Navigation – Plan du site
L’état de la question

Penser le changement au-delà des acteurs et des institutions

La cultural sociology aux États-Unis (1990-2012)
Considering change over and above actors and institutions. Cultural sociology in the United States (1990-2012)
Isabelle Berrebi-Hoffmann
p. 173-195

Résumés

L’émergence d’une « nouvelle sociologie » qui ferait toute sa place à une pensée de la culture comme force de changement de la société fait débat outre-Atlantique dès les années 1990. Sur ce fondement, un courant intellectuel réuni sous le label de « cultural sociology » propose de revisiter et de réunir des sous-disciplines comme la sociologie politique, la sociologie de l’action collective ou la sociologie économique. À l’aune d’une même démarche méthodologique qui ne se contenterait pas de l’étude des acteurs et des structures, la cultural sociology nord-américaine invite à penser ensemble les significations (meanings), l’action et les institutions. L’article examine l’origine du courant aux États-Unis, en fort développement depuis une décennie, et ses apports possibles à une pensée du pouvoir, de la domination et du changement social.

Haut de page

Texte intégral

« Entreprendre de penser l’État, c’est s’exposer à reprendre à son compte une pensée d’État, à appliquer à l’État des catégories de pensée produites et garanties par l’État, donc à méconnaître la vérité la plus fondamentale de l’État. » (Bourdieu, 1991 : 49)

  • 1 « Esprit d’État, Genèse et structure du champ bureaucratique », conférence donnée à Amsterdam le 29 (...)

1Penser les institutions en échappant aux catégories de pensée qu’elles engendrent est-il possible ? Pierre Bourdieu analyse longuement cette difficulté radicale1. Le sociologue énonce l’impossibilité de penser ensemble l’institution et l’idée de l’institution, la forme institutionnelle et sa représentation, les catégories de sens qu’elle produit et celles qui l’ont produite, en particulier lorsque l’institution, à l’instar de l’État, est dominante. Il nomme l’aporie, décrit les ressorts d’une spécularité infinie, souligne au cours des mots le paradoxe des sciences sociales réflexives. Il dit la nécessité d’un « doute radical » sur toutes les catégories de sens et nous invite à être en « rupture » avec ces dernières. Mais comment faire ? Rien de tel, nous dit-il, que de procéder à la « reconstruction de leur genèse ». Cela amène le sociologue à proposer de penser l’émergence des formes institutionnelles comme celle des idées qui les ont produites dans ce qu’il nomme un « modèle de l’émergence de l’État » (ibid. : 50).

  • 2 Ce point est particulièrement développé dans Swidler 1986 et Eisenstadt 1992.

2C’est à de telles relectures fondamentales de l’émergence des institutions et de leurs représentations que nous invite un courant nord-américain réuni depuis peu autour du label de cultural sociology. À partir des années 1990, les auteurs qui s’en réclament ouvrent pas à pas des chantiers méthodologique et épistémologique afin de parvenir à penser ensemble la fabrique des idées et l’histoire des institutions. L’approche, si elle s’inspire parfois des analyses bourdieusiennes, s’en distingue souvent clairement par le rôle subversif – plus que reproductif – attribué aux récits, narrations, catégories de sens, scripts, fictions et imaginaires, mœurs, affects et autres représentations et normes collectives qui jalonnent nos cultures modernes. Certes la culture peut être force de reproduction des idées dominantes et lieu de pouvoir au service des élites, mais elle peut aussi être pensée comme force de changement social et mode d’action privilégié pour transformer normes, droit et institutions2. En proposant de penser, d’une part les institutions et les normes à partir des processus d’émergence des formes et des idées institutionnelles – et non d’une définition substantive –, et, d’autre part, la culture comme un espace d’action et de changement social, la cultural sociology anglo-saxonne énonce un programme qui connaît une diffusion rapide outre-atlantique. Retraçons-en l’origine, les débats et les enjeux intellectuels au miroir d’un possible renouveau des sciences sociales anglo-saxonnes.

La cultural sociology nord-américaine (1990-2010) : une diversité de chercheurs et d’approches qui souhaitent « penser ensemble sens, représentations et institutions »

3À l’orée des années 1990, quelques ouvrages de sociologie ambitieux paraissent dans l’espace des sciences sociales nord-américaines. Certains renouent avec une tradition sociologique classique de comparaison socio-historique qualitative à longue portée. D’autres questionnent les institutions centrales des économies occidentales, à partir d’une comparaison croisée à la fois institutionnelle et culturelle. Qu’il s’agisse du marché (Carruthers et Babb, 2000 ; Zelizer, 1985 1994 ; Fligstein, 1996 ; Reddy, 1984), du travail (Biernacki, 1995), de la firme (Meyer et Rowan, 1977 ; Fligstein, 1990 ; DiMaggio, 1990 ; Kunda, 1992 ; Dobbin, 1994 ; Scott, 2001), du capitalisme et de la pensée managériale (Illouz, 2007, 2008), de la famille (Zelizer, 1979 ; Hochschild, 1989, 2003), ou des classes sociales (Lamont, 1994 ; Collins, 2000), des auteurs interrogent les transformations et les crises des institutions avec une approche nationale et culturelle qui rompt avec le positivisme et les approches déductives et quantitatives caractéristiques de nombre de travaux académiques sociologiques nord-américains. Peut-on parler d’une évolution du paysage intellectuel outre-Atlantique qui, sous l’égide d’une sociologie de la culture – au sens élargi –, s’attellerait à repenser plusieurs sous-disciplines telles la sociologie économique, la sociologie des organisations, la sociologie du travail, la sociologie politique, la sociologie des mouvements sociaux ou de l’action collective ?

  • 3 Citons à titre d’exemple la série des Presses de l’université de Cambridge, intitulée « Cambridge C (...)

4L’émergence d’une « nouvelle sociologie » fait question et débat dans les revues, colloques et livres collectifs anglo-saxons dès les années 1990, mais plus encore au milieu des années 2000 (Crane, 1994 ; Emirbayer, 1997 ; Long, 1997 ; Smith, 1998 ; Bonnell et Hunt, 1999 ; Lamont et Thévenot, 2000 ; Spillman, 2001 ; Alexander, 2003 ; Friedland et Mohr, 2004 ; Biernacki, 2009, 2012 ; Cefaï, 2009 ; Reed, 2012). Les notions de sens et de culture y sont centrales à la suite d’un Geertz et d’un Sahlins en anthropologie ou du mouvement d’histoire « culturelle » au sein des sciences historiques. On assiste alors à une grande effervescence intellectuelle qui débouche sur pléthore de travaux de jeunes chercheurs, autour des sections de l’American Sociological Association (ASA) de « sociologie de la culture », mais aussi au sein de nouvelles collections universitaires et de nouvelles revues3, d’anthologies et de manuels théoriques, à coup de parution d’essais collectifs et programmatiques et de numéros spéciaux de revues. Les références intellectuelles sont multiples et ouvertes à la fois vers des auteurs classiques tout en faisant parfois échos à l’œuvre de sociologues contemporains – comme Samuel Noah Eisenstadt et son concept de multiple modernities, par exemple. Les auteurs qualifient leur démarche intellectuelle, tour à tour de « culturelle », de « relationnelle » ou de « politico-culturelle ».

  • 4 Les réflexions épistémologiques aux États-Unis usent volontiers du terme de tournant pour qualifier (...)
  • 5 L’ouvrage Matters of Culture : Cultural Sociology in Practice est publié en 2004 aux Cambridge Univ (...)

5Entre un ancrage fort dans une relecture des classiques d’une part – Weber, Durkheim, Parsons, Pareto en particulier – et l’idée d’un retour à une sociologie générale qui s’affranchirait des frontières des sous-disciplines sociologiques d’autre part, il s’agit de parvenir à penser ensemble ce qui a été longtemps conçu de façon séparée – la faute à Parsons ? –, à savoir les significations (meanings), l’action et les institutions. Par l’ampleur du mouvement, ses échos intellectuels avec d’autres disciplines comme l’histoire et l’anthropologie, son impact sur les jeunes chercheurs comme sur des figures connues de la sociologie américaine, la question d’un « tournant culturel » en sociologie, à l’instar des « tournants culturels » antérieur de l’anthropologie et de l’histoire, est dès lors posée4. Le tournant culturel est ainsi affirmé dans des collections et des livres collectifs clefs comme celui de Friedland et Mohr5.

6Pourtant, l’attention aux sens et à leur fabrique sociale est-elle si rare en sociologie ? Y a-t-il autre chose qu’une ambition collective et peut-être générationnelle, comme sait en produire la communauté académique nord-américaine, d’affirmer du « nouveau » ? Articuler activités de création de sens et action au plan individuel, penser ensemble représentations collectives et changement institutionnel, historiciser les catégories en même temps que les pratiques n’est-ce pas là l’essence même du travail sociologique depuis les classiques ? Ces questions sont légitimes et s’énoncent ou se murmurent de part et d’autre de l’Atlantique.

7Sans prétendre y répondre ici, nous nous attacherons à d’autres questions que pose le courant au sein du paysage intellectuel nord-américain. Pourquoi différents auteurs parlent-ils aujourd’hui de cultural sociology et non de sociology of culture ? Pourquoi une relecture si dense des socio- logues classiques ? Quels liens ou absence de liens y a-t-il entre les « cultural turns » en anthropologie et en histoire et la cultural sociology ? Pourquoi tant de distance entre la cultural sociology et les cultural studies qui au sein des humanités ont pourtant à voir avec un discours parfois sociologique ?

8Derrière la question du « cultural turn », ce sont trois transformations majeures du paysage intellectuel des sciences sociales anglo-saxonnes que, d’une certaine façon, la cultural sociology tente de prendre au sérieux. En suivant le fil des questions qui viennent d’être posées, en replaçant le courant de cultural sociology au cœur de ces trois transformations, nous pourrons esquisser les contours du mouvement.

Cultural studies et récit sociologique : une impossible rencontre ?

  • 6 Départements de littérature, de cinéma, de communication, de philosophie, d’arts… des universités a (...)
  • 7 Dans l’introduction à l’un des premiers ouvrages francophones sur les cultural studies, Glevarec, M (...)

9Une première source des évolutions récentes du paysage intellectuel nord-américain est à saisir dans l’émergence de courants critiques, issus pour certains des « humanités6 » anglaises et états-uniennes, et réunis sous le terme de cultural studies. Ces courants ont produit de concert depuis les années 1970, un discours qui tend à remettre en cause le récit occidental de l’émancipation et du progrès des sociétés humaines. Si nombre d’entre eux revendiquent des origines intellectuelles distinctes (marxisme classique ou marxisme hétérodoxe pour certains, postmodernisme pour d’autres, philosophie utilitariste, libertarisme ou morale kantienne pour d’autres encore…), une démarche intellectuelle commune les anime : décentrer le regard en dénonçant un discours dominant rendu aveugle à la diversité des cultures, des peuples et des groupes sociaux car profondément inscrit dans un récit qui trouve sa source et son fil dans l’Europe des Lumières et des révolutions industrielles. La philosophie critique féministe, le multiculturalisme, le postcolonialisme, les courants postmarxistes hétérodoxes… alimentent une série de travaux réunis sous le terme de « studies » qui connaissent un succès considérable et planétaire à partir du début des années 19907.

10Ces studies, malgré leur diversité, empruntent à un récit qui reprend des arguments semblables : depuis les révolutions européennes, le récit sociologique d’émancipation et de progrès social serait à son insu par trop industriel, rationnel, matériel, économique, masculin et principalement blanc. Ancrées dans l’héritage des Lumières et de la révolution industrielle, les sciences sociales européennes et nord-américaines passeraient ainsi à côté des enjeux sociaux et des inégalités contemporaines qui seraient d’ordre ethnique, géographique, racial et sexuel. Le discours sociologique, discours savant des sciences sociales, continuerait à penser essentiellement en termes de classes sociales et d’inégalités économiques prenant peu en compte d’autres dominations d’ordre culturel dont certaines, malgré une égalité de droits, existent et sont visibles dans les mœurs. Il participerait de la stigmatisation, ou de la subalternité des dominés, voire pire de leur invisibilité. Il serait urgent de revisiter de façon critique une histoire culturelle, économique et sociale ancienne qui, au-delà de la seule histoire des élites occidentales, blanches et masculines, redonne toute leur place aux femmes, aux classes populaires, aux paysans, aux populations colonisées, aux Noirs, aux dominés, aux pays et aux cultures non européens, aux individus et à leurs différences. Les catégories de langage et de pensée des sciences sociales posent elles-mêmes problème. Il serait nécessaire d’écrire les mondes sociaux contemporains avec des mots nouveaux qui restent à inventer pour nommer une réalité enfin débarrassée de ses hiérarchies normatives, sexuée et européano-centrées. Il serait nécessaire plus largement d’amender les sciences sociales classiques afin d’en extraire la part trop ouvertement construite sur une vision blanche, masculine et occidentale de l’histoire humaine. Ces courants critiques conduisent, on le conçoit, à perturber la validité critique du discours sociologique fondé sur un récit analysant la société et le capitalisme industriel occidental qui émergent au XIXe siècle.

11Le discours sociologique en devient problématique. Il est remis en cause d’une double façon : dans sa portée universelle d’une part dans sa portée progressiste et critique d’autre part.

12Existe-il alors une synthèse intellectuelle encore à construire, ou des conceptions du social irréconciliables entre la sociologie et les cultural studies ? Ce sont en tout cas de vraies frontières et de faux dialogues entre cultural sociology et cultural studies dont il est question dans les débats en cours. Janet Wolff tente, dans un article incisif de 1999, de cerner la distance qui sépare divers courants montants au sein des sciences sociales mobilisant le terme de « culture ». Elle distingue à la fois frontières et ponts entre quatre champs : les cultural studies, la cultural sociology, la sociologie de la culture, les courants postmodernes. Selon elle, la cultural sociology a peu à voir avec ce que les humanités nomment « culture », à savoir les arts et les lettres. La préoccupation centrale des chercheurs qui débattent autour de la dénomination de cultural sociology est une préoccupation de théorie et de méthode sociologique, qui, s’ils empruntent parfois aux vocables des cultural studies, n’est en rien ancrée dans les travaux que l’on regroupe habituellement sous le terme de studies.

« I want to consider in particular two branches of sociology, both relevant to the study of culture, and each indifferent or hostile to cultural studies […] the first is sociology of culture, or the sociology of the arts […] the second area of sociology which foregrounds culture is sociological theory itself – that is, the theory, or theories, of society. Here in the past couple of years the term “cultural sociology” has become prominent. But this term and its associated reference to “the cultural turn”, has nothing at all to do with language, semiotics, or poststructuralism. It describes a sociological theory whose central focus is culture – here with the broader meaning of values, beliefs, ideas, and so on, and not (as in the sociology of culture) the arts in particular. Cultural sociology, then, might be the approach employed in other sub-fields – the sociology of law, the sociology of education, industrial sociology – that have nothing to do with culture in the narrower sense. » (Ibid. : 12)

13En réponse à ce qui est vécu comme une remise en cause et un discours insuffisamment scientifique sur le social, les communautés intellectuelles et académiques sociologiques ont tour à tour dénoncé le manque de rigueur, l’absence de contenu, le caractère hétéroclite, littéraire, partial, tautologique, idéologique et non scientifique des courants et travaux se réclamant des cultural studies ou du moins de ses raisonnements. Il est vrai qu’une partie des studies sont construites pour dévoiler et dénoncer la domination d’un côté, et remettre en cause le centre, la norme et le normal par une étude des marges et minorités qu’elles soient culturelles, sociales, raciales ou sexuelles d’un autre côté. En retour, certains ont critiqué l’establishment académique, le sentiment de supériorité de l’autre camp, le tout conduisant dans les universités nord-américaines et anglaises à de nettes coupures entre mainstream sociologique et cultural studies dans les années 1980.

14Des différences irréconciliables de méthodes et de démarches existent entre les deux courants selon Friedland et Mohr. Les cultural studies issues des humanités interprètent immédiatement tous les signes du social qu’ils observent, alors que les sociologues contextualisent et analysent la construction sociale et les conditions de réception des textes, ainsi que les intérêts et rapports de force sociaux qu’ils révèlent. Les « humanists » lisent la société comme un texte, faisant l’hypothèse que l’ordre social est un ordre de représentations. Les institutions, les organisations, les pratiques et les structures deviennent des significations et des textes à lire et à interpréter, sans pour autant s’attacher aux conditions de production sociale de ces textes. Pour les humanists, l’interprétation vaut explication. Pour les sociologues, cela tend à être l’inverse, l’analyse des structures sociales et des rapports de force sociaux, l’étude des conditions de production et réception des textes, catégories de pensée, et représentations précèdent l’interprétation.

« Where sociologists often hope to show that culture can be explained, and thus interpreted, through an analysis of its relation to social structure, sociologists have much less frequently addressed the cultural meanings themselves. In contrast, humanist bring an interpretative stance to whatever they encounter. While sociologist tend to socialize the text, analyzing the conditions of its production and reception, as well as the social interests it represents, humanists textualize society, assuming that the social order is an order of representation. Institutions, organizations, practices, and structures are all made into significations, texts to be read, grist for their exegetical mill. While they assume that the social is constituted in and through orders of language, code, symbol, an sign, humanist rarely, if ever, specify the contingent social conditions of its production or social productivity. For humanists, interpretation is explanation. Whereas for sociologists it tends to be the reverse, in that sociologists make the assumption that their ability to isolate factors that co-vary with some cultural phenomenon constitutes its most useful interpretation. » (Ibid. : 3)

  • 8 Parmi ces réactions, citons par exemple « la sociologie peut apprendre des cultural studies, mais l (...)

15Les auteurs en déduisent alors que la division du travail entre les humanités critiques qui avancent vers des interprétations sociologiques et la sociologie qui se préoccupent de culture est un enjeu de lutte et provoque des réactions défensives à propos des territoires intellectuels que les deux parties considèrent comme les leurs8.

16Pourtant, l’attention des sociologues se déplace, vers ces sens et significations et vers ces méthodes herméneutiques d’analyse textuelle. Ainsi le « programme fort » souhaité par Jeffrey C. Alexander, l’un des sociologues les plus actifs au sein du mouvement de cultural sociology, en témoigne (Alexander et Smith, 2003 ; Jacobs, 1996 ; Kane, 1997 ; Emirbayer et Goodwin, 1994). Il s’agirait de démontrer le rôle déterminant de la culture et sa relative autonomie vis-à-vis des structures sociales. Alexander définit ainsi en 2006, la démarche de celles et ceux qui se réclament du programme fort :

« It has been meaning not action, that has occupied central attention, and deservedly so. To show the importance of meaning, as compared to such traditional sociological ciphers as power, money, and status, it has been necessary to show that meaning is a structure, just as powerful as these others […]. Meaningful actions can be considered as texts, exploring codes and narratives, metaphors, metathemes, values, and rituals in such diverse institutional domains as religion, nation, class, race, family, gender, and sexuality » (Alexander et al., 2006 : 2)

  • 9 « Since the early seventies, the sociology of culture has been virtually ‘reinvented’ but, in the e (...)

17Des frontières intellectuelles et méthodologiques mais aussi identitaires et disciplinaires semblent donc séparer fortement et distinguer les démarches de recherche relevant soit des cultural studies soit de la sociologie générale et des théories critiques sociologiques, du moins dans le contexte des débats intellectuels anglo-saxons. Cependant l’entrée forte des cultural studies dans le paysage des sciences sociales et l’ambition de critique sociale des studies a une conséquence interne majeure au sein de l’espace intellectuel sociologique. La culture devient enjeu de débat. L’enjeu va au-delà de la seule sociologie de la culture, sous-discipline du champ, et relève d’une discussion de théorie générale9.

Le retour de la culture : un défi pour la théorie sociologique anglo-saxonne

18A-t-on fait toute sa place à la culture – mais aussi aux représentations, aux mœurs, aux affects – dans la sociologie parsonnienne d’après guerre ? Peut-on trouver chez les classiques une pensée de la culture proprement sociologique qui permettrait de penser le temps présent sans déconstruire l’ensemble des catégories sociologiques comme le proposent une partie des cultural studies ? Surtout, outre la question des dominations et subalternités invisibles, comment en ces temps de changements penser l’évolution des représentations en même temps que celle des institutions ? Telles sont les questions qui concourent à un possible renouveau du débat théorique autour de catégories de pensée culturelles, dans les sciences sociales nord-américaines.

19En 1988, dans son introduction au livre collectif qu’il coordonne sur la sociologie durkheimienne intitulé « Durkheimian sociology: cultural studies », Jeffrey C. Alexander (1988) regrette l’absence selon lui quasi totale d’analyse et de raisonnements sur la culture en sociologie, qu’il explique par une dynamique interne de la discipline qui serait « anti-culturelle ».

« In the 1960s there was a general mobilization against the hegemony of structural-functional theory in the “idealist” form associated with Parsons. This challenged has triumphed, but theorizing of an equally one-sided sort has taken its place. The discipline is now dominated by micro and macro orientations which are either anti-systemic, anti-cultural or both. […] In sociology there is, as yet, scarcely any cultural analysis at all. » (Alexander, 1988 : 1)

20Deux décennies plus tard, le paysage est différent. L’espace de l’intérêt pour la culture au sein de la sociologie est divers et apparaît en phase de structuration collective autour de lieux, revues, manuels, associations et centres de recherches créés entre 1995 et 2009. Surtout, il s’agit de fonder la démarche et la notion en revenant aux classiques. Entre 1988 et le milieu des années 1990, paraît un nombre croissant d’articles et d’ouvrages de recherche qui affirment la nécessité de revisiter les auteurs classiques, en particulier Émile Durkheim et Max Weber, à l’aune de leur pensée des processus de changement des mœurs et de la culture plus que de leur pensée des structures. Curieusement, Georg Simmel pourtant auteur de textes fondateurs en matière de sociologie des mœurs est peu mobilisé. De même, Norbert Elias reste relativement absent du débat qui s’engage. Durkheim comme Weber suscitent en revanche une série de publications nouvelles dans les revues académiques telles l’American Journal of Sociology, Sociological Theory ainsi que des ouvrages et des articles dédiés d’exégèse et d’interprétation théorique (Tiryakian, 2009 ; Emirbayer, 1996a, 1996b ; Pickering, 2002) ou des handbooks avec des textes peu étudiés remis à l’honneur (Emirbayer, 2003 ; Alexander et Smith, 2005). La collection « Rethinking sociological theory » aux éditions Ashgate Publishing est caractéristique de ce mouvement.

21Le titre évocateur de l’article de Mustafa Emirbayer de 1996, intitulé « Useful Durkheim », choisi en écho au « Useless Durkheim » de Charles Tilly, donne le ton de cette mobilisation des classiques. Dans ce travail de refondation, il s’agit moins d’étudier les auteurs, de contextualiser leur pensée ou de leur emprunter des notions que de travailler la démarche et les raisonnements sociologiques des fondateurs de la sociologie pour décrire et penser le social contemporain (Chalcraft et al., 2008 ; Karlberg, 2012). À partir d’un travail de traduction, lent, à la fois théorique et méthodologique, il s’agit d’appliquer ces raisonnements comparatifs, historiques et sociologiques à l’étude d’un présent qui connaît une transformation aussi forte sinon plus que l’époque qui vit naître les premiers sociologues en Europe. Bref, on relit les classiques pour y chercher les clefs d’une démarche intellectuelle permettant de décrypter une période de changement et de crise, où culture, institutions, structures et groupes sociaux sont en mutation. Durkheim et Weber sont lus pour penser le présent et non dans un souci d’exégèse plus classique d’histoire des idées.

Les controverses de méthode : comparer ou mesurer les cultures ?

  • 10 La France n’est certes pas à l’écart de ces thématiques, pourtant Daniel Cefaï et Nathalie Heinich (...)

22En ayant l’ambition de penser ensemble sens et institutions, les cultural sociologists s’appuient pour certains sur de longues enquêtes et études empiriques prenant racine au XIXe siècle. Parmi ces travaux l’intérêt s’est par exemple porté sur la socio-histoire des émotions et de leur contrôle, l’émergence du management, la psychologisation des rapports sociaux, l’esprit bureaucratique, la culture de la performance et la culture économique10. Mais comment étudier sens, valeurs et croyance d’une part, affect et mœurs d’autre part ? Les questions méthodologiques sont redoutables.

  • 11 L’auteur formule très directement sa position dès la première phrase de son ouvrage : « Do internat (...)

23Dans le contexte académique nord-américain, la question de la mesure quantitative des processus sociaux et des catégories de sens est posée sans doute avec encore plus d’acuité que dans les communautés académiques européennes. Au risque d’un biais, tôt dénoncé dans les milieux sociologiques francophones, celui du culturalisme. L’enjeu est de taille, alors que le débat public et politique mondial s’engage sur des frontières culturelles et identitaires entre les peuples après que l’idée de nation se fut effritée et que les frontières nationales eurent perdu de leur force explicative dans un monde globalisé. Le culturalisme que l’on a pu reprocher, par exemple, aux travaux de Hofstede n’est cependant pas le cœur des controverses méthodologiques qui sont examinées. La culture n’est pas vue comme une variable autonome, constante et immuable déterminant des identités qui détermineraient elles-mêmes des comportements plus fortement que les intérêts, les relations, le droit et les institutions. Il s’agit bien de penser ensemble les jeux d’acteurs, les politiques, les conflits et le rôle du langage, des idées et des catégories de sens, dans leurs interactions et leurs processus de construction sociale conjoints. L’ouvrage de Richard Biernacki The Fabrication of Labor. Germany and Britain, 1640-1914 est exemplaire de cette démarche de pensée. Le livre, fruit d’une recherche de plusieurs années s’appuyant sur des archives et des sources consultées en France, Angleterre et Allemagne développe en plus de 570 pages une thèse particulièrement originale à propos de l’émergence des institutions du travail en Europe et les raisons de l’existence de différences nationales structurelles. Pour Biernacki, étudier la fabrique du droit, l’histoire de l’action politique ou économique ne suffit pas. La source des spécificités institutionnelles nationales est à rechercher et à reconstruire à partir d’une étude approfondie et documentée des différences culturelles en matière de conception du travail et des rapports à l’autorité, dans les deux pays11. Il montre ainsi comment ces différences culturelles ont conduit en Europe à l’instauration de modes d’organisation du travail dans les manufactures et de gestion de la main-d’œuvre (contrat de travail, droit du travail) profondément différentes, dans un contexte historique et économique pourtant semblable. Ces différences expliquent aujourd’hui des dissemblances en matière de conflit du travail, de droit, de relations professionnelles. La structure du livre reflète également une démarche méthodologique originale permettant d’étudier ensemble les aspects culturels, structurels et l’action collective autour de l’émergence du salariat. L’ouvrage analyse de façon comparative les idées qui s’imposent parfois de façon transnationale en Europe. Il s’attache également à décrire leur circulation et leur avènement – la marchandisation du travail par exemple – mais aussi et en même temps les luttes des différents acteurs autour de ces idées et les formes d’action dans le champ des idées, tout en maintenant une analyse des formes productives et de l’action collective « classique ». L’auteur examine d’abord les conceptions nationales du contrôle du temps et de l’espace en matière de travail en Grande-Bretagne et en Allemagne (avec une petite partie sur le cas français), ainsi que les conceptions de l’autorité légitime dans chacun des pays (partie I : The cultural structure of the workplace). Ensuite, c’est un processus qui est analysé : celui de l’avènement commun d’une idée, à savoir « considérer le travail comme une marchandise » (partie II : Pathways to the definition of labor as a commodity). L’ouvrage se poursuit par une étude fouillée du rapport des travailleurs à la monétarisation de leur temps, ainsi que les idées et idéologies de l’exploitation du travailleur dans les mouvements ouvriers des deux pays, pour aboutir finalement à une présentation de la structuration de l’action collective qui s’engage (partie III : The structure of the workers’ countersigns).

24Au fil des pages, les matériaux historiques sont confrontés, travaillés sans relâche et finissent par démontrer lentement la thèse posée d’entrée de jeu. Ce travail de reconstitution de la genèse des formes organisationnelles et institutionnelles du travail en Allemagne et en Angleterre s’accompagne de points méthodologiques fréquents, sur les limites des matériaux, l’art de la comparaison, le rapport aux textes ainsi que d’une discussion constante de la globalisation – des techniques, des idées, de l’architecture des usines, des machines, des méthodes de management, des mouvements sociaux, du syndicalisme – à chaque fois réinterprétée localement.

  • 12 Dans la partie méthodologique de l’ouvrage, chapitre II, intitulé « Method and Metaphor after the N (...)

25Richard Biernacki participera plus tard, en 1999, à l’ouvrage collectif Beyond the Cultural Turn: New Direction in the Study of Society and Culture consacré aux recherches « après le tournant culturel » en histoire et en sociologie12.

26John H. Evans, auteur de l’ouvrage intitulé Playing God? Human Genetic Engineering and the Rationalization of Public Biothical Debate (2002), s’attelle à une tout autre démarche. Son livre tente de mesurer les mots, leur sens et leur diffusion et ainsi d’objectiver les évolutions des termes du débat public sur la bioéthique aux États-Unis, en s’appuyant sur des outils de mesure quantitatifs fins et sophistiqués. En « codant » les termes des débats et leur évolution sur la période historique qu’il étudie, l’auteur montre la polarisation de la controverse sur des arguments de plus en plus rationnels. Il conclut qu’au cours du temps émergerait une « culture » rationnelle du débat public.

  • 13 L’ouvrage paraît dans la jeune collection « The Yale Cultural Sociology Series » des Paradigm Publi (...)

27La querelle méthodologique entre Richard Biernaki et John H. Evans a lieu dans les années 2000 à travers textes et revues. Elle est rapportée dans l’ouvrage Meaning and Method. The Cultural Approach to Sociology (Reed et Alexander, 200913). La seconde et dernière partie du livre est ainsi consacrée à quatre textes, deux signés de Richard Biernacki et deux autres de John H. Evans. La controverse se développe autour des méthodes – qualitatives et quantitatives – qui permettent d’étudier sociologiquement la construction du sens (meanings). Le débat a lieu en deux temps et les auteurs se répondent alternativement au cours de ces quatre textes regroupés sous le titre « On Abstraction and Interpretation. The Biernacki-Evans Debate » (ibid. :119-277).

  • 14 En témoignent les titres des deux derniers articles sur lesquels se termine le livre : « The Banali (...)
  • 15 Bienarcki publiera trois années plus tard, en juillet 2012 un ouvrage au titre éloquent : Reinventi (...)

28Ce sont les méthodes d’analyse des discours et des données des débats publics sur la bioéthique d’Evans (à partir d’un logiciel dédié et d’indicateurs) qui provoquent l’ire de Biernacki. Celui-ci affirme que le résultat d’Evans, à savoir la mise en évidence d’une « rationalisation » du débat est directement induit par ses outils de mesure. Autrement dit, en codant et analysant les discours des acteurs, il rationalise les données en les décontextualisant, résultat qu’il attribue au débat lui-même in fine. Faute logique et méthodologique impardonnable pour Biernacki ! Plus encore, ces méthodes seraient vouées à « invisibiliser » ce qu’elles prétendent donner à voir, c’est-à-dire la création de sens nouveaux, par l’effort de décontextualisation et d’abstraction que nécessite l’étape technique du codage. Biernacki critique également le niveau d’abstraction nécessaire à l’analyse quantitative des discours en défendant une posture interprétative proche d’une position webérienne. Evans répond en citant l’existence de deux mondes en sociologie culturelle qui ne se comprennent pas. Le ton des échanges est également révélateur des passions animant les cultural sociologists. Le débat s’échauffe alors que l’un des auteurs nie toute pertinence scientifique à l’apport de l’autre14, dans ce qui s’apparente à une mise en scène d’une véritable « querelle des méthodes », tandis que les outils de mesure des discours et des logiciels d’analyses de scripts et de données rencontrent toujours plus de succès auprès de jeunes sociologues pressés d’« objectiver » coûte que coûte leurs données empiriques. Le débat, on le voit ne s’est pas clos aux États-Unis entre ceux et celles qui tentent de construire une communauté intellectuelle à partir d’un comparatisme qualitatif et ceux et celles qui préfèrent avoir recours à des outils et des logiciels quantitatifs pour interpréter et révéler le social, outils souvent gage de scientificité auprès des collègues d’autres disciplines dans les départements universitaires15.

Penser le changement ou la culture comme force de transformation subversive

29L’affirmation d’un cultural turn en sociologie et les efforts de ceux qui s’y reconnaissent pour l’objectiver conduisent donc, on l’a vu, à la fois à une critique de la notion même de culture et de son traitement dans une sociologie nord-américaine d’influence parsonnienne et à des relectures modernes et intensives des sociologues classiques.

  • 16 Cette approche renvoie à certains développements durkheimiens sur le changement institutionnel qui (...)

30Ce mouvement affirme également deux hypothèses de recherche particulièrement fortes : la première est que la culture n’est pas seulement une force de reproduction et de continuité mais un espace d’action qui permet aujourd’hui des transformations profondes de nos sociétés, plus rapides, critiques et efficaces que des actions politiques, juridiques ou institutionnelles (Eisenstadt, 1992). Agir sur les normes, les codes, les préjugés et les clichés serait aujourd’hui aussi important pour lutter contre les dominations que la seule action sur le droit et les institutions. Minorités et identités diverses peuvent par l’action collective prendre la parole dans l’espace public et agir sur les normes en transformant le récit, les sens, les « scripts » dominants de la modernité. La culture devient un espace d’action, de lutte symbolique et de transformations des normes et des mœurs qui entraînent ensuite les changements institutionnels16. Cette première hypothèse de travail des cultural sociologists peut les rapprocher des auteurs marxistes hétérodoxes du courant des cultural studies anglaises qui s’opposaient au marxisme « vulgaire » niant qu’il puisse y avoir d’autre domination qu’économique et sous-estimant le rôle des formes culturelles de domination. Mais c’est sans doute là le seul point commun avec le développement exponentiel des cultural studies, issus des humanités anglo-saxonnes. Une seconde piste de recherche, plus méthodologique, consiste à tenter d’intégrer dans l’appareil empirique sociologique les avancées récentes des champs de la communication et des humanités en matière de techniques d’analyse de texte et de discours, d’analyse des narrativités, scripts et codes, de repérage des fictions et des imaginaires sociaux, ou encore d’herméneutique…

31L’attention aux dimensions culturelles, sens, mœurs, fiction ou scripts ouvre des perspectives de recherche très ambitieuses. C’est sans doute autour de la conception de la fragilité ou de l’immuabilité du pouvoir et de la domination que passe une frontière intellectuelle peu encline à s’ouvrir. Penser pouvoir et culture comme deux processus sociaux à la fois imbriqués et en interaction, s’expliquant et s’influençant l’un l’autre et définissant la diversité des modernités dans lesquelles nous évoluons, reste un chantier majeur pointé du doigt par l’effervescence du courant de cultural sociology nord-américain.

Haut de page

Bibliographie

Alexander, Jeffrey C., 1988, Durkheimian Sociology: Cultural Studies, Cambridge, Cambridge University Press.

Alexander, Jeffrey C., 2003, The Meaning of Social Life. A Cultural Sociology, Oxford/New York, Oxford University Press.

Alexander, Jeffrey C., Giesen, Bernhard et Mast Jason L. (éd.), 2006, Social Performance. Symbolic Action, Cultural Pragmatics, and Ritual, Cambridge, Cambridge University Press.

Alexander, Jeffrey C., Jacobs, Ronald et Smith, Philip, 2011, The Oxford handbook of cultural sociology, Oxford/New York, Oxford University Press.

Alexander, Jeffrey C. et Smith, Philip, 2003, « The Strong Program in Cultural Sociology: Elements of a Structural Hermeneutics », dans Jeffrey C. Alexander, A Cultural Sociology, Oxford/New York, Oxford University Press, p.11-26.

Alexander, Jeffrey C. et Smith, Philip, 2005, The Cambridge Companion to Durkheim, Cambridge, Cambridge University Press.

Barker, Chris, 2000, Cultural Studies. Theory and Practice, Londres, Sage Publications.

Berrebi-Hoffmann, Isabelle, 2011, « Gleichheit und Differenz bei Emile Durkheim am Falle der Geschlechterbeziehungen », dans Theresa Wobbe, Isabelle Berrebi-Hoffmann, Michel Lallement (dir. ), Die gesellschaftliche Verortung des Geschlechts. Diskurse der Differenz in der deutschen und französischen Soziologie um 1900, Francfort-sur-le-Main/New York, Campus, p. 21-46.

Biernacki, Richard, 1995, The Fabrication of Labor. Germany and Britain, 1640-1914, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press.

Biernacki, Richard, 2009, « After Quantitative Cultural Sociology: Interpretive Science as a Calling », dans Isaac Reed and Jeffrey C. Alexander (éd.), Meaning and Method. The Cultural Approach in Sociology, Boulder, Paradigm Publishers, p. 119-208.

Biernacki, Richard, 2012, « Rationalization Processes inside Cultural Sociology », dans Jeffrey C. Alexander, Ronald N. Jacobs et Philip Smith (éd. ) The Oxford Handbook of Cutural Sociology, New York, Oxford University Press, p. 46-69.

Bonnell Victoria E. et Hunt Lynn (éd. ), 1999, Beyond the Cultural Turn: New direction in the Study of Society and Culture, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press.

Bourdieu, Pierre, [1991] 1993, « Esprit d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 96, no 96-97 p. 49-62.

Carruthers, Bruce G. et Babb, Sarah L., 2000, Economy/Society. Markets, Meanings, and Social Structure, Thousand Oaks, Pine Forge Press.

Castel, Robert, 1981, La Gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Éditions de Minuit, rééd. en 2011.

Castel, Robert, 2008, « D’où vient la psychologisation des rapports sociaux », entretien avec Robert Castel et Eugène Enriquez, Sociologies pratiques 2008/2, no 17, p. 15-27.

Castel, Robert, Castel, Françoise et Lovell, Anne, 1979, La Société psychiatrique avancée : le modèle américain, Grasset, Paris.

Castel, Robert et Martin, Claude (dir. ), 2012, Changements et pensées du changement. Échanges avec Robert Castel, Paris, La Découverte.

Chalcraft, David, Howell, Fanon, Lopez Menendez, Marisol et Vera, Hector, 2008, Max Weber Matters. Interweaving Past and Present, Farnham, Ashgate Publishing.

Cefaï, Daniel, 2009, « Looking (desperately?) for cultural sociology in France », Culture. Newsletter of the American Sociological Association Section on the Sociology of Culture, vol. 23, mai.

Collins, Rendall, 2000, « Situational stratification: a micro-macro theory of inequality », Sociological Theory, vol. 18, no 1, p. 17-43.

Crane, Diana (éd.), 1994, The Sociology of Culture. Emerging Theoretical Perspectives, Cambridge (États-Unis), Oxford, Blackwell Publishers.

DiMaggio, Paul J., 1990, « Cultural Aspects of Economic Action and Organization », dans Roger Friedland et A. F. Robertson (éd. ), Beyond the Marketplace. Rethinking Economy and Society, New York, Aldine de Gruyter, p. 113-134.

DiMaggio, Paul J. et Powell, Walter W., 1983, « The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields », American Sociological Review, vol. 48, no 2, avril, p. 147- 160.

Dobbin, Frank, 1994, Forging Industrial Policy: The United States, Britain and France in the Railway Age, New York, Cambridge University Press.

Dobbin, Frank (éd. ), 2004, The Sociology of the Economy, New York, Russell Sage Foundation.

Dobbin, Frank, 2009, Inventing Equal Opportunity, Princeton, Princeton University Press.

Durkheim, Émile, 1887, « La science positive de la morale en Allemagne », Revue philosophique, 24, p. 33-142 et 275-284, réédité dans Émile Durkheim, Textes. 1. Éléments d’une théorie sociale, Paris, Éditions de Minuit, 1975, p. 267 -343.

Durkheim, Émile, [1893], 2004, De la division du travail social, Paris, Presses universitaires de France.

Eisenstadt, Samuel Noah, 1992, « The Order-Maintening and Order-Transforming Dimensions of Culture », dans Richard Münch et Neil J. Smelser, (éd. ), Theory of Culture, Berkeley, University of California Press, 1992, p. 64-87.

Eisenstadt, Samuel Noah, 2003, Comparative Civilizations and Multiple Modernities, Leiden, Boston, Brill, 2 tomes.

Emirbayer, Mustafa, 1996a, « Durkheim’s Contribution to the Sociological Analysis of History », Sociological Forum, vol. 11, no 2, juin, p. 263-284.

Emirbayer, Mustafa, 1996b, « Useful Durkheim », Sociological Theory, vol. 14, no 2, juillet, p. 109-130.

Emirbayer, Mustafa, 1997, « Manifesto for a Relational Sociology », American Journal of Sociology, vol. 103, no 2 p. 281-317.

Emirbayer, Mustafa (éd. ), 2003, Émile Durkheim: Sociologist of Modernity, Malden, Blackwell Publishing.

Emirbayer, Mustafa, à paraître, Durkheimian Investigations, Boulder, Paradigm Publishers.

Emirbayer, Mustafa, et Goodwin, Jeff, 1994, « Network Analysis, Culture, and the Problem of Agency », American Journal of Sociology, vol. 99, p. 1411- 1454.

Evans, John H., 2002, Playing God ? Human Genetic Engineering and the Rationalization od public bioethical Debate, Chicago, University of Chicago Press.

Fligstein, Neil, 1990, The Transformation of Corporate Control, Cambridge (États-Unis), Harvard University Press.

Fligstein, Neil, 1996, « Markets as Politics. A political Culture Approach to Market Institutions », American Sociological Review, vol. 61, no 4, p. 656-673

Fligstein, Neil et Freeland, Robert, 1995, « Theoretical and Comparative Perspectives on Corporate Organization », Annual Review of Sociology, 21, p. 21-43.

Friedland, Roger et Mohr, John, 2004, Matters of Culture: Cultural Sociology in Practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Glevarec Hervé, Macé, et Éric, MaIgret Éric, 2008, Cultural Studies. Anthologie, Paris, Armand Colin.

Hochschild Arlie Russel (avec Anne Machung), 1989, The Second Shift: Working Parents and the Revolution at Home, New York, Penguin Books, rééd. 2003.

Hochschild Arlie Russel, 2003, The Commercialization of Intimate Life. Notes From Home And Work. Berkeley et Los Angeles, University of California Press.

Halle, David et Weyher, Franck L., 2005, « New developments in Class and Culture », dans Mark D. Jacobs et Nancy Weiss Hanrahan (éd. ), The Blackwell Companion to the Sociology of Culture, Malden, Blackwell Publishing, p. 207-219.

Illouz, Eva, 2007, Cold Intimacies. The Making of Emotional Capitalism, Cambridge (Royaume-Uni), Malden, Polity Press.

Illouz, Eva, 2008, Saving the Modern Soul. Therapy, Emotions, and the Culture of Self-Help, Berkeley et Los Angeles, University of California Press.

Jacobs, Ronald N., 1996, « Civil Society and Crisis: Culture, Discourse, and the Rodney King Beating », American Journal of Sociology, vol. 101, no 5 p. 1238–1272.

Kane, Anne E., 1997, « Theorizing Meaning Construction in Social Movements: Symbolic Structures and Interpretation during the Irish Land War, 1879–1882 », Sociological Theory, vol. 15, n° 3, p. 249-276.

Karlberg, Stephen, 2012, Max Weber’s Comparative-Historical Sociology Today. Major Themes, Mode of Causal Analysis, and Applications, Farnham, Ashgate Publishing.

Kunda, Gideon, 1992, Engineering Culture. Control and Commitment in a High-Tech Corporation, Philadelphie, Temple University Press.

Lamont, Michèle, 1994, Money, Morals and Manners. The Culture of the French and the American Upper-Middle Class, Chicago, The University of Chicago Press.

Lamont, Michèle et Fournier, Marcel (éd.), 1992, Cultivating Differences. Symbolic Boundaries and the Making of Inequality, Chicago, The University of Chicago Press.

Lamont, Michèle et Thévenot, Laurent (éd.), 2000, Rethinking comparative cultural sociology. Repertoires of evaluation in France and the United States, Cambridge (Royaume-Uni), New York, Cambridge University Press.

Long, Elizabeth (éd.), 1997, From Sociology to Cultural Studies. New Perspectives, Malden, Blackwell Publishers, 1997.

McLennan, Gregor, 2006, Sociological Cultural Studies- Reflexivity and Positivity in the Human Sciences, New York, Palgrave McMillan.

Mattelart, Armand et NeVeu, Érik, 2003, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte.

Meyer, John W. et Rowan, Brian, 1977, « Institutionalized Organizations: Formal Structure as Myth and Ceremony », American Journal of Sociology, vol. 83, no 2, p. 340-363.

Münch, Richard et Smelser, Neil J., 1992, Theory of Culture, Berkeley, Los Angeles, Oxford, University of California Press.

Pickering, W.S.F. (éd.), 2002, Durkheim Today, New York, Oxford, Berghahn Books.

Reed, Isaac Ariail, 2012, « Cultural Sociology as a Research Program. Post-Positivism, Meaning, and Causality », dans Jeffrey C. Alexander, Ronald N. Jacobs et Philip Smith (éd. ) The Oxford Handbook of Cutural Sociology, New York, Oxford University Press, p. 27-45.

Reed, Isaac Ariail et AleXander, Jeffrey C. (éd.), 2009, Meaning and Method: The Cultural Approach in Sociology, Boulder, Paradigm Publishers.

Reddy, William M., 1984, The Rise of Market Culture. The Textile Trade and French Society, 1750-1900, Cambridge, Cambridge University Press.

Scott, W. Richard, 2001, Institutions and Organizations, Thousand Oaks, Sage Publications, 2e édition.

Shudson Michael, 1997, « Cultural Studies and the Social Construction of “Social Construction”: Notes on “Teddy Bear Patriarchy”, dans Elizabeth Long (éd.), From Sociology to Cultural Studies: New Perspectives, Oxford, Wiley-Blackwell, p. 379-398.

Spillman, Lynette (éd.), 2001, Cultural Sociology, Oxford, Wiley.

Spillman, Lynette, 2012, « Culture and Economic Life », dans Jeffrey C. Alexander, Ronald N. Jacobs et Philip Smith (éd. ) The Oxford Handbook of Cutural Sociology, New York, Oxford University Press, p. 157-189.

Smith, Philip (éd.), 1998, The New American Cultural Sociology, Cambridge (Royaume-Uni), Cambridge University Press.

Swedberg, Richard, 2004, « Tocqueville and the Spirit of American Capitalism », intervention pour le colloque « Norms, Beliefs, and Institutions of 21st Century Capitalism. Celebrating Max Weber’s The Protestant Ethic and the Spirit of Capitalism Conference », 8-9 octobre 2004, Cornell University, Ithaca.

Swidler, Ann, 1986, « Culture in Action. Symbols and Strategies », American Sociological Review, vol. 51, no 2, p. 273-286.

Tiryakian, Edward A., 2009, For Durkheim, Farnham, Ashgate Publishing.

Wolff, Janet, 1999, « Cultural Studies and the Sociology of Culture », Contemporary Sociology, vol. 48, n° 5, p. 499-507.

Zelizer, Viviana A. Rotman, 1979, Morals and Markets. The Development of Life Insurance in the United States, New York, Columbia University Press.

Zelizer, Viviana A. Rotman, 1985, Pricing the Priceless Child. The Changing Social Value of Children, New York, Basic Books, édition révisée en 1994, Princeton, Princeton University Press.

Zelizer, Viviana A. Rotman, 1994, The Social Meaning of Money, New York, Basic Books, (traduction française : La Signification Sociale de l’Argent, Paris, Éditions du Seuil, 2005).

Zelizer, Viviana A. Rotman, 2012, « How I became a Relational Economic Sociologist and What Does That Mean? », Politics & Society, vol. 40, no 2, p. 145-174.

Haut de page

Notes

1 « Esprit d’État, Genèse et structure du champ bureaucratique », conférence donnée à Amsterdam le 29 juin 1991, retranscrite partiellement dans Bourdieu 1993. Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 96, année 1993, p. 49-62.

2 Ce point est particulièrement développé dans Swidler 1986 et Eisenstadt 1992.

3 Citons à titre d’exemple la série des Presses de l’université de Cambridge, intitulée « Cambridge Cultural Social Studies » et dirigée par Jeffrey C. Alexander et S. Seidman. Cette collection compte en 2012 plus d’une cinquantaine d’ouvrages publiés. Parmi les auteurs figurent Samuel N. Eisenstadt, Michèle Lamont et Laurent Thévenot, Luc Boltanski, Davina Cooper, Roger Friedland et John Mohr, Simon J. Charlesworth, Jeffrey C. Alexander…

Quatre autres « series » de cultural sociology sont créées à partir des années 1990, au sein des universités de Yale, de Princeton, d’Harvard et de l’université de Californie : « The Yale Cultural Sociology Series » dirigée par Jeffrey C. Alexander et Ronald Eyerman, en 2004 ; « New Directions in Cultural Analysis » dirigée par Robert Wuthnow, University of California Press, et enfin, à l’université de Princeton, la collection « Princeton Studies in Cultural Sociology », dirigée par Paul J. DiMaggio, Michèle Lamont, Robert J. Wuthnow et Viviana A. Zelizer. Celle-ci, créée en 2000, comptait 28 ouvrages en 2012.

4 Les réflexions épistémologiques aux États-Unis usent volontiers du terme de tournant pour qualifier des avancées théoriques et méthodologiques ou nommer l’émergence d’une thématique nouvelle au sein d’une ou de plusieurs disciplines. Nous reprenons le terme ici, puisque c’est celui qui est très largement employé par les auteurs du courant, mais il n’est pas dans le propos de l’article de discuter ni de la réalité ni des contours de ce « tournant » paradigmatique.

5 L’ouvrage Matters of Culture : Cultural Sociology in Practice est publié en 2004 aux Cambridge University Press, sous la direction de Roger Friedland, professeur de religious studies et de sociologie et de John Mohr, professeur associé de sociologie, tous deux à l’université de Californie, Santa Barbara. L’ouvrage est le quarantième de la série « Cambridge Cultural Social Studies ». Ce livre collectif et programmatique à ambition méthodologique compte parmi ses auteurs Nancy Fraser, Magali Sarfatti Larson, Eviatar Zerubavel, Orlando Patterson ou Jeffrey C. Alexander. Les contributeurs sont majoritairement (hormis les auteurs cités ci-avant) professeurs de sociologie à l’université de Californie, où eurent lieu les cultural turn conferences dont est issue une partie de l’ouvrage. Structuré en quatre parties (The Place of Culture, Sacred and Profane, Culture and Power, Products and Production of Culture), Matters of Culture compte au total treize contributions et une introduction rédigée par les deux directeurs de l’ouvrage. Cette introduction dense, de près de soixante-dix pages, est intitulée « The cultural turn in American sociology » (p. 1-68). Les premières phrases en donnent le ton : « American sociology is in the midst of a cultural turn. Where sociologists once spurned culture, associated as it was with the normative premises of Parsonian theory or with other kinds of idealisms, today they embrace it. Problems of meaning, discourse, aesthetics, value, textuality, and narrativity, topics traditionally within the humanists’purview, are now coming to the fore as sociologists increasingly emphasize the role of meanings, symbols, cultural frames, and cognitive schema in their theorizations of social process and institution. This is happening across the intellectual landscape. » (Friedland et Mohr, 2004 : 1). Ils identifient la présence de ce tournant culturel dans les travaux issus en particulier de trois sous-champs de la sociologie américaine : la sociologie politique, la sociologie des mouvements sociaux et de l’action collective et la sociologie des organisations (ibid.).

6 Départements de littérature, de cinéma, de communication, de philosophie, d’arts… des universités anglo-saxonnes.

7 Dans l’introduction à l’un des premiers ouvrages francophones sur les cultural studies, Glevarec, Macé et Maigret (2008) insistent sur « l’apparition proliférante des “studies” de toutes sortes » dans la période récente. Ils citent ainsi divers sous-courants, tels les film studies, les stars studies, les reception studies, les subculture studies, les fan studies, les internet studies, game studies, visual studies comme autant de désessentialisations des territoires culturels et de déplacements du côté des publics, des usagers, des amateurs, de la créativité par les marges. À cette première famille de studies, il faut en ajouter une deuxième. Les gay, lesbian, queer, transgender, porn studies dont Judith Butler est l’emblème (avec son gender trouble) et qui remet en cause les codes de la masculinité et de la féminité, et les normes de la sexualité. Une troisième famille regroupe les post-colonial studies, subaltern studies, ethnic et race studies. « L’explosion, le bouillonnement, la prolifération » commence en 1992, date de la publication des actes d’un colloque de 1990 à l’université de l’Illinois aux États-Unis. Cette publication marque le moment de la « mondialisation massive » des cultural studies et de leur segmentation au sein même des mondes anglo-saxons entre écoles britanniques, américaines, australiennes, après la création du centre fondateur dans les années 1960 en Angleterre : le Centre for Contemporary Cultural Studies de Birmingham en 1964, fondé par Richard Hoggart, puis dirigé par Stuart Hall.

8 Parmi ces réactions, citons par exemple « la sociologie peut apprendre des cultural studies, mais les cultural studies ont bien plus besoin de sociologie que la sociologie n’a besoin des cultural studies » (Shudson, 1997 : 381).

9 « Since the early seventies, the sociology of culture has been virtually ‘reinvented’ but, in the early nineties, the extent of its transformation is just beginning to be recognized by the rest of the discipline. The “new” sociology of culture is not a field per se ; rather it consist of a number of distinct and independent subfields such as science, knowledge, religion, media, popular culture, and the arts as well as culturally oriented approaches to, for example, history, politics, organizations, stratification, and interpersonal behavior. » (Crane 1994 : introduction)

10 La France n’est certes pas à l’écart de ces thématiques, pourtant Daniel Cefaï et Nathalie Heinich concluaient récemment à l’inexistence des questions posées par le courant en France (Cefaï, 2009). Cependant, en sciences politiques, en études de genre, en histoire, en anthropologie… les débats sont présents, et ce depuis plusieurs décennies. C’est, en particulier, au cœur de la sociologie des institutions en France que l’on peut rencontrer, au fil des textes, des travaux importants qui revendiquent à la fois une filiation weberienne ou durkheimienne revisitée et un effort épistémologique et méthodologique important pour penser la culture, les mœurs, le sujet et l’institution dans un même mouvement socio-historique et culturel. Ainsi, Robert Castel a tôt étudié la culture de la psychologisation des rapports sociaux et son impact sur les institutions françaises (Castel et al., 1979, 1981 ; voir aussi Castel, 2008) dans une approche qui n’est pas étrangère à la démarche intellectuelle d’un Biernacki par exemple. On peut citer également les travaux d’Alain Ehrenberg ou d’Olivier Schwartz. Robert Castel précise de façon très personnelle sa démarche – et ses regrets – dans le texte qui clôt le livre d’hommage qui lui est consacré en 2012, intitulé « Témoignage : Buchenwald » (Castel et Martin, 2012). « D’emblée, j’ai rêvé à un programme de recherches qui établirait un système de strictes correspondances entre ce qu’un sujet social vit au plus profond de son expérience personnelle et les conditions qui lui sont imposées par son époque historique et par sa position sociale. Cette rêverie peut sembler naïve, mais j’ai déployé beaucoup d’efforts pour essayer de lui donner consistance. C’est dans cette perspective que j’ai toujours été fasciné par l’histoire et que, dans un premier temps de ma réflexion, je me suis intéressé autant à Freud ou à Lacan qu’à Marx ou à Durkheim. Je voulais construire des ponts entre ces deux types d’approches et établir qu’elles sont réellement complémentaires. Évidemment, je me suis déçu moi-même, mais j’ai continué, à travers de nombreuses lectures, à rechercher ce Graal qui ouvrirait à la compréhension de cette interdépendance totale entre le « subjectif » et « l’objectif ». (Ibid. : 339-340).

11 L’auteur formule très directement sa position dès la première phrase de son ouvrage : « Do international differences in culture create and sustain decisive, systematic divergences in the formation of manufacturing practices and of industrial relations ? I endeavor to show that as factory systems took shape in nineteenth-century Europe, contrasting techniques of manufacture emerged in similar economic settings as a result of the cultural premises structuring the producer’s conduct. » (Biernacki, 1995 : 1).

12 Dans la partie méthodologique de l’ouvrage, chapitre II, intitulé « Method and Metaphor after the New Cultural History », p. 62-92. La collection « Studies on the History of Society and Culture », fondée en 1984, est dirigée par Victoria E. Bonnell et l’historienne et sociologue Lynn Hunt et publiée par les University of California Press (Berkeley, Los Angeles, Londres). Elle comprend plus d’une cinquantaine d’ouvrages. La série est principalement ouverte aux historiens, mais s’élargit aussi aux sociologues et autres chercheurs en sciences sociales dont les travaux de socio-histoire participent de l’approche d’histoire culturelle et sociale que la collection entend développer : « The social dimensions of historical problems have too often been examined in isolation ; and cultural aspect have either been ignored or construed as simple reflections of some other, more basic process such as industrialization and modernization. Without assuming either that social and cultural change are the by-product of economic development or that they are entirely independent, books in this series will undertake to explore the historically specific connections between social structures and social life. The concept of culture is understood in the broadest sense, to encompass the study of mentalities, ideology, symbols and rituals, and high and popular culture. The series will thus draw from both the social sciences and humanities and encourage interdisciplinary research. »

13 L’ouvrage paraît dans la jeune collection « The Yale Cultural Sociology Series » des Paradigm Publishers. Cette collection comptait, en 2011, dix-neuf ouvrages. Parmi les auteurs, citons Hans Joas, Farhad Khosrokhavar, Kenneth Thompson, François Dubet, Colin Campbell et Mustafa Emirbayer ; elle compte également des rééditions commentées de textes de Talcott Parsons et de Marcel Mauss.

14 En témoignent les titres des deux derniers articles sur lesquels se termine le livre : « The Banality of Misrepresentation » (Biernacki, dans Reed et Alexander, 2009 : 253-261) et « Imperviousness to Disconfirming Data » (Evans, dans Reed et Alexander, 2009 : 263-277).

15 Bienarcki publiera trois années plus tard, en juillet 2012 un ouvrage au titre éloquent : Reinventing Evidence in Social Inquiry. Decoding Facts and Variables, véritable plaidoyer contre la « machine à fabriquer des données et de la connaissance » quantitative en sciences sociales sur des objets sociaux et culturels qui ne s’y prêtent pas et invitation pour les sociologues à reprendre confiance dans leur discipline et à « faire une pause pour réexaminer leurs méthodes ».

16. Cette approche renvoie à certains développements durkheimiens sur le changement institutionnel qui affirment la possibilité d’un changement « par le bas » : les transformations viennent d’abord des mœurs, puis des représentations, puis du droit et enfin finissent par conduire à une évolution des institutions (voir par exemple Durkheim, 2004 [1893] : livre II, 276 et Durkheim, 1887 : 11 ; pour un exemple de cette pensée du changement appliquée aux mœurs, voir aussi Berrebi-Hoffmann, 2011).

16 Cette approche renvoie à certains développements durkheimiens sur le changement institutionnel qui affirment la possibilité d’un changement « par le bas » : les transformations viennent d’abord des mœurs, puis des représentations, puis du droit et enfin finissent par conduire à une évolution des institutions (voir par exemple Durkheim, 2004 [1893] : livre II, 276 et Durkheim, 1887 : 11 ; pour un exemple de cette pensée du changement appliquée aux mœurs, voir aussi Berrebi-Hoffmann, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Berrebi-Hoffmann, « Penser le changement au-delà des acteurs et des institutions », Socio, 1 | 2013, 173-195.

Référence électronique

Isabelle Berrebi-Hoffmann, « Penser le changement au-delà des acteurs et des institutions », Socio [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 15 mars 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://socio.revues.org/306 ; DOI : 10.4000/socio.306

Haut de page

Auteur

Isabelle Berrebi-Hoffmann

Sociologue et chargée de recherche au CNRS (Lise-Cnam). Directrice du Lise (Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique) depuis juillet 2010, elle a enseigné la sociologie classique américaine, la sociologie des organisations, la théorie de jeux et les théories de l’action et de la décision, d’abord à l’université de Pennsylvanie, États-Unis, puis au groupe HEC et, depuis 2005 au CNAM. Elle a publié récemment : Politiques de l’intime. Des utopies sociales d’hier aux mondes du travail d’aujourd’hui (dir.), Paris, La Découverte, 2009, et codirigé « À quoi servent les experts », Cahiers internationaux de sociologie, Paris, Presses universitaires de France, 2009.
iberrebi@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org