Navigation – Plan du site
Dossier : Dynanimques de l'intime
Inédit de Marianne Weber

La femme nouvelle

The New Woman
Marianne Weber
Traduction de Michèle Dupré, Gwenaëlle Perrier, Isabelle Berrebi-Hoffmann et Michel Lallement
p. 131-139

Résumés

« La femme nouvelle » est une traduction inédite de « Die neue Frau », texte que la sociologue allemande Marianne Weber rédige à la veille de 1914. Celui-ci constitue une réponse aux thèses de Georg Simmel sur les femmes. Marianne Weber axe toute son argumentation d’inspiration kantienne sur l’égalité de toute personne humaine. Elle avance une revendication première : faire sortir les femmes de la sphère privée, de l’espace domestique, et leur ouvrir l’accès à la parole politique et à l’espace public. La femme moderne est capable de solidarité et de créer une communauté. Elle est capable d’autonomie morale, que seule la participation pleine et entière au monde objectif et à la vie publique peut lui permettre d’atteindre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ici comme dans le reste du texte les guillemets sont de Marianne Weber. (Note des traducteurs.)

1La femme moderne est liée d’une manière ou d’une autre au mouvement féministe qui revendique l’autonomie spirituelle, intellectuelle et sociale de toutes les femmes. Qu’elle y contribue directement ou qu’elle l’approuve seulement en son for intérieur, en tant qu’être sexué, la femme moderne participe d’un tel mouvement puisque, même modestes, ses actes individuels et sa personnalité représentent quelque chose d’inédit. Ce que cette femme moderne perçoit de nouveau en elle-même relève de plusieurs ordres, tant sur le plan formel que sur celui du contenu. Il y a tout d’abord la volonté constante et consciente, qui s’exprime depuis des décennies déjà, de donner forme à des conditions de vie qui lui sont propres et, au-delà, de contribuer à la production du monde qui l’entoure. La volonté, qui est la sienne et qui la porte, la distingue des figures typiques de ces femmes du passé qui n’avaient aucune propension à combattre consciemment en faveur de l’intérêt du genre féminin ni même à travailler activement à l’édification de son environnement. L’activité des femmes était alors plutôt tournée vers la vie domestique, et ce n’est que lorsqu’elles en avaient le temps qu’elles se consacraient au développement intérieur de leur être. Ce type de femme pouvait certes se battre pour transformer « vents et pluie, patience du printemps, culpabilité et troubles, destin caché… en une poignée de choses intimes1 », mais elle appréhendait le monde externe comme quelque chose de naturel et d’immuable. Ce monde, qui ne lui en était pas moins familier, s’articulait avec son monde domestique qui, lui, bornait sa vie personnelle.

2Cette femme était une gardienne, non une artisane de la morale. Elle accueillait et se faisait l’écho des débats intellectuels menés autour d’elle, mais ne pouvait pas elle-même en donner le ton. Elle abandonnait à l’homme la capacité à concevoir et à définir les modalités de la vie publique, la possibilité de gagner en grandeur personnelle en créant un monde objectif ou encore l’opportunité de participer à la création de normes morales, d’un État, du droit, de l’art et de la science. Voilà ce qui était déterminant : elle faisait de nécessité vertu, elle vivait sa passivité face au monde objectif comme étant sa destinée la plus profonde. Rompre de manière consciente avec la tradition, critiquer les usages dont elle avait hérité, s’élever contre les autorités, mais aussi tenter de diverses manières de donner forme au monde objectif…, toutes ces velléités étaient perçues par les hommes comme par les femmes d’antan comme autant de pratiques non féminines. S’engager sur une telle voie équivalait à déchoir de l’idéal féminin.

3La femme moderne revendique de toutes ses forces la possibilité de se construire elle-même et de participer à la production du monde social. Ses conditions de vie ne sont plus les mêmes que celles des femmes d’hier, et elle bénéficie d’un niveau d’instruction supérieur. Tout comme ses objectifs de vie, les obligations qui sont désormais les siennes dépassent les frontières du personnel et du domestique. Ensuite la femme moderne ne poursuit pas ces buts nouveaux pour elle-même, en tant qu’individu isolé. Elle le fait au sein d’une communauté de congénères qui partagent les mêmes vues qu’elle. Pour les hommes, l’action collective motivée par des visées culturelles a toujours revêtu les atours de l’évidence. Le fait nouveau est que, à rebours de la tradition, des intérêts masculins et des anciens idéaux relatifs à la féminité, les femmes constituent une force capable de créer de la communauté. Hier, le destin le plus probable de chaque femme était d’être soumise au sort de son genre, de rester enfermée dans l’univers domestique, d’exister comme être social au sein d’un univers privé. Tel n’est plus le cas aujourd’hui. Chacune peut maintenant s’engager dans des actions communes et manifester sa solidarité avec d’autres femmes. Lorsque, pour améliorer leurs sorts, elles se présentent comme de simples représentantes de leur genre, les femmes entrent en concurrence les unes avec les autres. Les femmes modernes considèrent comme grand et enrichissant le fait de pouvoir constituer des espaces d’action au service de leur cause collective, espaces qui résultent de bien plus que de la simple agrégation d’intérêts de sexe spécifiques. C’est qu’elles portent en elles une part d’universel humain qui aide à rompre l’isolement, à créer un lien communautaire, à se mobiliser collectivement et puissamment, à donner libre cours à leurs aspirations et à accomplir des tâches qui font sens.

  • 2 Bien que, de manière inattendue, nous ayons acquis le statut de citoyennes à part entière, cette é (...)

4Il est une camaraderie, nouvelle, qui lie hommes et femmes. Combien de temps tiendra-t-elle ? Nous ne le savons pas encore. L’existence d’une communauté d’intérêts et de travail fondatrice d’une camaraderie féminine est aussi un élément nouveau d’une valeur indubitable et d’un charme particulier. Cela est d’autant plus vrai qu’il ne s’agit pas de relations se nourrissant exclusivement de sympathies personnelles. Le but que s’est fixé cette communauté d’action, ce « mouvement des femmes », est de pouvoir disparaître en tant que tel dès que possible. Le but vers lequel convergent toutes les aspirations féminines sera atteint dès lors que les femmes ne bénéficieront plus, au sein de la société, de droits inférieurs à ceux des hommes, mais aussi dès lors que le genre féminin aura les mêmes chances de développement et la même autonomie que le genre masculin. À ce moment, les organisations qui représentent les intérêts particuliers des femmes seront devenues superflues, à l’exception peut-être de quelques corporations professionnelles particulières. Les femmes pourront travailler à transformer le monde avec les hommes qui partageront un même esprit2. Pour les femmes, il n’y a pas d’espoir d’un avenir plus heureux que l’émergence prochaine de ce moment. Le bénéfice moral et psychique, qui en découlera, ne sera pas de courte durée : il permettra aux femmes, du moins à une partie d’entre elles, de développer un même état d’esprit et de mettre leurs capacités au service d’idéaux et d’intérêts extrapersonnels. À l’avenir, une fois libérées, ces forces nouvelles s’uniront dans un même courant favorable à une action sociale au service de la communauté humaine. Éveiller la volonté des femmes, leur donner la capacité de transformer le monde qui les entoure, leur permettre d’agir socialement : voilà des options nouvelles qui viennent étayer, et non contredire, les valeurs traditionnellement tenues pour féminines.

  • 3 Marie Luise Enckendorff est le pseudonyme de Gertrud Kinel, peintre, écrivaine et philosophe, épou (...)

5On peut se demander, à ce stade, ce que la volonté des femmes sera et en quel sens elle pourra servir de guide pour l’action. Le mouvement féministe vise des buts pratiques qui touchent l’ensemble de la société, pas seulement les femmes : élargissement des formations qui leur sont offertes, accès à des métiers pour lesquels elles estiment avoir les compétences requises, participation au travail social, mêmes droits civiques pour les deux sexes, reconnaissance de l’égalité en droit de l’homme et de la femme au sein du couple. Ces objectifs s’expriment pleinement à travers la formule qui figure dans le programme de la fédération des associations allemandes de femmes (Bund Deutscher Frauenvereine) : « Le mouvement veut garantir aux femmes le libre épanouissement de toutes leurs forces et leur pleine participation à la vie culturelle. » Ces revendications sont semblables à celles que met en avant n’importe quel groupe social juridiquement et socialement désavantagé. La nouveauté réside dans le fait qu’elles sont conçues par et pour des femmes. Il n’en reste pas moins que ces éléments de programme peinent à exprimer le sens le plus profond de nos demandes. Il faut donc creuser quelque peu pour trouver la signification de ces revendications. Il faut tenir ces dernières comme autant d’étapes nécessaires permettant aux femmes de revenir vers leur monde intérieur et de développer une personnalité qui leur est propre. Regardé de la sorte, le combat de la femme moderne en faveur d’un double objectif (l’accès à de nouveaux biens et à de nouvelles libertés) peut être considéré comme un moyen pour elle de se construire une identité singulière. La conquête d’une autonomie éthique et l’acquisition d’un droit moral vont de pair avec l’affirmation d’un devoir-être féminin dont les caractéristiques sont la capacité à décider par soi-même et à s’affirmer responsable de ses actes dans les différents domaines de la vie. En affichant de telles aspirations qui ne visent à rien d’autre qu’à gagner en dignité, la femme moderne assume fièrement, et avec reconnaissance, l’enseignement éthique de la liberté tel que l’idéalisme allemand l’a promu, notamment pour ce qui concerne la façon dont un Kant et un Fichte se représentent l’idéal de la personne humaine. À l’aide de ce précieux legs, il s’agit de créer quelque chose de nouveau. Tandis que les tenants de l’autonomie morale continuent, sans sourciller, de défendre le principe de mise sous tutelle des femmes par les hommes, nous affirmons pour notre part que le stade le plus élevé de l’idéal éthique est « l’obéissance à la loi que chaque personne forge en son for intérieur ». Une telle maxime vient compléter ce qui donne sens aux liens nécessaires à la vie et à la constitution morale de la femme. Homme ou femme, toute personne en capacité de répondre d’elle-même relève d’une telle éthique. Celui à qui il n’est pas donné d’être moralement autonome – il se peut que cela soit le cas de la très grande majorité des hommes – a le devoir moral de s’assujettir et d’obéir volontairement aux autorités qu’il aura librement choisies. Mais aucun homme ne doit se soumettre passivement à la volonté de pouvoirs qui lui sont étrangers et se laisser ainsi dominer contre son gré. De manière similaire, la femme moderne pose comme nouveaux principes de vie « qu’il ne lui appartient pas, eu égard au sentiment de responsabilité qui l’habite, de se considérer comme un être humain de second ordre » (Marie Luise Enckendorff3), qu’elle ne doit pas faire fi de ses convictions et que les devoirs, qui lui incombent, ainsi que le destin, qui devrait être le sien, ne sauraient lui être imposés en dehors de sa volonté. La femme moderne souhaite en conséquence pouvoir atteindre un stade de maturité intellectuelle qui lui permettra de choisir et de juger en toute responsabilité. Atteindre l’autonomie morale est, cela est clair, le but ultime, le dernier stade du développement humain. Mais on ne peut en rester à ce constat quand on cherche à interpréter le sens des aspirations de la femme moderne. Car si la question relative aux moyens de l’action et celle relative au statut de la personne sont claires, il reste encore à élucider un autre problème, celui du sens de l’autonomie à travers laquelle la femme souhaite se réaliser. Un tel questionnement est déjà porteur en lui-même d’une représentation de la femme. Cette façon de formuler le problème laisse penser en effet que le destin de la femme n’est pas totalement semblable à celui de l’être humain en général, et à celui des hommes en particulier. Le devenir et l’action de la femme seraient liés à des qualités intrinsèques. Le fait d’être par nature prédestinée à la maternité demeure d’une importance fondamentale pour la femme. Cela est déterminant pour ses choix de vie. Physiquement comme moralement, une telle singularité, qui n’est pas comparable à l’expérience de la paternité pour l’homme, la rend différente de ce dernier. Même si certaines compétences et obligations lui sont propres, la femme partage néanmoins avec l’homme nombre d’inclinations et de capacités. Par ailleurs, en raison de l’élévation de son niveau d’éducation, la femme est parvenue, à un rythme certes moins soutenu que celui de l’homme, à un stade de développement de son intellect qui rend impossible toute marche arrière vers une vie « déterminée par la nature ».

6Aujourd’hui, les femmes sont de moins en moins associées au registre de la nature. De plus en plus éduquées, elles sont du côté de la culture. Elles sont pourvues de compétences et de capacités qui n’ont rien de spécifiquement sexué. On peut dès lors se demander quelle valeur il faut leur attribuer au regard des compétences et des capacités tenues pour spécifiquement féminines. Ces dernières doivent-elles par ailleurs être réprimées, niées au motif qu’elles seraient facteurs de « dégénérescence », ou faire l’objet de reconnaissance au motif qu’elles seraient une source d’enrichissement de la personnalité féminine ? Aujourd’hui de nombreuses voix se font entendre avec pour volonté de rappeler à la femme ses singularités naturelles. Pour la femme moderne, il ne fait aucun doute qu’un tel propos est erroné. Tout comme l’homme, la femme doit continuer à aller de l’avant sur cette voie millénaire qui mène à la culture. Elle ne peut ni ne doit faire demi-tour. Il lui revient le droit aujourd’hui de développer et d’user de compétences qui n’ont rien de spécifique à son sexe. À elle de prendre la responsabilité de s’affirmer comme une vraie femme et comme un authentique être humain. Il lui faut pour cela unir les deux parties antagoniques qui la constituent en tant que personne. Pourquoi cela ?

7Pour répondre à cette question, nous ne devons pas chercher à évaluer la valeur et l’utilité des aspirations féminines en faisant fi des singularités généralement attribuées aux femmes. Nous pouvons considérer ces dernières soit comme un enrichissement spécifique à la culture, soit comme des éléments de peu d’importance au regard des réalisations masculines. Qu’importe. L’essentiel en fait est ce que la femme moderne attend pour pouvoir bénéficier de nouvelles potentialités, à savoir la possibilité de donner du sens et de la valeur à sa vie en étant maîtresse de ses propres forces. Elle vise ainsi l’autonomie morale. Tel est le défi ultime auquel se confronte toute personne qui aspire à la perfection humaine. Une telle orientation semble aller de soi. Il n’en est rien pour les femmes à qui, au nom de la féminité, on a toujours réservé dans le passé, et elles les premières, un destin spécifique. Celui-ci a ceci de proprement féminin qu’il appelle un accomplissement dans des activités au service d’autres personnes, à commencer par le mari, les enfants et tous les autres proches. Le sens de l’engagement féminin consiste pour les femmes à vivre pour autrui, autrement dit à vivre pour des êtres auxquels elles sont liées par des attirances érotiques, par voie de sang ou par sympathies personnelles. Vivre de la sorte revient en fait à se nourrir de la vitalité des proches auxquels on porte soin, à se comporter comme une plante parasite qui s’alimente à un corps étranger. Il n’en va plus de la sorte lorsque l’engagement revêt le statut d’un service social prodigué au sein de communautés qui débordent les frontières des connaissances personnelles. Ce type d’action n’a plus rien de spécifiquement féminin. Les femmes qui, à l’inverse, se dévouent exclusivement aux êtres qui leur sont chers en sont dépendantes, et ne savent pas donner de sens à leur vie. Il ne peut en être autrement. La seule possibilité de devenir autonome consiste à s’ancrer dans un monde empli de normes, de faits, d’idées et de valeurs objectives dont la portée dépasse chaque individu pris isolément, en produisant ce monde ou en y participant pleinement. Telle est la condition pour que la femme puisse espérer devenir autonome. La femme moderne espère certes pouvoir s’épanouir grâce à l’amour de l’homme avec lequel elle s’unit. Trouver ainsi le bonheur est une chose bien différente du fait de pouvoir s’accomplir personnellement hors de toute dépendance à l’endroit d’autrui. Quand une telle dépendance existe, on peut parler, d’un point de vue moral, d’une forme de parasitisme indigne de tout être humain accompli. La femme « nouvelle » fait de l’autonomie un destin et un devoir, un moyen d’accomplissement personnel dont l’idéal est qu’il puisse s’effectuer en compagnie d’êtres aimés. L’autonomie morale exige, autrement dit, que les femmes puissent bénéficier de la reconnaissance de compétences complémentaires de celles qui leur ont été attribuées jusqu’à présent. Ainsi se forge une autre conception de la féminité, nouvelle et moins étroite qu’auparavant.

8Les spéculations sur ce que doit être le destin de la femme en tant qu’être sexué n’ont jamais manqué jusqu’à présent, on le sait. Il a toujours semblé superflu dans le même temps de réfléchir aux normes constitutives du sexe masculin. C’est que l’on a toujours tenu pour identiques l’homme en tant qu’être sexué et l’homme en tant qu’être générique. Or la façon de penser le devenir des êtres humains n’est pas la même selon que l’on privilégie l’un ou l’autre registre. L’éthique tient pour un impératif moral le développement des capacités et des forces propres à chaque être humain. Pour le sexe masculin, un tel propos relève de l’évidence. Il en va tout autrement pour le sexe féminin. Le destin qu’on lui impute est toujours débiteur de qualités spécifiquement féminines. Les compétences qu’en tant qu’êtres humains les femmes partagent avec les hommes sont en revanche ignorées. Que ce schéma émane d’idées naturalistes, hygiénistes ou racistes, de points de vue du sens commun ou bien de profondes pensées métaphysiques, il a pour conséquence d’exiger des femmes de n’exister qu’en complément des hommes, de n’être qu’un contrepoint, une différence radicale. Une telle idée explique pourquoi l’homme se tourne vers la femme quand il éprouve un manque, un besoin, une rupture dans ce qui constitue son être spécifiquement masculin. Au trouble de l’homme, la femme doit répondre par le repos. De même, tandis que le masculin se spécialise, la personnalité féminine se doit d’être totale ; à l’attachement passionné aux choses objectives dont font preuve les hommes s’oppose, du côté des femmes, un attachement aux choses personnelles ; à l’accomplissement de soi masculin dans les valeurs fait écho un accomplissement féminin complémentaire dans l’être. Il ne fait aucun doute qu’une telle complétude constitue pour les femmes un merveilleux devoir. De vraies femmes y trouveront là le moyen d’exprimer les plus hautes potentialités de leur être. Mais ce ne peut être le seul destin de la femme. La complétude ne peut être la seule valeur dans laquelle elle se reconnaisse, pas plus qu’on ne peut attendre d’un homme qu’il prétende au statut d’« être humain complet » s’il ne vise pas, au-delà de l’accomplissement de son travail, l’accomplissement de son être.

9Pour l’homme, limiter ses aspirations à la réalisation de valeurs complémentaires à celles de son sexe signifie qu’il sait combien la vie personnelle, la bonté, l’amour et la beauté du quotidien profitent à ses réalisations objectives (ce que peu d’hommes font). Pour la femme, cela signifie qu’elle ne conçoit jamais les éléments objectifs allant bien au-delà de la sphère personnelle comme une force à même de donner vraiment forme à sa vie. Puisse le cosmos de la culture objective tolérer un partage du travail entre les sexes. S’agissant de la culture subjective, du développement des êtres humains, le partage du travail restera toujours partial et imparfait. Cette difficulté ne pourra être levée parce que chaque sexe cherche en l’autre le moyen de combler ses manques. Voilà la raison pour laquelle la femme moderne tient pour impératif catégorique de son sexe la maxime suivante : « Essaie d’unir ton destin particulier de femme à ta destinée d’être humain. » Lorsque, d’une manière ou d’une autre, cette synthèse sera réussie, alors un nouveau type de femme, d’un niveau supérieur, verra le jour. Cela ne signifie pas que chaque femme doive orienter ses activités au-delà de son cercle personnel. Chacun doit faire et réaliser ce pour quoi il se sent adapté, ce pour quoi il pense avoir une vocation. Aussi les femmes dotées de dons exclusivement profitables aux activités féminines doivent-elles inscrire leur action dans le champ des relations personnelles. Si, en agissant de la sorte, elles savent faire preuve de préoccupations qui ressortissent au monde de la culture objective, alors elles auront rendu effective toute leur part d’humanité. Les femmes qui ont la capacité de participer à la production de la culture objective – rassemblons-les sous le type de la femme duale – ne doivent pas rencontrer d’obstacle pour contribuer, dans la mesure de leurs capacités, à la fabrication de cette culture. Le but de la « nouvelle femme », du travail qu’elle accomplit dans la communauté féminine est de faire reconnaître toute la valeur de ce type de femme.

10Traduit de l’allemand par Michèle Dupré, Gwenaëlle Perrier, Michel Lallement et Isabelle Berrebi-Hoffmann.

11Ce texte, inédit en français, a paru initialement en 1914 dans le Centralblatt. Il a été de nouveau publié dans Marianne Weber, Frauenfrage und Frauengedanken. Gesammelte Aufsätze, Tübingen, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), 1919, p. 134-142.

Haut de page

Notes

1 Ici comme dans le reste du texte les guillemets sont de Marianne Weber. (Note des traducteurs.)

2 Bien que, de manière inattendue, nous ayons acquis le statut de citoyennes à part entière, cette époque n’est pas encore advenue aujourd’hui. Un objectif important du mouvement féministe reste en effet de former les femmes politiquement, de leur faire prendre conscience de l’existence d’intérêts culturels propres qui vont au-delà des clivages partisans et, enfin, de les rendre capables d’occuper des fonctions de représentation.

3 Marie Luise Enckendorff est le pseudonyme de Gertrud Kinel, peintre, écrivaine et philosophe, épouse du sociologue Georg Simmel. Le couple était proche des époux Weber. (N.D.T.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Weber, « La femme nouvelle », Socio, 7 | 2016, 131-139.

Référence électronique

Marianne Weber, « La femme nouvelle », Socio [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 14 décembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://socio.revues.org/2473 ; DOI : 10.4000/socio.2473

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org