Navigation – Plan du site
Dossier : Déterminismes

« Avoir la classe, avoir bon genre » : déterminisme(s) et pratiques culturelles adolescentes contemporaines

“Looking good, looking respectable”. Determinism(s) and present-day adolescent cultural practices
Christine Détrez
p. 65-80

Résumés

La notion de déterminisme a animé de grands débats en sociologie de la culture. Les pratiques culturelles à l’adolescence sont un terrain privilégié pour réfléchir sur l’articulation des différentes variables que sont l’origine sociale, l’âge et le sexe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous nous limiterons ici à la sociologie française. Pour élargir aux débats étatsuniens, voir Lamon (...)

1L’histoire de la sociologie de la culture française1 peut être lue à la lumière d’interrogations autour de la notion de déterminisme. Contre l’adage qui voudrait que, des goûts et des couleurs, on ne discute pas, la sociologie de la culture, au contraire, s’est construite historiquement en France sur l’affirmation que les choix de pratiques, et les préférences qui les dictent, sont socialement situés. Étroitement articulées au projet politique de démocratisation culturelle (Dubois, 1999), les premières enquêtes (Bourdieu et Darbel, 1966) visent à identifier les facteurs d’exclusion ou d’éloignement des lieux et des pratiques culturelles. Le « goût » pour la culture, l’ « amour de l’art » sont construits, déterminés par la position sociale, le volume et la structure du capital possédé (Bourdieu, 1979). Tout comme la barrière qui sépare et le niveau qui signifie l’appartenance, les goûts dans cette perspective sont des signes de « reconnaissance », mais aussi de distinction, le goût ne prenant sens que par le dégoût du goût des autres. Ces espaces de goût ne sont pas équivalents, et la cohérence induite par l’habitus n’est pas gratuite, puisqu’elle est un des rouages de la reproduction. Cet héritage bourdieusien marque profondément la sociologie de la culture en France, notamment à travers un de ses outils statistiques de référence, la grande enquête.

  • 2 Voir Détrez (2014).

2Les remises en cause du modèle déterministe n’ont pourtant pas tardé à venir nuancer cette image d’une parfaite homologie entre la position dans l’espace social et la place, dans l’espace des légitimités, des produits culturels consommés. Notamment importée des cultural studies britanniques, et inspirée en particulier par les travaux de Richard Hoggart, la critique va d’abord s’intéresser aux « dominés » (Grignon et Passeron, 1989), qui dans l’« étau des contraintes » conserveraient un « jeu », avant de complexifier également l’analyse du côté des « dominants », qui ne seraient pas aussi friands de la « Culture » qu’on aurait pu le penser (Peterson et Kern, 1996 ; Coulangeon, 2003). Si elle s’applique d’abord aux pratiques musicales, cette interrogation vient ensuite mettre en cause tout le modèle homologique (Donnat, 1994 ; Lahire, 2004). Au modèle « déterministe » succède – parfois hâtivement – le concept de l’éclectisme. Le modèle de la distinction serait-il obsolète, parce que trop situé géographiquement et historiquement2 ? Parfois lu comme la fin du déterminisme, l’éclectisme a été plus récemment décrit comme sa complexification, dans un jeu de socialisations plurielles, et parfois contradictoires (Coulangeon, 2011 ; Coulangeon et Duval, 2013). Il traduirait ainsi la prise en compte de facteurs jusque-là restés dans l’angle mort du rétroviseur sociologique, comme l’âge, et le genre (Bellavance, Valex et Ratte, 2004). Mais la distinction aurait-elle donc laissé place à la différenciation (Glevarec, 2013) ? Et celle-ci doit-elle être pensée comme l’affranchissement de toutes contraintes, ou au contraire comme la combinaison d’une pluralité de facteurs ? Est-elle stable, ou évolue-t-elle avec le temps ?

3Si les travaux sont déjà nombreux, qui amènent des éléments de réponse à ces questions, j’aimerais, dans ce texte, me focaliser, à partir de deux enquêtes récentes, sur un point particulier, mais encore souvent négligé tant par la sociologie de la culture que par celle du genre : l’articulation entre genre et position sociale, au moment de l’adolescence, dans le domaine des loisirs. La première enquête quantitative et longitudinale réalisée pour le ministère de la Culture porte sur une cohorte de près de 4 000 enfants durant six ans, à raison d’une interrogation par questionnaire, entre 2002 et 2008, tous les deux ans, soit à 11, 13, 15 et 17 ans (Octobre, Détrez et al., 2010). Si les travaux d’Olivier Donnat, de Dominique Pasquier, de Bernard Lahire, dans des mesures différentes, situent la « jeunesse » comme un temps à part (Donnat, 1994 ; Lahire, 2004 ; Pasquier, 2005), la succession des différentes vagues permet de voir l’évolution des pratiques : peut-on parler d’une culture jeune, où seules joueraient les logiques d’âge ? Les pratiques se répartissent-elles au hasard dans l’espace social ? Comment s’organisent les segmentations selon l’identité sexuée ?

4Une deuxième enquête, qualitative cette fois, permet de compléter la réflexion. Elle a été menée en 2010 par entretiens auprès d’adolescent-e-s lecteurs et lectrices de mangas, production caractérisée par son faible degré de légitimité dans l’espace littéraire, et par la segmentation éditoriale de l’offre selon le genre (Détrez et Vanhée, 2012). Une soixantaine d’adolescent-e-s ont ainsi été interrogé-e-s, de la sixième à la terminale, avec une attention particulière pour la période du collège, âge privilégié pour la lecture de mangas.

  • 3 La ligne consacrée à l’ordinateur doit être replacée dans le temps de l’enquête. Le choix de la lon (...)

5La sociologie de la culture bourdieusienne, quand elle s’attache à l’étude des déterminismes, se focalise en général sur le déterminisme social, et sur le rôle de la position dans l’espace social. Il est d’ailleurs significatif que l’enquête « Pratiques culturelles des Français » n’interroge pas les moins de 15 ans, comme si, implicitement, était posé le modèle d’une transmission automatique de parents à enfants. Mais que signifie « avoir la classe », quand on a 11 ans, 13 ans, 15 ans ou 17 ans ? Visiblement pas le sens que revêt celui de l’expression « classe sociale » pour les sociologues. À l’exception de la lecture (plus présente chez les enfants de cadres) et de la télévision (plus présente chez les enfants d’ouvriers), rares sont les activités pratiquées quotidiennement qui distinguent clairement les enfants selon leur origine sociale. L’avancée en âge voit en revanche se réorganiser les agendas de loisirs et de pratiques culturelles, l’enjeu étant de se distinguer des parents, dans une logique générationnelle où intervient la revendication d’autonomie, et de se distinguer aussi des plus jeunes, y compris de soi-même, c’est-à-dire de se démarquer des goûts de l’enfant qu’on a été. Certaines activités fonctionnent ainsi comme des marqueurs et de transition, qui expriment la position de l’enfant sur l’échelle des âges. Ainsi, à 17 ans, lors de la dernière vague de l’enquête, les adolescent-e-s sont moins nombreux-ses à regarder la télévision tous les jours (66 %) qu’au début de l’enquête, leur vie culturelle s’est musicalisée (68 % écoutent de la musique tous les jours) tandis que la lecture quotidienne de livres (9 %) et de bandes dessinées (5,5 %) est devenue très minoritaire. Ils ont abandonné les « jeux », trop associés à l’enfance. L’ordinateur3 est, sans aucune contestation possible, devenu leur première activité quotidienne, aussi bien pour des consommations culturelles (musique, films, séries…) que pour des usages communicationnels (blog, chat…) ou des pratiques créatives, ainsi que pour des activités liées au travail. Être de « son âge » est ainsi tout un travail, fruit d’un délicat processus, où il s’agit de se démarquer à la fois des adultes et des plus petit-e-s, voire de soi plus petit-e.

Consommations culturelles et avancée en âge (%)

Activité 11 ans 13 ans 15 ans 17 ans
Regarder la télévision tous les jours 81 79,5 78,5 66
Écouter de la musique tous les jours 37 36 57,5 68,5
Écouter la radio tous les jours 35 43,5 50,5 46,5
Lire des livres tous les jours 33,5 18 14 9
Faire du sport tous les jours 22 22,5 21 17,5
Jouer à des jeux vidéo tous les jours 21,5 22 20 16,5
Jouer à d’autres jeux tous les jours 20,5 7,5 2,5 1,5
Lire des bandes dessinées tous les jours 20,5 13,5 8,5 5,5
Lire des journaux, des magazines tous les jours 15,5 12 9,5 10
Utiliser un ordinateur tous les jours 14,5 26 57 69
Pratiquer une activité artistique 42,5 51 42 39

6Dans ce jeu à géométrie variable, la socialisation amicale joue un rôle, à la fois d’horizon de référence, mais également d’instance de rappel à l’ordre culturel. Les activités sont de moins en moins pratiquées avec les parents ou la fratrie, mais de plus en plus, au fil des ans, avec les amis, comme en témoigne le tableau suivant :

Pratiques avec les copains/copines (%)

Activité 11 ans 13 ans 15 ans 17 ans
Faire du sport 57,5 64,5 71,5 77
Pratiquer une activité artistique 36,5 38,5 40 44
Jouer à des jeux vidéo 22 31,5 38 45,5
Écouter de la musique enregistrée 20 25 33,5 40
Regarder la télévision 8 12 17 22
  • 4 Pour des analyses qualitatives de cette construction sexuée des goûts (et des corps), voir Court (2 (...)

7La polarisation sexuée des activités témoigne de l’importance, à cette période, d’avoir « bon genre », et de la place des activités de loisirs dans la construction de soi comme garçon ou fille (Cahiers du genre, 2010 ; Octobre, 2014) : il s’agit de dire et de signifier, par les pratiques et les goûts, que l’on est une fille ou un garçon, dans des jeux de contraintes qui peuvent être très violents pour qui y déroge. Le genre intervient sur deux niveaux : d’une part dans la répartition des pratiques, de façon encore très caricaturale (avec la lecture de livres, la radio, les pratiques amateurs pour les filles, et, du côté des garçons, les jeux vidéo, le sport et, à 11 ans, les bandes dessinées), mais également dans les différences d’âge auquel les adolescent-e-s vont choisir telle ou telle pratique. Il est ainsi flagrant que les filles déclarent avant les garçons pratiquer les activités liées à l’adolescence : c’est le cas pour la musique, déjà importante dans les pratiques des filles de 11 ans, avant qu’elles ne soient rattrapées par les garçons, à 13 ans, mais aussi pour les sorties, les filles déclarant toujours « plus tôt » que les garçons les sorties au cinéma, au concert ou en discothèque. À 11 ans, 65,5 % des filles qui décorent leur chambre ont choisi un poster de chanteur ou de chanteuse, contre 18 % des garçons ; à 13 ans on en compte 72 % (contre 27 % des garçons) ; à 15 ans, 53 % (contre 31 % des garçons) et à 17 ans, 34 % (contre 33,5 % des garçons). Si les filles affichent davantage les stars de la chanson ou du cinéma, 48 % des garçons de 11 ans (contre 8,5 % des filles), 49,5 % des garçons de 13 ans (et 10 % des filles), 50 % à 15 ans (17 % des filles) et, enfin, 46,5 % à 17 ans (13 % des filles) choisissent de punaiser une photo de sportif sur les murs de leur chambre4.

  • 5 Les résultats sont ici présentés pour les enfants d’ouvriers et de cadres. Cette dichotomie ne sugg (...)

8L’exemple des posters permet d’approcher la complexe articulation entre genre et origine sociale. Le tableau suivant le montre, la variable du genre se combine avec celle de l’origine sociale5 mais aussi avec l’âge, pour dessiner des configurations différentes selon les pratiques : si la télévision est une activité davantage pratiquée par les enfants d’ouvriers, filles et garçons, en revanche, les jeux vidéo et le sport occupent plus particulièrement les garçons, quel que soit leur milieu social. Et être une fille, en matière de lecture, ne compense pas le fait d’être issu de milieu ouvrier, les filles d’ouvriers lisant moins que les fils de cadres. C’est alors à un niveau plus fin que l’articulation des deux variables peut être mesurée. Par exemple, à 11 ans, 71,5 % des filles d’ouvriers et 52 % des filles de cadres ont accroché un poster de chanteur ou chanteuse. Elles sont 57 % et 43 % à 15 ans, avant que la pratique ne tombe autour de 33 % pour toutes à 17 ans. Chez les garçons, 51 % des fils d’ouvriers et 39,5 % des fils de cadres ont accroché un poster de sportif à 11 ans, mais 51,5 % et 45 % à 15 ans (46 % et 42 % à 17 ans), la pratique étant ainsi moins différenciée socialement chez les garçons que chez les filles.

11 ans 17 ans
Enfants d’ouvriers Enfants de cadres Enfants d’ouvriers Enfants de cadres
Filles Garçons Filles Garçons Filles Garçons Filles Garçons
Télévision 83 85,5 67,5 72 71 74 52 56
Écoute de musique 47 30 44,5 23 69 64 73 71,5
Radio 35 29,5 39,5 34,5 47,5 37,5 62 46
Lecture de livres 33,5 24 48,5 38,5 8,5 2,5 21 11,5
Sport 14,5 25,5 12 31 7,5 25 7,5 26
Jeux vidéo 8,5 33 6,5 35 3,5 30 2 29,5
Autres jeux 18,5 17,5 19 30,5 1 2,5 0,5 2
Lecture de bandes dessinées 13 22 14,5 39,5 3 4 4 11
Lecture de journaux, magazines 16 11 20,5 19,5 8 8,5 7,5 16,5
Ordinateur 12,5 12 14,5 24 64,5 71 74 76
Pratiques artistiques 7,5 4,5 8,5 6,5 10 5,5 14 15,5

9Cette articulation différenciée de l’origine sociale et du genre dans les pratiques culturelles à l’adolescence est transversale aux enquêtes quantitatives et qualitatives, et à de nombreuses pratiques envisagées. Les préférences en matière musicale en sont un exemple flagrant. La musique est une activité phare de l’adolescence. Elle permet de se différencier des parents, tout en revendiquant l’appartenance au groupe des pairs, mais elle remplit également une fonction identificatoire : la musique dépasse la seule dimension auditive, pour englober tout un ensemble de représentations, que façonnent les paroles, la personnalité (supposée) du chanteur ou de la chanteuse ainsi que sa biographie, son hexis corporelle (Bourdieu, 1980), etc. La musique et ses chanteurs et chanteuses ont ainsi un rôle central dans la construction de soi, notamment des filles, au sortir du cycle primaire. La passion pour la musique se traduit même physiquement et spatialement dans la cour de récréation, les fillettes se rassemblant pour chanter et danser, transcription corporelle équivalente à l’investissement des garçons, dans les espaces de la cour destinés aux sports (Monnot, 2009). À partir des déclarations des adolescents cette carte des goûts a été élaborée pour visualiser les préférences, les situer selon la variable du genre et de l’origine sociale et saisir les déplacements avec le temps.

Carte des goûts musicaux des adolescents

Carte des goûts musicaux des adolescents

Source : Octobre, Détrez et al. (2010 : 143).

10À 11 ans se dessinent trois univers de goûts musicaux : « classiques » (la musique classique et le jazz), peu répandus mais très marqués socialement et plutôt indifférenciés sexuellement ; « masculins » (techno, rap, rock – ce dernier genre musical étant plus fréquent chez les fils de cadres) et, enfin, « féminins » (dance et variétés), la dance étant plus prisée par les filles d’ouvriers.

11En six ans, les écarts entre les goûts des enfants de cadres et ceux des enfants d’ouvriers se creusent : pour les adolescents de 17 ans, le jazz, et encore plus clairement le rock, sont des marqueurs sociaux très nets (à 17 ans, les enfants de cadres ont désormais quatre fois plus de chances d’apprécier le rock que les enfants d’ouvriers), tandis que le rap, le R’n’B et dans une moindre mesure le hip-hop deviennent des genres musicaux populaires. Si tyrannie de la majorité il y a, comme le remarque Dominique Pasquier à propos du rap (Pasquier, 2005), elle est pour le moins relative, ou en tout cas cantonnée aux années de collège. Mais cette polarisation n’est pas la seule évolution : à 17 ans, pratiquement tous les genres musicaux se sont féminisés, à l’exception de la dance, devenue le genre mixte et fédérateur. Le R’n’B est à cet âge la musique des filles d’ouvriers, tandis que celles de cadres s’en démarquent, préférant le rock, adoptant ainsi le goût de leurs frères. Ce sont d’ailleurs les filles de cadres qui présentent l’évolution du goût pour le rock la plus forte avec l’avancée en âge : elles ont douze fois plus de chances d’aimer le rock à 17 ans qu’à 11 ans, contre seulement quatre fois plus pour les fils de cadres et les filles d’ouvriers, et à peine deux fois plus pour les fils d’ouvriers. Quant aux garçons fils de cadres, ils migrent alors vers de nouveaux genres, le métal, le punk et l’électro, dont la mention fait son apparition dans la catégorie « autres » du questionnaire.

12Or, c’est bien ce que confirme la deuxième enquête, qualitative cette fois, menée auprès d’adolescent-e-s lecteurs et lectrices de mangas. Les mangas présentent la particularité d’être organisés selon une production segmentée, notamment selon le genre : les « shojos » sont destinés aux filles, les « shonens » aux garçons. S’il existe également, au Japon, une catégorisation par métiers, en France, la distinction éditoriale en termes de genre se conjugue avec une segmentation en âge, les « seinens » étant destinés aux jeunes hommes, et les « joseis » aux jeunes femmes. De fait, les adolescents interrogés ont bien compris qui doit lire quoi :

Pour filles, c’est beaucoup d’amour, un peu d’action ; les mangas pour garçons, c’est beaucoup d’action, un peu d’amour (Pierre, 17 ans, classe de première STI, père facteur, mère institutrice à la retraite).

Donc shonen c’est… ? C’est pour les garçons plus axé combat, ouais c’est des combats, il y a pas trop de réflexion [rire]. On va dire le premier exemple c’est Dragon Ball, ils font que se taper dessus quoi, il y a aucun scénario. Shojo... bah c’est pour les filles, donc plus d’histoires sentimentales (Félix, 15 ans, classe de première S, parents sculpteurs).

13Doit-on en déduire que, dans ce domaine, sous l’effet de l’offre, se modèlerait alors la demande ? Comme dans l’enquête statistique précédente, l’importance de la construction de soi comme fille ou garçon passe par les préférences affichées, et les goûts fonctionnent en pendants aux dégoûts : pour un garçon, apprendre son genre, c’est lire des shonens, et rejeter avec véhémence les shojos. Comme le dit le grand frère de Félix, Octave, (17 ans, classe de terminale L) : « Je vois pas de garçon faire : “Ohhh, c’est trop triste !!!” Si j’en vois un qui commence à faire ça, oui, c’est sûr, je me moquerai volontiers de lui. » Hacine (15 ans, classe de troisième, père dans une entreprise textile, mère au foyer) l’a appris à ses dépens, lui qui, pour avoir essayé de défendre Fruits Basket, dont il avait lu et apprécié les cinq premiers tomes, a essuyé les moqueries de ses copains, sous prétexte que c’est un « truc de femmes ». Certains, néanmoins, « avouent », selon leurs propres termes, lire des shojos : mais la distinction s’opère alors par l’approvisionnement (le téléchargement ou l’emprunt versus l’achat pour les shonens), par les motivations (n’avoir que ça sous la main, notamment parce qu’on est en vacances chez des cousines…) ou les attentes (lire pour la qualité du dessin notamment, pour l’humour, pour la dimension fantastique, ou en arguant que le titre est classé dans la catégorie « shonen » par erreur).

14Les lois du genre, matérialisées dans cette distinction éditoriale, viendraient donc perturber les déterminismes sociaux ? Rien n’est moins sûr… C’est en effet avec l’avancée en âge que se redessinent les fractures plus traditionnelles, et ce de plusieurs façons : les entretiens permettent d’éclairer les évolutions relevées dans l’enquête quantitative.

15Si tous les garçons disent avoir lu et aimé les shonens « de baston », le modèle de masculinité se distingue selon l’appartenance sociale avec l’âge. Ainsi, deux figures s’opposent, celle de Kira, personnage principal de Death Note, grand type dégingandé mais à l’intelligence hors du commun, et celle de Bersek, dans le manga éponyme, défini par Ladji comme « du découpage intensif, dans tout le manga. Les gens, ils viennent : ouais bonjour, ils se découpent. Ouais, bonjour, un autre, ils se découpent ». Les travaux de Connell (2014) détaillent bien ces masculinités diverses, qui se déclinent différemment selon l’appartenance sociale. Cette insistance sur l’intelligence des personnages, leur capacité à exercer leur domination en mobilisant des ressources intellectuelles plutôt que la force physique, ainsi que l’importance donnée à la sensibilité sont ainsi caractéristiques des garçons de milieu moyen ou favorisé, comme Alexandre (17 ans, classe de première S, parents professeurs des écoles) :

Je n’aime pas les personnages qui sont trop hors du commun on va dire. Loin d’être réels. Il y a les Hellsing que je n’aime pas trop non plus. En fait, je trouve que le héros est un peu trop intouchable… Je n’aime pas ça […] Ce que je veux dire par réaliste, c’est qu’on reconnaît des qualités humaines… c’est pas totalement des super-héros… Le personnage intouchable, qui va toujours gagner, c’est quelque chose que j’ai du mal à regarder.

16Mais les filles composent également avec la segmentation qui leur est imposée : tout comme dans les espaces de goût décrits précédemment, où les jeunes lycéennes de milieu favorisé abandonnent le R’n’B pour le rock des garçons de même milieu, quand elles sont lectrices, elles n’ont pas de mots assez durs pour railler et rejeter les shojos, et affirmer leurs préférences pour les shonens. Dans la critique des shojos se confondent ainsi la stigmatisation des personnages féminins et celle de leurs lectrices, dans un processus d’identification de l’une à l’autre, où sont soulignés de façon récurrente la niaiserie et le sentimentalisme dégoulinant d’eau de rose trop sucrée. Si Leila (15 ans, classe de seconde, père au chômage, mère agent de service) affirme ne lire que des shojos (« Moi je lis que du shojo et voilà. On va dire dans le style que je lis, les shojos c’est toujours des histoires d’amour, c’est toujours ça. Ça finit trop bien et tout le monde est heureux. […] Des shonens, j’en ai lu quelques-uns, mais… Je m’en suis vite lassée on va dire. Parce que j’aime pas les histoires de bagarre et tout, de la mafia… “Tue machin, tue machin…” Au bout d’un moment… Voilà, c’est bon. »), les propos de Cécile (17 ans, en première année d’ostéopathie, père cadre, mère infirmière libérale) sont caractéristiques des filles de milieu favorisé : « Alors, il y a plutôt ceux qui sont avec des gros yeux, des petits nez et des petites bouches, et c’est moche. Et… Les histoires qui vont avec sont généralement très très niaises. C’est du genre : “Je t’aime mais tu ne le sais pas parce qu’en fait je suis invisible.” »

17L’enjeu apparaît de façon très claire dans les extraits suivants : ne pas avoir des goûts « de fille », afficher au contraire des goûts de garçon, c’est échapper au discrédit, à la fameuse « valence différentielle des sexes » (Héritier, 1996). Les capitaux culturels viennent alors compenser le déficit induit par le fait d’être née fille.

Chocolat and Vanilla, j’ai pas aimé. – C’est plus pour enfants ? – Non, pas spécialement, je dirais que c’est plus pour les filles (Estelle, 17 ans, classe de terminale S, père employé de banque, mère infirmière scolaire).

Sailor Moon, je n’aime pas non plus les dessins et l’histoire est trop… à l’eau de rose pour moi : « Ah je t’aime », « Ah moi aussi je t’aime. Ah mais nous nous aimons alors ! » C’est trop rose pour moi. Je ne supporte pas. […] C’est vrai que j’ai toujours été une fille un peu… garçon manqué, pour moi dans un manga, quand il n’y a pas un peu de violence, c’est un peu vide (Maele, 16 ans, classe de première L, père professeur des écoles, mère psychologue).

18Le déterminisme lié à la position sociale refait également surface dans les enjeux de légitimité culturelle, qui, au pays des mangas comme ailleurs, ne tardent pas à resurgir. Si le manga n’est plus honni en bloc comme cela a pu être le cas dans les années 1980 ou 1990, si des musées ou des magazines culturels les mettent à l’honneur, les propos des adolescents révèlent les conflits de légitimité qu’ils doivent affronter autour de cette pratique de lecture. Certains enquêtés, de milieu favorisé, anticipent ainsi le procès en légitimité qu’ils imaginent chez l’enquêtrice, en dénigrant leurs propres activités, ou en manifestant une certaine agressivité (« Je ne sais pas si t’as lu, je pense que t’as lu plus de romans que de mangas, désolé », assène ainsi Félix à l’enquêtrice). De même, Mathieu affirme ne plus lire de mangas depuis des années, alors que l’entretien révèle que si arrêt il y a, celui-ci date tout au plus de quelques mois.

19Les attitudes des parents sont là pour rappeler aux enfants la place accordée à telle ou telle pratique, et les propos montrent que le manga n’a pas du tout la même « valeur » selon le milieu d’origine. Si la plupart des parents de milieu populaire encouragent leurs enfants à en lire, puisqu’il s’agit ici de lecture, les parents de milieu favorisé, sans s’y opposer avec véhémence, développent une attitude que l’on pourrait définir comme de la tolérance affligée : « Ma mère se plaint, elle appelle pas ça des vrais livres » (Félix). « Mes parents me disent que c’est nul, que ce serait mieux que je lise un livre normal » (Pierre, classe de première STI, père facteur, mère institutrice). Le cas de Mathieu, qui précise que « Papa, il aimerait que je sois très cultivé », illustre une autre stratégie parentale : si son adolescent lit des mangas, autant que ce soit des mangas choisis par lui. Quand, en sixième, Mathieu a commencé à lire des mangas, ses parents, architectes, lui ont offert une biographie de Katsushika Hokusai, ainsi que des livres sur la culture japonaise. Sa tante lui achète des romans de Haruki Murakami, et son père tente de substituer aux Naruto, la célèbre série de shonens, des mangas « d’auteur » : « Papa, ça l’agace quand je lis des mangas, mais quand il a acheté ceux-là, il m’a dit : “Au lieu de lire tes conneries, tu devrais lire ça.” »

20Cependant, la stigmatisation des parents n’est pas la plus soulignée ni la plus difficile à vivre car elle est vécue comme « normale » puisqu’elle exprime finalement l’appartenance générationnelle (« Ma mère préférerait que je lise plus de romans, mais bon, c’est une vieille », résume on ne peut plus clairement Félix). Celle qui émane des copains, pour qui « les mangas, c’est pour les dégénérés », est autrement plus marquante. Si Mathieu souligne que la plupart de ces jeunes « portent un jugement sans vraiment connaître », les remarques, à la longue, font leur effet. Avec l’âge, les adolescents de milieu favorisé disent se détourner de cette lecture, ou en tout cas, ne pas lui accorder plus d’importance qu’elle ne le mérite aux yeux des autres : « C’est de la lecture pour se faire plaisir », « Ça n’apporte rien en lecture », « Je devrais lire plus de lectures sérieuses et moins de mangas », « C’est pas de la lecture », « J’aime bien avoir une bibliothèque avec mes livres, les mangas, c’est pas sérieux », autant de petites phrases qui émaillent les propos de ces grands adolescents de milieu favorisé…

21La sociologie de la culture est passée d’un modèle déterministe reposant sur l’association étroite entre le positionnement dans l’espace social et le style de vie, pratiques culturelles comprises, à un modèle plus ouvert, qui met en avant d’une part le panachage et l’éclectisme dans les contenus culturels, d’autre part la complexité des choix, notamment due à la multiplicité des facteurs en jeu. Dans le même temps, l’adolescence est devenue un objet à part entière de la sociologie, et les pratiques des enfants ne sont plus pensées comme directement héritées de celles de leurs parents. Quand les enquêtes mettent en avant l’importance des pratiques culturelles pour affirmer que l’on est bien « de son âge », pour se détacher de l’enfance et affirmer son autonomie vis-à-vis de la génération précédente, qu’en est-il des déterminismes classiques ? S’agit-il alors de substituer un déterminisme à un autre ? Les choix des adolescent-e-s se trouvent-ils affranchis des déterminations sociales au prix d’une soumission aux contraintes d’âge et de genre ?

22Les analyses quantitatives comme qualitatives permettent de répondre de façon nuancée, et surtout, témoignent de la nécessité de réintroduire dans la réflexion la temporalité : si, dans un premier temps, celui du collège, il importe avant tout de devenir « grand-e », et surtout de se construire comme garçon ou comme fille, l’importance de l’origine sociale s’accroît ensuite, pour venir se combiner avec l’influence de l’âge et du genre. Les trajectoires, comme le montre également l’enquête longitudinale, doivent être pensées dans la durée. La mise en lumière de cette articulation est là pour montrer les jeux complexes des déterminismes, dans lesquels ni le genre ni l’âge n’induisent de goûts plus « libres », ni plus « authentiques » que d’autres.

Haut de page

Bibliographie

Bellavance, Guy, Valex, Myrtille et Ratte, Michel, 2004, « Le goût des autres. Une analyse des répertoires culturels des nouvelles élites omnivores », Sociologie et sociétés, vol. XXXVI, no 1, p. 27-59.

Bennett, Tony et al., 2009, Culture, Class, Distinction, Abington et New York, Routledge.

Bourdieu, Pierre, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Cahiers du genre, 2010, « Les objets de l’enfance », no 49, 2.

Bourdieu, Pierre, 1980, Le sens pratique, Paris, Minuit.

Bourdieu, Pierre et Darbel, Alain, 1966, L’amour de l’art. Les musées et leur public, Paris, Minuit.

Connell, Raewyn, 2014, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam.

Coulangeon, Philippe, 2003, « La stratification sociale des goûts musicaux », Revue française de sociologie, vol. 44, no 1, p. 3-33.

Coulangeon, Philippe, 2011, Les métamorphoses de la distinction, Paris, Grasset.

Coulangeon, Philippe et Duval, Julien (dir.), 2013, Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte.

Court, Martine, 2010, Corps de filles, corps de garçons, une construction sociale, Paris, La Dispute.

Daloz, Jean-Pascal, 2013, Rethinking Social Distinction, Basingstoke, Palgrave MacMillan.

Détrez, Christine, 2014, Sociologie de la culture, Paris, Armand Colin.

Détrez, Christine et Vanhée, Olivier, 2012, Les mangados : lire des mangas à l’adolescence, Paris, BPI.

Donnat, Olivier, 1994, Les Français face à la culture. De l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte.

Dubois, Vincent, 1999, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin.

Glevarec, Hervé, 2013, La culture à l’ère de la diversité, La Tour-d’Aigues, L’Aube.

Grignon, Claude et Passeron, Jean-Claude, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Seuil.

Héritier, Françoise, 1996, Masculin, Féminin, tome 1 : La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.

Lahire, Bernard, 2004, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte.

Lamont, Michèle, 1995, La morale et l’argent. Les valeurs des cadres en France et aux États-Unis, Paris, Métailié.

Monnot, Catherine, 2009, Petites filles d’aujourd’hui. L’apprentissage de la féminité, Paris, Autrement.

Octobre, Sylvie (dir.), 2014, Questions de genre, questions de culture, Paris, La Documentation française.

Octobre, Sylvie, Détrez, Christine, Mercklé, Pierre et Berthomier, Nathalie, 2010, L’enfance des loisirs, Paris, La Documentation française.

Pasquier, Dominique, 2005, Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement.

Peterson, A. Richard et Kern, M. Roger, 1996, « Changing highbrow taste: From snob to omnivore », American Sociological Review, vol. 61, no 5, octobre, p. 900-907.

Haut de page

Notes

1 Nous nous limiterons ici à la sociologie française. Pour élargir aux débats étatsuniens, voir Lamont (1995) ; Bennett et al. (2009) ; Daloz (2013).

2 Voir Détrez (2014).

3 La ligne consacrée à l’ordinateur doit être replacée dans le temps de l’enquête. Le choix de la longitudinalité impose la contrainte du temps long : les premiers questionnaires ont été passés en 2002, à un moment où l’équipement en informatique et les possibilités offertes par le numérique étaient encore à leurs débuts. Les chiffres obtenus sont ainsi de l’ordre de l’artéfact et ne valent que par l’importance, en fin d’enquête, de l’ordinateur. On voit ici les problèmes méthodologiques que pose la révolution numérique aux sociologues de la culture. Nous ne sommes pas ici uniquement confrontés à une évolution des équipements (comme le passage du disque au CD, par exemple), mais à une mutation anthropologique des pratiques (et des façons de les mesurer) : l’ordinateur n’est pas un « simple » support, au même titre que le livre, la télévision, le disque, il brouille les associations classiques entre support et pratique, intérieur et extérieur, etc. : avec un ordinateur, on peut lire, écouter de la musique, faire de la photo, visiter un musée, regarder un film, etc.

4 Pour des analyses qualitatives de cette construction sexuée des goûts (et des corps), voir Court (2010).

5 Les résultats sont ici présentés pour les enfants d’ouvriers et de cadres. Cette dichotomie ne suggère pas une vision binaire de la société, mais permet une lecture simplifiée des données.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte des goûts musicaux des adolescents
Crédits Source : Octobre, Détrez et al. (2010 : 143).
URL http://socio.revues.org/docannexe/image/2239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Détrez, « « Avoir la classe, avoir bon genre » : déterminisme(s) et pratiques culturelles adolescentes contemporaines », Socio, 6 | 2016, 65-80.

Référence électronique

Christine Détrez, « « Avoir la classe, avoir bon genre » : déterminisme(s) et pratiques culturelles adolescentes contemporaines », Socio [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 11 mai 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://socio.revues.org/2239 ; DOI : 10.4000/socio.2239

Haut de page

Auteur

Christine Détrez

Christine Détrez est maîtresse de conférences HDR en sociologie à l’École normale supérieure de Lyon. Ses domaines de spécialité sont la sociologie de la culture et la sociologie du genre. Ses derniers ouvrages sont Sociologie de la Culture (Armand Colin, 2014), Quel genre ? (Thierry Magnier, 2015), Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ? (Belin, 2016).

christine.detrez@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org