Skip to navigation – Site map

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-6

Full text

1Dès sa première livraison, Socio annonçait clairement la couleur : il s’agissait de « penser global », de sortir du « nationalisme méthodologique » si justement critiqué par Ulrich Beck, de s’ouvrir au monde, de contribuer, mieux encore et plus qu’à l’internationalisation des sciences humaines et sociales, à leur globalisation.

2Ce projet ne signifie en aucune façon l’entrée dans un univers intellectuel où il ne s’agirait plus que de proposer des analyses planétaires, et de tenir pour inutiles ou archaïques les travaux ancrés dans des réalités plus limitées, une région, un pays, une localité. Au contraire, il s’agit d’une redéfinition du territoire des sciences humaines et sociales qui constitue à bien des égards un élargissement : « penser global », c’est en fait circuler dans un vaste espace, borné à une extrémité, effectivement, par l’étude de logiques et de phénomènes planétaires, mais à une autre extrémité, par celle de ce qui peut en sembler le plus loin : l’intime.

3Nous avons jusqu’ici donné la priorité à des approches qui nous ouvraient plutôt au vaste monde et à ses grands problèmes, ce nouveau numéro s’installe à l’autre pôle de notre espace intellectuel – d’où le titre de son dossier principal, préparé par Isabelle Berrebi-Hoffmann et Arnaud Saint-Martin : dynamiques de l’intime.

4Si quelques esprits sans nuance peuvent croire que nous entrons dans une ère où l’intime disparaît, purement et simplement, tel n’est pas notre constat. Mieux vaut, à l’évidence, parler à son sujet de mutation, de transformations considérables. Celles-ci pouvaient encore être envisagées, dans leurs expressions concrètes, comme produites à l’intérieur de chaque société, spécifiques, liées à leur évolution interne. Dans la retombée de Mai 1968, dans les années 1970, par exemple, le changement en France, comme dans quelques autres pays occidentaux, a vu les violences subies par les femmes ou par les enfants sortir du cadre familial ou institutionnel où elles étaient contenues, réduites à des problèmes intimes ou en tout cas ne devant pas sortir d’un cercle étroit, pour devenir l’objet de débats, et être installées dans la sphère publique. C’était là le fruit du travail de la société française sur elle-même, et de l’émergence de nouvelles contestations, à forte charge culturelle, morale et éthique, et capables de se faire entendre.

5Mais aujourd’hui, l’analyse ne peut s’en tenir là, le changement procède aussi très largement de logiques mondiales, il faut, pour continuer à utiliser le vocabulaire d’Ulrich Beck, reconnaître qu’il est nécessaire de « cosmopolitiser » nos raisonnements : notre subjectivité individuelle, notre vie personnelle, notre espace intime sont percutés par des transformations mondiales, par des logiques qui opèrent à une échelle planétaire, et ce que nous tenons pour intime est aussi l’espace où nous résistons à ce que ces transformations présentent de plus insupportable. Nous les affrontons, bien souvent, à partir de l’intime, à partir duquel nous nous construisons comme sujets de notre existence.

6Ce dossier ne s’enferme donc pas dans une sociologie étroite, dans le seul examen, nécessaire au demeurant, de ce qui se joue dans la sphère de l’intime, il considère cette sphère dans sa relation à la vie sociale et au monde. En ces temps où la politique, décomposée et inadaptée, verse volontiers dans le déballage misérable de la vie personnelle des acteurs les plus en vue, comme si parler de l’intime pouvait exorciser la crise des systèmes politiques, notre dossier aborde en profondeur la question des liens entre vie privée et démocratie, et installe la réflexion au niveau de l’éthique, de la philosophie politique, ou de l’examen concret des pratiques – ce qui devrait intéresser tous ceux que désespèrent l’état actuel des partis ou les succès de la pensée réactionnaire.

7Socio n’est pas enfermée dans la vie intellectuelle française, aussi riche qu’elle soit, ni dans des perspectives qui nous limiteraient au seul cadre de l’État-nation, aussi passionnantes qu’elles soient. Et Socio n’est pas davantage en rupture avec la tradition des sciences humaines et sociales, au contraire, elle sait y puiser à bonne source, on le verra dans cette livraison avec, notamment, la publication de textes inédits en français de Marianne Weber et de Norbert Elias, ou de l’entretien que nous a donné Amitai Etzioni.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 7 | 2016, 5-6.

Electronic reference

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [Online], 7 | 2016, Online since 14 December 2016, connection on 24 August 2017. URL : http://socio.revues.org/2363

Top of page

About the author

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010). Il mène ses recherches dans le cadre du CADIS qu’il a dirigé de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013) ; Evil (Londres, Polity Press, 2012) ; Pour la prochaine gauche (Paris, Robert Laffont, 2011) ; Retour au sens (Paris, Robert Laffont, 2015), Le séisme (Paris, Robert Laffont, 2016).

By this author

Top of page

Copyright

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org