Navigation – Plan du site
Le Dossier
Chantiers

Hugo Chávez : de l’aura du progressisme à la dérive autoritaire

Hugo Chávez : from the aura of progressivism to the drift towards authoritarianism
Paula Vasquez Lezama
p. 205-216

Résumés

Le président Hugo Chávez a gouverné le Venezuela de 1998 à 2013 et a conçu et mis en œuvre une « révolution » pour transformer la société. Cet article dresse un portrait succinct tant du système politique que de son leader en montrant ses acquis, ses ambiguïtés et ses contradictions. La toile de fond de ce bilan sommaire est une profonde crise sociale et institutionnelle qui affecte ce pays totalement dépendant de la manne pétrolière.

Haut de page

Texte intégral

1Hugo Chávez est devenu une icône. Pour une partie de la population latino-américaine il a su incarner un engagement anti-impérialiste authentique en défiant le statu quo depuis les arènes les plus médiatiques de la politique internationale. L’émotion mondiale provoquée par sa mort en mars 2013 a étonné les Vénézuéliens eux-mêmes car l’image de Chávez reste protéiforme auprès de ses concitoyens. Aimé jusqu’à la sanctification ou détesté jusqu’à lui souhaiter la mort, Chávez n’a pas été un président fédérateur pour le Venezuela. La polarisation autour de sa figure a engendré et engendre toujours, même après sa disparition, des réactions passionnées et l’action politique s’en trouve souvent marquée par un antagonisme extrême : être ou ne pas être « chaviste » est devenu une question identitaire. Pour le leader bolivarien, suivre les « mots d’ordre » de la révolution relevait de l’expression authentique de la nationalité vénézuélienne.

  • 1 Le discours médiatique de Chávez a mobilisé l’amour depuis le début de ses émissions télévisées. L’ (...)

2La signification plurielle de cette figure politique, en particulier pour les milieux socialement défavorisés, est marquée par l’expression de la sympathie et de la compassion ou, pour le dire avec les propres mots de Chávez, « par l’amour du peuple ». Chávez s’est en effet fabriqué une image d’« amant du peuple », et le discours officiel a fait, tant de l’amour du peuple que de l’amour au peuple, une valeur première de l’action politique du président1. Toutefois, le leadership de Hugo Chávez n’était pas issu d’une mobilisation sociale, mais d’un mouvement au sein de l’armée de terre qui œuvrait dans la clandestinité, depuis les années 1980, afin de prendre le pouvoir. Le système démocratique en vigueur entre 1958 et 1998, issu d’un pacte entre les partis politiques (le parti Action démocratique associé au COPEI, parti démocrate-chrétien), dit Pacto de Punto Fijo, qui garantissait l’alternance et surtout maintenait les militaires en dehors du système politique, souffrait d’une crise profonde de légitimité. Lors de sa première campagne électorale en 1998, Chávez réussit à mobiliser et à rassembler des secteurs très hétérogènes autour de l’idée de refondation nationale par le biais d’une Assemblée constituante.

  • 2 La campagne libératrice de l’armée de Simón Bolívar, El Libertador, a mis fin au régime colonial en (...)

3Le bolivarianisme2 mobilisé par Chávez se traduisait dans la pratique par le rejet de ce système politique certes corrompu mais comptant aussi des réussites importantes en matière d’amélioration des conditions de vie de la population jusqu’aux années 1980. À la fin des années 1980, se déclenche la crise irréversible de ce « système populiste de conciliation nationale » (Rey, 1991) qui était parvenu, d’une part, à consolider une classe moyenne importante via les possibilités d’ascension sociale et la redistribution de la rente pétrolière et, d’autre part, à maintenir l’armée à l’écart du pouvoir politique. Ce système a garanti que, pendant une trentaine d’années, les gouvernements élus par le vote populaire ne soient pas renversés par les militaires. Une exception dans le continent latino-américain.

Refonder la nation

4Le discours de Chávez s’est forgé en opposition aux partis politiques traditionnels. Il évoque le culte civique à Simón Bolívar dans une version nationaliste. La figure de Bolívar devient ainsi une bouée de sauvetage idéologique d’un mouvement qui s’est autoproclamé bolivarien dès 1992 et s’est fondé sur une alliance civico-militaire plus nationaliste que révolutionnaire (Vasquez Lezama, 2011). Au début des années 1990, lorsque les bolivariens apparaissent sur la scène politique, leurs repères idéologiques ne correspondent pas tout à fait à ceux d’un discours progressiste ou de transformation sociale. Lors de leurs premières apparitions, les commandants bolivariens affichent une identité politique militariste. Cette identité mystique, liée à la religion catholique mais aussi aux croyances populaires, investit les chefs politiques d’un statut divin par l’utilisation des emblèmes sacrés dans l’arène politique. Elle va de pair avec de forts « préjugés contre la politique », pour reprendre l’expression de Hannah Arendt (1995 : 37), déclinés sur un ton de nationalisme exacerbé.

5Mais, à la fin des années 1990, Hugo Chávez s’allie à des hommes politiques issus de la gauche qui donnent un contenu politique plus solide à son projet. C’est un groupe dirigé par Luis Miquilena, figure importante du parti communiste vénézuélien qui fournit les fondements du projet politique du premier parti de Chávez, le Mouvement Cinquième République (MVR) par le biais de la convocation d’une Assemblée constituante. Cet appel vise non seulement la refondation nationale, mais aussi le recommencement de l’histoire nationale et la création d’un nouvel ordre social. Présenté par Chávez lors de son arrivée au pouvoir en 1998, ce projet de refondation nationale prévoit donc de mettre fin au système de conciliation, qui reposait sur la consultation et la négociation entre partis politiques et élites, propre au Pacto de Punto Fijo. La Constitution de 1999, issue de l’Assemblée convoquée en 1998, fait de la « participation » l’un de ses principes fondateurs.

6La charte constitutionnelle de décembre 1999 inscrit – de manière assez floue, et sans définir précisément son caractère juridique et institutionnel – un nouveau pouvoir, le « citoyen » régi par le Conseil moral républicain. Cette définition nouvelle dans la charte constitutionnelle de la « souveraineté populaire » est tout à la fois la clé de voûte et l’aspect le plus flou et indéfinissable du projet révolutionnaire. Lors de la convocation de l’Assemblée constituante, le président Chávez se montra sensible à la participation des représentants des mouvements sociaux des années 1990 qui avaient introduit l’idée de la participation citoyenne des milieux populaires et de la cogestion des services publics. Les organisations révolutionnaires créées au cours du premier mandat de Chávez devaient devenir le lieu du « pouvoir citoyen » : les « comités de santé », « les comités de terres urbaines », les « tables techniques d’eau » ont ainsi été définies comme des « instances de participation populaire ». Mais à partir de 2006, Chávez change radicalement sa conception de la participation et impose un « État socialiste » reposant sur la création de « conseils communaux » (consejos comunales). Il propose donc en 2007 par référendum une réforme constitutionnelle modifiant soixante-neuf articles de la Constitution de 1999. Chávez perd les élections, ce qui ne l’empêche pas d’imposer quand même son projet d’État communal par décrets tout au long de l’année 2008. Chávez s’est de fait focalisé les trois dernières années de sa vie sur la mise en œuvre d’une stratégie politique destinée à établir une nouvelle hiérarchie étatique fondée dorénavant sur l’idée d’un « pouvoir communal ».

7Cette stratégie politique se caractérise par une réélaboration permanente de l’idéologie révolutionnaire. La « dimension théologico-politique » pour reprendre la définition de Claude Lefort (1986 : 275-329), du nationalisme bolivarien est, en effet, essentielle pour comprendre l’instauration de la nouvelle hégémonie. Les notions de dette, de sacrifice et de rédemption sont bien présentes dans l’adhésion politique au projet bolivarien. C’est un messianisme qui s’inscrit dans des schèmes chrétiens laïcisés, la représentation dominante du rôle des militaires étant celle du sacrifice pour la patrie. Le projet révolutionnaire s’insère ainsi dans une tradition bolivarienne militariste qui a perverti le culte civique de Simon Bolívar (Carrera Damas, 1969) tout en œuvrant à rebours de la construction d’un système politique libéral. Ce messianisme et la logique sacrificielle présente dans l’armée, corps actif de la vie politique nationale se répercutent sur les institutions politiques et servent à justifier dans l’arène politique la militarisation progressive de toutes les institutions publiques. Depuis 1999, les cadres militaires ont largement investi l’appareil bureaucratique des institutions civiles. Entre 600 et 2 500 officiels actifs occupent ainsi des postes de cadres dans les institutions publiques depuis 2001. La révolution bolivarienne se consolide dans un processus fondé sur une structure hiérarchique et la figure forte de son leader.

La fin de la représentativité

  • 3 Chávez a fait des « cadenas » – des émissions retransmises simultanément sur toutes les chaînes, au (...)
  • 4 La division territoriale du Venezuela comporte trois niveaux : le gouvernement fédéral, les états e (...)

8À partir de 2006, le projet de consolider une démocratie « participative », et comme le disait Chávez « protagonica », est nuancé par l’idée du « socialisme du XXIe siècle » par la voie, donc, de la création d’un « État communal ». La construction verticale de cette nouvelle bureaucratie en passant par un parti politique officiel uni et unique s’oppose nettement aux principes pluralistes de la Constitution de 1999 (Lopez Maya, 2013). Ce socialisme économiquement fondé sur la rente pétrolière est ainsi traversé par une profonde contradiction : en principe, il s’agit d’un mouvement soutenu par le « peuple » mais, dans les faits, il aboutit à la constitution du Partido Socialista Unido de Venezuela (PSUV), organisation unificatrice de l’État et du gouvernement. En ce sens, la révolution repose depuis 2006 sur des structures qui se veulent « participatives » mais qui ont dérivé vers des formes politiques profondément verticales. Le pouvoir politique et économique se concentre progressivement dans l’exécutif car c’est le gouvernement qui distribue la manne pétrolière ; l’appareil administratif de l’État se centralise et les expropriations de terres, entreprises, banques, entreprises de transports, hôtels et biens immobiliers sont souvent décidées par Chávez lui-même, – parfois même en « direct » – lors de ses balades télévisées3 dans les villes et campagnes. La loi organique des conseils communaux approuvée en 2009 a contribué à affaiblir les municipes4 et à renforcer les liens directs et sans intermédiaires entre les communes et l’exécutif.

9Lors de mes enquêtes de terrain, j’ai pu voir comment les bénéficiaires des programmes sociaux étaient partagés entre soutien émotionnel et inconditionnel à leur leader et critique de l’action autoritaire des cadres et des fonctionnaires des nouvelles organisations révolutionnaires. Ce sentiment partagé imprègne le contexte où s’établissent des relations interpersonnelles marquées par des antagonismes binaires (« peuple » contre « oligarchie », « loyalistes » opposés à « putschistes », « traîtres » versus « fidèles », etc.) Il s’agit d’une symbolique politique fondée sur la confrontation d’identités réifiées et polarisées.

10Parallèlement, la gestion gouvernementale devient chaotique et la vie quotidienne des Vénézuéliens est bouleversée par des problèmes graves de pénurie alimentaire, d’accès aux services publics : défaillances du ravitaillement en gaz domestique, coupures d’électricité et un long etc. L’insécurité est devenue le thème le plus sensible dans cette société car le pays connaît une situation de violence exceptionnelle qui s’exprime par la spectaculaire progression du taux d’homicides. En 1989 ce taux était de 13,5 pour 100 000 habitants ; en 1993, il passe à 20,32 ; en 1994, à 21,94 ; en 2003, à 50,96, pour atteindre en 2009 les 52 homicides pour 100 000 habitants, selon des estimations (Briceño-León et al., 2009). À Caracas, le nombre d’homicides double presque celui de la moyenne nationale (118 pour 100 000 habitants). L’enquête sur la violence interpersonnelle et la perception de la sécurité au Venezuela menée en 2008 par l’Observatoire vénézuélien de la violence évaluait les politiques en matière de sécurité dans le pays et la façon dont elles sont reçues par les citoyens. Il en ressort que les Vénézuéliens se fient peu à la capacité des autorités publiques de résoudre les problèmes de sécurité. 49,4 % des personnes interrogées jugent « mauvais » le travail de la police contre 14,3 % qui le qualifient de « bon » et 36,3% de « passable ». Les forces de l’ordre, les tribunaux pénaux, les prisons et le Ministère public présentent des faiblesses qui favorisent l’impunité et les pouvoirs publics sont perçus par la population comme lents, inefficaces et injustes.

11Certes, l’État vénézuélien moderne a toujours été assez inefficace en ce qui concerne la gestion des services publics. Mais à la fin de la décennie 2000, l’infrastructure du pays s’est littéralement effondrée, le gouvernement n’ayant pas investi dans ces domaines. Le pays est importateur des produits de première nécessité, or l’exécutif n’a pas pris les mesures adéquates pour faire face à l’augmentation de la consommation et ne peut donc pas garantir l’accès aux devises nécessaires à l’importation de produits de base.

  • 5 « De 1999 à 2011, les exportations pétrolières ont rapporté 608 milliards de dollars au Venezuela ; (...)

12À cette série d’éléments s’ajoute une stratégie directe de redistribution du revenu pétrolier qui court-circuite les institutions étatiques classiques et renforce l’identification du bien-être social avec la figure du leader de la révolution. Ainsi, les « Missions » deviennent le pilier fondamental de la révolution bolivarienne. Ces programmes sociaux constituent la clé de la réussite de Chávez. Il s’agit d’une trentaine de programmes, a priori temporaires, conçus pour s’attaquer à des problèmes « urgents » : la santé publique, l’éducation, le logement. Elles résultent d’une manière différente de redistribuer la rente pétrolière vénézuélienne, revenu d’un montant particulièrement élevé du fait de la hausse des prix des hydrocarbures sur le marché mondial5. Cette redistribution se fait, dans le cas de certaines Missions, par la voie d’allocations directes, voire en espèces, aux secteurs les moins favorisés de la société.

13Grâce aux Missions, la pauvreté a diminué. De fait, si l’on prend comme base le revenu, elle a aussi diminué, selon l’Institut des statiques nationales et la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPAL). Mais la durabilité de ces mesures de redistribution sociale du revenu pétrolier qui ont produit ces résultats, temporairement viables grâce au prix actuel du baril de pétrole, est discutable. Car, depuis 2003, la manne pétrolière finance intégralement les Missions.

14La société vénézuélienne est aujourd’hui moins inégalitaire. En mettant en place les Missions, Chávez a changé, probablement pour toujours, la relation entre l’État et les milieux populaires car la question de la pauvreté pèse de manière permanente et inéluctable dans l’agenda politique du pays.

15La diffusion dans le monde du succès des Missions à travers des canaux de la diplomatie vénézuélienne, très active dans les médias « alternatifs », a contribué à consolider l’image de Chávez et de la révolution. Il y a donc un Chávez mondial dont la figure pourrait même devenir à long terme proche de celle de Ché Guevara. Le Vénézuélien a su être un leader dont le discours anti-impérialiste américain a fait sens dans une conjoncture mondiale marquée par la seconde guerre en Irak et la figure de George W. Bush sur la scène internationale. Et la bataille est avant tout médiatique. C’est en 2004, lors du G15 qui réunit les pays non alignés à Caracas que Hugo Chávez lance l’idée d’une chaîne de télévision « qui diffuserait des informations venant du Sud », TeleSUR. Le projet vise à contrecarrer l’hégémonie de l’information de CNN, NBC et FoxNews et à mener une lutte sur les ondes du « Sud » contre le « Nord ». Mais TeleSUR devient vite une vitrine de la propagande chaviste et la question de la déontologie journalistique s’en trouve légitiment posée, au point que, dans les milieux médiatiques, TeleSUR se voit rebaptisée « Télé Chávez ».

  • 6 « Me parece maravilloso ese juego de palabras, porque refleja lo que creo que es la propuesta del E (...)

16Ainsi, entre la figure de Chávez à l’intérieur et celle à l’extérieur existe un décalage, voire un gouffre où souvent s’enfoncent les hommes politiques « occidentaux », en l’occurrence français, qui voient dans le Vénézuélien une source d’inspiration sans faire allusion à la situation vénézuélienne tant difficile que complexe. De fait, le rayonnement international de cette révolution dépasse largement la scène locale. La politique de communication de la révolution du président Chávez a su parler le langage de l’altermondialisme. Et c’est grâce à cette communication que Cuba est revenue sur la scène internationale. Ces éléments expliquent en grande partie les réactions mondiales qui ont suivi la mort de Chávez. Mais comme l’a dit Margarita Lopez Maya, la « révolution bolivarienne » c’est l’utopie d’un milliardaire qui vit de ses rentes6.

17Concernant les idéologies et les visions politiques, la révolution bolivarienne est un mouvement extrêmement éclectique. Dans le Venezuela de Hugo Chávez, on observe, en effet, la coexistence de répertoires relevant simultanément d’un projet politique révolutionnaire, d’un christianisme multiséculaire, du nationalisme bolivarien, d’une bureaucratie civile et militaire fondée sur la redistribution discrétionnaire de la manne pétrolière, de la démocratie néolibérale, de la révolution cubaine et du marxisme, du jacobinisme français, etc. Ainsi, la révolution bolivarienne s’est consolidée par le soutien continu de ses adeptes manifestés lors des élections successives, assez nombreuses puisque tant la nouvelle constitution que les réformes constitutionnelles proposées par Chávez ont été soumises à référendum.

18Il y a là quelque chose de remarquable par rapport au temps révolutionnaire. On a souvent dit que le « processus vénézuélien », c’était la révolution cubaine au ralenti : ce que Fidel Castro avait fait en un an, Chávez le faisait en six. Les dirigeants cubains sont très présents dans les institutions de l’État vénézuélien et dictent souvent l’agenda politique de ce pays qui, depuis 2003, alimente en pétrole le régime des frères Castro. La révolution bolivarienne doit au régime cubain la création d’un appareil d’organisations étatiques de contrôle de la société. Cela explique l’apparition de listes noires au sein des institutions où figurent des citoyens qui se sont mobilisés contre le gouvernement. Ces listes servent notamment à exclure ou à menacer des fonctionnaires. La liste la plus connue est la liste « Tascón » qui récence 3,4 millions de personnes ayant signé la pétition pour révoquer le mandat de Chávez en 2004. Ces signatures devaient être secrètes et protégées par le Conseil national électoral.

Contester le chavisme

19Depuis la mort de Chávez et l’élection encore contestée de son successeur désigné, Nicolás Maduro, en avril 2013, se pose la question de la permanence des organisations révolutionnaires, c’est-à-dire la possibilité d’un chavisme sans Chávez. Cela dépend, d’une part, d’aspects conjoncturels qui dépassent la scène nationale, comme les prix du pétrole. D’autre part, les héritiers désignés par Chávez perdent peu à peu les bénéfices de son legs politique et social. La différence qui séparait Maduro du candidat de l’opposition Capriles lors du scrutin du 14 avril n’était que de 1,49 points : la répartition de l’électorat a donc sensiblement changé puisqu’en 1998 Chávez avait gagné avec un score dépassant de 16 points celui de son adversaire. Rappelons que le chavisme est un mouvement qui a traîné avec lui une certaine gauche insurrectionnelle très distanciée de la gauche démocratique et que le fait d’accompagner ou non la révolution a souvent été la cause de divisions et de factions entre et au sein des partis politiques de gauche. À partir de la réélection de Chávez en 2006, on assiste à une centralisation du pouvoir, au point que l’Assemblée nationale retire leurs prérogatives administratives aux municipes où l’opposition a remporté les élections régionales de 2008. Cette volonté affichée de centraliser le pouvoir politique rencontre plusieurs formes de résistance. Celle des partis politiques d’opposition ; celle des partis associés qui ont abandonné la coalition chaviste – le parti Patria Para Todos (PPT) a ainsi refusé de disparaître en fusionnant avec le parti du président, le PSUV ; et, enfin, l’opposition de noyaux dissidents dans la nébuleuse qui soutient la révolution, et qui développe des répertoires radicaux d’action collective contestataire. Or la démocratie à l’intérieur du PSUV est extrêmement limitée et toute critique est vite assimilée à la déloyauté ou à la trahison (Gómez Calcaño et Arenas, 2012 : 22).

  • 7 Les grèves du sang sont des scarifications volontaires, en particulier se tailler les avant-bras av (...)

20L’apparition de différentes factions politiques au sein même du mouvement chaviste ainsi que la récurrence d’épisodes de violence individuelle et collective menés par des dissidents, voire par d’anciens militants, nous conduisent à interroger le sens de cette multiplication des actions politiques radicales (crucifixions, lèvres cousues, grèves de la faim, grèves du sang7, etc.). Ces manifestations entrent en résonance avec des phénomènes de crises spécifiques et ponctuelles qui provoquent souvent des expériences limites : crise énergétique, augmentation démesurée de l’insécurité et du crime organisé, inflation, chômage, pénurie alimentaire, crise du système de santé, épidémies (dengue, maladie de Chagas, malaria, etc.), coulées de boue et inondations qui affectent (en 2005, 2008 et de manière plus sévère et dévastatrice en décembre 2010) les zones urbaines défavorisées qui occupent des terrains en pente de la Cordillera de la Costa. Aujourd’hui, la société vénézuélienne est extrêmement conflictuelle et la vie quotidienne est marquée par des protestations de rue qui finissent souvent en affrontements violents avec la police. La reconfiguration des pouvoirs publics est marquée par la remise en cause de la séparation des pouvoirs et se traduit par l’impunité, la militarisation des institutions et l’usage démesuré de la force publique, ce qui a eu un fort impact sur les formes d’exercice de la citoyenneté. En effet, le rôle des militaires a sensiblement changé dans la société vénézuélienne depuis 1998. L’armée est un élément clé du système politique ; elle fait partie de l’arène politique et affiche ouvertement son soutien au parti au pouvoir.

21Par ailleurs, pendant la dernière quinzaine d’années, la place de l’opposition a été difficile à cerner. Une certaine opposition radicalement antichaviste a commis l’erreur catastrophique de participer à une aventure qui laissera des traces dans les organisations politiques n’adhérant pas au processus révolutionnaire : le coup d’État manqué contre Chávez en avril 2002, soutenu par les États-Unis. Ces opposants du début des années 2000, coupés de la vie politique, n’ont ensuite pas su s’insérer dans le nouveau jeu politique imposé par la révolution. Ces premiers opposants portent un ultime coup aux anciens partis en les décidant à ne pas participer aux élections parlementaires de 2005. Pendant toute une période, le président Chávez a gouverné sans opposition parlementaire. De nouveaux chefs de file sont cependant récemment apparus, et les partis politiques reviennent sur le devant de la scène depuis deux ans.

22À partir de 2011, l’opposition s’est réorganisée autour de la figure de Henrique Capriles. Gouverneur de l’État de Miranda, ce dernier, on l’a vu, a perdu de peu les élections du 14 avril 2013 contre Nicolás Maduro. La presse internationale considère parfois le mouvement de Capriles comme une expression de la droite, en reproduisant de cette manière la polarisation qui a été si utile au président Chávez pour diviser le pays en deux. Or, le clivage droite-gauche est pour le moins contestable dans le contexte vénézuélien actuel. La proposition de Capriles s’inscrit plutôt dans la social-démocratie et son programme ne prévoit ni privatisation ni libéralisation extrême de l’économie. Mais, pour le gouvernement bolivarien, le mouvement de Capriles incarne pour la première fois depuis quinze ans une alternative politique à la révolution. Ce qui explique sans doute les conditions d’intimidation dans lesquelles se sont déroulées les élections de 2013, même pour l’électorat chaviste. En effet, les porte-parole du gouvernement ont fait savoir aux fonctionnaires que le secret du vote ne serait pas garanti et les menaces de représailles contre ceux qui voteraient contre le candidat officiel ont été largement diffusées par des courriers et courriels dans les ministères. Le président Maduro et son gouvernement ont durci leur politique à l’égard de l’opposition. Des épisodes de violence physique contre les députés d’opposition ont secoué l’Assemblée nationale. Certes, le défi pour Maduro était d’envergure : remplir l’énorme espace politique occupé par le verbe de Chávez. Et, de fait, le président Maduro rencontre de graves difficultés à imposer l’État communal, fondement du « socialisme » conçu par Chávez et peut encore moins garantir sa viabilité dans un contexte de crise économique.

23Le mouvement qui conteste aujourd’hui le gouvernement chaviste n’est pas homogène et les quartiers populaires qui faisaient sonner leurs casseroles pour demander le recomptage des voix en avril et mai 2013 correspondent aux zones où Chávez gagnait auparavant. Les sons et les images de ces manifestations ont été censurés dans les médias officiels vénézuéliens et sont diffusés uniquement sur les réseaux sociaux. On y voit passer des motards vêtus de rouge avec, sur le siège arrière, des militaires tirant des coups de feu en l’air pour faire taire les casseroles. La polarisation politique apparaît dans ce contexte comme une stratégie officielle où la division de la société empêcherait l’apparition de la pluralité au sein même du chavisme. Toutes les postures de la dissidence paraissent ainsi coïncider dans un constat : la révolution bolivarienne est devenue un mouvement essentiellement antilibertaire.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hannah, 1995, Qu’est-ce que la politique ?, texte établi et commenté par Ursula Ludz, traduit de l’allemand par Sylvie Courtine-Denamy, Paris, Éditions du Seuil.

Briceño-León, Roberto, Ávila, Olga et Camardiel, Alberto, 2009, Inseguridad y Violencia en Venezuela – Informe 2008, Caracas, Editorial Alfa Lacso.

Carrera Damas, Germán, 1969, El culto a Bolívar. Esbozo para un estudio de la historia de las ideas en Venezuela, Caracas, Universidad Central de Venezuela. Consultable en ligne : http://books.google.fr/books/about/El_Culto_a_Bol%C3%ADvar.html?id=7cJifgyeb1YC&redir_esc=y

Gomez Calcaño, Luis et Arenas, Nelly, 2012, « Le populisme chaviste : autoritarisme électoral pour amis et ennemis », Problèmes d’Amérique latine, no 86, p. 13-30.

Lefort, Claude, 1986, Essais sur le politique. XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions du Seuil.

López Maya, Margarita, 2013, Democracia participativa en Venezuela 1999-2010. Orígenes, Leyes, percepciones y desafío, Caracas, Centro Gumilla.

Puente, José Manuel, 2012, « Rente et révolution. L’économie politique vénézuélienne pendant les présidences de Hugo Chávez », traduit de l’espagnol par Julie Devineau, Problèmes d’Amérique latine, no 87, p. 113-123.

Rey, Juan Carlos, 1991, « La democracia venezolana y la crisis del sistema populista de conciliación » Revista de Estudios Políticos (nueva época), no 74, octobre-décembre, p. 553-578.

Vasquez Lezama, Paula, 2011, « Les “anges rebelles” : la légitimation de la violence insurrectionnelle dans la révolution bolivarienne », Problèmes d’Amérique latine, no 79, p. 119-132.

Haut de page

Notes

1 Le discours médiatique de Chávez a mobilisé l’amour depuis le début de ses émissions télévisées. L’amour est devenu un message explicite de la campagne présidentielle de 2006. Voir le spot publicitaire « Por amor », en ligne : http://www.youtube.com/watch?v=uX0Dv7OAG_Q (consulté le 9 septembre 2013).

2 La campagne libératrice de l’armée de Simón Bolívar, El Libertador, a mis fin au régime colonial en 1821 et a permis la création des États-nations dits « bolivariens » : Venezuela, Colombie, Équateur, Pérou et Bolivie. La pensée de Bolívar pose les fondements du projet républicain moderne de l’Amérique hispanique. Il faut cependant différencier le « bolivarisme », c’est-à-dire, les doctrines politiques issues de la pensée de Bolívar, du bolivarianisme entendu ici comme leur transformation en idéologies diverses.

3 Chávez a fait des « cadenas » – des émissions retransmises simultanément sur toutes les chaînes, au cours desquelles il parlait souvent des heures – des outils pour un gouvernement médiatique.

4 La division territoriale du Venezuela comporte trois niveaux : le gouvernement fédéral, les états et les municipes.

5 « De 1999 à 2011, les exportations pétrolières ont rapporté 608 milliards de dollars au Venezuela ; au vu du prix du baril de pétrole en 2012 (103 dollars), le pays a reçu 92 milliards de dollars au cours de l’année. Les prix du pétrole sont passés de 16 à 101,06 dollars le baril de 1999 à 2011 ; le prix moyen du pétrole vendu par le Venezuela a été de 49,3 dollars pendant douze années de la présidence de Hugo Chávez » (Puente, 2012 : 115).

6 « Me parece maravilloso ese juego de palabras, porque refleja lo que creo que es la propuesta del Estado comunal a fin de cuentas: la utopía de un millonario » http://www.el-nacional.com/escenas/descomunal-semantico-describe-utopia-Chávez _0_200980065.html (consulté le 9 juin 2013).

7 Les grèves du sang sont des scarifications volontaires, en particulier se tailler les avant-bras avec des rasoirs mais aussi se servir de seringues pour faire couler le sang. Ce répertoire d'action est souvent utilisé par les prisonniers vénézuéliens mais des protestataires dans la rue l’ont aussi mobilisé, le plus souvent des fonctionnaires en conflit syndical avec le gouvernement. C’est le cas des infirmiers en grève en avril 2011 dans la ville de Valencia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paula Vasquez Lezama, « Hugo Chávez : de l’aura du progressisme à la dérive autoritaire », Socio, 2 | 2013, 205-216.

Référence électronique

Paula Vasquez Lezama, « Hugo Chávez : de l’aura du progressisme à la dérive autoritaire », Socio [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://socio.revues.org/443 ; DOI : 10.4000/socio.443

Haut de page

Auteur

Paula Vasquez Lezama

Anthropologue, chargée de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et membre du Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA) de l’École des hautes études en sciences sociales. Elle a publié Poder y catástrofe. Venezuela bajo la Tragedia de 1999, Santillana, 2010.
paula.vasquez@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org