personnes : les « protégés », les « précarisables » et les « précarisés ». Les protégés ne se sentent pas concernés par la précarité ; ils exercent une activité professionnelle au sein de la fonction publique ou bien encore ils appartiennent à un milieu socialement protégé, à la grande bourgeoisie par exemple. Alors qu’il est généralement question des précaires, il nous semble nécessaire de réaliser une subdivision entre les « précarisables » d’une part et les « précarisés » d’autre part. Les précarisables constituent un groupe interstitiel, ils sont dans une position où ils ne sont ni « protégés », ni « précaires ». Ils sont majoritaires. Pour le dire autrement, la souffrance au travail, la peur de perdre son emploi(Maurin, 2009), la dépression (Ehrenberg, 2010), c’est eux. Ils savent que leur statut peut être éphémère, qu’ils peuvent basculer à tout moment. Potentiellement précaires, ils ont le sentiment d’être précarisés, l’emploi ne leur offre aucune certitude, ils sont dans l’insécurité permanente, dans la hantise de rejoindre la cohorte des exclus. Ils se sentent menacés par l’exclusion et s’ils travaillent, ils ne savent pas pour combien de temps encore. Leur entreprise peut fermer. Ce sont les travailleurs pauvres décrits par Florence Aubenas (2010), ces femmes de ménages surexploitées, mal payées d’une part, obligées d’autre part de travailler le double d’heures, l’ampleur de leur tâche étant sciemment sous-évaluée par l’entreprise d’entretien. Ce sont les travailleurs précaires, par exemple les ouvriers employés par des entreprises sous-traitantes ou des agences d’intérim sur le site de Peugeot dont parlent Serge Beaud et Michel Pialoux (1999). Leur entreprise peut fermer ou encore ils ne sont pas sûrs que leurs contrats soient reconduits. Lorsque nous parlons des « précarisés », nous franchissons un cran supplémentaire. Là, il n’y a plus l’angoisse de la perte de l’emploi car il est déjà perdu, ou n’a jamais été connu. Dans le premier cas, il est un lointain souvenir, dans le second, il constitue un monde inconnu.

La précarité, fille de la modernité

  • 4 Tocqueville remarque à ce sujet que « le département du Nord, qui est à coup sûr le plus riche, le (...)

7Se référer au paupérisme du XIXe siècle apporte un éclairage décisif sur la précarité. Alexis de Tocqueville, au travers de ses écrits sur le paupérisme (Tocqueville, 1835), effectue une distinction intéressante entre la pauvreté et le paupérisme. Si l’une possède un caractère universel, chaque société possédant ses pauvres, il attribue à l’autre un caractère temporel. Le paupérisme est, à ses yeux, une conséquence de l’émergence de la société industrielle : l’industrialisation entraîne la modernisation de l’agriculture qui a pour conséquence « l’agglomération de la propriété foncière » et un moindre besoin de main-d’œuvre. Sa modernisation amène les petits propriétaires agricoles à quitter la campagne pour la ville et l’industrie. Tandis que l’agriculture débauche, l’industrie embauche. Pour Tocqueville, le paupérisme est la forme que recouvre la pauvreté dans la société industrielle naissante : il constitue une nouvelle pauvreté, distincte de la pauvreté traditionnelle, car il se forme en milieu urbain4. Le paupérisme caractérise la pauvreté dans la période transitoire de déclin de la société traditionnelle et de naissance de la société moderne. Seconde caractéristique, le paupérisme tel qu’il est évoqué par Tocqueville est également ce que nous appellerons une « pauvreté de frustration », dont les causes sont à rechercher dans les besoins nouveaux. Tocqueville définit le pauvre comme étant celui qui manque, et il associe cette nouvelle pauvreté à la frustration, aux besoins nouveaux que crée la société industrielle et auxquels le pauvre ne peut mais veut accéder.

  • 5 Ce même raisonnement sera repris par Alexis de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique, t. I, (...)
  • 6 « Ce qui n’arrive au second que de loin en loin et dans quelques circonstances peut arriver sans ce (...)
  • 7 « Classes laborieuses et classes dange-reuses sont d’autant plus difficiles à distinguer que les li (...)

8Dans De la démocratie en Amérique, Tocqueville précise que chaque société possède invariablement des riches et des pauvres (Tocqueville, 1993). Cependant, au cours du processus de civilisation, la condition des pauvres se rapprochant de celle des riches, les premiers envient les seconds, la richesse paraissant toujours plus accessible5. Surtout, le paupérisme n’est pas seulement une nouvelle pauvreté, il est bien plus que cela. Et, si Tocqueville n’emploie pas le mot précarité, il s’approche cependant du concept, lorsqu’il évoque « l’homme civilisé […] infiniment plus exposé aux vicissitudes de la destinée que l’homme sauvage » (Tocqueville, 1835 : 10). Aussi, le paupérisme se situe au-delà de la pauvreté : la société industrielle naissante n’assignant plus l’individu à une place sociale, celui-ci est toujours menacé par la chute sociale6. Bien plus que la relativité de la pauvreté, ce que nous enseigne Tocqueville est que la sécurité des uns renvoie à l’insécurité des autres. Ainsi, plus les sociétés se modernisent, plus les individus ont le sentiment d’être en proie à l’insécurité. Aussi, ce n’est pas tant la pauvreté qui s’accroît que la précarité qui apparaît sous les traits du paupérisme. Bien que parler de « précarité » puisse paraître anachronique, nous nous autorisons néanmoins à dire que la société industrielle naissante en produit par l’absence de cette protection sociale dont jouissait le salariat. Cette vulnérabilité de l’individu à la naissance de la société industrielle sera à nouveau soulignée un siècle plus tard par Louis Chevalier dans Classes laborieuses, classes dangereuses 7, qui rend compte d’un salariat vulnérable dont l’avenir est incertain.

9Émile Durkheim met en évidence à la fin du XIXe siècle une réalité comparable à celle décrite par Tocqueville : « Il est certain, en effet, que, à tous les degrés de la hiérarchie sociale, le bien-être moyen s’est accru, quoique cet accroissement n’ait peut-être pas toujours eu lieu selon les proportions les plus équitables. Le malaise dont nous souffrons ne vient donc pas de ce que les causes objectives de souffrances ont augmenté en nombre ou en intensité ; il atteste, non pas une plus grande misère économique, mais une alarmante misère morale » (Durkheim, [1897] 1984). Pour Durkheim, le problème central de la société industrielle naissante n’est pas la pauvreté. D’ailleurs il n’en fait pas ou peu mention dans ces différents ouvrages – et sans doute a-t-il raison. Il rejoint ainsi Tocqueville : la société industrielle ne génère pas plus de pauvreté, elle produit de la précarité. Par conséquent, si la question sociale met sous le feu des projecteurs la pauvreté, elle soulève un problème plus vaste, celui de la précarité. C’est pourquoi le traitement de la question sociale va consister à apporter une sécurité au salariat. La précarité apparaît ainsi comme constitutive de la société industrielle.

10On retrouve cette distinction entre paupérisme et pauvreté chez Frédéric Leplay. Il définit le paupérisme – sans évoquer la pauvreté – comme l’absence de protection sociale de l’individu. Ce dernier ne peut plus s’adosser à la famille, il est vulnérable, voué à l’insécurité ; il peut risquer de s’écraser socialement. Le social fonctionne sans filet, l’individu peut tomber à tout moment :

« Dans ce régime, l’individu célibataire ou marié, n’ayant plus à pourvoir aux besoins de ses proches, arrive rapidement à une situation élevée s’il est pourvu d’aptitudes éminentes ; en revanche, ne pouvant prétendre à aucun secours, il tombe plus vite encore dans une condition misérable, s’il est inhabile ou vicieux. Malheureusement, cette condition, une fois produite, tend à devenir endémique, soit parce que les parents ne peuvent plus, comme dans le premier régime, contribuer par l’épargne à l’établissement de leurs enfants, soit surtout parce que ceux-ci restent abandonnés sans contrôle à leurs mauvais penchants, ou se trouvent, de bonne heure, pervertis par le mauvais exemple. Et c’est ainsi que se forme, en même temps que beaucoup de fortunes rapides, cet état social particulier, que l’histoire ne nous a offert à aucune autre époque, et en vue duquel on a créé, de nos jours, le mot de paupérisme » (Baudin, 1947 : 68-69).

11Frédéric Leplay attribue, comme Tocqueville, le paupérisme à la société industrielle naissante. Les solidarités se défont, l’individu se retrouve alors seul face à lui-même. Et, à l’instar de Tocqueville, Durkheim rend compte d’une désaffiliation qui, si elle peut générer de la misère économique, produit avant tout de la misère morale. Pour Leplay, les sociétés modernes ne créent pas plus de pauvreté, elles fabriquent de la vulnérabilité.

12Ce retour sur les « classiques » permet d’appréhender autrement la précarité : cette dernière n’est pas la pauvreté, la pauvreté se situant dans un rapport de domination qui n’implique pas la vulnérabilité sociale. Le paupérisme du XIXe siècle comme la précarité du XXIe siècle rendent compte des revers de l’individualisme. L’individu positif peut, à tout moment, devenir un individu négatif(Castel, 2003).

L’espace de la précarité

La précarité à tous les étages

  • 8 Lorsque nous parlons du RSA nous n’évoquons ici que le RSA social, attribué aux personnes considéré (...)
  • 9 Les intervenants sociaux travaillant dans des organismes de tutelle rendent compte de budgets où le (...)

13La précarité n’épargne aucune catégorie sociale ou presque. Les couches moyennes sont en grande partie menacées, tout comme les classes populaires ; quant aux pauvres, ils sont pour leur grande majorité précaires. La précarité va au-delà de la pauvreté et ne l’englobe que partiellement. C’est pourquoi nous disons qu’une personne peut être pauvre sans être précaire. En effet, la précarité est avant tout la privation, la rupture du lien social. Si cette rupture est présente dans la pauvreté, alors la personne est pauvre et précaire. Il est néanmoins possible d’être pauvre sans être précaire, par exemple lorsque la personne concernée bénéficie d’un réseau familial ou amical sur lequel elle peut s’appuyer. Ainsi, prenons l’exemple du revenu de solidarité active (RSA)8 qui doit permettre aux personnes d’exister dans la pauvreté. Une personne peut le percevoir et avoir le sentiment que sa vie lui convient parce qu’elle est inscrite dans un réseau social qui lui octroie un statut social. La précarité, au contraire, renvoie à la solitude. Ici, la personne perçoit le RSA social mais elle a le sentiment d’être seule, de n’exister pour personne d’autre. Aussi, elle se vit comme précaire, les aides qu’elle reçoit ne lui permettent pas de vivre, elle est obsédée par la survie. Elle voudrait consommer à sa guise, mais elle est dépendante de la banque alimentaire, des Restos du cœur. Elle a le sentiment d’être dépossédée de son existence, d’être totalement tributaire des services sociaux9. Autre exemple : les personnes seules au sens littéral du terme, celles qui n’existent pour personne. La précarité recouvre alors la forme du non-sens de l’existence, des lendemains pour rien, ces personnes ont un profond sentiment d’inutilité. Une autre forme où se conjuguent pauvreté et précarité est donnée par des familles qui vivent du RSA et se demandent comment elles vont pouvoir boucler la fin du mois. Elles sont envahies par le sentiment de ne pas y arriver, d’être structurellement endettées. Leur avenir semble toujours dépendre d’une aide qui sera octroyée ou pas par des intervenants sociaux. Ceux-ci décrivent ces familles comme culpabilisant de cette dépendance : elles demeurent en quelque sorte sous la tutelle de l’État à travers les collectivités territoriales par le biais des aides financières, des secours d’urgence. Elles ont le sentiment que l’allocation qu’elles perçoivent est révocable et, de surcroît qu’elle ne leur permet pas de vivre. Les situations décrites précédemment sont notamment vraies pour le RSA social, les personnes percevant cette allocation n’accèdent pas au travail. Dans le cadre du RSA activité, les personnes ont un travail, le plus souvent à temps partiel, mais le travail ne leur suffit pas pour vivre, l’allocation différentiel leur permet de percevoir en tout un SMIC. Par ailleurs, certaines personnes refusent de prétendre à un travail. Cela est particulièrement vrai pour les familles monoparentales pour lesquelles la perte de certaines aides telles que la CMU, les coûts occasionnés pour la garde des enfants et par les frais de déplacements constitue des entraves à l’accès à l’emploi. Le travail dans ce cas précis renforce la précarité.

14Dans toutes ses situations prévaut la sensation de ne pas avoir la maîtrise de son existence. Cette absence de maîtrise est également présente en milieu populaire, non plus dans la catégorie des pauvres, mais dans celle des ouvriers peu ou pas qualifiés. Ceux-là ont un emploi qu’ils considèrent comme précaire, ils se vivent comme menacés par le chômage. Ils ont le sentiment que leur vie peut basculer à tout moment, et que s’ils perdent leur emploi, ils se retrouveront à la rue. Les couches moyennes ont la perception d’un avenir un peu plus assuré, mais cette assurance est toute relative. Elles peuvent se vivre également comme menacées. Même si les diplômes, le capital culturel semblent un peu les protéger, elles savent que la perte de leur emploi peut également être une réalité, qu’elles devront vendre leur logement, qu’elles ne pourront plus assurer le remboursement de leurs emprunts (voir Maurin, 2009). Elles ne se perçoivent plus invulnérables comme jadis, elles savent qu’elles sont devenues fragiles, que la chute sociale peut les toucher comme elle touche d’autres catégories sociales. Elles sont devenues précarisables.

Haute, moyenne et basse précarité

15La précarité est une production de la société des chances (Dubet, 2010), d’une société qui sélectionne. Elle se caractérise par la violence des rapports sociaux. Pour les précarisables, la vie est un combat de tous les jours, pour ne pas devenir précaires. Pour les précarisés, un combat de tous les instants pour ne pas mourir, retrouver un sens face au vide social, au temps mort que constitue l’existence. On peut parler de haute, de moyenne et de basse précarité.

  • 10 Le témoignage d’Ann Webb (2011) rend compte du parcours précaire d’une États-Unienne venue en Franc (...)
  • 11 Dans le cadre de la recherche que nous réalisons sur le travail social à l’ère de la précarité, ce (...)
  • 12 Numéro d’appel téléphonique en vue d’obtenir un hébergement d’urgence pour les personnes à la rue.

16Dans la haute précarité, ou précarité absolue, incarnée par les personnes à la rue, la vie est une lutte de tous les instants pour la survie10. Si dans la haute précarité, l’individu trouve un sens à l’existence dans la lutte perpétuelle pour survivre, dans la moyenne précarité, il est à l’abri, il possède un toit, mais la vie perd son sens, devient un temps mort. Sa vie est habitée, scandée par la routine du vide. L’individu est hors du temps, il n’a aucune existence sociale. Paradoxalement, ce qui peut constituer une sortie de la précarité totale condamne la personne à l’inutilité sociale. Alors que dans la rue, la survie passe par la nécessité de se projeter en permanence, la sortie de la rue rend caduque cette projection, elle condamne l’individu à une errance au sens littéral du terme ; il est à l’abri mais il ne va plus nulle part. La sortie de la précarité semble se réaliser au prix de la mort sociale11. Dans la haute précarité, l’individu ne se maintient qu’au prix d’une lutte permanente pour ne pas mourir. La journée est scandée par la « manche », par l’appel au 11512, par le passage de la camionnette des Restos du cœur. Sortir de la précarité absolue c’est se trouver confronté au sens de l’existence : quel sens lui donner lorsqu’on n’existe pour personne ou lorsqu’on ne peut plus décider pour soi, être maître de sa destinée ? Il s’agit alors de vivre pour soi, mais vivre pour soi nécessite d’être inscrit socialement, de prendre place dans le regard de l’autre. Or, l’individu ne se trouve pas ou plus, dans ce cas-là, dans une interdépendance, mais dans une dépendance sociale. Il est tributaire de la société, des aides sociales, assisté. Les intervenants sociaux des Maisons relais évoquent des personnes demeurant toute la journée dans leur chambre, ayant des difficultés à faire la moindre sortie par peur du regard de l’autre. Tout rapport à l’autre ne peut avoir lieu qu’en présence des travailleurs sociaux. Enfin, dans la basse précarité, l’individu sait ou a le sentiment qu’il peut chuter à tout moment. Travailler ne lui semble pas le prémunir contre la précarité. Tant qu’il travaille, elle n’est qu’un spectre, mais il vit dans la crainte du basculement que constitue la fermeture de son entreprise, un licenciement. Les travailleurs sociaux, de ce point de vue, incarnent une figure paroxystique de la basse précarité. Ils s’occupent des précaires tout en sachant qu’ils peuvent le devenir à l’instar de certains de leur collègue qui ont fait l’expérience de la fermeture de leur structure et du chômage. Ils n’ont plus le sentiment d’avoir un statut social pérenne, ils peuvent basculer du jour au lendemain. Aussi, la précarité des uns et la potentielle précarité des autres renvoient pour tous à la précarité de l’existence.

La fin de la reproduction

17La précarité n’est pas un destin social. Elle n’est pas l’apanage d’une minorité, mais d’une grande majorité de la population. Combien de travailleurs ont le sentiment aujourd’hui que leur emploi est menacé, combien de personnes se demandent de quoi demain sera fait ? Qui a réellement la conviction que son avenir est assuré, qui peut décemment penser pouvoir quitter son travail du jour au lendemain et en trouver un autre ? Ces interrogations concernent le plus grand nombre. En cela, nous avons changé de société. La société industrielle à son apogée permettait une confiance collective en l’avenir, cette confiance a fait place au doute. La menace de perdre son emploi est certes variable. Certains sont objectivement menacés par la précarité, leur entreprise peut fermer ses portes, ils ont le sentiment d’être en sursis. D’autres le sont de façon conditionnelle, ils supputent qu’ils peuvent se retrouver sans emploi. Et la crainte n’est pas sans fondement, même dans des professions qui semblaient ne pas pouvoir être touchée par le chômage. Il en est ainsi par exemple des travailleurs sociaux : certains ont vu leur structure fermer par décision préfectorale, c’est le cas des accueils de jour, ou par choix d’un conseil général, comme pour certaines équipes de prévention. Même pour des professions « apparemment » protégées, le travail n’est plus assuré et ne peut plus être pensé comme tel. Chacun peut alors éprouver le sentiment que la roue de la précarité tourne et qu’elle peut s’abattre sur lui. Il y a à peine un demi-siècle, le destin social, la pauvreté étaient rassurants car n’était pas pauvre n’importe qui. Les trajectoires de vie étaient marquées du sceau de la reproduction, ce n’est plus le cas aujourd’hui. La précarité s’est répandue sur l’ensemble de la société. Elle a changé la donne, une majorité de personnes est convaincue qu’elle peut basculer à tout moment. Les travailleurs des usines appartenant à des multinationales, s’ils ont le sentiment d’être moins exposés, n’ont pas pour autant celui d’être en sécurité : leurs usines peuvent « dégraisser », ils peuvent faire partie d’une vague de licenciement, et, dès lors, la précarité pressentie peut devenir réalité. Que dire des salariés dans les petites et moyennes entreprises (PME) pour qui demain tout peut basculer, que dire encore des artisans pour qui l’avenir est encore plus aléatoire, que dire des auto-entrepreneurs ? La pauvreté était installée à la périphérie de la société et elle touchait une minorité, la précarité a étendu son spectre sur la majorité de la société. Hier, la société du destin social était rassurante car elle avait ces proies toutes désignées ; la société de l’aléa social l’est beaucoup moins, tout le monde ou presque peut tomber, l’avenir est devenu imprévisible. Celle-là était sécurisante, elle ne laissait rien au hasard, tout était écrit ou presque. Celle-ci n’autorise aucune explication rationnelle. Elle est le chariot fou furieux de la modernité dépeint par Anthony Giddens (1994). Certes, les pauvres constituent la population la plus vulnérable, en grande partie condamnée à la précarité, mais cette dernière a gagné la plupart des autres tranches de la population. La précarité est pareille au tsunami, elle ne distingue pas les classes sociales, elle peut frapper n’importe qui, n’importe quand. Peu de personnes se sont forgées un destin antisismique. C’est pourquoi les catégories protégées de la précarité sont rares.

Nous sommes tous devenus vulnérables

18La précarité montre comment des projets de vie que l’on pourrait croire immuables sont infiniment vulnérables. Elle est faite de tsunamis individuels. Tandis que chacun croit construire ce qui le préservera de la catastrophe, chacun peut se retrouver face à elle et connaître l’effroi d’une vie détruite, d’une vie qui ne vaut rien(Bauman, 2006). Aussi, nous plonge-t-elle au cœur de la condition humaine, lorsque nous avons le sentiment de fabriquer un édifice solide, un château de pierre, alors que nous ne fabriquons que des châteaux de sable qui peuvent s’effondrer à tout moment. Nous échafaudons des scenarii avec la conviction de nous garantir un statut social, et nous nous apercevons subséquemment que ce statut est éphémère, que tout ce que nous possédons, nous pouvons le perdre. Si la sécurité sociale a permis de croire en la pérennité de l’existence, nous nous apercevons que celle-ci n’est qu’une illusion, que nous sommes tous extrêmement fragiles. La reconnaissance que nous pensons établie n’est que provisoire comme en font l’expérience les personnes qui perdent leur travail. En se retrouvant au chômage, elles perdent bien plus que leur emploi, elles sont dépouillées de leur statut social, elles ne sont plus rien. Elles s’aperçoivent alors à quel point l’existence est précaire. Les travailleurs précaires vivent avec la hantise que la précarité les engloutisse. Ils sont avant tout talonnés par elle, ils savent que le basculement peut les surprendre à tout moment. À l’ère de la précarité, plus rien n’est acquis, au contraire, tout est fragile, chacun a le sentiment d’être vulnérable. Aucune place, aucun statut ne paraît définitif, tout peut changer du jour au lendemain, il est faux de penser que l’individu tient par lui-même et pour lui-même. L’individualisme, en même temps qu’il affranchissait l’individu de la communauté, l’a rendu plus fragile. Il ne peut compter que sur lui-même. L’individu est devenu autonome au prix de la vulnérabilité. Il n’a pas la solidité du roc, mais celle du pot d’argile ; les vicissitudes de l’existence peuvent le briser. Aussi, la dépression guette l’individu postmoderne (Ehrenberg, 1998), elle peut le faire sombrer à tout moment.

Le sujet précaire

19Si la précarité est une forme de domination qui s’abat sur l’individu, ce dernier peut tenter de la combattre, refusant de tomber toujours plus bas. Aussi, rendre compte du contenu de la précarité nous conduit à parler du sujet précaire, lequel est également ce qui résiste à la précarité.

  • 13 « Le mouvement ouvrier a structuré les rapports de domination, inquiété et contesté les classes dir (...)
  • 14 Michel Wieviorka effectue ainsi une distinction entre le sujet qui est un acteur individuel et l’ac (...)

20La pauvreté a accompagné les sociétés traditionnelles. La précarité a été la matrice de la société industrielle. Aussi, n’est-ce pas un hasard si la pauvreté fait une courte réapparition à l’apogée de la société industrielle, lorsqu’il y a un acteur constitué, un mouvement ouvrier, alors figure centrale de notre société. Cet acteur, au travers de ces revendications d’une société plus juste, a fait reculer la précarité, il l’avait presque annihilée13. Ensuite, alors que le mouvement ouvrier se défaisait sur fond d’acquis sociaux, mais également de massification du chômage, la précarité a étendu son champ d’action. Elle s’est diffusée. À l’acteur collectif a succédé un individu, un sujet défini hors rapports sociaux14. L’acteur au travers du conflit faisait reculer la précarité en dotant l’individu d’acquis sociaux, le sujet quant à lui est l’expression de la déstructuration de la société, d’une société sans conflit. L’acteur collectif combattait les inégalités sociales, le sujet les subit et il est engagé dans une lutte perpétuelle pour tenter de survivre, de s’épargner la précarité. Le sujet singulier est une production de la précarité, engagé dans un combat lorsqu’il est précarisable afin de ne pas être précarisé, et, lorsqu’il est précarisé pour ne pas être encore plus précaire. La pauvreté a incarné la domination des sociétés traditionnelles, le paupérisme a marqué la naissance des sociétés modernes ou industrielles, la précarité est typique des sociétés postmodernes ou du déclin de la société industrielle : chacun a le sentiment d’être révocable à tout moment. Il n’y a plus le monde du dedans et celui du dehors, les frontières entre les deux ne sont plus étanches : chacun peut chuter, passer du jour au lendemain du dedans au dehors.

Le sujet

  • 15 Comme a pu l’écrire Alain Touraine dans Un nouveau paradigme, « L’expérience d’être un sujet se man (...)

21Pour comprendre la précarité, le concept de sujet s’avère précieux. Le sujet constitue ce qui résiste à la précarité. Dans la haute précarité, le sujet, c’est la volonté de résister, d’exister, une lutte de chaque instant contre la négation totale de l’individu qui se bat pour ne pas mourir. Le sujet s’oppose à la réification absolue15.

22La sortie de la haute précarité, par exemple des personnes qui se retrouvent alors seules dans un logement, peut paradoxalement amener une logique de non-sujet. La personne n’a alors plus à se battre contre la négation totale d’elle-même, elle survit. Elle a alors le sentiment d’être sortie du pire, mais elle est, cependant, écrasée, face à elle-même. Le rapport de soi à soi qui dicte le rapport aux autres est constitué du vide, nous avons parlé de la routine du vide. L’individu n’existe pour personne, il ne peut vivre pour lui-même parce qu’il n’a pas d’existence sociale, sa vie ne compte pas. Il se situe dans une relation de dépendance vis-à-vis du travail social qui, si elle l’affranchit de la précarité, lui interdit néanmoins toute perspective. Alors que la haute précarité l’incitait à lutter pour survivre, l’individu maintenant n’a plus à se battre ni pour lui, ni pour personne, son existence devient vide. Ici, nous ne sommes pas dans le bowling alone (Putnam, 2000), mais dans le zapping alone – l’individu est seul devant son téléviseur avec sa télécommande. Le sans domicile fixe qui reçoit un logement sort d’une forme de précarité pour rentrer dans une autre, il se demande pourquoi il vit, alors qu’il n’existe pour personne. La précarité renvoie dans ce cas de figure à l’absence de lien social. L’individu est là hors du monde social. Il est semblable à un patient sous perfusion, il est alimenté, maintenu dans une vie végétative, mais il ne peut rien faire. Le RSA lui permet de ne pas mourir, mais il ne l’inscrit pas dans le monde social, il ne travaille pas, il est sans lien familial ou amical. Rares sont les personnes précarisées qui, dans cette situation, ont une activité. L’individu est un non-sujet. S’il est un rescapé de la rue, un survivant, il s’interroge : tout ça pour quoi ? La réponse est invariablement : tout ça pour rien puisque la sortie de la précarité absolue ne lui procure aucune utilité sociale. Si les non-sujets ont quitté la précarité physiologique, ils sont confrontés à la précarité liée à l’absence de lien social.

23Les précarisables quant à eux sont dans un combat permanent pour tenter de différer la précarité, pour rester dans le monde des « in ». Ils sont l’incarnation de la souffrance au travail, ils ont le sentiment de vivre perpétuellement avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête. La lutte pour ne pas devenir des précarisés les conduit à être sujet lorsqu’ils ont le sentiment de se battre contre la domination, de ne pas lâcher prise, mais, pour certains, la souffrance au travail les transforme en non-sujet. Ils se soumettent, souffrent en silence, sont prêts à tout pour ne pas être licenciés. Le sujet lutte pour ne pas sombrer dans la précarité, il tente de résister, de conjurer la précarité, pour ne pas basculer de précarisable à précarisé ; le non-sujet quant à lui se laisse écraser, il est prêt à tout pour ne pas être broyé par la précarité. Il peut alors être en proie au harcèlement moral, mais il se soumet, car se révolter, c’est risquer d’être propulsé dans le monde des précarisés. Aussi, il subit la domination qui s’exerce dans l’emploi, il a le sentiment d’être réifié, mais, la réification est pour lui le prix à payer s’il ne veut pas basculer. Autrement dit, le non-sujet accepte ou plutôt se plie à la domination totale de l’employeur. Le travail n’est pas ici perçu comme le lieu de l’épanouissement, mais le lieu de la souffrance, il faut se soumettre pour survivre.

24La précarité ne cesse de poser la question du sujet. Condition de l’homme postmoderne, s’affirmer comme sujet induit une bataille perpétuelle, pour ne pas être happé par la précarité, pour la dignité, pour ne pas être enseveli dans les rapports de domination voire de soumission auxquels peuvent contraindre la peur de la précarité, la hantise du passage de précarisable à précarisé. La précarité est incarnée par la domination invisible du marché, le risque d’être enseveli à tout moment. Pour certains, l’obtention d’un emploi protégé constitue une sortie du spectre de la précarité permettant d’être épargné, d’exercer un travail qui protège. Pour d’autres, le spectre de la précarité exerce une force d’une intensité variable : plus l’individu se vit comme menacé par la précarité et plus il a le sentiment d’être un sujet précaire et inversement. Dans tous les cas, être sujet c’est lutter pour ne pas être précaire ou, lorsqu’il l’est, pour l’être le moins possible. La seule résistance à la précarité est dans le sujet ou tout du moins dans la tentative d’être sujet, de refuser la domination de la force impersonnelle que constitue le marché. Le sujet se situe dans un effort permanent pour se prémunir de la précarité qui menace de broyer la personne à tout moment. La précarité n’est pas dissociable de l’individu, et être un individu, c’est être précaire, être menacé de l’être, et tenter d’y résister en s’affirmant comme sujet, comme acteur personnel de sa propre existence. Le sujet à l’ère de la précarité peut paraître normatif, il n’aspire pas au changement social mais à maintenir (pour les précarisables) ou à conquérir ou à reconquérir (pour les précarisés) sa place au sein de la société. Le sujet, ici, refuse d’être écrasé par la domination bien plus qu’il n’aspire à son émancipation.

Conclusion

25Alors que la précarité est souvent appréhendée comme un phénomène nouveau, comme une nouvelle forme de pauvreté, dans le cadre de cet article, en convoquant Tocqueville, Leplay, Durkheim, Louis Chevalier, nous avons voulu montrer que la précarité est fille de la modernité. Elle n’est pas la pauvreté qui est un statut social, elle est une inscription sociale dans un rapport de domination, elle est inhérente à toute société. La précarité est une production de la modernité, elle constitue depuis le début de la société industrielle la « condition de l’homme moderne ». L’individualisme en rendant l’homme autonome le rend également vulnérable, précaire. En ce sens, nous sommes tous précaires. Avec la modernité, le travail acquiert une place centrale, il devient le principal lien qui rattache l’individu à la société à mesure qu’il se détache de la communauté de la société traditionnelle. Le travail est alors censé prémunir l’individu de la précarité. Aussi, plus l’individu occupe un emploi stable, plus il a le sentiment de la tenir à distance, a contrario plus le travail devient incertain, plus l’individu s’éprouve comme précarisable, lorsqu’il est privé d’emploi ou lorsque le travail ne lui permet pas d’être autonome, il se vit alors comme précarisé. Parce que la précarité ne recouvre pas forcément la même intensité selon que l’on est précarisable ou précarisé, nous avons également parlé de haute, de moyenne et de basse précarité. La précarité ayant envahi le monde social, ce dernier pourrait laisser place à des agents écrasés par la domination, or, il n’en est pas toujours ainsi, les individus luttent, tentent de devenir ou de rester sujets. Tandis que l’individu risque à tout moment d’être réifié, d’être anéanti par la mort sociale, le sujet constitue cette tentative de se maintenir dans la vie sociale.

  • 16 La société ne tient plus ses promesses, la massification du chômage fait vaciller le modèle françai (...)

26La précarité a-t-elle envahi notre quotidien ? La société industrielle à son apogée a laissé place à un système assurantiel qui prémunissait l’individu des risques mais qui a, en retour, créé de la précarité. D’un côté, la société industrielle a installé la précarité, d’un autre côté elle a dégagé potentiellement l’individu des risques naturels, ce dernier n’est plus soumis à la famille, à la communauté, il est désaliéné de l’affiliation, elle l’a libéré. Cette liberté était obtenue par l’intermédiaire d’un régime de protection sociale qui venait alors se substituer à la solidarité familiale ou à la solidarité de voisinage. Mais, ce système s’est défait à la fin des Trente Glorieuses16, la liberté n’est possible qu’au prix de l’insécurité sociale permanente, l’insécurité est le prix à payer pour la liberté. Ne devoir rendre de compte à personne ou le supposer, c’est, en retour, se retrouver face à la précarité de l’existence. Lorsque le lien intergénérationnel se défait, l’individu est alors seul face à lui-même. La précarité de l’individu ne peut être dissociée du sentiment de solitude, les précaires sont seuls, désaffiliés. Être sujet dans la précarité constitue un combat permanent pour se maintenir socialement en vie – mais un combat difficile, souvent même impossible. La précarité telle que nous l’avons définie ne saurait se limiter à l’expérience française, elle est une réalité partagée dans la plupart des sociétés libérales, que l’on songe à l’Allemagne et aux « mini-jobs » rémunérés à 1,5 euros de l’heure, que l’on pense aux fonctionnaires portugais qui ont connu des réductions de salaires, ou à l’Espagne où nombre de personnes qui hier encore travaillaient, avaient un logement se sont retrouvées au chômage et à la rue. Cette situation vaut plus encore pour la Grèce où les économies financières drastiques imposées par l’Europe peuvent laisser penser aux citoyens grecs que la précarité se propage jusqu’à l’État. C’est en réalité l’ensemble des pays impliqués dans la mondialisation qui est en proie à la précarité.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Nels, 1993, Le hobo, sociologie du sans-abri, traduit de l’anglais par Annie Brigan, Paris, Nathan.

Aubenas, Florence, 2010, Le quai de Ouistream, Paris, Éditions de l’Olivier.

Bataille, Philippe, 2012, À la vie, à la mort. Euthanasie, le grand malentendu, Paris, Autrement.

Baudin, Louis, 1947, Le Play. Textes choisis, Paris, Librairie Dalloz.

Bauman, Zygmunt, 2006, Vies perdues. La modernité et ses exclus, Paris, Payot-Rivages.

Barbier, Jean-Claude, 2004, « Précarité, précarité de l’emploi, des catégories politiques qui s’exportent difficilement », communication au colloque de l’Association française de sociologie, 24-27 février.

Beaud, Serge et Pialoux, Michel, 1999, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard.

Beck, Ulrich, 2003, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, traduit de l’allemand par Laure Bernardi, Paris, Flammarion.

Boucher, Manuel, 2010, Les internés du ghetto. Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire, Paris, L’Harmattan.

Bourdieu, Pierre, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu, Pierre et Sayad, Abdelmalek, 1964, Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Éditions de Minuit.

Bresson, Maryse, 2007, Sociologie de la précarité, Paris, Armand Colin.

Bruneteaux, Patrick et Terrolle, Daniel (dir.), 2010, L’arrière-cour de la mondialisation. Ethnographie des paupérisés, Paris, Éditions du Croquant.

Castel, Robert, 1995, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Castel, Robert, 2003, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Éditions du Seuil.

Castel, Robert, 2009, La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Éditions du Seuil.

Castel, Robert et Haroche, Claudine, 2001, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne, Paris, Fayard.

Chevalier, Louis, 1984, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Hachette.

Chobeaux, François, 2001, L’errance active : politiques publiques, pratiques professionnelles, Paris, Actualités sociales hebdomadaires, 2001.

Cingolani, Patrick, 2005, La précarité, Paris, Presses universitaires de France.

Conseil économique et social, 1987, Rapport « Grande pauvreté et précarité économique et sociale », présenté par Joseph Wresinski, séances des 10 et 11 février. Consultable en ligne : http://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Rapports/1987/Rapport-WRESINSKI.pdf

Dambuyant-Wargny, Gisèle, 2007, Quand on n’a plus que son corps, Paris, Armand Colin.

Dejours, Christophe, 1998, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Éditions du Seuil.

Donzelot, Jacques, 2008, « Le social de compétition », Esprit, novembre, p. 51-77.

Dörre, Klaus, 2012, « Abwertung, die aus der Mitte kommt. Prekarität als fatales Wettbewerbsystem », in Eine Frage der Klasse? Deutschlands Mitte zwischen Abstiegsangst und dem Tritt nach unten, Potsdam, Heinrich Böll Stiftung Brandenburg, p. 18-43.

Dubet, François, 1994, Sociologie de l’expérience, Paris, Éditions du Seuil.

Dubet, François, 2002, Le déclin de l’institution, Paris, Éditions du Seuil.

Dubet, François, 2010, Les places et les chances. Repenser la justice sociale, Paris, Éditions du Seuil.

Durkheim, Émile, [1897] 1984, Le suicide, Paris, Presses universitaires de France.

Duvoux, Nicolas, 2009, L’autonomie des assistés. Sociologie des politiques d’insertion, Paris, Presses universitaires de France.

Ehrenberg, Alain, 1998, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob.

Ehrenberg, Alain, 2010, La société du malaise, Paris, Odile Jacob.

Elias, Norbert, 1973, La civilisation des mœurs, traduit de la 2e édition allemande par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy.

Elias, Norbert, 1997, Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Fayard.

Estanque, Elisio, 2010, « Trabalho, desigualdades sociais e sindicalismo », Revista Crítica de Ciências Sociais, no 71, Coimbra, CES.

Fortino, Sabine, Tejerina, Benjamin, Cavia, Beatriz, et Calderon, José (dir.), 2012, Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne, Champ social.

Gaboriau, Patrick et Terrolle, Daniel (dir.), 2003, Ethnologie des sans-logis. Étude d’une forme de domination sociale, Paris, L’Harmattan.

Gaboriau, Patrick et Terrolle, Daniel, 2007, SDF. Critique du prêt-à-penser, Toulouse, Privat.

Giddens, Anthony, 1994, Les conséquences de la modernité, traduit de l’anglais par Olivier Meyer, Paris, L’Harmattan.

Goffman, Erving, 1975, Stigmate, traduit de l’anglais par Alain Kihm, Paris, Éditions de Minuit.

Harmut, Rosa, 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Honneth, Axel, 2008, La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, textes traduits de l’allemand par Olivier Voirol, Pierre Rusch et Alexandre Dupeyrix, Paris, La Découverte.

Ion, Jacques et Peroni, Michel (coord.), 1997, Engagement public et exposition de la personne, actes du colloque du CRESAL, Saint-Étienne, 3-5 octobre 1995, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Kraemer, Klaus, 2011, « Prekärer Wohlstand und nachhaltiger Konsum », Österreichische Zeitschrift für Soziologie, vol. 36, no 2, p. 35-54.

Lazarsfeld, Paul Felix, 1981, Les chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit.

Maisondieu, Jean, 1997, La fabrique des exclus, Paris, Bayard.

Martuccelli, Danilo, 2001, Dominations ordinaires. Explorations de la condition moderne, Paris, Balland.

Martuccelli, Danilo, 2002, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard.

Maurin, Éric, 2009, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions, Paris, Éditions du Seuil.

Merton, Robert King, 1953, Éléments de méthode sociologique, traduit de l’américain par Henri Mendras, Paris, Plon.

Modena, Francesca et Fabio Sabatini, 2010, "I would if I could : Precarious Employment and Childbearing Intentions in Italy", in Elenco dei papers del Dipartimento di Economia pubblicati negli ultimi due anni, no 13, University of Trento.

Oheix, Gabriel, 1981, « Contre la précarité et la pauvreté, 60 propositions », rapport remis à Raymond Barre, février.

Paugam, Serge, 1991, La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Presses universitaires de France.

Paugam, Serge, (dir.), 1996, L’exclusion. L’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Paugam, Serge, 2000, Le salarié de la précarité. Les nouvelles formes de l’intégration professionnelle, Paris, Presses universitaires de France.

Paugam, Serge, 2005, Les formes élémentaires de la pauvreté, Paris, Presses universitaires de France.

Paugam, Serge et Duvoux, Nicolas, 2008, La régulation des pauvres, Paris, Presses universitaires de France.

Peugny, Camille, 2009, Le déclassement, Paris, Grasset.

Pierret, Régis, 2008, Les filles et les fils de harkis. Entre double rejet et triple appartenance, Paris, L’Harmattan.

Putnam, Robert, 2000, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster.

Rosanvallon, Pierre, 2011, La société des égaux, Paris, Gallimard.

Simmel, Georg, [1907] 1998, Les pauvres, traduit de l’allemand par Bernard Chokrane, Paris, Presses universitaires de France.

Tabboni, Simonetta, 2006, Les temps sociaux, Paris, Armand Colin.

Tocqueville, Alexis de, 1835, Mémoire sur le paupérisme, in Mémoires de la Société royale académique de Cherbourg, Cherbourg, typ. de Boulanger, Beaufort, et Compagnie.

Tocqueville, Alexis de, [1835] 1993, De la démocratie en Amérique, Paris, Flammarion, t. I.

Touraine, Alain, 1965, Sociologie de l’action, Paris, Éditions du Seuil.

Touraine, Alain, 1997, Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents ?, Paris, Fayard.

Touraine, Alain, 2005, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde aujourd’hui, Paris, Fayard.

Touraine, Alain, 2007, Penser autrement, Paris, Fayard.

Touraine, Alain, Wieviorka, Michel et Dubet, François, 1984, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard.

Verdès-Leroux, Jeannine, 1978, Le travail social, Paris, Éditions de Minuit.

Vultur, Mircea, 2010, « La précarité : un concept-fantome dans la réalité mouvante du monde du travail », SociologieS (en ligne), septembre. Consultable en ligne : http://sociologies.revues.org/3287

Webb, Ann, 2011, Survivre dans la rue. Américaine et SDF à Paris, Paris, Albin Michel.

Wieviorka, Michel (dir.), 1991, L’espace du racisme, Paris, Éditions du Seuil.

Wieviorka, Michel, 1992, La France raciste, Paris, Éditions du Seuil.

Wieviorka, Michel, 2004, La violence, Paris, Balland.

Wieviorka, Michel (dir.), 1999, Violence en France, Paris, Éditions du Seuil.

Wieviorka, Michel, 2011, Neuf leçons de sociologie, Paris, Hachette-Pluriel.

Wiszniewski, Wladek, 1998, Le paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant (Chicago, 1919), présentation et commentaires de Thomas, William I. et F. Znaniecki, Florian, traduit de l’américain par Yves Gaudillat, Paris, Nathan.

Haut de page

Notes

1 Le présent article est étayé par notre recherche qui a trait au travail social à l’ère de la précarité. Cette recherche est réalisée dans les quatre départements de la région Auvergne auprès d’intervenants sociaux depuis 2009 avec pour méthode l’intervention sociologique. Les intervenants sociaux que nous rencontrons dans ce cadre opèrent dans les structures de l’urgence sociale telles que les centres d’hébergement et de réinsertion sociale, les accueils de jour, des associations tutélaires, des associations caritatives, des équipes de psychiatrie mobile, des équipes de prévention spécialisée, des Maisons relais, etc.

2 Dans le rapport Oheix, le terme de précarité est employé pour « désigner un type de situation où la pauvreté n’est que potentielle » (Oheix, 1981 : 13). Le rapport poursuit : « C’est donc en ce sens qu’on pourra dire qu’il importe de lutter à la fois contre la pauvreté (persistante, occasionnelle, et nouvelle) et contre la précarité, cette dernière portant en germe la pauvreté nouvelle » (ibid.). Enfin, est effectué « le constat de l’émergence à côté d’une pauvreté traditionnelle concernant des groupes sociaux vivant à la marge de notre société, d’une pauvreté nouvelle qui touche des personnes en position précaire et qui basculent alors dans des situations critiques » (ibid. : 13-14).

3 « La précarité est l’absence d’une ou plusieurs des sécurités, notamment celle de l’emploi, permettant aux personnes et familles d’assumer leurs obligations professionnelles, familiales et sociales, et de jouir de leurs droits fondamentaux. L’insécurité qui en résulte peut être plus ou moins étendue et avoir des conséquences plus ou moins graves et définitives. Elle conduit à la grande pauvreté, quand elle affecte plusieurs domaines de l’existence, qu’elle devient persistante, qu’elle compromet les chances de réassumer ses responsabilités et de reconquérir ses droits par soi-même dans un avenir prévi-sible » (Wresinski, 1987 : 6).

4 Tocqueville remarque à ce sujet que « le département du Nord, qui est à coup sûr le plus riche, le plus peuplé et le plus avancé en toute chose, compte près du sixième de sa population auquel les secours de la charité sont nécessaires. Dans la Creuse, le plus pauvre et le moins industrialisé de tous nos départements, il ne se rencontre qu’un indigent sur cinquante-huit habitants » (Tocqueville, 1835 : 4).

5 Ce même raisonnement sera repris par Alexis de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique, t. I, lorsque l’auteur évoquera le nivellement des conditions de vie.

6 « Ce qui n’arrive au second que de loin en loin et dans quelques circonstances peut arriver sans cesse et dans des circonstances très ordinaires au premier. Avec le cercle de ses jouissances, il a agrandi le cercle de ses besoins et il offre une plus large place aux coups de la fortune. De là vient que le pauvre d’Angleterre paraît presque riche au pauvre de France ; celui-ci à l’indigent espagnol. Ce qui manque à l’Anglais n’a jamais été en la possession du Français. Et il en est ainsi à mesure qu’on descend l’échelle sociale. Chez les peuples très civilisés, le manque d’une multitude de choses cause la misère ; dans l’état sauvage, la pauvreté ne consiste qu’à ne pas trouver de quoi manger » (Tocqueville, 1835 : 10).

7 « Classes laborieuses et classes dange-reuses sont d’autant plus difficiles à distinguer que les limites entre les groupes que ces catégories rassemblent appa- raissent mal, et qu’à la frontière incertaine des uns et des autres se situent des groupes intermédiaires, dont on ne sait s’ils appartiennent davantage aux uns ou aux autres. Comment les distinguer enfin, quand ils semblent dépendre étroitement les uns et les autres de circonstances économiques, politiques ou biologiques qui les mêlent et les font passer au gré des années, ou des saisons, au gré des révolutions, des crises ou des épidémies, d’une catégorie dans une autre ?  » (Chevalier, 1984 : 604-605).

8 Lorsque nous parlons du RSA nous n’évoquons ici que le RSA social, attribué aux personnes considérées comme inemployables.

9 Les intervenants sociaux travaillant dans des organismes de tutelle rendent compte de budgets où le RSA permet tout juste de couvrir les différentes factures, les personnes doivent par exemple choisir entre manger et se soigner.

10 Le témoignage d’Ann Webb (2011) rend compte du parcours précaire d’une États-Unienne venue en France pour un séjour touristique qui, après s’être fait voler ses papiers, se retrouve à devoir survivre dans la rue. Elle narre dans cet ouvrage son parcours de femme à la rue.

11 Dans le cadre de la recherche que nous réalisons sur le travail social à l’ère de la précarité, ce constat a été effectué par nombre de travailleurs sociaux au sujet des personnes accueillies dans les Maisons relais (structures accueillant des personnes pour lesquelles il n’y a généralement pas de perspectives d’emplois, ni non plus de possibilités d’obtention d’un logement autonome).

12 Numéro d’appel téléphonique en vue d’obtenir un hébergement d’urgence pour les personnes à la rue.

13 « Le mouvement ouvrier a structuré les rapports de domination, inquiété et contesté les classes dirigeantes, mobilisé les intellectuels. Pendant plus d’un siècle, et bien qu’indépendant, il a constamment animé toute la vie du système politique même en l’absence de partis se réclamant de lui. Il a posé la question sociale et n’a cessé d’infléchir, par son existence même, les modes d’intervention de l’État. Ses luttes ont très largement façonné nos institutions, nos systèmes de protection sociale, jusqu’à nos conceptions de l’État. Il s’est voulu internationaliste, universel, capable de libérer l’humanité de ses chaînes. Et tout cela à partir du lieu précis qui était le sien : le travail, la production, les rapports de classes propres aux sociétés industrielles » (Touraine et al, 1984 : 408).

14 Michel Wieviorka effectue ainsi une distinction entre le sujet qui est un acteur individuel et l’acteur qui est un sujet collectif (Wieviorka, 2004).

15 Comme a pu l’écrire Alain Touraine dans Un nouveau paradigme, « L’expérience d’être un sujet se manifeste avant tout par la conscience d’une obligation à l’égard non d’une institution ou d’une valeur, mais du droit de chacun de vivre et d’être reconnu dans sa dignité, dans ce qui ne peut être abandonné sans enlever tout sens à la vie » (Touraine, 2005 : 218).

16 La société ne tient plus ses promesses, la massification du chômage fait vaciller le modèle français d’intégration (Wieviorka, 1999). La société française passe alors du modèle des places au modèle des chances (Dubet, 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Pierret, « Qu’est-ce que la précarité ? », Socio, 2 | 2013, 307-330.

Référence électronique

Régis Pierret, « Qu’est-ce que la précarité ? », Socio [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://socio.revues.org/511 ; DOI : 10.4000/socio.511

Haut de page

Auteur

Régis Pierret

Sociologue, chercheur associé au CADIS, École des hautes études en science sociales (ehess). Il est responsable de la recherche à l’Institut du travail social de la région Auvergne (ITSRA) et directeur scientifique du Laboratoire de recherche interdisciplinaire (LRI) de l’ITSRA. Ses recherches sont consacrées à la question sociale et à son traitement. Après avoir travaillé sur la genèse de la délinquance juvénile, il a étudié l’immigration portugaise, puis la construction identitaire des enfants d’une « immigration atypique », Les filles et fils de harkis, L’Harmattan, 2008. Il s’intéresse désormais à la précarité, au travail social et aux personnels de santé.
regis.pierret@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org