Navigation – Plan du site
Dossier : Dynanimques de l'intime
Inédit de Marianne Weber

Marianne Weber et la femme nouvelle

Michèle Dupré, Gwenaëlle Perrier, Isabelle Berrebi-Hoffmann et Michel Lallement
p. 119-129

Texte intégral

  • 1 Entre 1920 et 1926, Marianne Weber se consacre principalement à faire connaître l’œuvre inédite la (...)

1L’œuvre de Marianne Weber, inédite en France, connaît une actualité nouvelle en Allemagne et dans les pays de langue anglaise. Une des premières femmes sociologues et féministes allemandes, Marianne Weber produit des analyses pionnières sur les femmes et le droit dans Ehefrau und Mutter in der Rechtsentwicklung (1907), ouvrage dont Émile Durkheim rend compte dans L’Année sociologique (1906-1909). Critique de l’œuvre de Georg Simmel, qu’elle fréquente, en discussion avec Max Weber, elle s’intéresse par ailleurs au travail des femmes, au travail domestique, à l’accès des femmes au monde académique… (Weber, 1919a). Marianne Weber entre d’abord dans les livres d’histoire de la sociologie à travers l’œuvre de son époux Max1. Mais plus récemment, des courants critiques d’une partie des sciences sociales, dont la sociologie féministe, revisitent son œuvre. Très tôt, cette dernière ouvre la voie à une théorie sociologique fondée sur le point de vue des exclu(e)s du droit, de la citoyenneté, ainsi que de la vie publique et politique. Des traductions, rééditions allemandes et biographies ainsi que quelques articles encyclopédiques paraissent au début des années 2000, qui proposent une redécouverte progressive de l’œuvre (Becker et Weber, 1951). La sociologue est alors présentée parfois comme une théoricienne du changement social, qui prend ses distances à la fois avec Karl Marx et avec Max Weber à partir d’une posture de sociologie critique féministe qui l’amène à rejeter la neutralité des valeurs, et à proposer un modèle du changement à trois facteurs dont celui des idées et préjugés en sus de la matérialité et de l’action individuelle (Lengermann, 2007).

La femme nouvelle et la question des femmes

2« La femme nouvelle » que nous présentons ici est un texte engagé à la tonalité plutôt positive. Il articule dialogue avec les concepts sociologiques de son époque – comme l’opposition entre les deux cultures objective et subjective chez Simmel – et démonstration intellectuelle destinée à lever les a priori et à dégager les contradictions entre l’universalisme des droits de la personne humaine et la condition faite aux femmes.

3Le tournant du xixe et du xxe siècle est une période troublée, où savants et politiques s’interrogent sur le nouveau type de société à construire. C’est le temps des controverses et des débats savants et politiques qui se déploient dans des arènes mondiales au gré des congrès, des intersyndicales et des expositions universelles. Ces discussions qui traversent les mondes occidentaux voient germer le terme de « question » pour désigner l’effort de réinvention collective à l’œuvre ; on pense d’emblée à la question sociale, mais l’on songe moins à celle des frontières entre espace privé et espace public qui joue pourtant alors un rôle déterminant dans la transformation des sociétés industrielles. En France, aux États-Unis ou encore en Allemagne, la « question des femmes » se pose avec acuité lorsque émergent, dans l’espace public, de nouvelles figures féminines (la travailleuse, la prostituée, la bourgeoise…), dont la présence et l’action menacent directement l’ordre dominant qui assigne les femmes à l’espace privé et réserve l’espace public, politique et professionnel aux hommes. À l’heure où les femmes revendiquent plus de droits à l’éducation, à l’autonomie et à la décision, les sciences, dans leur plus grande diversité, ne pouvaient manquer de s’interroger sur la légitimité de ces demandes d’accès aux institutions publiques, politiques et éducatives.

4Marianne Weber est engagée, en tant que sociologue et féministe, dans l’époque et ses questions. « La femme nouvelle » paraît pour la première fois en 1914 dans le Centralblatt. Le texte prend à bras-le-corps la « question des femmes » qui fait rage en Europe et outre-Atlantique depuis le milieu des années 1890. La sociologue y déploie des arguments qui n’ont pas vieilli. Elle critique et dénoue les raisonnements binaires qui peuplent les débats savants et politiques en arguant à la fois de l’universel et du particularisme des femmes. Ce faisant, Marianne Weber ouvre la voie à un dépassement de l’opposition entre égalité et différence, qui est au cœur des débats européens de l’époque. Ses raisonnements font écho aux préoccupations de l’Europe d’aujourd’hui. Les questions relatives aux discriminations et à l’accès aux droits de nouvelles populations y sont toujours d’actualité.

  • 2 Voir par exemple Sen (1985), Nussbaum et Sen (1993), Nussbaum (2000).

5Le texte est exemplaire dans sa forme argumentative. Il déplace notamment les enjeux et les termes du débat de l’égalité des droits vers une revendication d’égalité d’accès, qui n’est pas sans rappeler la notion contemporaine de « capacités2 » :

Le but vers lequel convergent toutes les aspirations féminines sera atteint dès lors que les femmes ne bénéficieront plus, au sein de la société, de droits inférieurs à ceux des hommes, mais aussi dès lors que le genre féminin aura les mêmes chances de développement et la même autonomie que le genre masculin (Weber, infra).

6Au-delà de sa qualité sociologique, « La femme nouvelle » peut aussi être lu comme une proposition de « mode d’emploi » pour sortir des impasses intellectuelles qui opposent égalité et différence, universel et particularisme, sphère privée et espace public, identité et communautarisme, et ce, jusqu’aujourd’hui.

Entre communauté et droits universels : les idées féministes en Allemagne au début du xxe siècle

7L’article contient de nombreuses références à la « communauté de femmes », dont l’existence et les caractéristiques sont présentées comme essentielles pour comprendre celles de « la femme nouvelle ». Il a été écrit quasiment à l’apogée de la première vague du mouvement féministe allemand, qui correspond aussi à l’acmé des mouvements européens et états-uniens. Isolées, les premières féministes ont commencé à se faire entendre dans le sillon de la révolution de 1848 en Allemagne, et plus généralement des révolutions démocratiques et nationales en Europe (Riot-Sarcey, 2002). Vient ensuite le temps des premiers mouvements féministes organisés. Ceux-ci se battent en faveur du « genre féminin dans son entier », pour reprendre une expression de Marianne Weber, et ce sur une multiplicité de scènes, à la fois intellectuelles, journalistiques, religieuses, socio-économiques et culturelles (Käppeli, 1991).

  • 3 On notera que, au tout début du xxe siècle, l’accès des femmes aux universités est plus tardif en (...)

8Le développement du féminisme intervient dans un contexte caractérisé par une forte empreinte de la philosophie des Lumières (dont s’inspirent les théoriciennes et militantes féministes) et par un processus de scolarisation et d’éducation des filles et des jeunes femmes3 qui bouleverse l’Europe tout au long du xixe siècle. À la ville comme dans les campagnes, en Allemagne comme ailleurs (Hoock-Demarle, 1991), cette grande transformation permet notamment aux femmes d’accéder à la lecture, première des conditions pour pénétrer le monde de la culture. Ce surplus d’éducation est également favorable à la croissance du nombre des institutrices ainsi qu’à l’apparition des premières femmes médecins, deux populations parmi lesquelles on comptera nombre de militantes féministes.

9Pluriel, le mouvement féministe allemand se structure autour d’associations regroupées pour certaines d’entre elles au sein du Bund Deutscher Frauenvereine (créé en 1894), mais aussi autour d’intellectuelles qui publient des journaux afin de diffuser leurs idées nouvelles (Briatte-Peters, 2013). Les revendications percent également par l’entremise des mouvements professionnels ainsi que par la voix de femmes présentes dans les syndicats et les partis politiques (Lallement, 2013). Autre indice qui atteste que les militantes féministes agissent collectivement : la dynamique s’inscrit rapidement dans une perspective mondiale. Le premier Congrès international du droit des femmes se tient à Paris en 1878 (Keilhauer, 2013) et le Conseil international des femmes, visant à réunir au sein d’un « parlement international des femmes » les différents groupes féministes des pays occidentaux, est fondé en 1888 (Jacques, 2004). L’activité de ces instances ne faiblit pas. Entre 1878 et 1914, on ne décompte pas moins de trente-quatre congrès internationaux (ibid.).

10Dans un contexte caractérisé, selon Marianne Weber, par le maintien pour les femmes de « droits inférieurs à ceux du sexe masculin », les militantes se battent en premier lieu sur le terrain juridique. La modification du Code civil pour la partie concernant la situation des femmes mariées, le droit de vote, des droits liés à la maternité et la professionnalisation du travail social comptent parmi les principales revendications égalitaires du Bund Deutscher Frauenvereine (Offen, 2004). Auparavant, l’éducation avait servi de terrain privilégié pour l’expression des premières revendications féministes (Käppeli, 1991).

11Par son existence, ses revendications et ses modes d’action, le mouvement des femmes permet de rompre avec leur assignation à la seule sphère privée. Il concourt à l’émergence d’un « espace public au féminin » (Briatte-Peters, 2013), condition indispensable pour que les femmes puissent viser des objectifs de vie qui « dépassent les frontières du personnel et du domestique » (infra).

  • 4 Comme l’indique Offen (2004), le SPD marxiste ne croit pas au réformisme par le biais de lois rela (...)

12Dans « La femme nouvelle », Marianne Weber ne fait pas mention de clivages au sein du mouvement des femmes. Il en existe pourtant. L’un oppose les « factions bourgeoise et prolétarienne » (Offen, 2004 : 73)4 ; un autre, les tenantes de l’égalitarisme à celles du dualisme (Käppeli, 1991). Cette seconde partition met en jeu la croyance, partagée ou non, en l’existence d’une différence ontologique entre le féminin et le masculin. Au désaccord sur cet axiome majeur se greffent aussi des controverses sur la valorisation à accorder à la maternité. Marianne Weber est, pour sa part, clairement dualiste. Selon elle, en effet, le destin des femmes ne saurait se confondre avec celui des hommes en particulier, et avec celui de tout être humain en général. Les femmes, affirme-t-elle encore, seraient « par nature prédestinée[s] à la maternité » (infra). « La femme nouvelle », on le voit, n’est pas un texte à portée consensuelle, y compris au sein de la communauté que forment les paires de son auteure. Il s’inscrit précisément dans un sous-ensemble du mouvement féministe, mouvement qui, au seuil de la Première Guerre mondiale, s’apprête à perdre un peu de son allant au profit d’une autre cause, celle de la patrie.

Marianne Weber, Georg Simmel et l’espace semi-privé comme lieu de critique sociale pour les « déracinés »

13Il faut, pour comprendre la portée sociologique de « La femme nouvelle », aller au-delà de la contextualisation historique et politique. Il se trouve en effet que ce texte constitue aussi l’une des pièces d’un imposant dossier alimenté, sur le mode de la controverse, par Georg Simmel et Marianne Weber (Wobbe, 2004). Dans ses travaux sur la « question de la femme », Simmel (1902 ; 1911) présente l’homme et la femme comme deux pôles complémentaires. Tout en reconnaissant que certains métiers doivent beaucoup au travail des femmes, Simmel considère que la culture objective – celle qui caractérise l’art, l’industrie, la science de l’État, les professions… – est principalement le fait des hommes. Le travail domestique, qui contribue par excellence à la culture subjective (celle de l’affect, du proche, du soin...), est tenu à l’inverse comme la « grande réalisation culturelle de la femme » (Simmel, 1902 : 77). En réaction, Marianne Weber (1904 ; 1913) rétorque notamment que les femmes comme les hommes sont à la fois des êtres génériques et des personnes sexuées.

14« La femme nouvelle » revient sur ce sujet à de nombreuses reprises : les femmes portent en elles une part de féminité qui leur est propre, mais, en tant qu’êtres humains, rien ne leur interdit d’accéder et de participer à la culture objective. Féministe modérée, Marianne Weber s’accorde néanmoins avec son ami sociologue pour imputer aux deux sexes des singularités irréductibles, postulat qui a pour conséquence de reconnaître qu’au foyer comme dans la société, une place particulière doit être réservée aux femmes.

  • 5 Simmel doit attendre 1914 pour être nommé, à l’âge de 56 ans, professeur à Strasbourg, ville où il (...)

15Bien que campant sur des positions différentes, Georg Simmel et Marianne Weber n’altèrent pas leurs relations personnelles avec leurs discussions. « Je ne crois pas, écrit ainsi le premier, que vos critiques puissent laisser s’installer une grande inimitié entre nous. Nos points de vue sont très différents parce que notre distance par rapport aux phénomènes observés est inégale » (Weber et Bigot, 1989 : 36). Il est intéressant, plus fondamentalement, de noter que ce débat sur la place et le statut des femmes est d’abord et avant tout le produit d’une controverse qui a vu le jour, non pas grâce à la plume d’universitaires patentés de longue date, mais grâce à celle de deux marginaux qui ont alors à cœur de prendre sociologiquement à bras-le-corps une question vive socialement5. Pour parler comme Simmel lui-même, les deux protagonistes appartiennent à cette frange de la « grande sociologie » qui, au début du xxe siècle, rassemble des apatrides et des déracinés : « En plus des Juifs, des Russes et des Américains, à cette catégorie appartenaient des femmes avides de savoirs » (Wobbe, 1995 : 11).

  • 6 Marianne Weber ne met pas un terme à cette activité durant la période nazie. Les invités ne s’inte (...)

16Simmel et Marianne Weber sont, plus encore, deux intellectuels de salon, au sens le plus noble du terme. De longues années durant, y compris après la mort de Max, Marianne ne cessera de participer et d’animer des échanges intellectuels dans les plis feutrés de son appartement6. Simmel et son épouse comptent parmi les visiteurs réguliers des premiers salons de discussion ouverts par le couple Weber. Marianne et Max ne sont pas en reste, qui fréquentent le salon des Simmel à Berlin. En tant que dispositif social facilitant les interactions entre des intellectuel-le-s bourgeois, le salon présente cet intérêt de favoriser le mélange des statuts et le croisement des disciplines. La réflexion sociologique naissante y avait ainsi toute sa place aux côtés et en complément des disciplines instituées (comme la philosophie ou l’histoire) mais aussi de la littérature et de la poésie. En raison de l’importance de ces espaces pour la mise en discussion de thèmes aussi massifs que la question de la femme, il faut insister sur le rôle de Marianne Weber non seulement comme animatrice, comme passeuse entre les disciplines, comme défricheuse de thématiques, mais aussi comme praticienne de ses propres préconisations. À Heidelberg, en une période où les femmes commencaient enfin à gagner les bancs de l’université, Marianne Weber eut à cœur de leur ouvrir son salon. Environ 30 à 40 % de ses invité-e-s étaient alors de sexe féminin.

Marianne Weber (1870-1954)

Marianne Schnitger voit le jour à Oerlinghausen dans l’année qui suit le mariage de ses parents : Anna, qui disparaît deux ans plus tard après avoir donné vie à un second enfant ; Eduard, médecin de campagne et père absent qui s’enfonce progressivement dans la démence. Élevée principalement par sa tante, Marianne Schnitger vit une enfance rude et austère. En 1886, grâce au soutien de son grand-père maternel Karl Weber, elle intègre une école où, trois ans durant, elle bénéficie d’une éducation artistique, et où elle apprend également l’anglais et le français. En 1891, elle effectue un séjour berlinois dans la famille de son cousin Max, futur sociologue également. Un an plus tard, elle s’installe définitivement chez ces proches parents. Elle se marie avec Max Weber en 1893 (Meurel, 2010).

Au rythme des déménagements qu’impose la carrière débutante de Max, le couple Weber s’engage à l’unisson dans des activités mêlant enjeux intellectuels, académiques et politiques. Marianne Weber se forge rapidement une solide culture philosophique. Elle travaille notamment sous la houlette du néokantien Heinrich Rickert. Sensibilisée à la cause féministe, elle fonde en 1897, à Heidelberg, la section de l’association « Formation des femmes-études des femmes ». En 1901, elle devient membre du directoire du Bund Deutscher Frauenvereine (Fédération des associations féminines allemandes), puis, à partir de 1919, en assume la présidence pendant quatre ans. En 1919 également, elle est élue au parlement de Bade sous les couleurs du Deutsche Demokratische Partei (Weber, 1919b). Fortement impliquée dans la vie publique, elle n’en soutient pas moins activement son mari, surtout quand, à partir de 1897, celui-ci doit affronter la dépression. En 1904, le couple Weber séjourne plusieurs semaines aux États-Unis. À cette occasion, Marianne rencontre de grandes figures du féminisme américain (Jane Adams, Florence Kelley) et se familiarise avec la condition des femmes outre-Atlantique.

Témoin des nombreux événements qui chahutent l’histoire de l’Allemagne et du monde jusqu’au début des années 1950, Marianne Weber fait œuvre de sociologue sa vie durant. Après un premier travail sur le socialisme de Johann Gottlieb Fichte, qu’elle publie en 1900, elle rédige de nombreux articles sur la question des femmes. De facture sociologique, juridique et historique, son œuvre principale, Ehefrau und Mutter in der Rechtsentwicklung, paraît en 1907. Auteure d’autres livres, dont une biographie hagiographique de son époux disparu en 1920, ses articles sociologiques les plus significatifs ont été rassemblés dans Frauenfragen und Frauengedanken (Weber, 1919a). Dans cet ouvrage de référence, réédité en 1935 puis en 2014 en Allemagne, elle aborde pêle-mêle le rôle des femmes dans la production des connaissances, l’évolution du droit du mariage, la place des femmes dans le couple, la valeur du travail domestique, les différences de sexe en lien avec les cultures objectives et subjectives, les formes du travail parlementaire ou encore la femme nouvelle.

Haut de page

Bibliographie

Becker, Howard, 1951, « Max Weber, Assassination and German guilt: An interview with Marianne Weber », American Journal of Economics and Sociology, vol. 10, no 4, p. 401-405.

Briatte-Peters, Anne-Laure, 2013, « La fabrique des intellectuelles. Minna Cauer, Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann », dans Patrick Farges et Anne-Marie Saint-Gille (dir.), Le premier féminisme allemand 1848-1933. Un mouvement social de dimension internationale, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 33-49.

Farges, Patrick et Saint-Gille, Anne-Marie (dir.), Le premier féminisme allemand 1848-1933. Un mouvement social de dimension internationale, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Hoock-Demarle, Marie-Claire, 1991, « Lire et écrire en Allemagne », dans Georges Duby, Geneviève Fraisse et Michèle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 4 : Le xixe siècle, Paris, Plon, p. 147-167.

Jacques, Catherine, 2004, « Construire un réseau international : l’exemple du Conseil international des femmes (CIF) », dans Éliane Gubin et al. (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, p. 127-141.

Käppeli, Anne-Marie, 1991, « Scènes féministes », dans Georges Duby, Geneviève Fraisse et Michèle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 4 : Le xixe siècle, Paris, Plon, p. 495-525.

Keilhauer, Annette, « Internationalisation ou dialogue de sourds ? Négociations transnationales autour du premier Congrès international du droit des femmes de 1878 », dans Patrick Farges et Anne-Marie Saint-Gille (dir.), Le premier féminisme allemand 1848-1933. Un mouvement social de dimension internationale, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 131-146.

Lallement, Michel, 2013, Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard.

Lengermann, Patricia, 2007, « Marianne Weber and Social Change », dans George Ritzer (éd.), The Blackwell Encyclopedia of Sociology, Blackwell Publishing, p. 2766-2770.

Nussbaum, Martha, 2000, Women and Human Development: The Capabilities Approach, Cambridge, Cambridge University Press.

Nussbaum, Martha et Sen, Amartya, 1993, The Quality of LifeOxford, Oxford University Press.

Meurel, Bärbel, 2010, Marianne Weber. Leben und Werk, Tübingen, Mohr Siebeck.

Offen, Karine (2004), « Des modèles nationaux (1940-1945) ? », dans Éliane Gubin et al. (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, p. 65-79.

Riot-Sarcey, Michèle, 2002, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte.

Simmel, Georg, 1902, « Weibliche Kultur », Neue Deutsche Rundschau, vol. 13, p. 504-551.

Simmel, Georg, 1911a, « Das Relative und das Absolute im Geschlechterprobleme », Frauen Zukunft, vol. 1, n3, juin, p. 157-172.

Simmel, Georg, 1911b, « Das Relative und das Absolute im Geschlechterprobleme », Frauen Zukunft, vol. 1, no 4, juillet, p. 253-265.

Weber, Marianne, 1904, « Die Beteiligung der Frau an der Wissenschaft », repris dans Marianne Weber, Frauenfragen und Frauengedanken, Tübingen, Mohr, 1919, p. 1-9.

Weber, Marianne, 1913, « Die Frau und die objektive Kultur », Logos. Internationale Zeitschrift für Philosophie der Kultur, vol. 4, no 3, p. 328-363.

Weber, Marianne, 1919a, Frauenfragen und Frauengedanken, Tübingen, Mohr.

Weber, Marianne, 1919b, « Les formes de travail parlementaire. Une causerie », Revue française de science politique, vol. 64, no 3, 2014, p. 468-478.

Weber, Marianne, 1926, Max Weber: ein Lebensbild, Tübingen, Mohr.

Weber, Marianne et Bigot, Martine, 1989, « Souvenirs », Les Cahiers du GRIF, no 40, p. 35-39.

Wobbe, Theresa, 1995, Wahlverwandtschaften: die Soziologie und die Frauen auf dem Weg zur Wissenschaft, Munich, Campus.

Wobbe, Theresa, 1998, Marianne Weber (1870-1954). Ein anderes Labor der Moderne, dans Claudia Honegger et Theresa Wobbe (dir.), Frauen en der Soziologie. Neun Portraits, Munich, Beck, p. 153-177.

Wobbe, Theresa, 2004, « Elective affinities: Georg Simmel and Marianne Weber on gender and modernity », dans Barbara L. Marshall et Anne Witz (dir.), Engendering the Social: Feminist Encounters with Sociological Theory, Maidenhead, Open University Press, p. 54–68.

Haut de page

Notes

1 Entre 1920 et 1926, Marianne Weber se consacre principalement à faire connaître l’œuvre inédite laissée par Max, à sa mort en 1920. Elle réunit et publie 20 volumes d’écrits, les préface et rédige en 1926 la première biographie de Max Weber qui constitue encore jusqu’aujourd’hui une introduction utile à la vie et à l’œuvre du sociologue (Weber, 1926).

2 Voir par exemple Sen (1985), Nussbaum et Sen (1993), Nussbaum (2000).

3 On notera que, au tout début du xxe siècle, l’accès des femmes aux universités est plus tardif en Allemagne que dans d’autres pays d’Europe, à commencer par le Royaume-Uni et la France (Lallement, 2013).

4 Comme l’indique Offen (2004), le SPD marxiste ne croit pas au réformisme par le biais de lois relatives à la propriété ou à d’autres sujets encore. Seule, selon le SPD, l’intégration des femmes au monde du travail peut s’avérer émancipatrice. Käppeli (1991) note pour sa part qu’en Allemagne les antagonismes de classe sont bien plus marqués qu’ailleurs.

5 Simmel doit attendre 1914 pour être nommé, à l’âge de 56 ans, professeur à Strasbourg, ville où il s’éteint quatre ans plus tard. Marianne Weber reçoit en 1922 le titre de docteur honoris causa de l’université d’Heidelberg pour ses écrits sur l’œuvre de Max Weber et pour son travail sur les femmes (notamment sa thèse sur l’évolution du droit matrimonial).

6 Marianne Weber ne met pas un terme à cette activité durant la période nazie. Les invités ne s’interdisaient alors pas les discussions politiques, mais ils le faisaient toujours à mots couverts (Becker et Weber, 1951).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Dupré, Gwenaëlle Perrier, Isabelle Berrebi-Hoffmann et Michel Lallement, « Marianne Weber et la femme nouvelle », Socio, 7 | 2016, 119-129.

Référence électronique

Michèle Dupré, Gwenaëlle Perrier, Isabelle Berrebi-Hoffmann et Michel Lallement, « Marianne Weber et la femme nouvelle », Socio [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 14 décembre 2016, consulté le 19 février 2017. URL : http://socio.revues.org/2450 ; DOI : 10.4000/socio.2450

Haut de page

Auteurs

Michèle Dupré

Michèle Dupré est chercheure au Centre Max-Weber à Lyon, co-responsable de l’équipe TIPO (travail, institutions, professions, organisations). Sociologue du travail, ses travaux portent sur les mutations du travail et des entreprises face aux grands enjeux qui se font jour dans la société : changement de système économique, transformation des relations de travail, internationalisation, et depuis 2004, risques industriels….Germaniste, elle privilégie dans les approches internationales des terrains permettant des comparaisons avec l’Allemagne.

Gwenaëlle Perrier

Gwenaëlle Perrier est maîtresse de conférences en science politique à l’université de Paris 13, membre du Centre de recherche sur l’action locale (CERAL) et chercheuse associée au LISE (CNAM). Elle est spécialisée en études de genre et en analyse de l’action publique. Elle s’intéresse particulièrement aux liens entre genre et politiques publiques. Ses travaux portent principalement sur la France et l’Allemagne.

Isabelle Berrebi-Hoffmann

Isabelle Berrebi-Hoffmann est sociologue et chargée de recherche au CNRS. Elle a été auparavant professeure au sein du groupe HEC et a dirigé le laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise) du CNRS-Cnam. Elle est actuellement chercheure invitée à l’université Harvard, Cambridge, États-Unis.Ses travaux portent principalement sur les transformations culturelles du capitalisme, abordées à travers l’émergence des discours et des acteurs de l’expertise (consultants, élites, professionnels de l’évaluation), la circulation transnationale des idées réformatrices, les transformations des mondes du travail et les utopies productives (capitalisme de plateforme, culture collaborative, et culture « maker »), et l’évolution des frontières entre vie privée et vie publique. Elle poursuit également des recherches de sociohistoire sur le genre et l’égalité et la sociologie nord-américaine. Parmi ses publications : l’ouvrage collectif Politiques de l’intime. Des utopies sociales d’hier aux mondes du travail d’aujourd’hui, Paris, La Découverte, 2009.

iberrebihoffmann@fas.harvard.edu

Articles du même auteur

Michel Lallement

Michel Lallement est professeur de sociologie au CNAM (chaire d’analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations). Ses travaux portent principalement sur les questions de travail et de relations de travail, avec une attention particulière accordée aux comparaisons internationales. Il s’intéresse également à l’histoire de la sociologie. Parmi ses dernières publications sur ce thème : Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme (Gallimard, 2013) ; Logique de classe. E. Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale (Les Belles Lettres, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org