Navigation – Plan du site
Le Dossier
Chantiers

Soulèvements contemporains et mobilisations visuelles

Present-day Uprisings and visual mobilization
Alain Bertho
p. 217-228

Résumés

Entre la crise de la représentation et la confrontation au pouvoir du spectacle, les mobilisations contemporaines tracent un nouveau chemin, un nouveau langage de la révolte et du rassemblement : celui de l’image partagée sur Internet. La communauté subjective qui s’y manifeste est temporaire et sans appartenance, à la fois singulière et anonyme. Tout comme les actes émeutiers, ces images constituent un langage à déchiffrer. Ce nouveau répertoire visuel, véritable contre-spectacle conduit le chercheur à renouveler ses terrains et son épistémologie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « La singularité quelconque, […] qui rejette toute identité et toute condition d’appartenance, est (...)

1Et si la mobilisation visuelle de la multitude était la réponse contemporaine, mondiale, au pouvoir de ce « spectacle » annoncé par Guy Debord et quotidiennement confirmé aujourd’hui ? Ne s’agit-il que d’un nouveau répertoire populaire face à un nouveau répertoire du pouvoir ? L’hypothèse ici explorée est autre : si les formes de représentation politique institutionnelle se muent en activité de spectacle, c’est que la nature même du pouvoir et son rapport à la société ont changé. Cet épuisement des dispositifs de représentation est sensible au sein même des mobilisations collectives. Il en atteint la subjectivité commune. Les figures subjectives de la classe ou de la Nation sont aujourd’hui remises et cause ou largement repositionnées. De nouvelles figures de mobilisations s’installent : celle de l’émeute, celle de l’occupation massive et pacifique de l’espace public, celle du soulèvement national contre l’État. Elles ont, entre autres, en commun un nouveau répertoire que leur permettent les nouvelles technologies numériques : celui de la mobilisation visuelle. C’est en donnant à voir directement la mobilisation en acte et en partageant ces images que les « singularités quelconques »rassemblées (Agamben, 1990) contribuent à produire la subjectivité commune des mouvements1.

Émeute, soulèvement, mouvement

  • 2 Une base de données est tenue à jour quotidiennement en ligne sur le site Internet « Anthropologie (...)
  • 3 Les raisons de la colère, écrit par Alain Bertho et Samuel Luret, réalisé par Samuel Luret, Arte/Mo (...)

2Le changement de nature des pouvoirs est sensible depuis le début du siècle (Bertho, 2003). Son premier symptôme est que le monde est entré depuis une dizaine d’années dans une période très particulière où la figure de l’émeute prend le pas sur les dispositifs modernes de mobilisation sociale. Cette hypothèse posée en 2009, alors que la montée des émeutes n’en était, statistiquement, qu’à ses débuts (Bertho, 2009), s’est largement confirmée depuis (Bertho, 2010 et 2011 a)2. C’est d’une révolte urbaine après la mort d’un jeune dans laquelle la police est impliquée, à la fin de décembre 2010, que naît ce qu’on nomme aujourd’hui le printemps arabe au terme d’une année 2010 qui a vu le nombre d’émeutes doubler dans le monde3.

3Si l’année 2011 marque incontestablement un tournant, elle n’a pas ralenti l’extension des émeutes qui se prolonge jusqu’à aujourd’hui. Mais l’émergence successive des soulèvements tunisiens et égyptiens (janvier-février), du mouvement des Indignés en Europe du Sud (mai) et d’Occupy (octobre) a donné un visage, des mots, une puissance collective inédite à une révolte jusque-là cantonnée au silence, à l’isolement et à la répression. Ces soulèvements n’ont pas été des révolutions au sens moderne du terme même lorsque la puissance populaire a conduit à un changement de pouvoir : les acteurs sont restés à distance de ce pouvoir (Bertho, 2012 a). Après l’émeute et le soulèvement vient le temps des mouvements, en 2012 et 2013. Moins globaux que les soulèvements de 2011, plus stratégiques que les émeutes, ils mobilisent un collectif sur un temps limité face à un État dont il s’agit de faire plier la « distance » affichée vis-à-vis des préoccupations populaires. Nous citerons bien sûr le mouvement des étudiants chiliens, le « printemps érable » des étudiants québécois, la révolte de Wukan en Chine du Sud, le mouvement « Y en a marre » au Sénégal, la révolte de la région du Aysén au Chili…

4Émeutes, soulèvements, mouvements : les trois figures cohabitent. En août 2011, les villes d’Angleterre s’embrasent après la mort de Mark Duggan. La Tunisie et l’Égypte n’ont jamais connu autant d’émeutes que depuis la chute respective de Ben Ali et de Moubarak. On se gardera bien de plaquer sur ces nouvelles situations des schémas anciens. Nulle situation ne peut être qualifiée de révolte « primitive » (Hobsbawm, 1959) au regard de formes qui seraient plus « politisées » et, partant, plus évoluées et ne demandant qu’à émerger (Mauger, 2006). Les trois figures donnent à voir dans leur singularité le nouveau dispositif peuple/pouvoirs qui apparaît dans l’effondrement des dispositifs modernes de représentation. Il s’agit d’un face-à-face dans lequel l’enjeu est toujours l’émergence d’un « nous », d’une subjectivité collective temporaire des « singularités quelconques » (Agamben, 1990) qui n’est plus indexée à un référenciel de représentation durable de type social (la classe) ou institutionnel (le parti). Au sens strict, la politique, dans l’acception de ce mot durant la période moderne (XXe et XXIe siècle) est introuvable. Dans l’émeute, la subjectivité collective est très temporaire. Dans les mouvements, elle est toujours moins durable que ne l’espèrent, sur le moment, les acteurs. Durant l’année 2011 elle a pris le visage puissant d’une nouvelle figure nationale dressée face à un État qualifié d’illégitime.

Le commun et le partage : le corps et le code

5L’enquête sur les modes de constitution de cette communauté subjective s’impose car nous avons affaire à des processus dont la combinaison et même parfois la nature particulière sont nouvelles. « Merci Facebook, merci le peuple » pouvait-on lire sur les murs de Tunis à la fin de janvier 2011.

  • 4 Je reprends ici les éléments de ma conférence « Le syndrome de Matrix : les mobilisations collectiv (...)

6La nouveauté ne serait-elle que du côté des nouveaux outils numériques et des nouveaux espaces de partage que je refuse de nommer « réseaux sociaux » ? Vivons-nous l’univers de Matrix (1999-2003), ce film antérieur à Facebook, Twitter, YouTube4 ? Ce qui fait la force anticipatrice de cette trilogie, c’est que le monde qui nous est proposé est binaire : il y a l’univers virtuel et l’univers réel, l’univers du code et celui du corps. Dans le combat que livrent les hommes aux machines et les ordinateurs aux virus, les deux univers sont des champs de batailles. On ne gagne pas sur un terrain si on perd sur l’autre. La libération du corps des hommes est un préalable à la victoire du code sur les virus…

7D’une certaine façon la fiction s’est réalisée. Dans les mobilisations de 2011, comme en 2009, en Iran, les réseaux numériques ont été des outils incomparables de résistance, de communication et d’organisation. Ils ont été le cauchemar des dictatures, ils le sont toujours. Mais ces outils ne sont rien sans la bataille très matérielle qui occupe les rues.

8Ces réseaux numériques produisent en effet du réel : de l’événement sur le modèle de la « flash mob » et de l’organisation, c’est-à-dire de la performance collective visible, temporaire et anonyme, sans porte-parole, sans organisation, sans identité.

9Ils donnent à voir les formes de partage de singularités quelconques : si ces formes peuvent être langagières, notamment dans les échanges privés, elles sont massivement picturales (Gunthert, 2009). L’image devient une nouvelle écriture individuelle au sein d’un collectif indéfini. Les « manifs bras levés » sont la norme, partout (Riboni, 2012).

Filmer l’acte

10C’est sur cet élément central du nouveau répertoire des mobilisations collectives qu’il convient de travailler. Parce que c’est un répertoire individuel, inorganisé qui vise à produire du partage, sinon du collectif, par sa diffusion sur Internet. Parce que c’est une forme d’écriture, sinon de message, qui vient en lieu et place de mots absents et donc une écriture qu’il convient de lire (Bertho, 2012 b). Parce que ce que montrent ces vidéos conforte l’hypothèse selon laquelle dans les mobilisations contemporaines les actes eux-mêmes sont un langage qui s’installe dans l’absence d’interlocution avec le pouvoir : filmer et partager les actes, c’est diffuser, partager la révolte (Bertho, 2011 b).

11Le 26 octobre 2011 la ville de Huzhou dans la province du Zhejiang a connu de violentes émeutes. Le contraste est saisissant entre le caractère aléatoire des informations disponibles dans la presse en ligne dans les jours qui ont suivi et la précision des documents vidéo diffusés par les acteurs. Parmi les documents visuels disponibles alors via les blogs chinois et les sites de Hong Kong, j’en retiendrai trois diffusées sur YouTube. L’une provient d’une chaîne YouTube tenue par un certain Peter Ho, spécialisé dans les images de révolte en Chine quelle que soit leur localisation. Elle avait été vue plus de 16 000 fois à la date du 15 mars 2013. La seconde a été vue 3 500 fois et a été diffusée sur une chaîne attribuée à un nommé Well Ton tout aussi énigmatique et spécialisé. Le diffuseur de la troisième (3 000 vues environ) se surnomme Youkoo et semble moins spécialisé quoique très politisé dans ses commentaires. Chacun de ces trois usagers de YouTube a mis en ligne plusieurs centaines de vidéos. Ce sont des activistes, sûrement localisés à Hong Kong ou même hors de Chine. Deux ont été mis en ligne le 27, la troisième le 28. Deux sont accompagnées du même commentaire en chinois au mot près.

12Or ces trois vidéos nous donnent trois points de vue simultanés sur le même événement : l’attaque et l’incendie d’un car officiel. Les trois documentaristes anonymes filment de trois endroits différents, comme de nombreux autres à en croire le nombre de smartphones dressés. À certains moments ils se sont filmés les uns les autres. Comment ces images ont-elles été mises en ligne ? Comment sont-elles arrivées sur les chaînes YouTube de nos activistes ? Pourquoi leur visionnage est-il si inégal ? Quel est enfin le sens de ces actes ?

13Ils ne nous montrent pas la répression ou une quelconque brutalité policière à dénoncer. Ils ne nous montrent pas la puissance d’une foule innombrable (que l’on voit sur d’autres documents notamment des photos). Ils filment simultanément plutôt qu’ensemble ce à quoi ils sont en train de participer : la mise à feu d’un bus. Et ce qu’ils partagent dans l’instant, ils le partagent (apparemment assez vite) sur la toile.

Manifester smartphone levé

  • 5 Sur lesquelles porte la thèse en cours d’Ulrike Lune Riboni.
  • 6 Ceux qui se nomment eux-mêmes acti-vistes ou hakers forment une communauté informelle international (...)

14Ces pratiques ne sont pas l’apanage des émeutiers. En avril 2013, une vidéo amateur postée sur YouTube donne à voir un paradoxe fascinant : une manifestation de femmes chiites voilées dans les rues de Manama au Bahreïn, smartphone levé en train de filmer leur propre action… Le printemps arabe a produit des centaines de vidéos5, comme le printemps érable des étudiants québécois de 2012. D’autres mobilisations, présentes sur la toile, sont moins prolixes. Car cette production est variable en quantité et en viralité. La qualité de l’équipement local peut être en cause : les images sont par exemple plus rares en Afrique de l’Ouest qu’en Afrique du Nord. La qualité du hacking 6 face à la répression d’lnternet tient aussi à l’ingéniosité des Iraniens en 2009, des Tunisiens en 2011 ou des Chinois pour passer leurs images malgré les censures ; elle ne cesse de nous étonner.

15Mais le contenu même du propos visuel diffère suivant les situations. Si l’image fixe de la voiture qui brûle est un grand standard transcontinental que parfois seul un œil exercé sera à même de localiser, il y a une diversité considérable d’images qu’il s’agit d’analyser avec soin. Par exemple, l’émeute qui est d’abord une colère collective sans perspective de victoire – ce que je qualifierais de « non stratégique » – n’est en général accompagnée que d’images des actes émeutiers eux-mêmes. Mais, dès que l’affrontement devient stratégique, c’est-à-dire avec une perspective de victoire ou au moins de négociation, les images de la répression font leur apparition, de plus en plus élaborées, voire, de plus en plus journalistiquement compatibles avec, par exemple, un souci de l’authentification. On retrouve alors des pratiques militantes plus classiques dans l’usage du document comme contre-spectacle ou contre-information. À partir de ce constat on pourra bien sûr mobiliser l’analyse dans l’autre sens et mesurer la subjectivité stratégique ou non d’une mobilisation aux propos tenus par les images qui en émanent.

De la représentation à la présentation

16Ces pratiques révèlent deux dimensions de notre contemporain et pas seulement des mobilisations qui s’y développent. Et elles nous proposent d’abord un paradoxe : la toile qui est le champ de l’exhibition du privé devient le champ de l’anonymat et des nouveaux collectifs de lutte. Aux Anonymous du monde du code répond le visage masqué du Protester, Person of the Year [2011] dessiné par Franck Shepard Fairey, alias Obey Giant à la une du Time, en janvier 2012. À l’évidence, cet anonymat n’est pas celui des foules anonymes et des « masses ». C’est celui de singularités qui refusent de s’identifier au commun qu’elles construisent et qui refusent que quiconque les personnifie. Elles refusent d’être représentées.

17Nous sortons de deux siècles de représentation aux deux sens du terme : symbolique et picturale. Cette représentation qui donne à voir l’inscription des actes dans un récit historique va de pair avec le monopole institutionnel de sa diffusion, qui lui-même a conduit à une transformation de la représentation en spectacle et à sa décrédibilisation politique. Les nouveaux outils numériques, leur interactivité et leur diffusion populaire ébranlent le monopole de l’organisation et de la diffusion et changent le paradigme. L’alternative au spectacle du pouvoir n’est pas une improbable refondation de la représentation. L’alternative se cherche dans des pratiques de « présentation » partagée : celle de la vidéo diffusée dans le monde du code, celle de l’occupation physique des places publiques dans le monde des corps, celle de la vidéo montrant l’occupation physique…

18Dans les deux cas, la vidéo et l’occupation de la place, le commun se constitue dans le partage d’une expérience, par la présence physique et/ou par l’image qui atteste de cette présence individuelle. Ce commun ne requiert ni subjectivité préalable, ni représentation collective organisée. C’est un « je suis là aussi donc nous sommes » qui dure le temps de la situation présentielle et de la viralité de ses images et ne s’institutionnalise pas.

La toile comme terrain d’enquête

19On l’aura compris : il ne s’agit pas de considérer ces productions comme des témoignages ou des sources aléatoires d’informations factuelles. Ces vidéos font partie du répertoire contemporain au même titre que le tract, la banderole, le slogan ou l’assemblée générale dans le répertoire moderne. Nous ne réussirons que très marginalement à percer le mystère de sa production et de son intentionnalité car l’auteur reste le plus souvent anonyme, mais nous pouvons du moins étudier ses usages collectifs et sa vie sur la toile : citations, partage, reprise et mise en ligne sur d’autres serveurs… Le terrain du chercheur aussi se dématérialise. Les compétences méthodologiques et épistémologiques se transforment.

20Toute recherche sur les mobilisations contemporaines est aujourd’hui confrontée à la nécessité de localiser, d’identifier et de cataloguer des vidéos, ou d’autres images, qui partagent les grandes caractéristiques de toute donnée disponible sur Internet : pléthorique, fluide et volatile. Le moissonnage documentaire nécessite une présence du chercheur sur la toile, une familiarité avec ses outils et ses pratiques. Il nécessite un travail collaboratif.

  • 7 Site Internet : http://crowdvoice.org
  • 8 Le programme associe le laboratoire « Architecture ville urbanisme environnement » (LAVUE UMR CNRS (...)

21Les premières tentatives de catalogages d’URL d’image liées aux mobilisations aujourd’hui sont le fait d’activistes comme Crowdvoice7. Un projet universitaire d’archivage est actuellement en cours autour de la mobilisation Occupy Wall Street de 2011 (Thorsonet al., 2013). Le programme « Mémoires visuelles » de la Maison des sciences de l’homme Paris Nord8 a pour objectif d’initier un processus d’archivage des vidéos réalisées à l’occasion de mobilisations collectives dans le monde et la constitution de corpus spécifiés (printemps arabe, printemps érable…). C’est à la fois la construction d’un outil – un observatoire en ligne – et un programme de recherche associant deux disciplines : l’anthropologie et les sciences de l’information et de la communication. Ces initiatives ne peuvent que se développer.

  • 9 Le dépôt légal d’Internet en France date de 2006. Il obéit aujourd’hui au décret du 19 décembre 201 (...)

22Car le moissonnage n’est pas tout. Il reste à construire l’archive à partir des données visuelles collectées. Les modes d’archivage dont nous sommes coutumiers gèrent une pénurie relative des données et une identification précise de leur provenance. La logique du dépôt et du classement est, on le sait, la logique des usages des producteurs d’archives qui sont soit des institutions publiques ou privées, soit des organisations, soit des particuliers identifiés. Rien de semblable ici. Les pratiques instaurées par le dépôt légal d’Internet9, par exemple, génèrent une masse documentaire décourageante et d’un usage délicat. Les vidéos dont nous parlons ne sont produites par aucune organisation, ne sont informées par aucune logique d’organisation ou d’action. Leur volatilité est à l’image de cette situation : personne ne se soucie de leur conservation.

23Il revient donc aux chercheurs de construire collectivement les éléments nécessaires à cette transformation du document en archive : collecte des métadonnées (commentaires, circulation et partage sur la toile…), identification contextuelle (lieu, événement, date), étiquetage (tagage) thématique et formel (caractéristiques de l’image). Dans un monde où chacun peut produire ses images et les diffuser, le défi de la constitution en archives des productions visuelles liées aux mobilisations n’est pas mince.

24L’enquête sur les réseaux en ligne appelle à la mobilisation et donc, déjà, à la constitution de réseaux de chercheurs également en ligne. Il appelle à une mobilisation interdisciplinaire. La nouveauté subjective et matérielle des mobilisations contemporaines et les nouveaux usages de l’image sur Internet ont évidemment partie liée, ou, pour être plus précis, se rencontrent aujourd’hui dans une configuration singulière. Celle-ci convoque nécessairement plusieurs disciplines pour son analyse et chacune d’entre elle à son examen conceptuel et catégoriel. Nul ne peut en rester indemne sauf à réifier l’acte visuel dans son produit matériel (l’image) et à le classer dans les catégories modernes du répertoire des mobilisations, c’est-à-dire à le classer sans suite.

Le soulèvement du « contre-spectacle » ?

25Près d’un demi-siècle après sa parution, le texte de Guy Debord (1967) résonne étrangement à la fois par son inactualité technologique et son actualité critique. « Le spectacle, se hâte-t-il d’annoncer d’emblée, ne peut être compris comme l’abus d’un monde de la vision, le produit des
techniques de diffusion des images ». Sa théorique critique n’est pas celle des médias et des technologies de la communication. Le spectacle dont il parle « n’est pas un ensemble d’images mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images » et « une vision du monde qui s’est objectivée » (Debord, [1967] 1992 : 16-17).

26La proposition vaut pour aujourd’hui. Les nouvelles technologies numériques, leur miniaturisation, leur diffusion autorisant des pratiques individualisées n’en déterminent pas les usages mais ouvrent des possibles d’usages. Le succès fulgurant et planétaire de certains d’entre eux ne doit pas nous faire perdre de vue la multiplicité des usages possibles avortés, laissés pour compte, faute de répondre à des besoins de répertoire pratique. Que les technologies ensuite prolongent, élargissent, transforment ces usages est une évidence. Mais elles ne sont pas premières. La singularité quelconque a précédé le smartphone comme le spectacle a précédé Internet, et la crise de la politique a précédé Facebook et Twitter.

  • 10 Des hommes d’influence (Wag the Dog) est un film américain de 1997 réalisé par Barry Levinson, mett (...)

27« Gouverner c’est faire croire ». La sentence attribuée à Machiavel correspond bien à l’esprit, sinon à la lettre de son fameux Prince. Quels que soient les régimes et les époques, les gouvernants ont toujours intégré la mise en scène du pouvoir, de leur pouvoir, dans l’exercice de ce dernier. Au siècle dernier, cette activité s’est hypertrophiée en activité de « propagande » puis de « communication ». La critique de cette activité s’est attachée à montrer qu’au-delà de la mise en scène du pouvoir, il y avait production pure et simple d’illusion, de théâtres d’ombres destinés à détourner le regard populaire. Les Hommes d’influence 10 sont devenus des professionnels du spectacle politique.

28Entre l’espace public et son « usage public de la raison » dont la genèse avait été disséquée par Jürgen Habermas(1988) et cette scène publique spectaculaire, la rupture est frappante. L’usage public du raisonnement né au XVIIIe siècle était soumis à deux règles : le caractère universel de la raison mobilisée et l’indifférence à la personnalité du locuteur. L’espace spectaculaire de la politique contemporaine obéit à des règles inversées : la notoriété du locuteur est l’essentiel dans sa crédibilité quand tout se vaut. Les « sources autorisées » l’emportent sur la recherche de la preuve. Le casting l’emporte sur la documentation.

29Le répertoire visuel des mobilisations en prend le contre-pied. Le partage anonyme des preuves visuelles de la présence des corps n’est ni un effet de la société du spectacle sur la multitude des dominés, ni un sous-produit technologique de la révolte. C’est la critique en acte de ce pouvoir spectaculaire. C’est bien un répertoire contemporain de mobilisation et de soulèvement. C’est, en quelque sorte, la production d’un contre-spectacle.

Haut de page

Bibliographie

Agamben, Giorgio, 1990, La Communauté qui vient. Théorie de la singularité quelconque, traduit de l’italien par Marilène Raiola, Paris, Éditions du Seuil.

Bertho, Alain, 2003, L’État de guerre, Paris, La Dispute.

Bertho, Alain, 2009, Le temps des émeutes, Montrouge, Bayard.

Bertho, Alain, 2010, « Les émeutes dans le monde en 2009 : ethnographie de la colère », La revue internationale et stratégique, no 79, été, p. 75-85.

Bertho, Alain, 2011 a, « De la colère au soulèvement », in Pascal Boniface (dir.), L’année stratégique 2012, Paris, Iris / Armand Colin, p. 83-93.

Bertho, Alain, 2011 b, « Émeutes sur Internet : montrer l’indicible ? », Journal des anthropologues, no 126-127, p. 435-452.

Bertho, Alain, 2012 a, « Le protestataire, personnalité de l’année 2011 »,in Pascal Boniface (dir.), L’année stratégique 2013, Paris, Iris/Armand Colin.

Bertho, Alain, 2012 b, « Émeutes et production mondiale d’images en résonance », in Francine Saillant et Michaël La Chance (dir.), Récits collectifs et nouvelles écritures visuelles, actes du colloque du CELAT, université Concordia, Montréal, 2-3 juin 2010, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 103-114.

Bertho, Alain, 2013, « Le syndrome de Matrix :les mobilisations collectives entreles réseaux numériques et les occupations urbaines », conférenceà la bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), 22 janvier 2013, cycle « La contestation du pouvoir ». Enregistrement disponible sur le site Internet : http://www.bulac.fr/action-culturelle/conferences-les-mardis-de-la-bulac/reconquerir-lespace-public-les-fondements-de-lengagement/

Debord, Guy, 1967, La société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel, rééd. 1992, Paris, Gallimard.

Gunthert, André, 2009, « L’image partagée », Études photographiques, no 24, novembre, p. 182-209.

Habermas, Jürgen, [1962], 1988, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, rééd.

Hobsbawm, Eric J., 1959, Primitive rebels. Studies in archaic forms of social movements in the 19th and 20th centuries, Manchester, Manchester University Press.

Mauger, Gérard, 2006, L’émeute de novembre 2005, une révolte protopolitique, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Riboni, Ulrike Lune, 2012, « À bras levé », Window carnet de recherche visuel, 1er octobre 2012.
Site Internet : http://culturevisuelle.org/window/archives/10

Thorson, Kjerstin, Driscoll, Kevin, Ekdale, Brian, Edgerly, Stephanie, Gamber Thompson, Liana, Schrock, Andrew, Swartz, Lana, Vraga, Emily K. et Wells, Chris, 2013, « YouTube, Twitter and The Occupy Movement, Connecting content and circulation practices », Information, Communication & Society, vol. 16, no 3

Haut de page

Notes

1 « La singularité quelconque, […] qui rejette toute identité et toute condition d’appartenance, est le principal ennemi de l’État. Partout où ces singularités manifesteront pacifiquement leur être commun, il y aura une place Tian’anmen et, tôt ou tard, les chars d’assaut apparaîtront » (Agamben, 1990 : 90).

2 Une base de données est tenue à jour quotidiennement en ligne sur le site Internet « Anthropologie du présent » : http://berthoalain.wordpress.com

3 Les raisons de la colère, écrit par Alain Bertho et Samuel Luret, réalisé par Samuel Luret, Arte/Morgane production, 52 minutes, diffusé sur Arte le 9 novembre 2010, documentaire sur les émeutes au Danemark en 2007, en Grèce en 2008 et en Chine en 2010.

4 Je reprends ici les éléments de ma conférence « Le syndrome de Matrix : les mobilisations collectives entre les réseaux numériques et les occupations urbaines » (Bertho, 2013).

5 Sur lesquelles porte la thèse en cours d’Ulrike Lune Riboni.

6 Ceux qui se nomment eux-mêmes acti-vistes ou hakers forment une communauté informelle internationale de compétences sans cesse mises à jour et mobilisées contre toutes les formes de domination présentes sur Internet. Une rencontre mondiale intitulée OHM2013 (Observe, Hack, Make) s’est tenue du 31 juillet au 4 août 2013 au Geestmerambacht festival grounds, à 30 km au nord d’Amsterdam.

7 Site Internet : http://crowdvoice.org

8 Le programme associe le laboratoire « Architecture ville urbanisme environnement » (LAVUE UMR CNRS 7218), le laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC UMR 7186), l’EA 4426 « Médiation, communication, information, art » (MICA) de l’université de Bordeaux et l’EA 3388 Centre d’étude sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI) de l’université de Paris 8, le Centre interuniversitaire de recherche sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT ; université du Québec à Montréal (UQAM) / université Laval / université du Québec à Chicoutimi – Canada) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

9 Le dépôt légal d’Internet en France date de 2006. Il obéit aujourd’hui au décret du 19 décembre 2011. La Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA) en ont la charge. La BnF constitue des échantillons représentatifs. L’INA cible les sites des médias audiovisuels, des webTV et webradios.

10 Des hommes d’influence (Wag the Dog) est un film américain de 1997 réalisé par Barry Levinson, mettant en vedette Robert De Niro, Dustin Hoffman et Anne Heche. Le film est tiré du roman American Hero de l’auteur américain Larry Beinhart. Le film raconte l’« invention » totale d’une guerre à des fins de politique intérieure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Bertho, « Soulèvements contemporains et mobilisations visuelles », Socio, 2 | 2013, 217-228.

Référence électronique

Alain Bertho, « Soulèvements contemporains et mobilisations visuelles », Socio [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://socio.revues.org/456 ; DOI : 10.4000/socio.456

Haut de page

Auteur

Alain Bertho

Anthropologue et professeur à l’Institut d’études européennes, université de Paris 8. Il dirige la Maison des sciences de l’homme de Paris Nord. Il consacre ses recherches aux mobilisations urbaines et notamment au phénomène émeutier dans le monde dont il tient un relevé quotidien sur son site Anthropologie du présent. Il y a consacré de nombreux articles et chapitres d’ouvrages et notamment sa contribution annuelle à L’année stratégique depuis 2011. Il a publié Nous autres, nous-mêmes. Ethnologie politique du présent, Éditions du Croquant, 2008 ; Le temps des émeutes, Bayard, 2009 ; « Émeutes et production mondiale d’images en résonance », in Francine Saillant et Michaël La Chance, Récits collectifs et nouvelles écritures visuelles, Presses de l’Université Laval, 2012. Il est, avec Samuel Luret, le coauteur du film documentaire Les raisons de la colère, ARTE-Morgane production, 2010.
bertho@orange.fr

http://berthoalain.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org