Skip to navigation – Site map
Chantiers

Nature et pertinence de la sociologie

Nature and relevance of the sociology
Yves Gingras
p. 247-264

Abstracts

This article offers some consideration, at times rather disgruntled, of the theoretical and practical challenges of a discipline which claims to be scientific. Suspicious of the major long-term problems of the epistemology and methodology of the social sciences—as moreover of the complacent stance of imposition to which they lead—, the author prefers to focus his analysis on the everyday problems structuring sociological surveys. The need to adopt some form of cumulativity is one of these. It is important to refer to this because this regulatory ideal is mistreated, one might even say shattered, by the temptation which is still very prevalent, to re-invent the wheel by using ‘new’ terminology and theories. The author is not merely critical but attempts to explain this relentless pursuit.

Top of page

Full text

Présentation par Arnaud Saint-Martin

1Le 29 juin 2015 débute le 6e congrès de l’Association française de sociologie, à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Le thème, « La sociologie, une science contre-nature ? », invite à questionner les fondements épistémologiques de la discipline autant que sa vocation critique et son éventuelle portée dans l’espace public. La conférence d’ouverture est confiée à Yves Gingras, professeur d’histoire et de sociologie des sciences à l’université du Québec à Montréal (UQAM). Dans la moiteur estivale d’un amphithéâtre comble, il propose une réflexion, par moments grinçante, sur les défis théoriques et pratiques d’une discipline à prétention scientifique (ce qui n’est pas un vain mot pour l’auteur, qui se revendique de Gaston Bachelard). Sa conférence, intitulée « Nature et pertinence de la sociologie », tient la distance dans le registre de la mise en perspective « grand angle ». Se méfiant des grands problèmes éternisés de l’épistémologie et de la méthodologie des sciences sociales – ainsi que de la complaisante position de surplomb qu’ils autorisent –, Yves Gingras préfère concentrer ses analyses sur les problématiques les plus ordinairement structurantes de l’enquête sociologique. La nécessité d’adhérer à une forme de cumulativité en est une. Il est important de s’y référer, rappelle-t-il, car cet idéal régulateur est malmené voire anéanti par la tentation, encore si présente, de réinventer la roue par la grâce de « nouvelles » terminologies et théories. Parce qu’il est sociologue des sciences, qu’il étudie par conséquent l’organisation de la recherche (voir, notamment, ses ouvrages récents, Gingras, 2013 ; 2014a ; 2014; 2016), Yves Gingras ne s’arrête pas à la critique et propose d’expliquer cette fuite en avant. Parmi les processus cités : le management par projet et la course à la subvention, en plus des stratégies de carrière qui poussent à la distinction et à l’« innovation » de chercheurs transformés en entrepreneurs de savoir. Et la morale de retentir, sévèrement : on peut toujours s’enferrer dans des diagnostics philosophiques sur l’état de la discipline ici, maintenant et demain, tant que ces conditions structurelles de possibilité feront obstacle au déploiement d’une entreprise scientifique autonome et fondée en (seule) raison, la sociologie ne cessera de (se) poser la question de sa nature épistémologique. C’est la moindre des impertinences de l’avoir souligné dans cette conférence, devant une salle presque acquise à la cause (même si les quelques flèches adressées à la « théorie de l’acteur-réseau » ou à la sociologie pragmatique avaient de quoi glacer les auditeurs qui continuent d’en faire usage…). Déplaçant l’argumentation de l’épistémologie vers l’éthique, Yves Gingras conclut par un plaidoyer résolument « conséquentialiste » pour la parcimonie et la prudence dans l’analyse, en attirant l’attention sur le coût moral des prises de position soi-disant avant-gardistes des théories sociales à la mode. Il évoque notamment les approches « posthumanistes » qui, posant un « principe de symétrie généralisé », mettent sur un même plan humains et « non-humains ». Certes, le programme de travail qu’il résume n’a pas le lustre des grands récits théoriques, mais l’enquête sérieuse et méthodique n’est-elle pas à même de servir la compréhension rationnelle de la réalité sociale ?

  • 1 Ce texte est la transcription de la conférence inaugurale du congrès de l’Association française de (...)

2Je voudrais en premier lieu remercier les organisateurs du congrès qui ont pensé que je pourrais faire œuvre utile en prononçant cette conférence d’ouverture sur la question, récurrente, il faut l’avouer, de la nature de la sociologie1. J’ai hésité à accepter en me disant : « Non : pas encore un discours d’épistémologie ! » Et finalement je me suis dit : « Pourquoi ne pas accepter et tenter d’aborder la question de manière différente en essayant de ne pas ressasser les thèmes habituels de cumulativité, d’objectivité, d’incommensurabilité, de relativisme, ou encore de critique – comme si toute science véritable n’était pas critique – et autres questions du genre, bien faites pour les conférences d’ouverture et les savants en fin de carrière qui, blasés des études de terrain, se mettent à réfléchir sur leurs disciplines, en se fondant le plus souvent implicitement sur Thomas Kuhn, comme si la philosophie des sciences n’avait pas depuis affiné ses analyses. »

3Ce faisant j’ai bien peur de ne pas aborder les questions épistémologiques que le texte de présentation du programme appelle de ses vœux.

4Lorsqu’ils ne relèvent pas strictement de la réflexion philosophique sérieuse sur les sciences sociales, les discours épistémologiques servent en fait de justification à un domaine qui se conçoit comme différent des autres. Ainsi un livre récent est-il intitulé Épistémologie des études touristiques (Morisset, Sarrasin et Éthier, 2012) ! Comme si ce domaine ne relevait pas de plein droit des sciences sociales et qu’il avait donc une « épistémologie » propre. Or, en ouvrant l’ouvrage on constate assez vite qu’ils parlent plutôt de méthodologie, mais « épistémo » est toujours plus chic que « méthoDO », tout comme la théorie est toujours plus distinguée que l’empirie.

5Les discours de second degré portant sur la discipline peuvent aussi servir de prétexte à ceux qui, confondant leur retraite avec la fin du monde, annoncent la fin de leur discipline quand ce n’est pas celle de leur objet. On a vu cela aussi en physique, par exemple, lorsque Stephen Hawking, immobilisé dans son fauteuil roulant, se demandait en 1980, si la fin de la physique théorique était proche (Hawking, 1980).

6Il faut plutôt respecter un tant soit peu les travaux accumulés par ceux qui se consacrent sérieusement à l’épistémologie en évitant autant que possible les philosophies spontanées de savants (Althusser, 1974) et se défendant de projeter les pratiques adéquates à un type de questionnement précis et adapté à un terrain donné sur la discipline considérée dans sa généralité, prenant ainsi son petit monde pour l’ensemble du réel. Pour ce faire, il faut, il me semble, s’en tenir à des définitions minimales des catégories fondamentales, définitions qui permettent (du moins je l’espère) d’éviter les faux débats qui encombrent l’histoire des sciences sociales. Comme le notait Gabriel Abend dans son étude sur les nombreuses significations du mot « théorie » en sociologie, il y a encore place pour améliorer la clarté sémantique de bien des concepts pour se concentrer plutôt sur les vrais désaccords (Abend, 2008).

7Ainsi en est-il de la notion de science, terme toujours utilisé mais rarement défini, flou sémantique qui rend possible les faux débats fondés sur des quiproquos, chacun partant de sa propre intuition de ce qu’est une science, la projetant sur le discours de son interlocuteur sans lui demander s’il partage cette définition.

8Pour ma part, je demeure convaincu que la définition courante du xviie siècle suffit encore largement pour caractériser le noyau dur de toute science. La science vise à rendre raison des phénomènes en invoquant des causes (au sens large et incluant les raisons) naturelles. Il va aussi de soi que la façon de rendre raison varie selon les phénomènes étudiés : la physique n’est pas la psychologie, qui n’est pas la biologie, qui n’est pas la sociologie. Si l’équation de Schrödinger rend compte du comportement des atomes placés dans différents dispositifs, elle ne peut servir à justifier, et encore moins à expliquer la liberté des humains. Il y a donc des échelles à tous les phénomènes et de nombreux faux débats sont fondés sur cette confusion des échelles d’observation. Il est frappant de voir qu’il ne viendrait à l’esprit d’aucun physicien des particules de reprocher à un spécialiste de l’état solide de ne pas tenir compte de l’existence des quarks dans son modèle de résistance des matériaux !

9Accepter l’existence d’échelles de phénomènes relativement découplés – même si on peut aussi tenter d’étudier leurs relations possibles – permet d’éviter de faux problèmes. Par exemple, les sociologues qui insistent pour dire que tout change, que tout est contingent et que tout émerge constamment dans le hic et nunc d’interactions toujours imprévisibles me font penser à un physicien qui observerait une seule molécule d’un gaz et qui, sous prétexte qu’elle se comporte effectivement de manière aléatoire (c’est le mouvement brownien), en conclurait que la loi des gaz de Boyle et Mariotte ne peut pas être valide, alors qu’elle est au contraire une bonne loi à l’échelle macroscopique.

10Une fois l’échelle fixée, on choisit la méthode appropriée à l’objet et aux questions qu’on lui pose. Tout cela est évident mais n’empêche pas une autre classe de faux débats qui oppose le qualitatif au quantitatif ni même l’annonce d’innovations appelées les « méthodes mixtes », nouveau mantra ou buzz world des demandes de subventions du Conseil européen de la recherche ou, plutôt, comme on dit en France, l’European Research Council. C’est bien en siégeant au sein d’un de ces comités que j’ai appris que, comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, je faisais des « méthodes mixtes » depuis longtemps.

11Une question bien posée à la bonne échelle ne nie donc pas l’existence d’une dynamique à une autre échelle mais admet son indépendance relative, son découplage. Personne de sérieux ne peut croire que la neurobiologie remplace la psychologie et encore moins la sociologie. Les médias dont la logique est celle du buzz et des réponses simples et tranchées veulent le faire croire, mais il est inutile de les alimenter en acceptant de débattre ces fausses questions. Il faut savoir résister à l’effet d’imposition de problématique nous enjoignant de répondre à de fausses questions au lieu de les reformuler. Combien d’experts se sont prononcés sur la « crise des sciences sociales » sans avoir pris le temps d’en établir d’abord l’existence et combien ont commenté le « silence des intellectuels » alors même qu’ils occupaient toujours l’espace public ?

12En pratique donc, il existe bien un consensus, le plus souvent implicite, sur les fondements de la discipline, à condition de savoir reconnaître les faux débats pour ce qu’ils sont : une façon pour certains de sortir de la foule anonyme des chercheurs en annonçant une autre révolution scientifique ou méthodologique. Si tout le monde est réaliste, on annoncera le relativisme, quand tous seront devenus relativistes on annoncera un « nouveau » réalisme comme d’autres ont annoncé une « nouvelle histoire des idées » ou une « nouvelle sociologie des intellectuels »...

13À mon avis, les problèmes de la sociologie ne sont pas d’abord ni surtout épistémologiques (discussions souvent confondues avec la méthodologie) mais – surprise ! – sociologiques. Ils relèvent en effet des modes de recrutement et de formation, lesquels influent sur la cohésion sociale de la discipline, cohésion qui, justement, peut être accentuée par une organisation comme l’Association française de sociologie dans son rôle de promouvoir l’unité dans la diversité. Je crois en effet que l’on n’a pas assez souligné l’importance en France de la relance, en 2002, de l’Association française de sociologie. Car plus importante que les discours épistémologiques les plus rigoureux est la pratique même de l’enquête sociologique. L’existence de la sociologie se manifeste ainsi publiquement, tous les deux ans, dans des villes différentes, et rend visible le travail collectif des sociologues qui scrutent les multiples facettes de la vie sociale. En témoignent les cinquante réseaux thématiques dont les membres confronteront dans les jours qui viennent les résultats de leurs recherches. C’est bien là la meilleure façon de promouvoir la sociologie en faisant état de ses résultats d’enquêtes. Tous ces travaux que d’aucuns – spécialistes des généralités ou qui veulent ramener la discipline à une simple philosophie sociale, même généreuse – font l’erreur de décrier sous le nom d’émiettement ou d’hyperspécialisation montrent que le regard sociologique peut – et doit – se porter sur l’ensemble des pratiques sociales et des mondes sociaux : mouvements sociaux, éducation, classes sociales, identités sociales, genre, économie et gestion, science et technologie, environnement, etc. Tous les recoins de la vie sociale pouvant en principe être intéressants et éclairés par un regard sociologique. La réalité incontournable des savoirs spécialisés, que ce soit en physique ou en histoire, spécialisation générée par la croissance démographique et la massification des sciences, doit nous rappeler aussi que les discours théoriques sur la discipline, favorisés par les discours de circonstance – comme celui-ci –, poussent trop souvent à construire une identité disciplinaire abstraite, alors que chaque spécialité tend à avoir une certaine autonomie au sein de la discipline, avec ses questionnements et ses méthodes propres. Si la discipline répond à des besoins d’enseignement de niveau licence, la spécialité répond à ceux de la recherche spécialisée, l’épistémologie étant d’ailleurs elle-même une spécialité, même si plusieurs improvisent sur le sujet. Car qu’ont en commun un physicien spécialisé en optique des lasers et un physicien nucléaire au-delà de l’appartenance de base à la physique et de ses ancêtres (Newton, Einstein…) ?

  • 2 Voir aussi son ouvrage précédent : Cartwright (1983).

14Comme on a pu déjà le constater, je prends ici la physique pour modèle, non pas sur le plan épistémologique, bien sûr, car les humains ne sont pas des électrons (même libres…), mais dans ses pratiques sociales (j’aurais pu choisir les chimistes ou les mathématiciens, mais je connais moins ces disciplines). Cette comparaison me paraît essentielle car elle permet, par exemple, d’éviter de tirer des conclusions hâtives sur les sciences sociales, comme l’a fait Andrew Abbott ici même à partir de données bibliométriques limitées aux sciences sociales. Observant la croissance de l’âge moyen des citations, il en concluait à l’absence de cumulativité, alors qu’une étude comparative avec les sciences de la nature montre en fait que cette croissance de l’âge moyen n’est pas du tout un indice de non-cumulativité ni propre aux sciences sociales mais s’observe également dans les sciences de la nature (Larivière, Archambault et Gingras, 2008). De même, malgré les grands discours sur les théories unifiées ou générales, les analyses les plus fines de philosophie de la physique, comme celles de Nancy Cartwright par exemple, montrent bien que loin d’être unifiées, les diverses théories physiques couvrent des domaines différents du réel et ne sont jamais toutes déduites d’une mythique et unique théorie fondamentale (Cartwright, 19992). En somme, même sur le plan des structures théoriques de la discipline, quand on se compare, on se console, et il n’y a pas de raisons de se plaindre de l’absence d’une théorie universelle de la société, notion qui se fonde implicitement sur l’idée (fausse) qu’il existerait en physique – reine des sciences à imiter et à vénérer – une telle théorie, ce qui n’est pas le cas, nonobstant les discours à ce sujet dans les revues de vulgarisation toujours promptes à annoncer une « unification » des forces de la nature.

15Laissons donc de côté l’envie d’une science unifiée imaginaire et le grattage de bobos épistémologiques qui n’en sont pas vraiment, et regardons plutôt les pratiques sociales des sociologues qui peuvent contribuer à donner l’impression qu’elle n’est pas vraiment une science ou, en tout cas, pas une « vraie » science. Car l’épistémologie, fût-elle celle de la sociologie, est de la philosophie et non de la sociologie, tout comme l’histoire de la sociologie est de l’histoire, même quand la problématique est sociologique. L’objet est une chose, la méthode en est une autre et, comme le disait Georges Canguilhem, « l’objet de l’histoire de la science n’est pas l’objet de la science » (Canguilhem, 2002).

Comment cacher la cumulativité de la sociologie

  • 3 Application qui permet de comptabiliser la fréquence de l’usage des mots dans les sources imprimée (...)

16Parmi les pratiques qui contribuent à sous-estimer la cohésion de la discipline et la cumulativité de ses résultats on trouve la manie de constamment renommer les concepts et les phénomènes. Or, il ne vient pas à l’esprit d’un physicien de renommer l’équation de Schrödinger ou l’effet photoélectrique pour donner l’impression qu’il réinvente la physique et ne doit rien à personne. En revanche, le profane qui observe les sociologues constate qu’ils semblent trouver important de faire débuter beaucoup de leurs phrases par : « Ce que j’appelle X, Y ou Z ». Une requête rapide sur Google books en utilisant Ngram Viewer3 suggère que cette manie s’est fortement accrue depuis la fin des années 1970, surtout en anglais, mais aussi en français, car on observe une croissance soudaine et rapide de la locution « what I call » et « ce que j’appelle » qui met en avant le JE autonome et créateur.

17Cette manie est liée, je crois, à une forme de substantialisme linguistique qui sévit chez trop de sociologues, et qui tend à confondre les mots et les concepts. Or, si les seconds sont assurément formés de mots, tous les mots ne sont pas des concepts ou des catégories sociologiques, et des mots différents peuvent souvent référer aux mêmes concepts. On devrait plutôt accepter le fait que d’autres sont passés avant nous et ont contribué à nommer des phénomènes fondamentaux (anomie, fétichisme, intérêts, habitus, etc). Comme le disait La Bruyère qui, pour faire effet, exagère un peu tout de même, « Tout est dit et l’on vient trop tard, depuis plus de sept mille ans qu’il y a des hommes et qui pensent. » (Ajoutons que, de nos jours, il y a aussi des femmes qui pensent !)

18Il ne s’agit pas – bien sûr – de s’opposer par principe et absolument aux innovations linguistiques ou conceptuelles. Par exemple, le développement de la sociologie des réseaux depuis les années 1970 a contribué à définir des concepts vraiment nouveaux et opérationnels comme ceux de centralité ou d’intermédiarité. Pensons aussi à l’ethnométhodologie, même si, dans ce cas, le fondateur a tout fait pour construire un langage incompréhensible et illisible – mais bien fait pour générer une littérature exégétique infinie. De telles innovations réelles sont tout de même rares et la simple multiplication des labels a plus d’effets néfastes que bénéfiques, car elle cache ainsi des savoirs accumulés derrière une multitude de vocables différents. On pourrait en dire autant de méthodes qui se présentent comme nouvelles et originales, comme les méthodes dites mixtes, dont j’ai déjà parlé, qui nous annoncent pompeusement combiner du quantitatif et du qualitatif…

19Devant la mise en marché des nouveaux mots, présentés comme des concepts originaux, il s’agit donc de s’assurer qu’ils décrivent vraiment un phénomène nouveau et surtout de vérifier que sa description ne peut en fait se faire par l’usage des catégories usuelles des sociologues. Après tout, les dictionnaires de sociologie peuvent encore servir… Il y aura toujours des petits cyniques et des arrivistes pour faire croire à leurs innovations radicales mais les sociologues pourraient développer un meilleur réflexe de résistance, en allant, derrière les mots, analyser le travail réel qu’ils font ou ne font pas.

20Si l’on doit constamment bien formuler une question et donc la conceptualiser adéquatement, cela n’entraîne pas nécessairement la création d’une « théorie » nouvelle ou d’un nouveau langage. En physique, encore une fois, conceptualiser la supraconductivité se fait sur la base des théories physiques existantes et non en les remplaçant au nom d’un quelconque impératif d’innovation théorique. Il est souvent possible de montrer, par une analyse serrée de la structure conceptuelle d’une théorie, qu’elle est en fait – par-delà son vocabulaire – équivalente à une autre par son objet, sa référence. Car l’idée que deux théories portant sur le même objet analysé sous les mêmes rapports soient incompatibles et contradictoires semble difficile à admettre sur le plan logique. Elles peuvent être complémentaires si elles portent sur des échelles ou des aspects différents du même objet, ce qui est autre chose. La physique a aussi connu un tel cas au début de la mécanique quantique au milieu des années 1920, lorsque les physiciens étaient confrontés d’un côté à l’équation d’onde de Schrödinger, et de l’autre à la mécanique des matrices de Heisenberg. Les deux se référant au même objet (l’atome), le réflexe a été de montrer qu’elles étaient en fait des formulations équivalentes. On parle depuis des « représentations » de Schrödinger ou de Heisenberg, qui ne sont en fait qu’une seule et même « théorie » (Gingras, 2015a).

21La façon la plus simple de faire table rase du passé pour montrer qu’on est « innovant » consiste à renommer un concept emprunté, sans vraiment modifier son sens et son contenu, ce que Pierre Bourdieu aimait appeler « dégriffer ». C’est le cas, par exemple, lorsqu’on utilise le concept de « champ scientifique », qui par définition comprend l’idée de lutte au sein du champ, et qu’on le rebaptise « champ agonistique » ou encore « arène épistémique » sous prétexte que ces expressions rendent plus explicite le caractère conflictuel du champ. On peut aussi parler de « monde » ou de « sphère », de « configuration » pour éviter de parler de « champ » ou vice versa, sans toujours expliciter la différence conceptuelle ainsi introduite, si jamais elle existe. On peut aussi donner l’impression de tout renouveler en remplaçant le mot « système » par « régime », comme si un régime n’avait pas – comme tout système – une structure et une logique propres qui font justement fonctionner le régime comme un système. Le « système capitaliste » est-il si différent du « régime capitaliste » ? On peut en douter. Comme le note Pascal Engel dans un texte récent : « […] ce n’est pas parce qu’on donne un nom à une chose que la chose en question a la propriété désignée par le nom » (Engel, 2015). De même, ce n’est pas parce que l’on change de nom que l’on dit nécessairement des choses différentes.

22Au lieu de simplement renommer, on peut avoir plus d’ambition et lancer des entreprises académiques sous des appellations contrôlées. Ce peut être par exemple « économie morale des sciences » ou « ontologie historique des sciences » pour être en phase avec le dernier tournant qui, après avoir été linguistique, est devenu pratique (practice turn) et en France plutôt « pragmatique », et maintenant « ontologique ». Cela vaudrait la peine de s’attarder sur ce récent virage car, outre qu’il mélange souvent allègrement épistémologie et ontologie – deux catégories philosophiques pourtant orthogonales –, il permet de passer en contrebande des entités invisibles comme Dieu et autres apparitions qui passent ainsi subrepticement de catégories d’acteurs à catégories d’analyse et même parfois se changent en entités explicatives : « Dieu », et non plus la « croyance en Dieu », devenant ainsi la cause de l’action.

23Une approche encore plus audacieuse est d’éliminer davantage de notions classiques en inventant de toutes pièces un dictionnaire complet, qu’il faudra d’abord apprendre par cœur avant d’en user pour renommer des pratiques depuis longtemps observées et analysées sous un autre lexique. Dans les sciences physiques, de telles réformes radicales du dictionnaire sont rares mais ont existé. À la fin du xviiie siècle, la nouvelle nomenclature chimique de Lavoisier et de ses collaborateurs a voulu réformer la langue des chimistes, alors empêtrée dans les multiples noms ésotériques des alchimistes, et simplifier et normaliser la façon de nommer les produits. Mais depuis, les chimistes s’entendent pour ne pas réformer leur dictionnaire tous les dix ans, se contentant plutôt d’y ajouter des notions lorsque c’est nécessaire. Howard Becker a d’ailleurs noté que le succès de son ouvrage Outsiders doit beaucoup au fait qu’il est écrit en langage courant et ne comporte aucun jargon particulier. Preuve que faire de la bonne sociologie ne passe pas nécessairement par l’usage d’un langage abscons.

Les causes de la course au « concept »

24Cette course à l’innovation lexicale confondue avec l’innovation conceptuelle et théorique a plusieurs causes et j’en propose ici trois de façon préliminaire.

25La première relève de la compétition pour accroître sa visibilité sur le marché académique, démarche qui s’est exacerbée depuis la fin des années 1970, période au cours de laquelle on voit d’ailleurs se généraliser l’expression « ce que j’appelle », indice manifeste d’innovation lexicale. De façon parallèle on assiste à une inflation de « nouveaux » concepts autoproclamés : nouvelle histoire, nouvelle sociologie des sciences, nouvelle sociologie des intellectuels, etc. Je faisais ainsi observer à un collègue sociologue des sciences, présentant son domaine de recherche il y a seulement quelques années, qu’il était un peu ridicule de continuer à parler de « nouvelle » sociologie des sciences pour décrire le constructivisme social, plutôt ancien après trente ans d’existence et vingt d’hégémonie dans cette spécialité…

  • 4 « Théorie » est ici entendu au premier sens du mot tel que défini par Abend (2008).

26Le réflexe de nommer et surtout renommer me semble aussi lié à la survalorisation de la « théorie », toujours plus prestigieuse que l’empirie, le terme « théorie » étant souvent lui-même confondu avec la conceptualisation de l’objet d’étude. Sans se lancer ici dans une analyse épistémologique approfondie, disons seulement qu’une théorie4 bien formée en sciences humaines et sociales n’est pas un dictionnaire de cent mots nouveaux, mais un ensemble limité et bien défini de concepts (quatre ou cinq en général) liés entre eux et permettant d’en déduire des prévisions, le tout encastré dans la logique et le langage naturel. Ainsi, qu’elle soit juste ou non, la théorie des révolutions scientifiques de Kuhn est bien formée, les liens entre les concepts sont bien établis et une fois défini le sens technique des mots « crise », « anomalie », « science normale », « paradigme » et « révolution scientifique », le tout est écrit en anglais standard. Il en va de même du « système normatif de la science » chez Merton. En somme, une théorie est davantage qu’un simple langage descriptif universel, qui ne fait que dire en jargon savant ce que l’on disait autrement avant. De ce point de vue, la notion de « boundary work » en sociologie des sciences, mise en avant par Thomas F. Gieryn et qui a fait fureur, était au départ boiteuse car elle n’était pas intégrée à un cadre conceptuel plus large qui lui aurait donné tout son sens, un concept étant toujours un inter-concept, comme le disait Bachelard, c’est-à-dire qu’il prend son sens en relation avec d’autres concepts (Gieryn, 1983).

  • 5 Collège d’enseignement général et professionnel. Ces collèges, créés au Québec en 1967, sont des é (...)

27Par nature, la sociologie est donc une tentative de rendre raison des pratiques sociales multiples, ce qui, dans certains cas, peut même permettre de prévoir ce qui a de fortes chances de se produire dans une situation donnée. On sous-estime en effet la capacité prédictive des théories de moyenne portée en sciences sociales. Par exemple, quand on comprend les mécanismes spécifiques d’un champ universitaire qui met l’accent sur la recherche, on peut anticiper, sans grand risque de se tromper, ce qui arrivera aux institutions qui décident de se prendre pour des universités en faisant la promotion de la recherche (je pense ici au cas des CÉGEP au Québec5qui revendiquent une mission de recherche ; voir Gingras et Gemme, 2006). Pensons aussi au texte de Robert King Merton de 1957 qui dit déjà, sur la base de ses théories de la science et de la déviance, qu’une trop forte importance donnée à l’innovation scientifique ne peut que générer des fraudes, phénomène qui a effectivement augmenté depuis les années 1990 (Merton, 1973).

28Enfin, un troisième élément explicatif relève des organismes subventionnaires qui orientent la recherche par les critères qu’ils imposent. Ayant souvent siégé dans les comités d’évaluation au Canada et en Europe, j’ai constaté que les critères imposés génèrent des pseudo-innovations, car il est explicitement demandé aux candidats de dire en quoi ils innovent sur le plan théorique et méthodologique. Or, des innovations méthodologiques ne se décrètent pas chaque année. Ces critères sont donc des pousse-au-crime : ils forcent à faire passer des mots pour des concepts et à renommer les anciens sous prétexte de les « revisiter », comme les fameuses « méthodes mixtes » dont j’ai entendu le nom pour la première fois dans un comité de l’ERC. Parmi les nombreuses demandes évaluées, j’ai ainsi vu l’invention de « fast ethnographies », en fait des entretiens plutôt classiques renommés « ethnographies », ce qui fait plus chic ; j’ai vu aussi une innovation consistant à filmer les acteurs avec une série de caméras au lieu de simplement les observer. J’imagine que cela mènera à un film au lieu d’un article ou d’un ouvrage… Mais dans ce cas on peut se demander si la police et ses caméras dans toutes les rues et tous les édifices ne peuvent pas remplacer le sociologue. Je suis convaincu que tous les spécialistes des divers domaines de recherche réunis ici pourraient multiplier les exemples, chacun dans leurs domaines.

De la vérité à la pertinence

29Si les questions de nature épistémologique sont discutées de manière récurrente en sciences sociales, et que les pratiques que je viens de décrire le sont moins, la question de la pertinence des travaux entrepris semble encore plus rarement analysée.

30Or, un aspect qui m’intéresse particulièrement, mais pour lequel ma réflexion est encore embryonnaire, a trait aux conséquences éthiques de certaines analyses sociologiques. Étant personnellement conséquentialiste sur le plan éthique, je ne m’oppose pas a priori aux discours radicaux qui, par un réflexe de radicalisation typique des sciences sociales, annoncent que l’identité est multiple et évanescente et qu’il serait même devenu impossible de distinguer l’humain du « non-humain » tant ils seraient devenus intriqués. J’ai toutefois la nette impression que les énoncés les plus radicaux sur la nature de l’action humaine sont incompatibles avec un sens commun éthique minimal du respect d’autrui et de la responsabilité des gestes que chacun pose et dont il doit accepter les conséquences.

31Prenons l’exemple de quelqu’un qui s’oppose à la notion d’explication et qui écrit – sérieusement doit-on présumer – que « la croyance aux causes et aux effets est toujours, d’une certaine manière, l’admiration pour une chaîne de commande ou la haine d’une foule à la recherche de quelqu’un à lapider » (Latour, 1988 : 162). On pourrait aborder la question de la causalité sur un plan philosophique mais il me paraît encore plus utile de se placer sur un plan éthique et de répondre que la recherche des causes est plutôt la saine expression d’une éthique sociale de responsabilité, de justice et d’équité. De même, le fait de noter que le principe de non-contradiction ne peut pas être démontré logiquement n’en fait pas un principe arbitraire, comme l’ont souvent suggéré les sociologues constructivistes Barry Barnes et David Bloor (1982). En fait, comme l’écrivait le logicien polonais Jan Lukasiewicz, « le principe de contradiction n’a sans doute pas de valeur logique, mais il possède une valeur pratico-éthique qui n’en est que plus significative. Le principe de contradiction est la seule arme contre l’erreur et le mensonge » (Lukasiewicz, 1991 : 30).

32Cette prise de conscience du contenu éthique de certaines prises de position pas toujours analysées va au-delà du principe de non-contradiction performative qui implique qu’on ne peut nier un état de choses quand la possibilité même de le nier le présuppose en fait, soit logiquement, soit socialement (Apel, 1990). Ainsi, celui qui ne croit pas au principe de non-contradiction s’exclut de lui-même de tout univers de discours rationnel.

33Le critère éthique dont je parle touche aux conséquences implicites de certaines prises de position qui semblent intéressantes en surface mais deviennent difficilement tenables si on prend en compte le respect dû aux personnes.

  • 6 Steve Fuller, présent à cet événement, en garde une trace dans son article : « Talking metaphysica (...)

34Pourtant, cette dimension éthique de la conceptualisation sociologique semble mettre plusieurs sociologues mal à l’aise, comme je l’ai déjà expérimenté. Alors que mes collègues sociologues des sciences débattaient doctement, en colloque, de la validité du soi-disant « principe de symétrie généralisé » qui prétend placer sur le même plan humains et non-humains, et que l’un d’entre eux cassait un crayon en deux morceaux pour montrer la différence entre un crayon et une personne en notant que le crayon ne se plaint pas quand on le casse, j’ai fait remarquer aux conférenciers, qui sont alors devenus totalement silencieux et ont décidé de passer à la question suivante, que la raison fondamentale de rejeter cette soi-disant symétrie était en fait éthique : ce ne sont pas les coquilles Saint-Jacques ou les oiseaux qui « enrôlent » les humains pour prendre leur défense, mais bien certains humains qui, au nom de certains principes (que l’on peut reconnaître ou non), avaient décidé de créer des associations de défense des oiseaux, des arbres et que sais-je encore. Curieusement, à la fin de la séance, une participante est venue me chuchoter à l’oreille, comme si elle me confiait un secret, qu’elle était totalement d’accord avec mon intervention. Elle devait se dire que j’avais été déçu par la réaction des participants à la table ronde qui ne semblaient pas comprendre ce que je leur disais et qu’ils devaient prendre pour de l’ironie6.

  • 7 Physicien britannique atteint d’une grave maladie qui le laisse presque complètement paralysé.
  • 8 Je souligne.

35Un autre exemple montre que le paradigme postmoderne du brouillage des frontières, qui croit poser des questions profondes sur l’existence et les identités, tombe parfois sans le savoir dans une négation pure et simple de l’humanité des personnes étudiées. Ainsi, dans un ouvrage consacré au physicien Stephen Hawking7, Hélène Mialet écrit que « l’un des principaux thèmes du livre est de questionner la possibilité de savoir qui il est et où il se trouve8 ». Jouant, comme c’est l’une des caractéristiques fondamentales du style postmoderne, sur les oppositions en les combinant pour créer autant d’oxymores, on apprend ainsi que les catégories pour parler d’une personne, d’un corps, d’un esprit, d’une machine, d’un texte et d’un discours se brouillent et – affirmation stupéfiante ! – en la présence de l’auteur, « Hawking devient introuvable ». On apprend même que Hawking « ne peut pas penser sans l’ordinateur auquel il est connecté ». Le monde est encore plus étrange, nous dit l’auteure, car on ne sait plus vraiment ce qui sépare Hawking de ses simulacres y compris de sa statue. Jean Beaudrillard nous avait annoncé que la guerre du Golfe n’avait pas eu lieu et on apprend maintenant que Hawking n’est pas là où les naïfs croient le voir, c’est-à-dire tout bêtement dans son fauteuil roulant, mais bien partout et nulle part à la fois (Mialet, 2014).

  • 9 Pour une analyse plus détaillée, voir Gingras (2015b).

36Tout ce discours peut donner l’impression que des questions fondamentales sont ainsi soulevées, mais il est stupéfiant qu’à aucun moment l’auteure ne semble avoir pensé à poser simplement la question à Hawking lui-même : « Où êtes-vous ? » et « Pensez-vous quand votre ordinateur est éteint ? » On peut parier qu’il aurait répondu « Bien sûr que oui » à cette dernière question et « Dans ma chaise roulante » à la première. Car c’est bien ce qu’affirma pour sa part Jean-Dominique Bauby, qui souffrait du syndrome d’enfermement après avoir subi un accident cérébro-vasculaire, situation à peu près équivalente à celle de Hawking aujourd’hui et qui le rendait incapable de communiquer. Il a toutefois réussi à écrire son histoire en la dictant lettre par lettre par un code de clignement de son œil, seule partie de son corps encore mobile. Il termine son livre Le scaphandre et le papillon en disant : « J’ai bel et bien débuté une nouvelle vie, et c’est là, entre ce lit, ce fauteuil, ces couloirs, qu’elle se passe et nulle part ailleurs » (Bauby, 1997 : 135). Hawking aurait pu répondre la même chose si on le lui avait demandé au lieu de répondre à sa place pour mieux l’évaporer dans un acteur-réseau, notion purement métaphorique et qui a la fâcheuse conséquence éthique de nier l’existence bien réelle d’un individu que personne de sensé ne confond avec sa statue de bronze ou avec le son émis par la voix synthétique de son ordinateur9.

Conclusion

37Concluons par un retour sur le thème de ce congrès : la sociologie est-elle une discipline contre-nature ? Évidemment oui, et d’abord pour la raison que l’être humain constitue le seul être contre-nature qui est le produit de la nature et qui a réussi à construire un discours réflexif sur ses origines sociales et biologiques (Gingras, 2005). De ce point de vue, la sociologie n’est qu’une discipline de plus dans la panoplie des théories développées par les humains pour expliquer le monde environnant dont ils font partie.

38Malgré les difficultés internes et externes auxquelles se confronte la sociologie, il n’est pas utopique de penser que le travail sérieux et méthodique menant à des conclusions fondées sur des données probantes peut être promu en lieu et place des grands discours théoriques. Car dans les faits, malgré la plus grande visibilité de discours théoriques surévalués, le gros de l’activité quotidienne des sociologues consiste justement à étudier des pratiques sociales précises et à tenter d’en rendre raison avec les concepts les plus adéquats à la situation.

39Comme le disait le sociologue Fernand Dumont dans son ouvrage (trop méconnu) L’anthropologie en l’absence de l’homme, la sociologie est pertinente « pour nous faire mieux comprendre notre emplacement dans le monde » et « nous permettre de poursuivre notre destin avec des interrogations plus nuancées, […] en amplifiant la conscience que nous avons de nous-mêmes » (Dumont, 1981).

40Dans le monde actuel dont la complexité et la diversité sont plus grandes que jamais, le travail des sociologues est irremplaçable et il faut souhaiter longue vie à l’AFS et à ses colloques, lieu unique d’échanges et de débats pour accroître nos connaissances sur la vie en société, tout comme les biologistes travaillent pour leur part à mieux comprendre le fonctionnement du corps humain qui perçoit le monde extérieur et tout comme les physiciens s’attachent à comprendre le monde matériel que ce corps perçoit.

Top of page

Bibliography

Abend, Gabriel, 2008, « The Meaning of “Theory” », Sociological Theory, vol. 26, no 2, p. 173-199.

Althusser, Louis, 1974, Philosophie et philosophie spontanée de savants, Paris, Maspero.

Apel, Karl Otto, 1990, Penser avec Habermas contre Habermas, Paris, Éditions de l’Éclat.

Bauby, Jean-Dominique, 1997, Le scaphandre et le papillon, Paris, Robert Laffont.

Bloor, David et Barnes, Barry, 1982, « Relativism, Rationalism, and the Sociology of Knowledge », dans Martin Hollis et Steven Lukes, Rationality and relativism, Boston, MIT Press, p. 21-47.

Canguilhem, Georges, 2002, Études d''histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin, 7e édition augmentée.

Cartwright, Nancy, 1983, How the Laws of Physics Lie, Oxford, Oxford University Press.

Cartwright, Nancy, 1999, The Dappled World. A Study of the Boundaries of Science, Cambridge, Cambridge University Press.

Dumont, Fernand, 1981, L’anthropologie en l’absence de l’homme, Paris, Presses universitaires de France.

Engel, Pascal, 2015, « Le réalisme kitsch », Carnet Zilsel, 20 juin. Voir <http://zilsel.hypotheses.org/2103>.

Fuller, Steve, 1996, « Talking metaphysical turkey about epistemological chicken, and the poop on pidgins », dans ‎Peter L. Galison et ‎David J. Stump (dir.), The Disunity of Science, Stanford, Stanford University Press, p. 170-178.

Gieryn, Thomas F., 1983, « Boundary-work and the demarcation of science from non-science: Strains and interests in professional ideologies of scientists », American Sociological Review, vol. 48, no 6, décembre, p. 781-795.

Gingras, Yves, 2005, Éloge de l’homo techno-logicus, Montréal, Fides.

Gingras, Yves, 2013, Sociologie des sciences, Paris, Presses universitaires de France.

Gingras, Yves (dir.), 2014a, Controverses. Accord et désaccord en sciences humaines et sociales, Paris, CNRS Éditions.

Gingras, Yves, 2014b, Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Paris, Raisons d’agir.

Gingras, Yves, 2015a, « Contingency and necessity in the discovery of electron diffraction », dans Lena Soler, Emiliano Trizio et Andy Pickering (dir.), Science as it could have been. Discussing the Contingency/Inevitability Problem, Pittsburg, Pittsburg University Press.

Gingras, Yves, 2015b, « Stephen Hawking evaporated (in an actor-network) », European Journal of Sociology, vol. 56, no 3, p. 523-530.

Gingras, Yves, 2016, L’impossible dialogue. Sciences et religions, Paris, Presses universitaires de France.

Gingras, Yves et Gemme, Brigitte, 2006, « L’emprise du champ scientifique sur le champ universitaire et ses effets », Actes de la recherche en sciences sociales, no 164, p. 50-60.

Hawking, Stephen G, 1980, Is the End in Sight for Theoretical Physics: An Inaugural Lecture?, Cambridge, Cambridge University Press.

Larivière, Vincent, Archambault, Éric et Gingras, Yves, 2008, « Long-term variations in the aging of scientific literature: From exponential growth to steady-state science (1900-2004) », Journal of the American Society for Information Science and Technology (JASIST), vol. 59, no 2, p. 288–296.

Latour, Bruno, 1988, « The politics of explanation », dans Steve Woolgar (dir.), Knowledge and Reflexivity: New Frontiers in the Sociology of Knowledge, Londres, Sage Publications, p. 155-177.

Lukasiewicz, Jan, 1991, « Le principe de contradiction chez Aristote », Rue Descartes, no 1-2, p. 9-32.

Merton, Robert King, 1973 [1957], « Priorities in scientifc discoveries », dans id., The Sociology of Science, Chicago, University of Chicago Press, p. 286-324.

Mialet, Hélène, 2014, À la recherche de Stephen Hawking, Paris, Odile Jacob.

Morisset, Lucie K., Sarrasin, Bruno et Éthier, Guillaume, 2012, Épistémologie des études touristiques, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Top of page

Notes

1 Ce texte est la transcription de la conférence inaugurale du congrès de l’Association française de sociologie, 29 juin 2015.

2 Voir aussi son ouvrage précédent : Cartwright (1983).

3 Application qui permet de comptabiliser la fréquence de l’usage des mots dans les sources imprimées sur une longue période, permettant d’en voir l’évolution.

4 « Théorie » est ici entendu au premier sens du mot tel que défini par Abend (2008).

5 Collège d’enseignement général et professionnel. Ces collèges, créés au Québec en 1967, sont des établissements préuniversitaires destinés à démocratiser l’accès à l’université.

6 Steve Fuller, présent à cet événement, en garde une trace dans son article : « Talking metaphysical turkey about epistemological chicken, and the poop on pidgins » (Fuller, 1996 : 470, note 11).

7 Physicien britannique atteint d’une grave maladie qui le laisse presque complètement paralysé.

8 Je souligne.

9 Pour une analyse plus détaillée, voir Gingras (2015b).

Top of page

References

Bibliographical reference

Yves Gingras, « Nature et pertinence de la sociologie », Socio, 7 | 2016, 247-264.

Electronic reference

Yves Gingras, « Nature et pertinence de la sociologie », Socio [Online], 7 | 2016, Online since 14 December 2016, connection on 25 March 2017. URL : http://socio.revues.org/2564 ; DOI : 10.4000/socio.2564

Top of page

About the author

Yves Gingras

Yves Gingras est professeur à l’université du Québec à Montréal (UQAM) et titulaire de la chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences. Il a publié de nombreux ouvrages d’histoire et de sociologie des sciences. Les plus récents sont Sociologie des sciences (Paris, Presses universitaires de France, 2013) et Controverses, accords et désaccords en sciences sociales et humaines (Paris, Éditions du CNRS, 2014).

Top of page

Copyright

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org