Skip to navigation – Site map
Dossier : Dynanimques de l'intime

Le travail diplomatique et l’intime

The Professional and the Personal in the Life of the Diplomat
Marc Loriol
p. 45-64

Abstracts

If economical and social modernity aims towards an increasing separation of the public and the private, the professional and the intimacy, exceptions continue. It is the case of diplomats’ work that, to bring to a successful conclusion, their activities of representation, information and negotiation, have to mix professional and friendly relations, public life and family life, workplace and place of residence. Distant heirs of aristocratic traditions from royal courts’ life, the diplomats have to invent, with their spouses, new forms of interweaving of the private and the public. The diplomatic work implies a professional practice of the management of its personal image, its personal relations, the use of conviviality and hospitality. To invite, to be invited, including at private places of residence, is a way among others to establish an essential network as long to maintain the image of the political relation that to build the trust which allows the information exchange and the negotiation. The spouse, who is most of the time a woman, participle in the representation’s work, the construction of the image and the status of the couple although she/he is not salaried of the foreign office. From observations (embassies, consulates, Ministry), of interviews and reports or narratives published by diplomats or their wives, this article describes how the intimacy and the private stay vivacious in a professional activity which personalizes international relations.

Top of page

Full text

1Sociologues et penseurs sociaux tels Talcott Parsons ou Hannah Arendt ont caractérisé le monde moderne par la différenciation croissante des sphères sociales (familiale, professionnelle, religieuse, politique, etc.) et la séparation de plus en plus affirmée entre la vie publique d’une part et la vie privée et intime d’autre part. Plusieurs études de cas montrent toutefois que les relations entre les différentes sphères sont plus complexes et le processus historique moins linéaire (Berrebi-Hoffmann, 2010). Si l’on définit l’intime, avec Isabelle Berrebi-Hoffmann (2010 : 4), comme ce « qui est uniquement privé, personnel », force est de constater que certaines activités professionnelles supposent ou impliquent des jeux avec les frontières du « privé » et du « personnel ». L’exemple du travail diplomatique est particulièrement intéressant à cet égard dans la mesure où les logiques multiples qui poussent à l’imbrication du public (y compris au sens le plus pur du politique) et du privé relèvent à la fois de la survivance de pratiques héritées des sociétés de cour et préservées par le poids du protocole, et de la logique du travail relationnel qui occupe une place croissante dans l’économie avec la montée des services ; alors que l’exigence d’égalité et de respect de la vie personnelle (dans la vie publique comme privée) s’accroît (ce qui implique une gestion plus complexe des relations, de nouvelles exigences de reconnaissance, de management de l’intime).

  • 1 Ainsi, en 2015, le Vatican a bloqué la candidature du nouvel ambassadeur de France (nommé le 5 jan (...)

2En France, à la cour de Versailles, de Louis XIV à Louis XVI, le protocole distinguait le « petit lever » auquel pouvaient assister une vingtaine de proches de confiance, et le « grand lever » qui lui succédait avec au moins cinquante personnes dans la pièce. Les accouchements royaux étaient publics pour attester de la légitimité de l’héritier (Levron, 1965). Cette exposition publique de l’intime représentait à la fois un moyen de manifester l’exceptionnalité de la fonction (le moindre des actes royaux a une valeur) et, pour les courtisans, l’occasion de faire une requête, de montrer sa loyauté et son niveau d’intimité avec le monarque (donc son pouvoir). Aujourd’hui, si ces pratiques nous semblent extravagantes, les impératifs d’un travail de représentation (qui suppose une mise en scène de soi et l’adéquation du représentant au représenté) font que les enjeux politiques et les questions de vie privée et d’intimité demeurent imbriqués. Ce qui se passe dans la chambre à coucher reste un sujet de préoccupation pour les chancelleries1.

3Le travail diplomatique suppose une pratique professionnelle de la gestion de son image personnelle, de ses relations personnelles, de la convivialité et de l’hospitalité. Inviter, être invité, y compris dans des domiciles privés, est un moyen parmi d’autres de constituer un réseau indispensable tant pour entretenir l’image de la relation politique que pour bâtir la confiance qui permet l’échange d’informations et la négociation.

4Ce travail est pour une large part un travail de couple qui implique le conjoint (« Quand on fait des dîners et qu’on invite monsieur et madame en face, ce n’est pas forcément évident de le faire quand on est seul, c’est aussi bête que ça », explique ainsi le numéro deux d’une ambassade en Afrique). La conjointe (il s’agit en effet le plus souvent de la femme) participe du travail de représentation, de la construction de l’image et du standing du couple, bien qu’elle ne soit pas salariée du ministère. Sa vie privée est scrutée, évaluée et peut venir entraver la carrière de son époux si elle est jugée « non conforme ».

5Les chefs de poste (ambassadeurs et consuls généraux) qui disposent d’une résidence officielle ont l’obligation de loger les hôtes de marque de passage, ce qui estompe les barrières entre vie privée et vie publique (« Quand vous vous levez la nuit en robe de chambre et que vous savez que vous pouvez croiser un ministre en pyjama dans le couloir, ça fait tout drôle », explique cette épouse d’ambassadeur). La pratique de l’hébergement des hôtes n’est pas seulement une contrainte, mais également une ressource dans l’établissement de relations plus intimes, au sens d’amitié privilégiée. De façon plus générale, les relations privées et les relations personnelles sont difficiles à distinguer et peuvent se renforcer mutuellement.

6Si les diplomates ne sont pas les seuls à connaître ce type de contraintes (on les retrouve par exemple pour les préfets, les hommes politiques et d’une autre manière pour les artistes et dans tous les emplois où la carrière suppose de se forger une réputation), la longue durée dans laquelle s’inscrit le travail diplomatique, marqué par des traditions en partie issues de la vie dans les cours royales, permet de mieux mettre en perspective les tensions actuelles entre le public et l’intime, comme le refus croissant des conjoints de sacrifier leur propre carrière et leur vie privée aux impératifs du jeu diplomatique ; la revendication de styles moins formels et guindés de représentation ; le rôle des nouvelles technologies (comptes Twitter, Facebook, blogs…) qui conduisent à de nouvelles occasions pour les diplomates de mettre en scène leur vie, y compris dans ses aspects privés ou intimes : on se souvient par exemple comment Boris Boillon, l’ancien ambassadeur de France en Tunisie, s’était vu reprocher ses photos embarrassantes le montrant en maillot de bain sur le site « Copains d’avant », mais d’autres ont été plus habiles en présentant une image décontractée et moderne d’eux-mêmes sans prêter le flanc à la raillerie.

  • 2 Les ambassades bilatérales représentent la France dans la plupart des pays du monde, les postes mu (...)
  • 3 Un consulat a pour mission principale l’administration des Français à l’étranger et la délivrance (...)
  • 4 Recherche collective menée entre 2006 et 2009 par Marc Loriol, Françoise Piotet, Valérie Boussard, (...)

7À partir d’observations dans différentes ambassades2, des consulats3, ou au Quai d’Orsay, d’entretiens et de mémoires ou récits publiés par des diplomates ou leurs épouses4, cet article décrit comment l’intime et le privé restent prégnants dans le travail, et font l’objet de nombreuses manipulations et négociations au cours d’une activité professionnelle qui personnalise les fonctions officielles et les relations internationales : définir les différents cercles d’amis, de proches et de relations professionnelles plus ou moins admis dans l’intimité du diplomate, inviter à son domicile, à la résidence de France ou au restaurant, façonner une « équipe conjugale » (Singly et Chaland, 2002) adaptée aux besoins variables du métier sont autant de façons de jouer avec les frontières du public et du privé dans un métier de représentation.

Être l’ami de, être intime avec, une condition du travail diplomatique ?

Un usage politique de l’intimité : l’exemple aristocratique

  • 5 Par exemple, le « sommelier de corps » était le seul à pouvoir assister au lever et au coucher du (...)

8Le travail diplomatique est, historiquement, l’héritier d’une longue tradition aristocratique et des sociétés de cour (Dasque, 2007). Dans sa recherche sur les fondements de la privanza dans l’Espagne du xviie siècle, l’historienne Paloma Bravo (2012) rappelle la philosophie qui a présidé au développement de cette institution particulière, celle du « ministre privé » dont le pouvoir découle principalement de sa relation d’intimité avec le prince, le monarque5. Le roi qui gouverne avec un favori ne perd pas le contrôle symbolique du pouvoir au profit de celui à qui il délègue, ni ne voit son prestige réduit par un contact soutenu avec un inférieur, car ce dernier est à la fois un familier et un autre lui-même : le favori fait corps avec le monarque dont il est une sorte d’émanation corporelle, il est la voix et les bras de son maître. Comme le résume un sonnet de l’époque, « en nous donnant un autre vous-même, vous montrez au monde / qu’il n’y a que vous qui soyez capable d’être votre égal ».

  • 6 Les noms à particule restent d’ailleurs légèrement surreprésentés parmi les agents les plus presti (...)

9D’une certaine façon, il en va de même pour les ambassadeurs d’aujourd’hui6, qui symboliquement personnifient – entre deux pays – la relation directe de chef d’État à chef d’État : ce n’est que lorsque l’ambassadeur remet officiellement au chef d’État du pays où il est en poste la lettre de créance signée de la main de son propre chef d’État qu’est officialisée sa nomination et son accréditation. De plus, être admis dans l’intimité d’un puissant, d’un supérieur, d’un homologue étranger est une des bases importantes du travail diplomatique, un vecteur de l’influence et de l’accès à l’information. L’ouverture ou non de son intimité, de son espace privé, à tel ou tel partenaire diplomatique est le jeu qui définit la place, les réseaux et les moyens d’action de chacun. Ce sont ces différentes facettes que nous allons étudier, notamment à travers les pratiques amicales et d’invitation (à son domicile, au restaurant).

Amitiés et relations professionnelles

10Dans ses mémoires, l’ancien ambassadeur Claude de Kémoularia (2007 : 257) écrit :

J’ai fait de la création de rapports personnels et amicaux avec mes collègues la condition sine qua non du succès de la mission.

11Une relation personnelle permet de connaître les marges de manœuvre de l’interlocuteur et ainsi de négocier les meilleurs arrangements possibles. Comme l’explique une conseillère politique dans une représentation permanente (RP) :

Il faut essayer d’avoir de très bonnes relations et notamment avec ceux qui ont l’habitude d’avoir des positions très opposées, comme ça vous arrivez quand même à lui dire : « Je comprends ta position, mais ma capitale me demande de faire ça, ils vont m’engueuler. » Et s’ils vous aiment bien, en général ils essaient de trouver une solution.

12Se faire un réseau d’amis est une condition de la réussite future dans le métier, les amitiés personnelles et les amitiés entre pays peuvent alors se confondre :

  • 7 Le service de Coopération et d’Action culturelle, dans un pays d’Afrique francophone, comme c’est (...)

Ils m’ont envoyé au bout de trois ans comme jeune deuxième secrétaire à Moscou, je suis resté trois ans. Je me suis occupé du portefeuille « politique intérieure » qui consiste à observer la vie politique intérieure, se faire le maximum d’amis, anticiper les changements, faire en sorte qu’au moment où il y a une alternance ou un renouvellement politique, on soit les mieux placés pour nouer des relations d’amitié avec le pays (chef de SCAC7).

13Mais quelle est la limite entre véritable amitié et relations instrumentalisées pour le travail ? Créer la confiance (Weber et Carter, 2003) nécessite une certaine sincérité, un certain engagement de soi sans lesquels la relation risque de « sonner faux », de paraître artificielle et finalement d’être peu productive. Arlie Hochschild (1983), dans son étude sur le travail émotionnel, souligne ainsi l’importance du « jeu en profondeur » visant, pour plus d’efficacité, à vivre plutôt qu’à feindre l’état affectif que l’on veut produire dans la relation. La confiance est un réducteur d’incertitude et de complexité (Luhmann, 2006). Les travaux sur l’évaluation de la « qualité » des personnes dans le cas de tâches complexes (par exemple, Lucien Karpic, 2007, sur les avocats ou Christine Musselin, 2008, sur les universitaires) ont montré comment l’incertitude, en l’absence d’évaluation simple sur des critères univoques et objectivables, pouvait être réduite par le recours aux réseaux d’interconnaissance, à des personnes de confiance, parce que, d’une certaine façon, semblables à soi.

14Dans les ambassades bilatérales, la capacité à obtenir des informations pertinentes et utiles pour les négociations en cours dépend du réseau de relations personnelles nouées au cours de la carrière, comme l’explique ce conseiller politique à propos d’un déjeuner de travail :

  • 8 Le premier conseiller est le numéro deux de l’ambassade.

On noue des liens pour le travail qui sont aussi parfois des liens d’amitié. En parlant avec lui, je voulais en savoir un peu plus sur la position de son Premier ministre qui n’est pas toujours facile à saisir […]. Bon, il ne m’a pas dit des nouvelles extraordinaires, mais j’ai le sentiment que ça a été une heure trente utile, le contact est plus proche, maintenant ! Il faut développer des relations de confiance, amicales… c’est un équilibre à trouver. Il faut que je puisse l’appeler un soir à 20 h 30 sur son portable (premier conseiller8 de l’ambassade) [c’est-à-dire empiéter un peu sur son intimité dans un pays où celle-ci est jalousement préservée].

15Comment se forge cet « équilibre » entre travail (de l’ordre du public, de l’efficacité instrumentale) et amitié (de l’ordre de l’intime, du désintéressement, du plaisir) ? Dans son étude sociologique sur l’amitié, Claire Bidart (1997) tente de dépeindre la façon dont ce type particulier de relation sociale est généralement décrit. Les critères le plus souvent avancés pour définir ce qu’est un « ami » sont la confiance, l’aide en cas de coup dur, la sincérité, le désintéressement, le partage de confidences, la disponibilité, le plaisir d’être ensemble, la possibilité de passer les uns chez les autres à l’improviste, etc. Bien évidemment, ces critères sont hétérogènes et leur importance respective peut varier selon la catégorie sociale ou le genre (par exemple, les ouvriers, les hommes insistent un peu plus sur l’aide ; les femmes, les employées plus sur les confidences ; les classes moyennes et supérieures insistent davantage sur la proximité sociale et la tonalité affective, etc.), mais aussi suivant les contextes où se nouent les amitiés (famille, quartier, travail, vacances, etc.). Entre la représentation générale de l’amitié et des amitiés particulières et concrètes, les écarts peuvent également être grands, les personnes interrogées ayant généralement plusieurs types d’amis. L’amitié dans le travail, remarque Claire Bidart (ibid.), à propos d’une étude en milieu ouvrier, suit une dynamique particulière. L’obligation de coopérer avec des personnes non choisies, aux intérêts éventuellement contradictoires et aux origines diverses, peut être un frein à la constitution de relations amicales. Celles-ci se construisent donc à travers le partage de valeurs communes au travail, l’échange de plaisanteries, et – pour devenir plus intimes et particulières – le partage des repas et l’invitation au domicile.

16Dans l’univers diplomatique, plutôt masculin et favorisé, marqué par la mobilité géographique régulière et le partage d’une certaine intimité avec les partenaires professionnels, l’amitié n’a pas seulement une visée instrumentale, elle participe aussi d’un « besoin » de relations personnelles et sociales, malgré les relations de concurrence (entre collègues convoitant les mêmes postes prestigieux), voire d’antagonisme (avec des homologues étrangers défendant d’autres intérêts) et l’isolement provoqué par le changement de pays.

Recevoir chez soi pour le travail : l’invitation comme révélateur des rapports sociaux

L’invitation comme outil de travail

17Les diplomates invitent régulièrement chez eux ou au restaurant leurs collègues et partenaires professionnels. L’invitation sert à créer des liens utiles pour le travail, notamment dans les postes bilatéraux :

C’est vrai qu’il y a beaucoup de contacts et donc beaucoup de réceptions, de représentations, des cocktails, ça fait vraiment partie du travail, parce que c’est ce qui permet d’avoir de bonnes relations, de meilleurs échanges, si on invite à déjeuner, si on fait une réception, on a un meilleur contact, normalement, donc c’est vrai que cet aspect demeure. De là à dire aristocratique, il y a un certain nombre de noms à consonance aristocratique dans la maison, mais je suppose que dans d’autres professions, je ne sais pas, dans la banque, ça doit être un peu pareil,

  • 9 Qui a atteint le plus haut échelon possible de son grade de conseiller.

18explique ce conseiller hors classe9, évoquant son expérience en ambassade.

19Comme nous l’avons vu, l’invitation vise à construire et entretenir la confiance avec les interlocuteurs du diplomate :

Une fois que j’ai identifié les gens que je suis plus susceptible d’appeler pour leur poser des questions, l’idée c’est d’abord de les inviter, ou de demander une réunion ou un meeting avec eux parce qu’il y a des gens qui sont très occupés, il est donc compliqué de les inviter à déjeuner, mais en tout cas demander une réunion avec eux, ou les inviter à déjeuner, et, à cette occasion-là, leur expliquer qui je suis, pourquoi je suis intéressé à leur parler, qu’ils m’expliquent un peu qui ils sont, d’où ils sont, etc., et ensuite on commence une relation de confiance. Ensuite on s’appelle régulièrement, soit on se voit, soit on ne se voit pas, enfin on se parle par téléphone, et on reste en contact régulièrement de façon à atteindre un niveau de confiance et d’explication réciproque qui est suffisant pour qu’on se dise vraiment les choses plutôt que d’échanger dans la langue de bois (premier conseiller en ambassade).

20En multilatéral, l’invitation est moins centrale, mais reste utile pour favoriser les relations de travail, comme l’explique ce conseiller à la représentation permanente auprès de l’Union européenne :

Il y a quand même pas mal d’invitations de couples du même pays, ou entre gens, notamment du Conseil qui se regroupent par rapport aux groupes de travail où ils négocient ensemble.

21Certaines cultures semblent privilégient l’invitation chez soi, tandis que d’autres favorisent l’invitation à l’extérieur :

En général oui, j’invite à déjeuner, ou je demande un rendez-vous, ou alors je l’invite à déjeuner, dîner ou boire une bière dans un pub, parce qu’il y a des modes très informels au Royaume-Uni. Si j’habitais… si je faisais ce travail-là en Allemagne, par exemple, je pense que j’aurais un autre comportement (premier conseiller dans une ambassade européenne).

  • 10 Le consul général est à la tête du réseau consulaire (et de consuls adjoints) dans le pays où il e (...)

22Le cas de la résidence (de l’ambassadeur ou du consul général10) est particulier car il s’agit à la fois d’un lieu public (pour les réceptions, l’hébergement des hôtes de marque) et d’un lieu privé (pour le chef de poste et sa famille). Il est donc révélateur du lien entre intimité et relations sociales. Comme le dit de façon laconique un ambassadeur :

Il y a ce qu’on fait à l’extérieur, et il y a ce qu’on fait à la résidence, c’est-à-dire les gens qu’on invite. Et ça, ça partage.

23L’invitation à la résidence marque l’appartenance aux différents cercles de proximité avec le pouvoir, comme l’évoque cet ancien ambassadeur :

  • 11 De même, un premier conseiller rapporte : « C’est plus vrai pour d’autres personnes de l’ambassade (...)

Je me souviens effectivement avoir eu dans certains postes, des agents de catégorie B ou C, être extrêmement blessés, à juste titre, parce qu’ils n’étaient pas invités plus d’une fois à la résidence dans l’année, en dehors du 14 Juillet11.

24La traditionnelle réception du 14 Juillet est ouverte en principe à toute la communauté française, mais l’habitude a été prise de la doubler, dans la plupart des ambassades, d’une seconde réception, plus intime, pour un petit nombre de « VIP » dont la sélection fait l’objet d’âpres négociations.

25Faire partie des happy few invités à domicile ou « invités VIP », c’est pouvoir participer à la décision, échanger des informations confidentielles, renforcer la confiance. D’où les plaintes de certains personnels subalternes qui ont le sentiment de ne pas être entendus parce qu’ils n’accèdent pas aux échanges privés et intimes :

Exemple : le grand boss du SCAC, quand moi je lui ai parlé d’un problème à l’école [française locale], il a dit : « c’est [du ressort de] l’Éducation nationale ». Quelques mois plus tard, il a eu un invité important qui devait avoir son enfant dans la classe [où se posait le problème] et qui lui en a parlé à un dîner. Le lendemain, il m’appelle et me dit : « J’ai appris les problèmes », je lui dis : « Non, ça fait deux mois que vous les connaissez », il me dit : « Je déclenche une inspection » (intendant d’ambassade).

Recevoir et inviter les sociologues

26Comme les Pinçon-Charlot (1997) dans leurs recherches sur la grande bourgeoisie, notre équipe de sociologues a pu, durant l’enquête, être invitée au domicile de certains des diplomates interrogés. Cette observation participant au rite de l’invitation est le seul moyen de disposer de données ethnographiques directes, tant il semble peu envisageable d’observer des invitations auxquelles nous n’aurions pas été conviés : l’intimité, justement, aurait été rompue !

  • 12 Voir note 10.

27L’invitation des deux sociologues à dîner chez la consule générale12 en poste dans un pays africain illustre le travail de classification sociale et de construction de cercles de proximité. Présents pendant dix jours dans l’ambassade pour y réaliser des entretiens et des observations, les deux sociologues (Valérie Boussard et Marc Loriol) avaient d’abord été invités à un dîner avec une délégation de sénateurs de passage. Mais l’un des sénateurs a refusé que les sociologues participent à ce repas, estimant qu’il s’agissait d’un « inacceptable mélange des genres ». D’une certaine façon, l’invitation définit en effet quelle est la « place » des personnes invitées ensemble. C’est finalement avec les stagiaires en poste à l’ambassade que nous avons été conviés. Avant cette invitation, j’avais rencontré le mari de la consule, également en poste à l’ambassade :

Le deuxième jour d’observation, un monsieur, qui se présente comme appartenant au service culturel de l’ambassade, vient me parler, dit qu’il apprécie la sociologie et la psychologie, me demande quelles sont mes hypothèses de recherche. Il me dit qu’il connaît bien Dominique Wolton du CNRS et qu’il l’a reçu chez lui [en fait, c’est le mari de la consule, mais je ne m’en rendrai compte que plus tard] (notes de terrain).

28En plus des deux stagiaires, une amie du couple, poète et éditrice, est invitée. Lors du repas, d’une haute volée culturelle, un des deux stagiaires, par manque de références, se trouve progressivement exclu de la conversation. Le couple évoque également les difficultés du mari qui, pour suivre sa femme, a dû accepter un poste en dessous de son grade comme directeur adjoint de l’institut culturel français, ce qui l’a conduit à entrer en conflit avec le directeur de cet institut. Une anecdote rapportée lors de ce repas est révélatrice : le mari de la consule avait invité un ami écrivain célèbre (à qui il avait auparavant raconté ses difficultés relationnelles avec le directeur de l’institut culturel) chez lui. Mais le directeur de l’institut culturel s’est arrangé pour le faire venir à son propre domicile et ainsi humilier le mari :

Ils sont arrivés bras dessus bras dessous comme deux vieux amis en rigolant et l’écrivain m’a demandé un stylo pour noter l’adresse du directeur de l’institut et me prévenir qu’il passerait ce soir prendre ses affaires. J’avais une vieille clé, dans mon bureau, et je lui ai tendue. C’était symbolique, je lui avais ouvert la porte de ma maison et de mon amitié, mais il a fait celui qui n’avait pas compris. Je trouve que pour un écrivain, c’est un manque d’imagination métaphorique. Pour moi, ça a été comme un chagrin d’amour !

  • 13 La femme du premier conseiller offre à la maîtresse de maison un beau guide sur les hôtels de char (...)

29Une seconde observation concerne cette fois deux autres sociologues de l’équipe (Françoise Piotet et Vincent Porteret) lors de leur étude de l’ambassade de France dans un petit pays européen. Ils sont invités chez le directeur de l’institut culturel français en même temps que le premier conseiller et sa femme. L’hôtesse s’excuse de sa tenue auprès de la femme du premier conseiller qui est plus « habillée » (la seule à l’être vraiment, ce qui marque la distance)13. L’hôtesse a fait la cuisine et s’occupe du service avec son mari. Une partie de la discussion est consacrée à la demande faite à une enseignante de l’institut par l’ambassade d’accompagner le Premier ministre français qui arrive la semaine suivante et souhaite une visite guidée d’un site historique local. Là encore, la soirée permet à la fois d’avancer dans le travail, de rapprocher les partenaires et de montrer les liens de pouvoir (évocation du Premier ministre).

30Une situation intermédiaire entre le repas professionnel et l’invitation au domicile a été expérimentée lorsque le sociologue (Marc Loriol) a été invité par le numéro deux de l’ambassade, au premier jour de son enquête, au restaurant en compagnie de l’épouse du diplomate. Il s’agissait alors de créer un cadre plus informel et convivial, de personnaliser la relation, mais aussi de donner à l’épouse (maître de conférences à l’université, donc proche socialement du chercheur) l’occasion d’évoquer ses difficultés (carrière entravée, obligations liées au rôle social d’épouse de numéro deux sans aucune compensation ou aide du ministère).

  • 14 Les évocations de Dominique Wolton du CNRS ou du poste de maître de conférences de l’épouse sont u (...)

31Ces trois exemples révèlent différentes fonctions de l’invitation : tout d’abord marquer la place de chacun dans le réseau différencié d’intimité et de commensalité. Ensuite pouvoir se montrer proche d’un responsable politique, d’un scientifique ou d’un artiste connu, c’est-à-dire se positionner soi-même symboliquement sur un même plan, d’où l’attention aux différents hôtes, à leur qualité. D’où également les formes de vérification informelles du degré de connaissances culturelles, des goûts, des relations sociales personnelles. Les discussions sont un moyen d’évaluer et de mettre à l’épreuve différemment les collaborateurs et subordonnés de façon à trouver ceux en qui on peut avoir confiance (les autres soi-même14). De plus, cela permet de trouver un temps pour l’échange en dehors du temps de travail et avec des interlocuteurs privilégiés, sélectionnés. Enfin l’invitation des sociologues permet de donner à voir un aspect du travail diplomatique et des contraintes qu’il impose au couple en matière d’horaires de travail (en dehors des « heures de bureau »), mais aussi une coutume propre au milieu qu’il ne faut pas prendre seulement pour du loisir ou du dilettantisme (les diplomates rencontrés se sont souvent dits affectés par les représentations erronées de leur travail diffusées par exemple dans les publicités pour une marque de rochers en chocolat).

Le travail diplomatique, un travail familial 

Le travail non rémunéré des conjoints

32Ce travail de constitution de liens d’amitié et d’invitation est un travail familial, traditionnellement exercé, comme pour les femmes de préfets (Singly et Chaland, 2002), par l’épouse :

On nous reproche parfois d’être superficiels, de passer notre temps à des cocktails ou à recevoir. Mais si on est dans un pays pour trois ans, pour faire des liens, il faut aller vers les gens, les inviter. Ce n’est pas comme quand on est toute sa vie au même endroit et que les relations se font toutes seules avec le temps. En poste, si vous ne faites pas la démarche, vous restez tout seul. Alors on invite et on va aux invitations. C’est le seul moyen pour créer des contacts (épouse de diplomate).

33Au sein du ménage, même au-delà des métiers diplomatiques, c’est souvent le rôle de la femme de prendre en charge l’intime et les relations amicales au profit de l’« entreprise familiale » ; relations personnelles et professionnelles sont en effet imbriquées, de façon subtile :

Vous le recevez chez vous et vous l’appelez Monsieur l’Ambassadeur, et vous le vouvoyez ? – Oui, vous, et pourtant on est très lié, il m’envoie des e-mails régulièrement. Ma femme était très bien avec son épouse, ma femme tutoie la femme de l’Ambassadeur, moi je ne peux pas (consul adjoint).

34La lecture de mémoires de femmes d’ambassadeurs (par exemple Olivier, 2001 ; Pérol, 2002) et de travaux historiques et sociologiques (Denéchère, 2004 ; Hochschild, 1969 ; Piotet, Loriol et Delfolie, 2013) permet de reconstruire une sorte d’idéal-type de l’épouse traditionnelle de diplomate (et de l’aide qu’elle apporte à son mari dans sa carrière et son travail). Issue d’un milieu social élevé, elle possède le savoir-faire et le savoir-être nécessaires pour recevoir les élites de la société locale comme nationale, superviser l’entretien de la résidence et animer ou participer à la vie féminine des expatriées et des épouses de dignitaires locaux. Par sa famille, elle dispose d’un capital relationnel et économique qui facilite l’entrée de son mari dans les réseaux d’influence. Si elle n’exerce pas d’activité rémunérée, des activités artistiques et sociales permettent de revaloriser la bonne image du couple dans la haute société locale.

35Ce rôle traditionnel de femme de diplomate est toutefois remis en cause par des conjoints (un tout petit peu plus souvent des hommes) déclinant de plus en plus souvent cet exigeant travail bénévole de représentation. La sociologue américaine Katherine Hughes (1999) a réalisé 52 entretiens avec des conjoints de diplomate, dont 42 sont des femmes ; parmi ces dernières, elle oppose les « épouses traditionnelles » dont l’âge moyen est de 58 ans aux « épouses non engagées » dans l’activité de leur mari, dont l’âge moyen est de 34 ans, signe d’un refus de rôle dans les jeunes générations. Un premier conseiller d’ambassade explique, de même :

Je ne vois pas pourquoi c’est le conjoint, en général une femme, qui doit s’occuper de mettre les fleurs, du menu, d’être à l’entrée […]. C’est d’un autre siècle, mais ce que je dis là est complètement iconoclaste pour certains ambassadeurs ou diplomates chevronnés, la maîtresse de maison représente la France […] moi je considère que ce n’est pas la France d’aujourd’hui. Ce n’est pas pour ça que les gens sont mal reçus, les gens comprennent très bien, si on leur explique :« Ma femme n’est pas là parce qu’elle a son activité à elle. »

36Sans rejeter totalement le rôle social d’épouse de diplomate, les femmes que nous avons rencontrées déclarent toutes vouloir poser des limites, comme l’expriment ces deux épouses de diplomate :

Bon, il y a aussi les obligations liées au travail du conjoint. Mais il faut savoir mettre des limites. Moi je sais que lors de la première expatriation, j’allais à pas mal de cocktails, de dîners avec mon mari, mais après, j’y suis allée de moins en moins […].

Moi quand je me suis mariée, mon mari m’a dit : « Tu sais, femme de diplomate, c’est un métier ! » Je lui ai répondu : « Oui, mais un métier à temps partiel ! Intermittent, même ! »

37Il n’y a plus forcément de rôle social unique de l’épouse, mais des rôles particuliers en fonction des aspirations de chacune :

Il faut proposer aux gens, ne rien imposer. Je me rappelle, à Beyrouth, le premier conseiller m’a dit : « J’ai vu que vous étiez infirmière, que vous avez fait de l’humanitaire, nous avons besoin de quelqu'un pour faire du posthumanitaire dans les camps ! » Ça ne m’a pas plu du tout, parce que l’humanitaire, je ne voulais justement surtout plus en faire et puis parce qu’il m’a presque présenté ça comme une obligation ! Je suis assez grande pour savoir ce que je dois faire de mon temps libre !

Un travail qui modèle la famille et la vie privée

  • 15 Certaines personnes interrogées ont évoqué le cas de collègues qui, après un divorce, se sont rema (...)

38Si les conjoints prennent plus de distances et cherchent à préserver leur vie personnelle, il n’en reste pas moins que les obligations professionnelles pèsent sur la constitution de la famille, même si cela se fait de façon différente en fonction du genre. Ainsi, il n’est pas rare que les hommes diplomates épousent des femmes habituées à l’international, qu’elles soient étrangères, migrantes, expatriées ou issues de familles cosmopolites15. Il existe toute une littérature sur les « familles internationales », censées être plus résilientes, s’adaptant mieux au changement et à la mobilité (Smith, 1996 ; Pollock et Van Reken, 2001).

  • 16 Secrétaire de chancellerie est un titre administratif plus qu’une fonction puisque cet agent de ca (...)

Mon épouse est d’origine mauricienne, elle est habituée à un cadre multiculturel, je l’ai rencontrée en Angleterre dans les années 1970, quelqu’un qui a l’habitude de s’adapter, de voyager à l’étranger, je crois que c’est important ça, sinon on ne tient pas le coup en général (secrétaire de chancellerie16).

39Épouser une femme étrangère, c’est aussi élargir le réseau relationnel, les compétences sociales et linguistiques du couple :

Ma femme est d’origine chinoise. Quand je l’ai rencontrée, elle était au secrétariat des Nations unies, elle avait une formation de professeur d’anglais pour un public chinois, donc elle fait le contraire, elle a suivi maintenant une formation de professeur de chinois pour un public étranger, et c’est beaucoup plus exportable. (conseiller politique, RP)

40Mais la relation joue dans les deux sens : le choix d’une épouse étrangère vient renforcer et confirmer la vocation pour une carrière internationale, la dimension cosmopolite que le couple veut se donner :

Et je dirais que ce qui vraiment m’a fait pencher pour demander un poste à l’étranger, c’est que j’étais sur le point de me marier avec une Colombienne et que je m’imaginais plus l’emmener aux quatre coins du monde, notamment en Amérique latine, qu’aux confins de la France » (premier conseiller, RP).

41Pour le couple, un arbitrage permanent doit être fait entre les carrières de l’un et l’autre des conjoints, pour les études des enfants, le niveau de vie et de sécurité lié aux différentes affectations, etc. (Piotet, Loriol et Delfolie, 2013), la vie privée s’en trouve affectée et indissolublement liée aux choix professionnels.

42Les contraintes sont encore plus grandes pour les femmes diplomates qui doivent souvent choisir entre carrière et vie familiale :

  • 17 Au moment de l’étude, sur les 15 femmes ambassadeurs (moins de 10 % du total), 14 étaient célibata (...)

Je vis seule […] Avec le travail que je fais, ça ne pourrait pas être autrement. Mais bon, pour moi, il faudra que ça ne dure qu’un temps ! Un rythme comme ça ! Je n’ai pas envie de rester seule toute ma vie, j’ai envie d’avoir des enfants et là, avec mon travail actuel, ce n’est pas possible. Pour une femme, ce n’est pas possible quand on rentre à neuf, dix heures du soir. J’ai des collègues masculins, dont les femmes ne travaillent pas et s’occupent des enfants, qui peuvent garder ce rythme-là. Ils ne voient leurs enfants que le week-end, mais pour une femme ce n’est pas possible. Vous n’avez qu’à regarder : toutes les femmes qui sont ambassadeurs, déjà il n’y en a pas beaucoup, mais elles sont toutes célibataires17 (conseillère politique, RP).

43Les femmes diplomates que nous avons rencontrées disent alors devoir choisir entre le célibat qui impose un double travail (de diplomate et d’hôtesse de maison) ou le choix d’un compagnon adaptable et flexible (un artiste, un chercheur, voire un enseignant, d’après les entretiens, semblent pouvoir plus facilement continuer leur travail à l’étranger).

Conclusion

44Le lien entre public et privé, intime, professionnel et politique, dans le travail et la vie des diplomates et de leurs familles montre que la définition de ce qui est intime et privé et de ce qui ne l’est pas (et peut être mobilisé dans l’espace public ou professionnel), comme les frontières entre ces deux ensembles, fait l’objet de débats, de discussions, de négociations par les diplomates eux-mêmes et au sein de leur famille. Certaines ouvertures de l’espace privé à des partenaires de travail sont acceptées, voire voulues (l’écrivain ou le scientifique que l’on est heureux et fier d’inviter chez soi, les amis que l’on prend plaisir à se faire loin de son pays), d’autres sont perçues comme « d’un autre temps ».

  • 18 Ces formes d’ouverture s’opposeraient au domicile « champ clos » ou « refuge », plus caractéristiq (...)

45Le domicile n’est pas seulement le lieu de la vie privée, mais aussi parfois un lieu d’entretien du capital social et professionnel autour de différentes configurations (Coenen-Huther, 1991) : Le « domicile-salon »propre à la bourgeoisie traditionnelle sépare, comme dans la résidence de l’ambassadeur, le domicile entre zone publique et zone privée, tandis que le « domicile-foyer » des nouvelles classes moyennes implique un plus grand dévoilement de son intimité afin de créer un style moins conventionnel propice à la construction de la relation. Enfin, le « domicile-forum », typique des milieux avant-gardistes, revendique une large ouverture18.

46D’un côté, les formes les plus traditionnelles et conventionnelles d’articulation entre le travail et la vie privée sont de plus en plus rejetées (par exemple l’épouse refuse de jouer le rôle d’hôtesse de maison dans un « domicile-salon » ou de « dame patronnesse » au profit de l’ambassade) et la possibilité de choix personnels est mise en avant. De l’autre, la demande d’authenticité dans les rapports sociaux suppose de donner davantage accès à son intimité, au sein du « domicile-foyer ». Paradoxalement, la contradiction entre les impératifs du métier et le désir de préserver son autonomie personnelle et des relations sociales plus décontractées conduit à mêler plus intimement le professionnel et le privé, à passer de rôles sociaux standardisés et compartimentés à des constructions plus instables et singulières où représentation, négociation et décontraction se combinent de façon complexe et évolutive, avec un style plus « convivial » et « authentique », sans cesse à réinventer.

Top of page

Bibliography

Berrebi-Hoffmann, Isabelle, 2010, « Les métamorphoses de l’intime. Repenser les relations entre le public et le privé au travail », Empan, 1, no 77, p. 13-17.

Bidart, Claire, 1997, L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

Bravo, Paloma, 2012, « Dans l’intimité du Prince. Les fondements de la privanza dans l’Espagne du xviie siècle », dans Paloma Bravo, Cécile Iglesias et Philippe Rabaté (éd.), L’expression de l’intériorité. Vivre et dire l’intime à l’époque moderne, Centreinterlangues, non paginé. Voir : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00752773>.

Coenen-Huther, Jacques, 1991, « Le domicile : sphère privée et sphère publique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 91, p. 301-313.

Dasque, Isabelle, 2007, « Une élite en mutation : les diplomates de la République (1871-1914) », Histoire, économie & société, vol. 4, no 26, p. 81-98.

Singly, François de et Chaland, Karine, 2002, « Avoir le “second rôle” dans une équipe conjugale. Le cas des femmes de préfet et de sous-préfet », Revue française de sociologie, vol. 43, no 1, p. 127-158.

Denéchère, Yves (dir.), 2004, Femmes et diplomatie, Bruxelles, Peter Lang.

Hochschild, Arlie, 1969, « The role of the ambassador’s wife: An exploratory study », The Journal of Marriage and the Family, vol. 31, no 1, p. 73-87.

Hochschild, Arlie, 1983, The Managed Heart: Commercialization of Human Feeling, Berkeley, University of California Press.

Hughes, Katherine, 1999, The Accidental Diplomat. Dilemmas of the Trailing Spouse, Putnam Valley, Aletheia Publications.

Karpik, Lucien, 2007, L’économie des singularités, Paris, Gallimard.

Kémoularia, Claude de, 2007, Une vie à tire-d’aile. Mémoires, Paris, Fayard.

Levron, Jacques, 1965, La cour de Versailles aux xviie et xviiie siècles, Paris, Hachette.

Luhmann, Niklas, 2006, La confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Economica.

Musselin, Christine, 2008, Les universitaires, Paris, La Découverte.

Olivier, Geneviève, 2001, Mariée avec le Quai d’Orsay. Survol d’une vie, Paris, Éditions Pasquier-Fay.

Pérol, Huguette, 2002, Femme d’ambassadeur, Paris, François-Xavier de Guibert Éditions.

Pinçon, Michel et Pinçon-Charlot, Monique, 1997, Voyage en grande bourgeoisie. Journal d’enquête, Paris, Presses universitaires de France.

Piotet, Françoise, Loriol, Marc et Delfolie, David, 2013, Splendeurs et misères du travail des diplomates, Paris, Hermann.

Pollock, David et Van Reken, Ruth, 2001, Third Culture Kids, Boston, Nicholas Brealey Publishing.

Smith, Carolyn, 1996, Strangers at Home: Essays on the Effects of Living Overseas and Coming “Home” to a Strange Land, Bayside, Aletheia Publications.

Weber, Linda et Carter, Allison, 2003, The Social Construction of Trust, New York, Kluwer Academics/Plenum Publishers.

Top of page

Notes

1 Ainsi, en 2015, le Vatican a bloqué la candidature du nouvel ambassadeur de France (nommé le 5 janvier près le Saint-Siège) en raison de son homosexualité.

2 Les ambassades bilatérales représentent la France dans la plupart des pays du monde, les postes multilatéraux ou représentations permanentes sont l’équivalent auprès des organisations internationales (UE, ONU, OTAN, etc.). Les conseillers qui y travaillent participent aux différents groupes thématiques de négociation (il y en a près de 200 à l’UE).

3 Un consulat a pour mission principale l’administration des Français à l’étranger et la délivrance des visas pour les étrangers qui en ont besoin pour venir en France. Étant moins politique, la fonction consulaire est moins valorisée que celle de l’ambassade.

4 Recherche collective menée entre 2006 et 2009 par Marc Loriol, Françoise Piotet, Valérie Boussard, Vincent Porteret et David Delfolie. Une quarantaine d’agents de catégorie A de l’administration centrale à Paris, tirés au sort dans les différentes directions, ont tout d’abord été interrogés. Ensuite, cinq ambassades bilatérales, quatre consulats, trois représentations permanentes (RP), trois directions parisiennes et les services nantais (qui gèrent le consulaire et l’administration des Français de l’étranger) ont fait l’objet d’études plus approfondies (entretiens auprès de différentes catégories de personnel et observations du travail, notamment des réunions et manifestations diverses). Pour finir, nous avons suivi sur plusieurs mois deux dossiers thématiques (celui des « couloirs humanitaires » et de la « piraterie ») au Quai d’Orsay. Au total, 122 entretiens (dont quatre avec des épouses de diplomates) et des centaines d’heures d’observation ont été réalisés. Ces données sont complétées par la lecture de 7 mémoires d’anciens diplomates et de 3 livres rédigés par des épouses de diplomates.

5 Par exemple, le « sommelier de corps » était le seul à pouvoir assister au lever et au coucher du roi ou à approcher le roi pendant ses repas.

6 Les noms à particule restent d’ailleurs légèrement surreprésentés parmi les agents les plus prestigieux du Quai d’Orsay (Piotet, Loriol et Delfolie, 2013).

7 Le service de Coopération et d’Action culturelle, dans un pays d’Afrique francophone, comme c’est le cas ici, occupe une place importante. Le titre de « chef », dans le système de la coopération, est l’équivalent de « directeur » dans l’administration.

8 Le premier conseiller est le numéro deux de l’ambassade.

9 Qui a atteint le plus haut échelon possible de son grade de conseiller.

10 Le consul général est à la tête du réseau consulaire (et de consuls adjoints) dans le pays où il est accrédité. Il est donc « chef de poste » au même titre que l’ambassadeur, même si son prestige est moindre. Il peut parfois exister une concurrence entre les deux pour savoir qui peut inviter (ou peut être invité par) les personnalités importantes.

11 De même, un premier conseiller rapporte : « C’est plus vrai pour d’autres personnes de l’ambassade qui, n’ayant pas le statut de diplomate, peuvent encore se bagarrer pour avoir des cartons d’invitation et tout ça. »

12 Voir note 10.

13 La femme du premier conseiller offre à la maîtresse de maison un beau guide sur les hôtels de charme du pays. Elle montre à son hôtesse ceux où ils sont déjà allés. Pas de chance, le livre porte une dédicace qui montre qu’il s’agit d’un cadeau déjà offert ! L’invitée s’en sort en parvenant à personnaliser ce cadeau impersonnel, offrant involontairement une sorte de parabole des relations sociales en milieu diplomatique.

14 Les évocations de Dominique Wolton du CNRS ou du poste de maître de conférences de l’épouse sont une forme de rappel de la proximité sociale.

15 Certaines personnes interrogées ont évoqué le cas de collègues qui, après un divorce, se sont remariés avec des femmes de pays du Sud, supposées mieux accepter un rôle traditionnel et subalterne.

16 Secrétaire de chancellerie est un titre administratif plus qu’une fonction puisque cet agent de catégorie B travaille, à l’étranger, bien plus souvent dans les consulats que dans les chancelleries (c’est-à-dire le cœur politique de l’ambassade).

17 Au moment de l’étude, sur les 15 femmes ambassadeurs (moins de 10 % du total), 14 étaient célibataires ou célibataires géographiques.

18 Ces formes d’ouverture s’opposeraient au domicile « champ clos » ou « refuge », plus caractéristique des classes populaires.

Top of page

References

Bibliographical reference

Marc Loriol, « Le travail diplomatique et l’intime », Socio, 7 | 2016, 45-64.

Electronic reference

Marc Loriol, « Le travail diplomatique et l’intime », Socio [Online], 7 | 2016, Online since 14 December 2016, connection on 24 June 2017. URL : http://socio.revues.org/2382 ; DOI : 10.4000/socio.2382

Top of page

About the author

Marc Loriol

Marc Loriol est sociologue et chargé de recherche au CNRS (laboratoire IDHES Paris 1). Il travaille sur les risques psychosociaux et le bien-être au travail dans différents métiers (ouvriers, policiers, infirmiers, conducteurs de bus, diplomates, etc.). Il s’intéresse au sens du travail, à la reconnaissance et au plaisir, aux relations entre travail et hors travail. Il a publié huit ouvrages, dont, avec Nathalie Leroux, Le travail passionné (Paris, Eres, 2015).

Top of page

Copyright

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org