Navigation – Plan du site
Varia

Face à la « postvérité » et au « complotisme »

Michel Wieviorka
p. 81-96

Résumés

La postvérité et le complotisme ne sont pas de nature identique, même si l’un et l’autre traduisent la crise de l’universalisme, et peuvent caractériser les mêmes individus. La première est une relation verticale entre, notamment, des élites politiques et une partie de la population ; la seconde est davantage horizontale. Pour les contrer, les bons sentiments et la mise en avant de la raison ne suffisent pas. L’article examine d’autres stratégies possibles, valorisant l’expérience concrète et articulant l’éveil à la raison et la prise en compte des émotions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir également Wieviorka (2016).
  • 2 Voir par exemple Bronner (2007).

1Faut-il adhérer aux images d’un univers dans lequel le vrai et le faux paraissent indémêlables, et où le mensonge serait aussi réel, voire plus réel que la réalité, au point d’être devenu l’alpha et l’oméga de notre existence ? Les notions de « postvérité » et de « complotisme », les expressions, auxquelles les médias accordent une importance peut-être excessive, de « faits alternatifs » ou de « fake news » (fausses nouvelles) ne s’imposent dans nos débats que depuis peu. Mais ce qu’elles désignent n’est pas nécessairement nouveau. La recherche en sciences humaines et sociales étudie depuis longtemps des croyances qui relèvent de cette famille, dans sa diversité et, comme dit Henri Atlan, dans ses différents « régimes » (Atlan, 20141), tout en s’enrichissant depuis quelques années de nouveaux apports, avec la sociologie cognitive par exemple, comme dans les travaux de Gérald Bronner2. Il  y a toujours eu du mensonge en politique, et d’ailleurs, la transparence n’est pas automatiquement une bonne chose : George Orwell, dans 1984 montre bien ce qu’est un pouvoir totalitaire interdisant à quiconque de cacher quoi que ce soit. De tout temps, l’opinion publique, même en démocratie, a supporté le mensonge de la part des dirigeants et responsables politiques, surtout si lui sont offerts du pain et des jeux. Elle n’est pas rancunière, on l’a vu en Italie au temps de Berlusconi qui se maintenait au pouvoir sans être embarrassé par ses mensonges et ses turpitudes.

2Classiquement, en s’appuyant sur une lecture peut-être parfois superficielle de Machiavel, ou sur un ouvrage attribué à Jonathan Swift, L’art du mensonge en politique (Swift, 2007), deux explications du mensonge en politique sont avancées, selon qu’il est utilisé pour promouvoir des intérêts particuliers, de façon cynique, afin de parvenir au pouvoir ou de l’exercer, ou qu’il l’est en vertu d’un intérêt supérieur, général, au nom de valeurs comme celles de la nation, de l’ordre, du bien commun. Bien entendu, le discours des acteurs ne permet pas toujours de démêler l’une et l’autre justification, la seconde pouvant être brandie même lorsque la première est déterminante.

3Mais cela suffit-il pour rendre compte de ce qui se joue aujourd’hui autour de l’ensemble que constituent les mensonges et autres informations « alternatives » ? À certains égards, non car il y a dans ces phénomènes bien plus ou autre chose que le cynisme, l’égoïsme ou l’appel à un intérêt supérieur : la mise en cause des valeurs universelles.

La crise de l’universalisme

  • 3 Entretien dans L’Express, 28 octobre 1978. 

4Le recul des valeurs universelles, de la raison, de l’État de droit et du droit n’est pas nouveau, ou soudain. Une étape importante a été franchie à la fin des années 1970, quand se sont développées les théories dites « négationnistes », selon lesquelles, comme a dit alors Louis Darquier de Pellepoix, un ancien collaborateur français des nazis réfugié en Espagne, qui fut commissaire général aux Questions juives de 1942 à 1944, on n’aurait « à Auschwitz gazé que des poux3 ». L’antisémitisme trouvait alors de quoi se relancer sur la base d’un mensonge auquel beaucoup ont voulu croire, à commencer par l’extrême droite, mais aussi au sein de l’ultragauche.

5Surprenants aux États-Unis, où l’opinion et les autorités en font d’ordinaire un adversaire, les succès du mensonge ne peuvent qu’étonner dans des sociétés de plus en plus éduquées, d’autant qu’il fonctionne dans des secteurs de la population eux-mêmes éduqués, et non seulement dans des milieux qui le seraient peu. Ils se sont accélérés brusquement ces dernières années, partout dans le monde occidental, sous deux formes principales, et complémentaires : c’est un objectif de ce texte que de les dissocier analytiquement.

6Une première forme pouvait être constatée déjà depuis plusieurs années : il s’agit du « complotisme », cette tendance paranoïaque à voir le réel à travers le prisme du soupçon et de la dénonciation – une vieille réalité s’il s’agit des Juifs, qui aujourd’hui ne sont pas seuls à être visés, mais qui demeurent au cœur de bien des sites et blogs conspirationnistes. De tels blogs mêlent constamment le vrai et le faux, l’information avérée reprise de médias sérieux et le mensonge plus ou moins indigent, sur fond de fausse culture, le tout aboutissant à semer le trouble et à véhiculer des idéologies fascisantes.

7Le complotisme repose sur l’idée qu’il existe des groupes humains aux objectifs maléfiques et agissant dans l’ombre, secrètement. Ces acteurs sont souvent imaginés comme dotés de pouvoirs sinon surnaturels, du moins exceptionnels leur permettant de faire progresser le mal de façon insidieuse, au détriment de victimes innocentes.

  • 4 Voir par exemple Soral (2011) ou Meyssan (2007a et b). Pour un exemple de blog conspirationniste, v (...)

8Le complotisme contemporain doit beaucoup au refus de croire les élites, politiques, médiatiques, intellectuelles. Il passe par la quête effrénée d’autres sources d’information, avec l’aide d’Internet, des réseaux sociaux et de certains blogs. Il naît d’en bas, il circule de manière horizontale, et même s’il s’appuie sur des idéologues qui mettent en forme le mensonge, lui donnent l’allure du vrai, le font apparaître comme plausible, tels Thierry Meyssan ou Alain Soral dans leurs écrits4, il n’opère pas en dehors de certaines marges.

9Il en est autrement avec une deuxième forme, qui s’est accentuée et étendue au point qu’on a pu parler pour les temps présents d’ « ère de la postvérité », selon l’expression de l’écrivain américain Ralph Keyes (2004) qui en a fait le titre de son livre mieux vaudrait parler de mensonge, ou de non-vérité, ce serait plus clair et net.

10Ce phénomène a revêtu un tour politique, avec la campagne en faveur du Brexit au Royaume-Uni, où les pires et les plus absurdes contre-vérités sur l’Europe ont été déversées dans la presse, par exemple sous la forme d’une affirmation selon laquelle, chaque semaine, la Grande-Bretagne envoyait 350 millions de livres sterling à Bruxelles sans rien obtenir en retour, ce qui était faux. Il s’est poursuivi aux États-Unis lors de la campagne de Donald Trump pour la primaire de son parti, puis pour l’élection présidentielle – on notera qu’Hillary Clinton n’a pas toujours été en reste sur ce registre. L’Oxford Dictionary a fait de l’expression « post-truth » le mot de l’année 2016. Et la postvérité poursuit depuis son chemin avec les « faits alternatifs » – alternative facts, expression inventée par l’entourage de Trump pour répondre aux médias qui décomptaient un nombre de participants à la cérémonie d’investiture de Donald Trump nettement moins important que lors de celle de Barack Obama, alors que le porte-parole du nouveau président évoquait la cérémonie d’investiture « la plus grande de l’histoire ». Ajoutons que la postvérité ne se limite pas à la seule sphère politique : elle s’observe dans d’autres domaines, à commencer par la vie privée. Ainsi, des sites invitent leurs lecteurs à tromper leur conjoint pour bien asseoir leur santé morale. Et elle comporte bien des théories qui ne peuvent que heurter la raison et la science : la Terre serait plate, certains humains seraient en réalité des reptiles…

  • 5 Voir notamment Taguieff (1992).

11L’important, ici, est qu’une liaison existe entre le haut et le bas, à la différence du complotisme qui opère essentiellement en bas, même s’il peut être alimenté par des acteurs cyniques, telle la police tsariste ayant fourni au pouvoir russe à la fin du xixe siècle les « protocoles des sages de Sion5 »qui mettent en scène en l’inventant de toutes pièces un complot juif pour dominer le monde. La postvérité fonctionne sous la forme d’une relation au grand jour entre le haut (des acteurs politiques importants notamment) et le bas, en phase avec des pans entiers de la population.

12Avec la postvérité, la langue de bois est comme dépassée, elle qui permet de parler pour ne rien dire : désormais, il est plus efficace, apparemment, de dire un jour une chose, et le lendemain son contraire sans en être le moins du monde embarrassé. De se présenter comme le porte-parole de valeurs, et de les démentir non seulement dans sa vie personnelle, mais dans ses propositions ou son action politiques et ce, pas seulement lorsque l’on est dans l’opposition, au moment d’une campagne électorale, et que l’on affirme le contraire de ce que l’on a fait lorsque l’on était aux affaires.

13Tout cela s’effectue dans la lumière, en transparence, de façon totalement volontaire. Nul besoin de dissimulation. Ce qui est en fait relativement éloigné de la pensée de Machiavel, le penseur de la Renaissance italienne pour qui le cynisme ou la ruse recommandés au souverain correspondent à un intérêt supérieur qui peut exiger ou justifier une certaine dissimulation.

14La postvérité d’aujourd’hui n’est nullement un moyen illégitime pour parvenir à des fins qui seraient nobles ou respectables. Elle n’est pas l’apanage des seuls extrêmes, elle irrigue toute sorte de populismes qui ne sont jamais encombrés par leurs contradictions ou l’irrationalité de leurs propositions ; on la rencontre partout, y compris au sein des forces politiques classiques, à droite comme à gauche.

15Elle correspond à l’air du temps, au soupçon qui entoure la parole des élites en place quelles qu’elles soient, politiques, économiques, médiatiques, elle fonctionne avec des personnalités qui se disent hors ou antisystème, extérieures à l’establishment, et c’est pourquoi elle n’est pas toujours éloignée du complotisme qui fait que l’on se méfie de toute parole publique, que l’on préfère croire ce que l’on trouve soi-même sur Internet plutôt que ce que disent les enseignants, les intellectuels, ceux dont la parole devrait être un vecteur de la raison.

16La postvérité est un relativisme qui autorise l’idée selon laquelle il n’y aurait plus finalement de vérité, mais des affirmations différentes qui valent chacune pour une partie de la société ; avec elle, toutes les opinions se valent, même si les unes sont l’objet de démonstrations rigoureuses, de travail sérieux de documentation, et pas les autres.

17Ainsi, des dirigeants politiques, d’influents réseaux sociaux et une partie importante du peuple peuvent trouver un terrain d’entente sur la base du mensonge et des contre-vérités, pendant que d’autres, ou les mêmes, se repaissent d’idées, d’affirmations et de modes d’explication centrés sur l’image de forces obscures toutes entières portées par le mal. Le problème dès lors n’est pas tant le mensonge, qui a toujours existé, dans la vie publique comme dans la sphère privée, mais l’indifférence au mensonge, le fait qu’il soit accepté comme s’il n’y avait pas de problème à le mettre sur le même plan que la vérité, et donc comme s’il n’était pas ou plus nécessaire de le dénoncer.

Les sources sociales et politiques du mensonge

18Comment affronter le complotisme et la postvérité, ces deux errements, qui l’un comme l’autre mettent à l’épreuve la vie démocratique et témoignent d’un profond malaise dans la culture ? Toute réponse sérieuse doit procéder d’une analyse portant sur les sources aussi bien de l’un que de l’autre.

  • 6 On notera avec étonnement que Jean Bricmont, le coauteur avec Alan Sokal d’Impostures intellectuell (...)

19Dans les deux cas, il y a d’abord, nous l’avons dit, la mise en cause de la crédibilité de ceux dont la parole devrait apporter l’information, le savoir, les connaissances. Les élites politiques en place sont partout contestées, éventuellement accusées de corruption et dans tous les cas perçues comme prospérant dans le mensonge, la contradiction, l’incohérence. Les médias classiques sont également souvent contestés, pour leurs liens avec les pouvoirs politiques ou économiques, parce qu’ils seraient finalement l’expression du monde d’en haut, et qu’ils relèveraient eux aussi d’univers élitistes auxquels on ne se fie plus. Souvent, les intellectuels, et surtout les enseignants, sont perçus comme incapables d’incarner la raison et la vérité : le doute devient soupçon d’ignorance mais aussi de mensonge, ils sont accusés alors de diffuser des théories qui seraient fausses ou dangereuses. Il arrive qu’il soit attendu d’eux au contraire qu’ils s’accommodent de l’irrationnel – ainsi aux États-Unis, plus qu’ailleurs, le darwinisme par exemple, ou en France, la prétendue « théorie du genre » sont l’objet de dénonciations qui ouvrent la voie à des contre-récits inquiétants. La tradition, la religion sont alors mobilisées pour appuyer le rejet de la science ou de la raison. Il est vrai aussi que certains intellectuels incarnent un relativisme dit parfois « postmoderne » qui ouvre d’une certaine façon la voie au rejet des valeurs universelles et de la raison – l’article-canular d’Alan Sokal (1996) et l’ouvrage au titre explicite qu’il a publié avec Jean Bricmont, Impostures intellectuelles (Sokal et Bricmont, 1997) ont sur cet enjeu connu un vaste et salutaire écho6. De ce point de vue, l’essor de la postvérité est une modalité, parmi d’autres, de la crise de la modernité et doit quelque chose à des intellectuels ou des journalistes œuvrant à cette crise ; il correspond à un renversement des valeurs universelles, et s’inscrit dans les transformations du paysage médiatique et de la relation obscène des médias et des responsables politiques.

20Une source du problème réside donc dans la crise morale, intellectuelle et politique qui se fixe sur une critique des élites en place, une crise de confiance, adossée, chez ceux qui basculent dans la paranoïa ou la postvérité, sur un puissant sentiment d’impuissance, d’exclusion, de non-reconnaissance. Cette crise est aussi sociale et culturelle, elle se nourrit des difficultés et des peurs qui taraudent la société. Dans de larges milieux, des individus se sentent délaissés, trahis ou sans perspectives, ils sont convaincus de ne pas pouvoir agir sur leur environnement, de ne pas maîtriser leur expérience, ou de moins en moins, de ne pas pouvoir la construire, et se construire comme sujet – le complotisme mobilise entre autres (mais pas seulement) des perdants, et, en politique, des laissés-pour-compte, ou qui se vivent comme tels, de la mondialisation. Ce qui se traduit par une intense circulation d’affirmations hypercritiques sur les réseaux sociaux et est exacerbé et mis en forme sur des blogs et autres outils numériques par des intellectuels qui font le choix, précisément, du camp du complot et de la dénonciation. La postvérité est aussi la traduction, sous des formes rétives à la raison et vite liées à la haine, du ressentiment, de la peur ou de la réalité du déclassement, de la mobilité descendante, l’expression du sentiment, fondé ou non, de ne pas être pris en considération par ceux qui savent, d’être ignoré, oublié, traité par l’arrogance ou au mieux la condescendance.

21Si le complotisme et la postvérité trouvent un vaste espace, si les « fake news » (fausses nouvelles), les rumeurs, les contre-vérités se diffusent, c’est en utilisant massivement Internet et les réseaux sociaux grâce auxquels l’information se dissout dans la communication généralisée, le vrai dans le faux, le savoir dans les dogmes. Il y a là une importante nouveauté par rapport à la façon dont s’effectuait auparavant la propagande, et pas seulement en régime totalitaire. Celle-ci circulait du haut vers le bas, en s’appuyant sur de grands médias, le cinéma, la radio à l’époque nazie ; elle ne disposait, pour une circulation horizontale, que du bouche-à-oreille, elle massifiait, fabriquait des foules, alors qu’avec les nouvelles technologies de la communication, elle opère à une échelle jamais vue en donnant à chacun la possibilité de se sentir traité comme un individu et de dire son mot, de s’exprimer. Diffusion instantanée à une vaste échelle de données qui n’attendent aucune vérification, réponse immédiate à des questions que beaucoup se posent, réactivité permanente, dans l’actualité : les médias numériques autorisent – ce qui est capital – l’interaction, l’échange, le débat, ou ses apparences. Chacun peut manifester ses opinions, qui sont autant de vérités, les confronter à d’autres, le plus souvent sous des formes peu élaborées, un « like » sur Facebook, un  « tweet » de moins de 140 signes, ce qui est la négation du raisonnement et de la pensée. Et pour ceux qui voudraient en savoir plus, il existe, faciles d’accès, des continents et des archipels de ressources via Internet pour aller beaucoup plus loin, et s’enfoncer dans les mensonges et l’irrationnel sans frontières. La culture d’Internet a pour paradoxe d’autoriser aussi bien la grande pauvreté de l’information et de la communication, la dichotomie sans nuance des choix proposés, que l’approfondissement sans limite des connaissances – ou des pseudo-connaissances. Or, comme le montre la littérature spécialisée des sciences sociales, en conjuguant souvent histoire, psychologie sociale et sciences cognitives, le complotisme – et en cela il se distingue de la « post-vérité » – s’alimente d’élaborations souvent complexes, d’argumentations sinueuses et denses pour nourrir une pensée elle-même dichotomique, ce dont témoignent les blogs conspirationnistes : chaque fois qu’il s’agit d’établir la réalité d’un complot, ils présentent des multitudes de « preuves », examinent toute sorte de détails au service d’une thèse qui, elle, sera simple.

  • 7 Voir par exemple l’entretien de Gérald Bronner (« Il faut réguler le marché de -l'information sur I (...)

22Il faut ici d’une part indiquer que la postvérité recourt aussi largement aux grands médias classiques, à la télévision notamment : Donald Trump, maître en la matière, est connu pour son passé télévisuel. Et d’autre part souligner une caractéristique importante des réseaux sociaux : contrairement à une idée reçue, ils ne sont pas ouverts à tous vents, accessibles à des publics variés, indifférenciés, et donc aussi universels. Au contraire, ils ont le plus souvent chacun leur public propre, ils fonctionnent alors de façon relativement fermée : on ne suit réellement que le réseau social auquel on adhère, et où le public est relativement homogène culturellement, idéologiquement. L’ensemble des réseaux sociaux dessine un paysage fragmenté, sans grande relation entre les uns avec les autres. Peut-être même les médias classiques tendent-ils de plus en plus à fonctionner eux aussi sur un mode fragmentaire, ne serait-ce que parce qu’ils sont nombreux, ce qui découpe et sépare leur audience : aux États-Unis, Fox News et CNN n’ont pas les mêmes publics, et il devient difficile de trouver des titres de référence, parmi les journaux ou les magazines, qui auraient un lectorat recouvrant un large spectre d’opinions politiques. Est en jeu une sorte de communautarisation fragmentée de l’information. La post-vérité est un élément permettant à des communautés de s’imaginer comme telles, de les cimenter, elle est un outil grâce auquel des individus se confortent dans leur sentiment d’appartenance à un groupe, qu’elle renforce. De telles identifications semblent avoir aujourd’hui moins besoin que par le passé d’être institutionnalisées dans des communautés réelles, concrètes, des sectes par exemple, Internet leur permet de fonctionner sur un mode virtuel. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il s’agit là d’un marché de l’information – au-delà de la métaphore économique, cette thèse, défendue notamment par Gérald Bronner, mérite certainement discussion7.

23Autre point important : les grandes entreprises du numérique, Facebook, Google, Amazon, etc. ne sont pas neutres, objectives si l’on veut. Elles aussi hiérarchisent l’information, utilisent des algorithmes qui enferment les individus dans leur bulle ou leur niche : elles nous donnent à voir, à entendre ou à lire ce qu’elles savent que nous aimons voir, entendre ou lire !

24Il est naïf de croire qu’en argumentant rationnellement, en apportant des preuves, des démonstrations, des raisonnements rigoureux, on peut faire reculer l’irrationnel lorsqu’il s’est implanté. Car la principale ruse du mal, pour ceux qui vivent dans les théories du complot et dans la post-vérité, c’est de revêtir l’allure du vrai : plus vous démontrez qu’une idée est fausse, plus c’est la preuve, comme l’a expliqué depuis longtemps Léon Poliakov (1980), que vous êtes très fort, que votre malignité est diabolique. Le recours à la raison, à lui seul, est vite inopérant, et éventuellement contre-productif. C’est ainsi que plus les médias, les intellectuels, les enseignants soulignent les incohérences et les errements de bobards circulant à propos d’un point précis – les auteurs des attentats du 11 septembre 2001 par exemple –, et plus l’impact du mensonge et du complot se renforce chez ceux qui tendaient à y adhérer. Car l’important, pour qui est pleinement partie prenante des logiques de la postvérité, n’est pas de soumettre ses convictions et opinions à la critique, d’en débattre, mais de les défendre, de trouver l’argument qui permet de ne pas être mis en difficulté par l’argumentation d’autrui. Ce type de question avait passionné le psychologue social Léon Festinger étudiant avec d’autres dans When Prophecy Fails (Festinger, Riecken et Schachter, 1956) une secte qui avait annoncé une prophétie : lorsque celle-ci a échoué, que la fin du monde n’a pas eu lieu et que les fidèles n’ont pas eu à se sauver en montant dans la soucoupe volante qui devait leur éviter la mort, la secte a considérablement grossi, car l’échec était pour ses membres la preuve qu’ils n’avaient pas été suffisamment purs, et qu’il leur fallait redoubler d’efforts, y compris sur un mode prosélyte !

Face au mensonge

  • 8 Voir par exemple Chevassus-au-Louis (2016).

25C’est pourquoi les efforts pour faire du « fact checking », les rubriques de journaux qui essaient d’agir contre la désinformation, pour corriger les erreurs, les mensonges, les omissions, les incohérences, l’« intox », ne suffisent pas : ceux qui disent la vérité parlent en effet de l’intérieur du système que le complotisme ou la postvérité contestent du dehors, ignorant les arguments et les informations qui ne vont pas dans le sens de leur propre vision des choses. La raison n’est pas armée pour contrer parfaitement l’irrationnel. De plus, la science elle-même n’est pas un ensemble parfaitement construit où tout serait de l’ordre de la seule rigueur implacable. L’histoire des sciences, comme le montrent par exemple Alexandre Koyré ou Imre Lakatos est compliquée, certainement pas linéaire et faite toujours de rigueur, elle fourmille de cas où les faits qui embarrassent sont mis de côté, de « monstres ». Elle comporte aussi d’innombrables dérapages et dérives, expérimentations truquées, fausses statistiques, plagiats, etc.8

26Et une difficulté surgit, constamment, du fait que tout n’est pas absurde ou faux dans le complotisme ou la postvérité : la parole politique, par exemple, est elle-même si souvent décevante, cynique, fallacieuse, indigente, désespérante même, qu’il n’est pas aberrant de se tourner vers d’autres références. Il y a de bonnes raisons de se méfier de la parole publique, et le complotisme apporte des perspectives qui se présentent sous la forme de la rationalité, ce qui exerce une certaine séduction.

27Il est tout aussi risqué, voire contre-productif, d’en appeler à la morale, à des valeurs d’altruisme, d’amour, d’ouverture d’esprit, de tolérance : les bons sentiments, la « belle âme » comme disait Hegel ne pèsent pas face à des convictions non négociables, ancrées en profondeur, y compris sur un mode religieux.

28En revanche, il peut être efficace de créer les conditions d’un éveil à la raison et d’une sensibilité aux valeurs morales et éthiques en tenant compte, précisément, de l’analyse qui vient d’être esquissée.

29Puisque l’irrationnel, l’immoral se nourrissent de la distance qui sépare les élites et une partie de la population, un enjeu n’est-il pas d’abolir cette distance concrètement, en facilitant l’accès de cette partie de la population, et notamment des jeunes, à ce qui peut incarner la raison et les valeurs ? C’est là le rôle de l’éducation à l’école, et dans divers prolongements parascolaires qui peuvent compléter l’action des enseignants. Par exemple, un apprentissage pratique de la technologie et de la science dans des institutions ou des musées à vocation scientifique tels que la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris, où les jeunes font des expériences, rencontrent des savants, échangent avec eux, et entre eux, sont pris au sérieux dans leurs questionnements peut s’avérer décisif. C’est ce qu’avait compris le prix Nobel de physique Georges Charpak, ardent acteur de la lutte contre les impostures scientifiques, qui, dans le cadre du mouvement « La main à la pâte » qu’il a initié en 1996 avec Pierre Léna, astrophysicien et Yves Quéré, physicien, pour favoriser un enseignement fondé sur une démarche d'investigation scientifique, allait dans des écoles primaires à la rencontre des jeunes et de leurs questionnements.

30De même, face à l’antisémitisme et à la force qu’ont toujours les idéologies négationnistes ou les théories du complot – les protocoles des sages de Sion rencontrent aujourd’hui encore certains succès – les discours incantatoires et moralisateurs valorisant l’instruction civique, ou décrivant la Shoah peuvent se révéler inefficaces, ou produire l’effet contraire à celui voulu, ne pouvant convaincre que ceux qui sont déjà convaincus. À l’inverse, le choc qu’apporte une visite d’Auschwitz, y compris dans le cadre de la scolarité, ou dans un camp d’internement et de déportation comme celui des Milles, près d’Aix-en-Provence, peut se révéler particulièrement important, surtout si elle a été bien préparée par une équipe d’enseignants, en liaison avec les animateurs de tels lieux. À partir du moment où la force de la postvérité et du complotisme réside aussi dans les émotions et les croyances qu’ils suscitent, pourquoi ne pas envisager d’utiliser les émotions et les croyances non pas pour s’opposer à la réalité, mais pour rendre la vérité encore plus vraisemblable ou crédible ? Une telle piste va de pair avec la valorisation du débat : trop souvent, les questionnements, à l’école, et plus encore la possibilité de débattre sur des enjeux qui troublent ou inquiètent les élèves sont évacués dans la mesure où ils ne rentrent pas dans le programme ou dans le cadre de ce qui est trouvé légitime par l’enseignant.

31Les réponses parmi les plus efficaces sont celles qui, plutôt que de mettre en avant la raison ou les valeurs contre les émotions et les croyances, s’efforcent au contraire de les articuler en autorisant l’échange, la discussion. Un musée froid de la mémoire, personnalisant peu le drame historique concerné par exemple, expliquant sans mettre en avant les individus qui furent détruits, est moins efficace qu’un musée qui donne des noms de victimes, fait voir des photos ou des films des êtres humains, permet d’accéder à leur expérience et joue de façon positive sur les émotions. Ce qui n’est jamais facile ni évident. Et un musée qui met en œuvre des possibilités de questionnement et de débat, une certaine interaction est toujours un progrès.

32En effet, la mobilisation conjointe de la mémoire, et donc des affects, de la subjectivité, et de la raison n’est pas un simple problème muséographique. Elle a besoin, pour fonctionner, de conditions sociales, culturelles, politiques favorables. Un lieu dont la thématique ne suscite guère d’engouement, ne répond aux attentes ou aux désirs que d’une trop petite partie de la population devient vite un espace passant à côté des objectifs de ses promoteurs. On peut ainsi opposer, pour illustrer cette remarque, l’île d’Ellis Island et le musée national de l’Histoire de l’immigration à Paris. Le premier, à l’entrée du port de New York, dans un lieu qui a été celui du passage des immigrés arrivant d’Europe en paquebot, devenu à présent musée, rappelle à ses visiteurs que, pour beaucoup d’entre eux, leurs grands-parents ont foulé le sol de cette île. La visite est une expérience vécue généralement comme très positive, et fait de ce musée un véritable succès. En France, en revanche, son homologue, le musée national de l’Histoire de l’immigration à la porte Dorée à Paris, n’est pas une franche réussite malgré la grande qualité de ses animateurs. Il ne soulève pas d’émotions positives fortes et abondantes auprès d’un large public, sa fréquentation est limitée, ou contrainte s’il s’agit d’élèves à qui des enseignants ne laissent pas d’autre choix que de le visiter.

33Dans certains cas, il n’y a pas de difficulté majeure à envisager des modalités concrètes d’ouverture, par exemple donc, à la science et à la raison, ou à la compréhension de grands phénomènes historiques. Mais dans d’autres, cela peut s’avérer difficile. En voici un exemple français.

34En janvier 2015, la France a connu un premier attentat terroriste dont la cible était un journal, et les journalistes d’une publication satirique, Charlie Hebdo, accusée depuis plusieurs années de blasphémer en publiant des caricatures du prophète Mahomet. De nombreux musulmans, sans nécessairement cautionner la violence, ont pu en leur âme et conscience trouver choquant que soient publiées des images du prophète. Or, il existe au sein même des sociétés musulmanes un très grand nombre de représentations du prophète, et de grands musées possèdent des collections d’œuvres d’art islamique où le prophète est abondamment représenté. Dans le contexte de l’attentat ayant visé Charlie Hebdo, une exposition dans un de ces musées aurait pu donner à voir de telles œuvres d’art, ce qui, sans le moins du monde apparaître une provocation, aurait mis fin à l’idée selon laquelle le prophète n’est pas représentable, et d’ailleurs aussi à la réduction de l’art islamique à la seule calligraphie, comme on le croit trop souvent. Mais aurait-on eu le courage politique de se lancer dans un tel projet ?

35Puisque les élites donnent souvent l’image d’être géographiquement éloignées de la population, il convient aussi que les lieux où peuvent se jouer des expérimentations concrètes, des échanges, des débats et des rencontres ne soient pas ceux auxquelles ces élites sont identifiées, ne serait-ce que symboliquement. Autrement dit, que les musées et autres espaces permettant d’en appeler à la raison ou aux valeurs morales et éthiques, y compris à la mémoire, soient localisés dans des quartiers populaires, et pas nécessairement dans les seuls beaux quartiers – de ce point de vue, on notera que la Cité des Sciences et de l’Industrie est localisée dans un site excentré de la capitale, à proximité du boulevard périphérique.

36Il ne s’agit là que de pistes. Mais comment ne pas voir qu’il faut apporter des réponses pratiques et réalistes, et non des paroles raisonnables et moralisatrices sans grand effet ?

En conclusion

37Face au complotisme et à la postvérité, plusieurs stratégies sont possibles. Elles peuvent relever de temporalités distinctes – le long terme n’est pas la même chose que l’action immédiate – ces temporalités ne sont pas nécessairement contradictoires.

38Une première orientation consiste à remettre à leur place le mensonge et les théories du complot, à éviter l’excès comme le défaut : parfois, ils sont effectivement très préoccupants, souvent aussi, ils ne méritent pas l’emballement qu’ils suscitent dans les médias. Ainsi, ce n’est pas parce qu’un porte-parole du président américain Donald Trump a évoqué en une occasion des faits alternatifs qu’il faut faire de cette catégorie le cœur de sa communication et un enjeu crucial.

39Une deuxième orientation consiste à développer l’esprit critique, la capacité de jugement, la raison contre le dogmatisme et le sectarisme : c’est évidemment là une fonction essentielle de l’éducation.

40Enfin, et nous venons de développer cette troisième orientation, les réponses au complotisme et à la postvérité doivent être pragmatiques, soucieuses d’efficacité. Elles ont alors besoin de s’adosser sur des connaissances éprouvées, et non sur des idéologies, même bienveillantes et humanistes. Ces connaissances ne peuvent qu’être pluridisciplinaires, allant de la psychologie et des sciences cognitives aux sciences politiques, à l’histoire et à la sociologie, et elles doivent brasser large pour aborder ces questions, qui sont au cœur de la formidable mutation du monde contemporain : on ne comprend pas la postvérité et le complotisme si l’on n’envisage pas les transformations économiques et sociales qui affectent nos sociétés, si l’on n’entre pas dans l’analyse des médias et du numérique qui façonnent l’ère de la communication. Disons-le en paraphrasant Marcel Mauss : le complotisme et la postvérité sont des faits sociaux totaux, qui exigent des sciences sociales qu’elles soient elles-mêmes capables de penser global.

Haut de page

Bibliographie

Atlan, Henri, 2014, Croyances, comment expliquer le monde, Paris, Autrement.

Bronner, Gérald, 2007, L’empire de l’erreur. Éléments de sociologie cognitive, Paris, Presses universitaires de France.

Chevassus-au-Louis, Nicolas, 2016, Malscience. De la fraude dans les labos, Paris, Le Seuil.

Festinger, Leon, Riecken, Henry W. et Schachter, Stanley, 1956, When Prophecy Fails. A Social and Psychological Study of a Modern Group that Predicted the Destruction of the World, Minneapolis, University of Minnesota Press [traduction française : L’Échec d’une prophétie : psychologie sociale d'un groupe de fidèles qui prédisaient la fin du monde, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

« Il faut réguler le marché de l'information sur Internet », 2017, entretien avec Gérald Bronner, Pour la science, no 472, février.

Keyes, Ralph, 2004, Post-Truth Era: Dishonesty and Deception in Contemporary Life, New York, St. Martin’s Press.

Meyssan, Thierry, 2007a, L’effroyable Imposture II. Manipulations et désinformation, Monaco, éditions Alphée-Jean-Paul Bertrand.

Meyssan, Thierry, 2007b, L’effroyable imposture, suivi de Le Pentagate, nouvelle édition annotée, Paris, Éditions Demi-Lune.

Poliakov, Léon, 1980, La causalité diabolique. Essai sur l’origine des persécutions.Du joug mongol à la victoire de Lénine, Paris, Calmann-Lévy, rééd. 2006.

Sokal, Alan D., 1996, « Transgressing the boundaries: Towards a transformative hermeneutics of quantum gravity », Social Text, no 46/47, printemps/été, p. 217-252 : <http://www.physics.nyu.edu/sokal/transgress_v2/transgress_v2_singlefile.html>.

Sokal, Alan D. et Bricmont, Jean, 1997, Impostures intellectuelles, Paris, Odile Jacob

Soral, Alain, 2011, Comprendre l’empire. Demain la gouvernance globale ou la révolte des Nations, Paris Éditions Blanche.

Swift, Jonathan (attribué à), 2007 [1733], L’art du mensonge en politique, suivi de Le mentir vrai, par Jean-Jacques Courtine, Grenoble, Jérôme Million.

Taguieff, Pierre-André (dir.), 1992, Les « protocoles des sages de Sion », Paris, Berg International.

Wieviorka, Michel (dir.), 2016, Mensonges et vérité, Auxerre, Sciences humaines Éditions, avec des textes d’Henri Atlan, Pascal Engel, Myriam Revault d’Allonnes, etc.

Haut de page

Notes

1 Voir également Wieviorka (2016).

2 Voir par exemple Bronner (2007).

3 Entretien dans L’Express, 28 octobre 1978. 

4 Voir par exemple Soral (2011) ou Meyssan (2007a et b). Pour un exemple de blog conspirationniste, voir celui d’Alain Soral, Égalité et réconciliation : <http://www.egaliteetreconciliation.fr/>.

5 Voir notamment Taguieff (1992).

6 On notera avec étonnement que Jean Bricmont, le coauteur avec Alan Sokal d’Impostures intellectuelles a depuis la publication de ce livre évolué vers des prises de position qui le rapprochent des idéologies conspirationnistes.

7 Voir par exemple l’entretien de Gérald Bronner (« Il faut réguler le marché de -l'information sur Internet », 2017).

8 Voir par exemple Chevassus-au-Louis (2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Face à la « postvérité » et au « complotisme » », Socio, 8 | 2017, 81-96.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Face à la « postvérité » et au « complotisme » », Socio [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 28 juin 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://socio.revues.org/2728 ; DOI : 10.4000/socio.2728

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010). Il mène ses recherches dans le cadre du CADIS qu’il a dirigé de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Evil (Londres, Polity Press, 2012) ; Retour au sens (Paris, Robert Laffont, 2015) ; Le séisme (Paris, Robert Laffont, 2016) ; avec Farhad Khosrokhavar, Les juifs, les musulmans et la République (Paris, Robert Laffont, 2017) et Les sciences humaines et sociales française à l’échelle de l’Europe et du monde. Rapport à M. Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org