Skip to navigation – Site map
Éditorial

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-7

Full text

1Rares sont les pensées contemporaines qui irriguent largement les sciences humaines et sociales de l’intérieur pour en déborder les limites et alimenter une vie intellectuelle beaucoup plus générale. Il y a là un point paradoxal, car le nombre des chercheurs a connu, à l’échelle planétaire, une formidable expansion, tandis que leur formation et le niveau d’exigence dans leurs disciplines ne cessaient de s’élever. Ainsi, la différence entre les années 1960 et 1970, vue de France, est flagrante : où sont les grandes figures qui animeraient aujourd’hui comme hier le débat public autant que la vie proprement scientifique ? Quels sont les chercheurs en activité dont l’aura est large et mondiale ?

2Les réponses apportées à ce type de question passent éventuellement par l’examen de l’évolution générale des disciplines des sciences humaines et sociales. On souligne alors qu’elles tendent trop souvent à mimer les autres sciences, et à se vouloir scientifiques, exclusivement scientifiques. Du coup, elles risquent de verser dans la quantification à outrance, la « quanto-phrénie », cette fascination pour le chiffrage des faits sociaux que dénonçait Pitirim Sorokin, elles perdent le goût de l’écriture, et même s’écartent de l’esprit critique pour retrouver, sans trop le dire, un certain positivisme, ou pour s’aligner sur des logiques d’évaluation et de publication dominées par le conformisme. On note également qu’elles sont tentées de se spécialiser sans cesse davantage pour développer des connaissances de plus en plus pointues sur des objets de plus en plus précis, sans que de l’accumulation de connaissances spécifiques naissent des savoirs ou des débats de grande portée. De telles tendances peuvent déboucher sur une sorte de relativisme, et en tout cas sur un éloignement de l’universalisme, sur une fragmentation où la spécialisation l’emporte sur la capacité à participer à des échanges quelque peu généraux.

3La réponse peut aussi prendre en compte la façon dont a évolué le rapport de ces disciplines à la vie des idées et à la politique générale. Les sciences humaines et sociales semblent effectivement moins participer qu’hier à une vie intellectuelle dans laquelle on monte en généralité pour discuter de problèmes importants, avec le souci d’éclairer la vie de la Cité, les chercheurs semblent résister s’il s’agit d’intervenir directement sur un registre politique, et pas seulement de produire des connaissances pour n’en débattre qu’avec leurs pairs – encore faut-il noter qu’ils s’expriment en nombre dans les médias classiques. Mais comment se fait-il que l’on ne trouve guère au sein des jeunes générations les homologues de ces hautes figures dont la pensée structurait hier le débat interne aux sciences humaines et sociales aussi bien que la vie intellectuelle et politique générale ?

4Socio a choisi pour cette livraison de consacrer son dossier principal à Zygmunt Bauman, qui fut précisément une de ces rares hautes figures, et qui a disparu au début de l’année. Et un rappel succinct de sa trajectoire personnelle nous met sur la piste d’une autre réponse à la question qui nous intrigue : Bauman sait ce qu’est l’histoire pour l’avoir vécue.

5Il a été personnellement, directement, concerné et impliqué dans des phases historiques décisives, dont la signification ne s’arrêtait pas au pays de sa naissance. Communiste, et d’une famille juive, il a fui la Pologne envahie par les nazis pour l’Union soviétique, puis a participé à la guerre au sein d’une armée polonaise sous contrôle soviétique. Dans la période confuse de la fin de la Seconde Guerre mondiale puis du passage de la Pologne sous la domination de Moscou, Bauman a d’abord servi le nouveau pouvoir – il en parlera comme d’une faute. Et si, en Pologne, la pensée, comme l’a si bien écrit Czesaw Milosz, risquait constamment d’être captive, la vie intellectuelle était possible, néanmoins : vers le milieu des années 1950, Bauman commence à s’imposer comme un espoir de la sociologie et de la philosophie polonaises. À l’instar d’autres, parmi les meilleurs esprits, il développe alors un marxisme qui le protège des foudres du régime et auquel il donne un tour critique. Jusqu’au jour où il est poussé à l’exil du fait de la dernière grande campagne antisémite orchestrée par le régime en 1967, et s’installe au Royaume-Uni après un passage en Israël – un pays auquel s’en prenait violemment le pouvoir qu’il avait servi, puis dont il s’était accommodé. Il deviendra un des critiques les plus féconds de la modernité, puis un penseur mondialement respecté de la postmodernité, avant d’acquérir une notoriété impressionnante, bien au-delà des sciences humaines et sociales, avec sa thématique de la liquidité qu’il applique à la vie sociale.

6Bauman a connu l’envahissement de son pays, la fuite, il a participé à la guerre, il s’est engagé comme communiste, puis a été repoussé comme juif par un régime qu’il avait contribué à mettre en place, subissant de plein fouet l’antisémitisme virulent activé par les maîtres qu’il avait servis. Il a été pris dans le souffle de l’histoire, il a été engagé, il a aussi dû revenir sur ses espoirs et ses engagements antérieurs, il s’est forgé lui-même, au fil de processus historiques souvent dramatiques, et, pour certains d’entre eux à coup sûr, extrêmement douloureux.

7De même, les hautes figures de la vie intellectuelle française des années 1960 et 1970 ont connu, chacune à sa façon, la guerre, la résistance (ou la compromission), les engagements communistes (ou autres), et d’éventuels désengagements, la décolonisation et la guerre d’Algérie. L’histoire a été pour elles une expérience vécue, ou tout au moins côtoyée : là réside peut-être aussi l’image d’une époque flamboyante qu’elles nous ont léguée, et qu’il ne faudrait pas pour autant mythifier, une époque au cours de laquelle les sciences humaines et sociales ont été capables de produire des connaissances précises et nécessairement limitées, tout en participant à une vie intellectuelle et politique générale.

8Les grands combats de la Seconde Guerre mondiale et de la décolonisation ont laissé la place, après la période de la guerre froide, à des formes de conflictualité et de violence qui n’ont pas suscité pour les chercheurs en sciences humaines et sociales les mêmes passions, les mêmes obligations historiques, les mêmes engagements ; et, s’il s’agit de la France, comment ne pas voir qu’elle est en dehors de l’histoire depuis bien longtemps, Mai 68 ayant peut-être été sa dernière expérience historique significative ?

9En plaçant Zygmunt Bauman au cœur de cette livraison de Socio, avec l’aide précieuse de Simon Tabet, nous mettons en valeur l’apport d’un grand sociologue, en même temps, d’une certaine façon, que nous invitons nos lecteurs à s’interroger avec nous sur la place des sciences humaines et sociales, leur évolution, et leur capacité à penser le monde et l’histoire.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 8 | 2017, 5-7.

Electronic reference

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [Online], 8 | 2017, Online since 28 June 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://socio.revues.org/2702

Top of page

About the author

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010). Il mène ses recherches dans le cadre du CADIS qu’il a dirigé de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Evil (Londres, Polity Press, 2012) ; Retour au sens (Paris, Robert Laffont, 2015) ; Le séisme (Paris, Robert Laffont, 2016) ; avec Farhad Khosrokhavar, Les juifs, les musulmans et la République (Paris, Robert Laffont, 2017) et Les sciences humaines et sociales française à l’échelle de l’Europe et du monde. Rapport à M. Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017).

By this author

Top of page

Copyright

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org