Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-7

Texte intégral

1Jamais les sciences sociales n’ont eu l’importance qui est la leur aujourd’hui. Elles se développent désormais presque partout dans le monde, elles sont assez largement globalisées, et de plus en plus internationalisées, même si, en leur sein, des pans entiers résistent sur un mode relativiste, et souvent provincial, comme si la recherche d’un seul pays, française, par exemple, devait avoir valeur universelle naturellement, par essence.

2Les étudiants en sciences humaines et sociales se comptent par millions à l’échelle de la planète, les chercheurs et enseignants chercheurs par centaines de milliers, et leurs travaux irriguent le débat public : ils constituent la nouvelle figure de l’intelligentsia. Celle-ci met en relation les idées et les faits, avec parfois des risques considérables : on trouvera dans cette livraison de Socio un hommage, auquel toute l’équipe de la revue s’associe, à la mémoire de Giulio Regeni, ce doctorant italien qui travaillait sur le syndicalisme indépendant en Égypte, enlevé, torturé et tué au Caire, vraisemblablement par la police locale en janvier 2016.

3Les sciences humaines et sociales apportent aux sociétés la réflexivité et donc la capacité de se penser elles-mêmes, aux acteurs collectifs, politiques, culturels, économiques, sociaux, la capacité d’élever leur niveau de connaissance, et donc d’améliorer leur action, et aux individus qui s’en nourrissent ou qu’elles mobilisent des outils pour mieux se construire comme sujets personnels.

4Pourtant, elles sont parfois mises en cause et réduites à l’image d’explications élémentaires relevant de déterminations simplistes – et peu convaincantes. Elles se voient alors reprocher leur « sociologisme », c’est-à-dire des modes de raisonnement sommaires, qui feraient rentrer tous les faits, comme aux forceps, dans le cadre de théories reposant sur un principe ayant valeur générale. Pire encore, il arrive qu’elles soient accusées d’entraver l’action publique, d’être nocives pour la société, et d’excuser le mal, le terrorisme par exemple – le propos, souvent journalistique et politique, surfant alors généralement sur la vague du poujadisme ou de l’autoritarisme.

5La question serait vite réglée, pour ceux qui relèvent eux-mêmes des sciences sociales, ou qui simplement les lisent et les apprécient, si celles-ci avaient clairement réglé la question du déterminisme. Mais la pratique de ces disciplines est loin d’autoriser à évacuer cette question, bien au contraire : chassé et pourchassé par les uns, le déterminisme revient constamment au galop, y compris chez ceux qui le critiquent, et, avec lui, l’affirmation qu’il existe des mécanismes, des formes de domination, des appartenances (de classe, de genre, d’âge, de culture, de religion, etc.) qui expliquent les conduites humaines. Est-il possible, est-il souhaitable, est-il nécessaire de rompre avec le déterminisme, et si oui, comment éviter qu’en l’évacuant par la porte, on ne le fasse rentrer par la fenêtre ? Tel a été le point de départ du dossier préparé et ouvert par Ronan Le Roux et Arnaud Saint-Martin pour ce sixième numéro de Socio.

6J’ajouterais à ce questionnement exigeant des interrogations complémentaires, qui touchent à d’autres enjeux pour les sciences sociales, à commencer par celui de la démonstration : se situer par rapport à l’idée de détermination des conduites sociales, c’est faire un choix épistémologique qui devrait inclure le thème de la preuve. Si, par exemple, on décide de considérer que des « facteurs » expliquent les comportements, alors, la preuve pourra être dans la validation empirique de ce déterminisme élémentaire que constituent les « facteurs », on mesurera les comportements (la variable à expliquer) et les facteurs en question (la variable explicative), et on fera apparaître que les premiers dépendent bien des seconds.

7Mais si l’on rejette tout postulat déterministe, qu’est-ce que démontrer, qu’est-ce que prouver en sciences sociales ? La réponse à cette question passe nécessairement par une réflexion d’ordre méthodologique : quelle est, quelles sont les méthodes les plus adaptées à une sociologie qui ne serait pas un « sociologisme », et qui refuserait les postulats déterministes, tout en s’efforçant de faire œuvre scientifique ?

8Ainsi, le dossier que nous proposent Le Roux et Saint-Martin vient-il non pas répondre une fois pour toutes à une question délicate, et cruciale, mais bien davantage nous inviter aussi à envisager d’autres questionnements et finalement contribuer à élever notre niveau de perplexité : comment ne pas leur en être reconnaissants ?

9Enfin, cette livraison de Socio comporte aussi un minidossier consacré à certains aspects de la recherche dans le domaine de la santé, comprenant un article de Laurent Chambaud et un entretien avec trois grandes figures de la recherche médicale et scientifique française de pointe, Alain Fischer (directeur de l’institut Imagine), Bertrand Fontaine (directeur de l’institut du Cerveau et de la Moelle épinière) et José-Alain Sahel (directeur de l’institut de la Vision) : en débattant de leurs expériences pionnières, dans leur diversité mais aussi dans leurs similitudes, ils apportent un éclairage puissant sur ce que peut être la contribution d’institutions vouées à la production de connaissance et au progrès scientifique et médical et qui, comme ils le disent eux-mêmes, partent du sujet (ici le malade) pour aboutir au sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 6 | 2016, 5-7.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 11 mai 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://socio.revues.org/2129

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org