Navigation – Plan du site
Dossier : Inventer les sciences sociales postoccidentales

Après le tremblement de terre au Japon : la mission transnationale de la sociologie

After the great earthquake in Japan : A socio-philosophical approach to transnationalism as a task of sociology
Kazuhisa Nishihara
p. 65-79

Résumés

Depuis peu, l’Asie orientale connaît une mobilité croissante impliquant plusieurs types de populations : travailleurs migrants, migrants matrimoniaux, étudiants étrangers et touristes. Cependant, les relations diplomatiques entre les pays d’Asie du Nord-Est (en particulier la République populaire de Chine, la République de Corée et le Japon) sont rendues difficiles par l’existence de différends territoriaux et autres conflits. En tant que sociologue japonais vivant au sein de la société japonaise, je souhaite examiner ici le caractère transnational des échanges et des relations entre ces pays, avant d’explorer les possibilités futures qu’auraient les peuples d’Asie du nord-est de mieux se comprendre. Ce ne sont pourtant pas les conflits économiques et politiques qui retiendront mon attention, mais la question des échanges et des communications socioculturelles après le grand tremblement de terre et le tsunami de 2011.
Cet article se donne trois objectifs : (1) saisir la société japonaise contemporaine au travers du prisme des communications transnationales, en particulier les liens socioculturels avec les peuples d’Asie du nord-est ; (2) proposer un point de vue méthodologique permettant de dessiner, sur la base de mes recherches de terrain, ce que pourrait être une meilleure compréhension mutuelle, entre peuples asiatiques mais aussi à l’échelle transpacifique et globale ; (3) enfin, à partir de ce travail, interroger la sociologie japonaise et ses relations à la tradition sociologique occidentale.

Haut de page

Texte intégral

La société japonaise contemporaine et les résidents étrangers

  • 1 Nous donnons ici la traduction des titres japonais. (Ndt.)

1Le Japon a souvent été considéré comme un « pays fermé », comme le montrent, par exemple, le titre du livre de W. Asato (2011), La fermeture nationale d’un marché du travail : l’effondrement du Japon, ou encore l’étude réalisée par E. Oguma (1995) : Le mythe de la nation homogène1. Ces ouvrages ne portent pas sur la fameuse « politique japonaise de fermeture » de l’ère Tokugawa mais sur les politiques japonaises à l’égard des travailleurs étrangers après la Seconde Guerre mondiale. Les statistiques nationales les plus récentes produites par le ministère de la Justice mettent en lumière le fait que les étrangers ne représentent que 1,7 % de la population vivant aujourd’hui au Japon. Ce chiffre est bas, si on le compare à ceux des principaux pays européens qui s’étagent entre 7 et 14 % (OECD, 2013 : 18). De nos jours encore, le gouvernement japonais n’est pas favorable à l’accueil sur son territoire de migrants ou de travailleurs non qualifiés. Pour autant, le nombre d’étrangers résidant au Japon n’est pas négligeable : ils sont approximativement deux millions. De plus, de nombreux étrangers vivent dans les régions dévastées de l’est du Japon, soit parce qu’ils sont mariés à des citoyens japonais, soit en tant que travailleurs étrangers. Notre première question concerne donc la nature des communications et des échanges entre les Japonais et les résidents étrangers, sachant qu’une grande part de ces derniers viennent des autres pays d’Asie orientale.

2Il existe une longue tradition historique d’échanges entre les pays d’Asie orientale, y compris le Japon. Au cours de la période de croissance économique rapide après la guerre, le pays ne compte qu’un petit nombre de résidents étrangers, et ce pour plusieurs raisons (voir Bartram, 2000). Premièrement, la main-d’œuvre surnuméraire dans les zones rurales peut alors entièrement satisfaire la demande d’emplois créée par la croissance économique. Deuxièmement, des lois interdisant l’immigration des Chinois et des Coréens sont votées dans les années 1950, notamment celle sur le contrôle de l’immigration en 1951 et celle sur l’enregistrement des étrangers en 1952, ces deux textes formant le cœur de la politique gouvernementale japonaise de contrôle des étrangers, que l’on appelle aussi « le régime de 1952 ». Après la guerre du Pacifique et la guerre de Quinze Ans (1931-1945), les relations du Japon avec les autres pays d’Asie du Nord-Est sont loin d’être au beau fixe. Non seulement le Japon hésite alors à ouvrir son marché du travail aux citoyens de ces pays, mais de surcroît aucun réseau de recrutement ne permet de le faire. Par ailleurs, les Asiatiques vivant d’ores et déjà au Japon s’estiment victimes de discriminations. Les personnes d’origine chinoise ou coréenne sont tenues à l’écart du processus de reconstruction de la politique et de la société japonaises. De leur côté, la Chine et les deux Corées ne s’intéressent pas davantage au Japon, occupées qu’elles sont alors à se reconstruire et à se moderniser.

  • 2 Peut-on estimer qu’il s’agit véritablement d’un objectif lié à la contribution du Japon à la coopé (...)

3Pourtant, à partir de la fin des années 1980, le besoin de main-d’œuvre commence à se faire sentir dans l’industrie japonaise, en raison de la baisse du taux de natalité, de la démocratisation de l’enseignement supérieur, mais aussi de l’amélioration des conditions de vie qui modifie l’attitude des Japonais à l’égard des trois D censés caractériser le travail manuel – dirty (sale), dangerous (dangereux) et demeaning (avilissant) ou bien encore difficult (difficile) – puisque la nouvelle génération fait son maximum pour éviter ce type d’emploi. Le gouvernement japonais n’autorise cependant pas le recrutement de migrants étrangers non qualifiés au cours des années 1990 (Nishihara et Shiba, 2014). Inversement, les Brésiliens, Péruviens ou autres Latino-Américains descendants de Japonais sont eux autorisés à venir au Japon pour y travailler en raison de leurs liens du sang avec les Japonais. Un nouveau programme de formation pour les étrangers est introduit en 1990 sous le nom de « système des stages », et ce en dépit du fait que la plupart des « stagiaires » étrangers travaillent à temps plein. Selon l’Organisation de coopération pour la formation internationale (JITCO), créée en 1991, « l’objectif de ce programme dit de formation technique interne est de permettre aux stagiaires en formation technique d’acquérir des compétences, de participer au développement économique de leurs pays respectifs et de jouer ainsi un rôle important dans la contribution du Japon à la coopération internationale2 ». Cette politique gouvernementale consistant à soutenir un tel programme peut aussi être vue comme un moyen de faire entrer des travailleurs étrangers au Japon par la « petite porte », comme je vais le démontrer à partir d’exemples concrets tirés de ma recherche de terrain.

4De nos jours, on trouve de nombreux « stagiaires » non seulement dans les villes mais aussi dans beaucoup de zones rurales du Japon. On estime leur nombre total à un peu moins de 200 000. Mon terrain de recherche m’a permis de côtoyer certains d’entre eux, d’abord dans un petit village agricole au centre du Japon, à partir de 2008, puis dans un petit port de pêche du nord-est dès 2011 (Nishihara, 2013a : 27). Dans le premier cas, selon les données recueillies auprès d’un fonctionnaire du village, environ 650 Chinois et 150 Philippins ont récemment été recrutés comme travailleurs agricoles sur sept mois de l’année, d’avril à octobre. Une fois leur période de formation technique achevée, ils rentrent dans leur pays et ne peuvent en aucun cas revenir au Japon, même s’ils le souhaitent. En tant que stagiaires, ils ne peuvent entrer sur le territoire qu’une seule fois. Ma recherche montre que les travailleurs étrangers sont particulièrement mécontents de cette politique (Nishihara et Shiba, 2012).

  • 3 L’une d’entre elles nous a dit : « Après la catastrophe, j’ai commencé à me dire qu’il me fallait (...)

5Dans le second cas, il s’agit de la zone côtière du nord-est du Japon qui a été touchée par le grand tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011. De nombreuses victimes étaient étrangères. Le tsunami a causé des dégâts très importants dans cette ville mais, fort heureusement, environ 160 stagiaires chinoises qui travaillaient autour des produits de la mer purent rentrer saines et sauves dans leur pays, ainsi que d’autres stagiaires chinoises travaillant dans la région de Tohoku. L’année suivante, exceptionnellement, certaines anciennes stagiaires furent autorisées à revenir dans la même ville, ce qui me permit de les interroger aussi bien sur la manière dont elles avaient vécu la catastrophe que sur leur expérience de « formation »3.

6En travaillant dans cette région, je ne m’intéressais pas seulement aux mauvaises conditions de travail ou aux petits salaires des stagiaires ; je comptais y trouver une lueur d’espoir permettant d’imaginer l’amélioration des échanges transnationaux à l’avenir. Je pensais que je pourrais dénicher des stagiaires chinoises ayant un fort attachement subjectif aux Japonais et à l’environnement socioculturel japonais, comme je l’avais remarqué lors d’entretiens menés au Japon pendant l’été 2008 puis lors d’entretiens de suivi en Chine en mai 2009 (Nishihara et Shiba, 2012).

7Par ailleurs, j’espérais pouvoir identifier la présence de certaines personnes ayant joué un rôle central de médiation au cours de leur expérience socioculturelle en tant qu’étrangers au Japon. De tels médiateurs tentent de construire des ponts entre des individus provenant de milieux socioculturels différents. L’importance des médiateurs a été signalée depuis longtemps par Georg Simmel (1908), et le concept de médiateur est intimement lié à celui de capital social, en particulier le capital social d’ouverture (bridging social capital) (Putnam, 2000). Dans la situation considérée, les médiateurs peuvent être par exemple des immigrés mariés à des nationaux, des Japonais de retour du nord-est de la Chine (la Mandchourie) ou bien encore des étudiants étrangers au Japon. De fait, le professeur qui enseigne la langue japonaise aux travailleurs étrangers et leur sert d’interprète informel ou de guide dans leurs activités privées joue un rôle de médiateur pour les expatriés vivant dans le village agricole, tout comme l’immigré marié à un national ou le Japonais de retour de Mandchourie ; dans le port de pêche, une ancienne étudiante étrangère, mariée à un Japonais, joue un rôle similaire (Nishihara, 2013b ; Nishihara et Shiba, 2014). Leurs efforts ont encouragé la compréhension mutuelle entre les deux cultures et il se pourrait bien que l’existence de ce type d’acteurs soit une lueur d’espoir pour la mise en place d’une future société multiculturelle. Ils sont indispensables aux relations transnationales, aujourd’hui comme demain.

La pensée nationaliste et la mobilité transnationale en Asie du Nord-Est

  • 4 Entre 1990 et 2010, le nombre d’étudiants étrangers est en effet passé d’environ 3 400 à 140 000. (...)
  • 5 Données officielles de l’Organisation nationale du tourisme au Japon (<http://www.jnto.go.jp/jpn/r (...)
  • 6 On comptabilise environ 20 000 de ces couples en 1980, 60 000 en 1990 et 80 000 en 2000, selon les (...)

8Le Japon compte aujourd’hui de nombreux étrangers. Cela inclut tous ceux qui y résident, en tant que stagiaires, étudiants ou bien mariés à des citoyens japonais, mais aussi ceux qui le visitent, touristes en provenance des autres pays d’Asie orientale, experts ou hommes d’affaires venus du monde entier, même si leur population totale n’est pas considérable. On peut sans se tromper estimer que les relations entre étrangers et Japonais ont augmenté au cours des deux ou trois dernières décennies. En 2010, le chiffre des étrangers enregistrés au Japon était environ deux fois plus élevé qu’en 1990. Entre 1990 et 2010, le nombre d’étudiants étrangers au Japon a triplé4, tout comme celui des touristes étrangers, qui a atteint les dix millions en 20135. Depuis 1990, les mariages avec des étrangers ont vu leur croissance plus que tripler par rapport à 1980, passant de 1 % à 3,5 % du total des couples mariés6, bien que ce chiffre ait baissé récemment. On peut donc dire que la mobilité et l’activité transnationales sont des réalités du Japon moderne.

  • 7 On pourrait décrire l’évolution du nationalisme japonais d’après-guerre de la manière suivante : ( (...)

9Malheureusement, en sens inverse, on voit également progresser l’esprit nationaliste. Il a commencé à gagner du terrain juste après les conflits territoriaux entre le Japon, la Chine et la Corée du Sud en 20127. Convoquant l’héritage de la politique nationale d’isolationnisme, le souvenir de l’impérialisme japonais avant la Seconde Guerre mondiale et l’expérience d’une croissance économique dans l’après-guerre, le nationalisme japonais contemporain manifeste un préjugé profondément enraciné à l’encontre des étrangers sous l’influence du « mythe de la nation homogène » apparu dans l’après-guerre. Au même moment, les discours nationalistes font également recette en Chine et en Corée du Sud. Il est donc logique que des conflits politiques aient éclaté entre ces pays. En 2012, par exemple, des programmes d’échanges officiels organisés par le gouvernement chinois sont reportés à plusieurs reprises. Ces échanges, ainsi que tous les efforts visant à encourager une meilleure compréhension mutuelle entre ces nations, ont apparemment cessé après les disputes territoriales et on a pu penser qu’on était entré alors dans la zone dangereuse, où toute communication est rompue. Pourtant, ce point de vue est trop étroit. Ces conflits ne sont officiels que sur les plans politique et diplomatique, tandis que les communications et les échanges socioculturels à la base, entre les habitants de ces pays ne font que croître, lentement mais sûrement. En voici quelques exemples.

10Au cours de la dernière décennie, les échanges scientifiques entre sociologues japonais, chinois et sud-coréens ont beaucoup augmenté. Ainsi des accords bilatéraux ont été passés entre les associations de sociologie des pays d’Asie du Nord-Est pour l’organisation d’échanges de chercheurs. Le premier d’entre eux a été conclu en 2007 entre l’Association coréenne de sociologie (KSA) et l’Association japonaise de sociologie (JSS), avant que la JSS n’en signe un avec l’Association chinoise de sociologie (CSA) en 2011, la KSA et la CSA faisant de même quelque temps après. En 2012, la JSS – tout comme la KSA – a signé un accord similaire avec l’Association taiwanaise de sociologie. La coopération entre sociologues de ces différents pays s’en est trouvée progressivement accrue.

11De même, la proportion d’étudiants étrangers et de touristes venant au Japon en provenance de Chine, de Hong Kong, de Taïwan et de Corée du Sud a connu une croissance importante, tout comme le nombre de touristes japonais visitant d’autres pays asiatiques. Le mariage avec des étrangers a également beaucoup évolué. Après la Seconde Guerre mondiale, le profil type de ce genre de mariage concernait un homme américain et une femme japonaise. Aujourd’hui, les couples les plus fréquents impliquent un homme japonais et une femme chinoise. Il semble que le nombre de couples formés avec des hommes ou des femmes venant des Philippines ou du Vietnam a également augmenté au cours des deux dernières décennies. Il est donc possible d’affirmer que le transnationalisme existe bel et bien à l’échelle de l’Asie orientale : il fait partie du mode de vie et de la manière de penser.

12Néanmoins, différents types de nationalismes continuent à prévaloir dans les cultures d’Asie du Nord-Est, surtout en Chine, en Corée et au Japon. Pour contrer cette tendance et encourager la réconciliation interculturelle, des sociologues de ces pays ont voulu mettre l’accent sur l’existence de traits culturels communs, en particulier la pratique religieuse (bouddhisme et confucianisme), l’usage des kanjis (les caractères chinois) et une conception très proche de la famille et de la parenté (voir Kim, 2008). Cependant, dès lors que le politique prend le dessus et encourage les gens à insister sur les différences qui les séparent d’autres groupes culturels, ces différences nourrissent des conflits, comme celui causé par le Japon impérial sous le slogan politique de la « grande sphère de coprospérité en Asie orientale ». En toute logique, les pays d’Asie du Nord-Est devraient être en bons termes puisque ce sont des pays voisins et que le principe des relations originelles entre les groupes d’Asie orientale – ce qu’on appelle le relationnisme d’Asie orientale – est un fait. Pourtant, l’idée que les ressortissants d’Asie orientale devraient se regrouper pour la simple et unique raison qu’ils sont asiatiques relève d’une perspective étroite et insatisfaisante.

13Cette idée de relationnisme asiatique et la perspective marxienne du « relationnisme » selon laquelle les êtres humains sont, en réalité, un ensemble de relations sociales, se marient à peu près aussi bien que la carpe et le lapin. Il nous faut prêter aussi une grande attention au fait que de nombreux peuples d’Asie orientale, hier comme aujourd’hui, ont migré vers l’Amérique du Nord et du Sud. À l’époque moderne, nombreux sont ceux qui ont émigré vers les îles Hawaï, le Pérou, le Brésil, les États-Unis, le Canada ainsi que vers d’autres directions transpacifiques. Il en a résulté l’établissement de réseaux transnationaux entre les pays de départ et les pays d’accueil. Prenons l’exemple du Canada. Quantité de Japonais ont quitté les villes et les villages pour rejoindre Vancouver et ses environs. La plupart des zones de départ, même s’il s’agit de villages, entretiennent des relations formelles avec des communes canadiennes par l’entremise d’accords sur les « villes amies ». Ainsi, la ville de Tome, qui se trouve dans la préfecture de Miyagi et dont de nombreux habitants sont partis pour devenir pêcheurs à Vancouver avant la Seconde Guerre mondiale, a signé un accord d’amitié avec la petite ville canadienne où vivent aujourd’hui la plupart des descendants de ces migrants.

14Il n’en demeure pas moins que la sociologie japonaise contemporaine ignore bien souvent les conséquences présentes de cette histoire, ou alors ne les prend pas assez en compte. La sociologie ne se limite pourtant pas à l’étude de la société à l’intérieur des frontières de l’État-nation. Aujourd’hui comme par le passé, on peut relever différents exemples de sociétés transnationales.

Les transformations de la société japonaise et les tâches de la sociologie japonaise

15Au cours du processus de modernisation du Japon, la communauté japonaise traditionnelle s’est modernisée en adoptant des modes de vie occidentaux. Sous leur forme européenne et américaine, ils sont devenus le modèle à suivre tandis que l’individualisation a pris de plus en plus d’importance. Il est nécessaire de bien comprendre les différences historiques entre les processus de modernisation de chacun des pays d’Asie orientale : la volonté de se moderniser avant la Chine et la Corée a entraîné l’émergence au sein du peuple japonais d’une conscience discriminatoire spécifique à l’égard des autres Asiatiques, y compris dans l’après-guerre. Si les discours postmodernes occidentaux se popularisent dans les années 1990 au Japon, ils n’ont pas donné lieu à un grand changement social car ils sont incapables de proposer une analyse rigoureuse des réalités sociales asiatiques. Pourtant, de nos jours, de plus en plus d’Asiatiques se déplacent de manière transnationale et la mobilité est devenue un important facteur de changement social.

16J’aimerais brièvement évoquer l’histoire des configurations sociales dans le Japon d’après-guerre. Selon moi, la société japonaise a traversé cinq phases successives, au rythme d’une tous les quinze ans (Nishihara, 2010).

17De 1945 à 1960  : démocratisation et modernisation.

18De 1960 à 1975 : croissance économique rapide et urbanisation.

19De 1975 à 1990 : puissance économique et société de consommation.

20De 1990 à 2005 : mondialisation et société de l’information.

21De 2005 à aujourd’hui : déclin démographique et vieillissement de la population dû à la chute du taux de natalité (ou bien une nouvelle phase, celle de l’ouverture du pays).

22Comme nous l’avons indiqué plus haut, il a fallu attendre les décennies 1990 et 2000 pour que ces transformations sociales commencent à être perçues comme un problème important dans un pays où sévissait la pénurie de main-d’œuvre. Parmi les conséquences de ces changements, il faut noter l’internationalisation de la société japonaise, dont on considère aujourd’hui qu’elle est plus grande qu’elle ne l’a jamais été. De fait, la question de l’importation de main-d’œuvre étrangère au Japon afin de combler le manque de jeunes ouvriers japonais est désormais considérée comme un problème urgent dans la perspective des jeux Olympiques de 2020 à Tokyo. En d’autres termes, alors que la société japonaise fait face à une pénurie de main-d’œuvre, la politique de l’ouverture prônée par l’ancien Premier ministre Naoto Kan fait enfin l’objet d’un débat sérieux.

23La configuration sociale du Japon est aujourd’hui la suivante : en 2010, les paysans ne représentent plus que 2,2 % de la population totale ; la part des emplois dans l’industrie primaire est approximativement de 4 %. Selon le recensement de 2010, on compte plus de deux millions de résidents étrangers enregistrés, les nationalités les plus présentes étant les Chinois (680 518), les Coréens (578 495), les Brésiliens (267 456) et les Philippins (211 716). On estime que les travailleurs étrangers – en incluant les « stagiaires » – sont un peu moins d’un million au Japon. En ce qui concerne les étudiants étrangers, les sources mentionnées plus haut (voir note 3) confirment une nette augmentation des étudiants chinois : de 450 en 1980, leur nombre passe à 13 387 en 1990, 22 150 en 2000, puis 87 533 en 2010. Il a donc été multiplié par 200 en trente ans.

24Que l’on me permette de dire quelques mots des autres principaux pays d’Asie du Nord-Est. La République populaire de Chine adopte en 1979 une politique dite de « réforme et d’ouverture » avant d’intégrer l’économie de marché mondiale en 1992 avec un succès tel que son PIB dépasse celui du Japon en 2010 et qu’elle est devenue la deuxième puissance économique mondiale. De son côté, la Corée du Sud se démocratise en 1987, renoue des relations diplomatiques avec la Chine en 1992 et se lance dans une grande entreprise de mondialisation de son économie après avoir survécu à la crise asiatique de 1997. La démocratisation de Taïwan – matérialisée par la levée de la loi martiale – intervient également en 1987 ; celle de la Mongolie en 1990. Sur le plan économique et politique, la Chine, la Corée du Sud et Taïwan dont devenus des acteurs du marché mondial depuis 1990, l’année même où le Japon met en place sa nouvelle politique d’accueil des étrangers. On considère généralement que les échanges transnationaux en Asie du Nord-Est ont augmenté progressivement mais de manière très importante quantitativement au cours des deux dernières décennies. En fait, on peut dire que le processus menant à l’établissement d’interactions économiques, politiques et socioculturelles transnationales approfondies entre ces pays n’en est encore qu’à ses balbutiements.

25Dans ces circonstances, devons-nous être d’accord avec Ulrich Beck (2002) lorsqu’il écrit que les sociologues d’Asie du Nord-Est devraient se tourner vers le « cosmopolitisme » méthodologique ? Je pense que cette proposition pèche par idéalisme en ce qui concerne l’Asie du Nord-Est. Dans cette région où les conflits politiques sont fréquents, l’idée de cosmopolitisme n’a pas encore fait son chemin, même s’il s’agit d’un idéal qui présente de l’attrait. À l’heure actuelle, nous avons plutôt besoin de nous concentrer sur le « transnationalisme » méthodologique (Nishihara, 2014a, 2014b).

26De mon point de vue, il existe au moins trois types de transnationalisme. Le premier est le transnationalisme de facto ou, tout simplement, le « fait transnational ». Il semble que, de nos jours, les gens n’accordent pas une importance particulière au fait de franchir les frontières nationales. En réalité, ils les franchissent souvent. Interagissent transnationalement non seulement les étudiants étrangers et internationaux, les personnes mariées à des citoyens d’un autre pays, les travailleurs étrangers, les touristes, les chercheurs – groupes déjà mentionnés –, mais aussi les chanteurs, les stars de cinéma et toutes les personnes travaillant en lien avec les médias dans chacun des pays. Dans ce dernier domaine, les produits et les contenus culturels comme la musique populaire, les films et les informations traversent facilement les frontières nationales. Le transnationalisme n’est pas alors un concept social réservé aux philosophes mais bien une question de sens commun que même les « gens ordinaires » d’Asie orientale (ceux qui vivent dans le monde quotidien pour reprendre la terminologie phénoménologique) peuvent partager. Néanmoins, sur le plan politique et idéologique, le transnationalisme n’est pas pleinement accompli en Asie orientale. Le transnationalisme total demeure un idéal, c’est un but vers lequel on peut tendre. On peut appeler cette version le « transnationalisme comme idéal ». Il s’agit du deuxième type. Enfin, le troisième type est le « transnationalisme méthodologique ». Les sociologues asiatiques contemporains devraient adopter le « cosmopolitisme méthodologique » afin de produire la critique d’un « nationalisme méthodologique » trop étroit.

27Dans la période de globalisation qui est la nôtre, les sociologues d’Asie orientale sont confrontés à de multiples situations transnationales, tout comme leurs homologues européens. Au Japon, jusque dans les années 1990, un grand nombre d’articles scientifiques faisaient référence dans leur titre à des sociologues occidentaux. C’est le cas pour environ 20 % des articles publiés dans la revue officielle de la Société japonaise de sociologie (Nishihara, 2010). Dans les années 2000, à quelques exceptions près, ces noms ont disparu. Une interprétation possible serait de considérer que la période durant laquelle les sociologues japonais ont importé les théories occidentales pour les appliquer à la société japonaise est révolue. En d’autres termes, les sociologues japonais ne se concentraient alors que sur l’analyse de la société japonaise, et pour ce faire ils ont emprunté les concepts et les méthodes de la sociologie occidentale. Ces tendances ont eu au moins deux conséquences : l’occidentalisation de la société japonaise et, dans le même temps, le nationalisme méthodologique. Je pense que la situation a été identique dans les autres pays d’Asie du Nord-Est après leur démocratisation. Donc, maintenant, nous pouvons nous intéresser au transnationalisme méthodologique. À présent que le fait transnational a été activé et que le transnationalisme comme idéal commence à être débattu, les sociologues d’Asie orientale – et plus précisément ceux d’Asie du Nord-Est – devraient décrire en détail ces deux transnationalismes, les étudier de manière précise et les discuter avec le plus grand sérieux à partir de la perspective du transnationalisme méthodologique.

28Jusqu’ici, j’ai insisté sur les perspectives sociologiques suivantes : pour penser théoriquement l’expérience transnationale du vivre-ensemble ou de la convivialité – un terme utilisé dans un autre contexte par Ivan Illich en 1973 – des peuples d’Asie orientale, il est nécessaire de faire la critique du concept de « société contenue dans un État-nation » (Nishihara, 2014b) et de pratiquer une « sociologie au-delà des sociétés » (Urry, 1999) tout en s’efforçant de « rendre visible un nouveau futur en train d’émerger » (Beck, 1986) et de partir à la recherche d’« utopies réelles » (Wright, 2010). L’étape suivante devrait consister à dépasser le nationalisme méthodologique pour aller vers le transnationalisme méthodologique.

Pour conclure : des relations internationales aux relations intersubjectives

  • 8 Comme l’écrit Beck : « While the national government acts within the frame of the nation-state, ea (...)
  • 9 « Conception hégélienne » fait ici référence à la dialectique proposée par Hegel entre la famille, (...)

29Cet article a accordé une attention particulière aux concepts de médiateur et de transnationalisme, et développé une perspective de transnationalisme méthodologique. Bien que les situations multiculturelles aient fait leur apparition sous la pression de la globalisation, le nationalisme méthodologique décrit par Beck n’a malheureusement pas encore fait l’objet d’un vrai débat au sein de la sociologie d’Asie du Nord-Est. Le point de vue que je défends ici vise à dépasser un régionalisme étroit – par exemple le nouvel asiatisme dans son opposition à l’occidentalisme – tout autant qu’il refuse un nationalisme méthodologique étroit. L’étude des échanges transnationaux et du transnationalisme en Asie du Nord-Est est une tâche urgente. Cependant, en dépit de cette orientation spécifique, je ne pense pas que la recherche sociologique attentive aux circonstances sociohistoriques devrait se limiter aux sociétés asiatiques. L’étape ultérieure pourrait être consacrée à l’étude des régions transpacifiques (Amérique du Nord, du Sud, et centrale) car beaucoup de migrants venant d’Asie s’y sont installés et y vivent aujourd’hui dans des configurations multiethniques variées. De plus, cette région, depuis le xvie siècle, a toujours été le point de rencontre entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud (y compris l’Amérique du Sud, l’Océanie et l’Afrique). Cela permettrait d’ouvrir de nouveaux horizons transnationaux et mondiaux8. Cette perspective ouvrirait la possibilité aux sociologues d’Asie orientale de réévaluer la forme de pensée eurocentrique dérivée de la conception hégélienne d’une société contenue dans l’État-nation9 et de dépasser un asiatisme trop étroit, ouvrant ainsi une discussion sur la possibilité d’une existence humaine relationnelle et universelle.

  • 10 Mon usage du terme «  intersubjectivité » s’appuie sur la conception schutzienne de la « relation (...)

30Après le grand tremblement de terre au Japon en 2011, le processus de remise en état est en cours dans les régions dévastées où vivent de nombreux étrangers – travailleurs ou bien mariés à des citoyens japonais – qui malheureusement n’ont jamais vraiment été sous le feu des projecteurs. Il faudrait que ce processus construise un système social auquel les résidents étrangers pourraient également participer (Nishihara, 2013b). La société japonaise, ce qui inclut les régions dévastées, doit urgemment prendre le tournant d’une société multiculturelle. La sociologie ainsi que la théorie sociologique proche de la philosophie sociale doivent adopter la méthode du transnationalisme méthodologique, car elle est la voie permettant de passer des relations internationales aux « relations intersubjectives » dans l’ère postnationale à venir10.

31Traduit de l’anglais par Stéphane Dufoix.

Haut de page

Bibliographie

Asato, Wako, 2011, Rodo-sakoku: Nippon no Hokai (The National Isolation of a Labor Market: The Collapse of Japan), Tokyo, Daiyamondo-sha (en japonais).

Bartram, David, 2000, « Japan and labor migration: Theoretical and methodological implications of negative cases », International Migration Review, vol. 34, no 1, p. 5-32.

Beck, Ulrich, 1986, Risikogesellschaft: Auf dem Weg in eine andere Moderne, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Beck, Ulrich, 2002, « The cosmopolitan society and its enemies », Theory, Culture & Society, vol. 19, no 1-2, p. 17-44.

Hegel, Georg Wilhelm Friedrich, 1970, Hegel Werke in zwanzig Bänden, vol. 7 : Grundlinien der Philosophie der Recht, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Illich, Ivan, 1973, Tools for Conviviality, New York, Harper and Row.

Kim, Seung Kuk, 2008, « East Asian community and East Asianism », Actes de la 6e conférence des sociologues d’Asie orientale, tenue à la Seoul National University, Séoul..

Nishihara, Kazuhisa, 2010, « The development of Japanese sociological theory and its “responsibility” to the Asian future », Colloquium: The New Horizon of Contemporary Sociological Theory, no 5, Tokyo, Shinsen-sha.

Nishihara, Kasuhisa, 2013a, « Phenomenological sociology in Japan and its significance for contemporary social research », in Anthony Elliott, Masataka Katagiri, Atsushi Sawai (dir.), Japanese Social Theory. From Individualization to Globalization in Japan Today, Londres et New York, Routledge Publishers, p. 20-35.

Nishihara, Kazuhisa, 2013b, « Quanquihua Shidai de Riben Dizhenzaihai yu Gongshen Wenti » (Earthquake and disaster in Japan in the age of globalization and the problem of living together/conviviality), in Chen Lixing, et al. (dir.), Dizhen Jiuyuan Chongjian de Zhongri Bijiao Yanjiu (Comparative Studies between China and Japan on Earthquake, Rescue, Reconstruction), Jilin, Jilin Wenshi Chubanshe (en chinois).

Nishihara, Kazuhisa, 2014a, « Past, present, and future of studies in Japanese sociological theory: Challenges of the society for sociological theory in Japan », in Messages to the World, Japan Consortium for Sociological Societies. Consultable en ligne : <http://www.socconso.com/message/30SociologicalTheory.pdf>.

Nishihara, Kazuhisa, 2014b, Societies beyond a Nation-State: Sociology of Mobility and Conviviality, Tokyo, Shinsen-sha (en japonais).

Nishihara, Kazuhisa et Shiba, Mari, 2012, « Immigrants from Asia and the problems of foreigners in Japan: A case study of Chinese agricultural workers in K-village in middle Japan », Actes du colloque « The new horizon of contemporary sociological theory », no 6, Tokyo, Shinsen-sha.

Nishihara, Kazuhisa, et Shiba, Mari, 2014, « Migration and migration policy in Japan: Toward the 21st century multicultural society », in Seung Kuk Kim, Peilin Li et Shujiro Yazawa (dir.), Quest for East Asian Sociology, Séoul, Seoul National University Press.

OECD, 2013, International Migration Outlook, OECD Publishing. Consultable en ligne : <http://static.pulso.cl/20130612/1768132.pdf>.

Oguma, Eiji, 1995, Tanitsu Minzoku Shinwa no Kigen (The Myth of the Homogeneous Nation), Tokyo, Shinyo-sha (en japonais).

Putnam, Robert, 2000, Bowling Alone, New York, Touchstone.

Schutz, Alfred, 1964, Collected Papers II: Studies in Social Theory, La Hague, Martinus Nijihoff.

Simmel, Georg, 1908, Soziologie: Untersuchungen über die Formen der Vergesellshaftung, Berlin, Dunker & Humboldt.

Urry, John, 1999, Sociology Beyond Societies: Mobilities for the Twenty-First Century, Londres et New York, Routledge.

Wright, Erik Olin, 2010, Envisioning Real Utopias, Londres et New York, Verso.

Haut de page

Notes

1 Nous donnons ici la traduction des titres japonais. (Ndt.)

2 Peut-on estimer qu’il s’agit véritablement d’un objectif lié à la contribution du Japon à la coopération internationale ? S’agit-il de permettre le recrutement et l’entrée sur le sol japonais de travailleurs bon marché ? Les citations proviennent de la page d’accueil du JITCO : <http://www.jitco.or.jp/english/overview/itp/index.html: consulté le 30 avril 2014>.

3 L’une d’entre elles nous a dit : « Après la catastrophe, j’ai commencé à me dire qu’il me fallait plus profiter du présent, car je ne sais rien de l’avenir. » Une autre stagiaire nous a expliqué : « Si je suis revenue, c’est pour payer ma dette à tous ceux qui m’ont aidée dans cette catastrophe » (entretiens, 20 juin 2012).

4 Entre 1990 et 2010, le nombre d’étudiants étrangers est en effet passé d’environ 3 400 à 140 000. Les données de l’Organisation japonaise des services étudiants, une institution administrative indépendante, montrent que les étudiants en provenance d’autres pays asiatiques représentent plus de 90 % du total (<http://www.jasso.go.jp/statistics/intl_student/data13.html - no1>).

5 Données officielles de l’Organisation nationale du tourisme au Japon (<http://www.jnto.go.jp/jpn/reference/tourism_data/pdf/marketingdata_outbound.pdf>).

6 On comptabilise environ 20 000 de ces couples en 1980, 60 000 en 1990 et 80 000 en 2000, selon les statistiques du ministère de la Santé, du Travail et de la Protection sociale citées sur le site Internet de l’institut de recherche NLI Research Institute

(<http://www.nli-research.co.jp/report/researchers_eye/2011/eye120308.html>).

7 On pourrait décrire l’évolution du nationalisme japonais d’après-guerre de la manière suivante : (1) nationalisme de reconstruction (1945-1960) ; (2) nationalisme de croissance (1960-1975) ; (3) nationalisme d’opposition aux critiques en provenance des pays étrangers (1975-1990) ; (4) nationalisme d’opposition au « point de vue masochiste sur l’histoire japonaise » brandi par l’extrême droite politique (1990-2005) ; enfin, de nos jours, (5) nationalisme d’intérêt national (2005-…). Il en ressort qu’un nouveau type de nationalisme émerge tous les quinze ans. Pour plus de détails, voir mon ouvrage, Societies beyond a Nation-State (Nishihara, 2014b).

8 Comme l’écrit Beck : « While the national government acts within the frame of the nation-state, each individual’s biography is nowadays open to the world society, the world society is a part of his or her biography » (1986 : 219, traduction de l’auteur de la version originale allemande).

9 « Conception hégélienne » fait ici référence à la dialectique proposée par Hegel entre la famille, la société civile et l’État-nation. D’un autre côté, j’aimerais que l’on puisse dépasser la perspective hégélienne sur l’histoire mondiale qui considère les conflits entre États comme relevant de l’ordre naturel des choses.

10 Mon usage du terme «  intersubjectivité » s’appuie sur la conception schutzienne de la « relation d’ajustement mutuel » (Schutz, 1964) dans le cadre d’une sociologie phénoménologique (Nishihara, 2013a).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kazuhisa Nishihara, « Après le tremblement de terre au Japon : la mission transnationale de la sociologie », Socio, 5 | 2015, 65-79.

Référence électronique

Kazuhisa Nishihara, « Après le tremblement de terre au Japon : la mission transnationale de la sociologie », Socio [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://socio.revues.org/1907 ; DOI : 10.4000/socio.1907

Haut de page

Auteur

Kazuhisa Nishihara

Kazuhisa Nishihara est professeur de sociologie à l’université de Seijo et professeur émérite à l’université de Nagoya. Ses recherches portent avant tout sur la théorie sociale phénoménologique, les global studies et les mobility studies. Il a publié de nombreux ouvrages dans ces champs de recherche, dont Sociology of Meaning (Kobundo, 1998), Self and Society (Shinsensha, 2003), ainsi que Sociological Theory of Intersubjectivity (Shinsensha, 2010).

vzs00645@nifty.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org