Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-8

Texte intégral

1Le mouvement général des idées oriente les sciences humaines et sociales dans deux directions opposées. L’une, qui constitue clairement le choix de notre revue, les voit entrer pleinement dans l’ère globale, « postoccidentale » selon le titre du dossier de cette livraison préparé par Laurence Roulleau-Berger. L’autre les voit au contraire s’y refuser, sous la forme principale de ce qu’Ulrich Beck appelait le « nationalisme méthodologique » et d’un provincialisme contre lequel Socio s’est mobilisé dès son premier numéro.

2Il est vrai que chacune de ces deux orientations présente ses faiblesses, et pas seulement la seconde, celle qui relève du provincialisme. Avec celle-ci, les connaissances que produisent les sciences humaines et sociales tendent à l’ethnocentrisme ; leurs catégories, à quelques emprunts près, s’inscrivent dans des histoires et des cultures propres à deux parties du monde, l’Europe et l’Amérique du Nord. La recherche s’effectue au mieux de manière insouciante, ignorante des grandes transformations qui agitent ailleurs les disciplines concernées, et au pire, de façon arrogante, avec alors la conviction fallacieuse que ses approches, ses paradigmes, ses méthodes, ses résultats présentent nécessairement une valeur universelle.

3Mais la pensée globale, qui est au cœur de notre projet intellectuel et scientifique, encourt elle aussi certains risques. Elle peut en particulier se retrouver hors-sol, éloignée des réalités concrètes, de l’expérience vécue des acteurs ou du fonctionnement des institutions locales et nationales, et se constituer en rhétorique, avec ses gourous et ses signes de reconnaissance, à commencer par l’usage généralisé de l’adjectif « global », mis alors à toutes les sauces. Pour que le « penser global » fasse sens, il convient de préciser les conditions de sa pertinence.

4Les plus élémentaires tiennent à l’ancrage des analyses qu’il autorise, ce qui implique d’articuler les niveaux, de circuler dans des espaces distincts, mais toujours susceptibles de se chevaucher, qui vont du plus général, du mondial, au plus local, et de mettre en relation ces niveaux et ces espaces.

5D’autres conditions renvoient à la nécessité de mettre en rapport et en débat les paradigmes et les modes d’approche disponibles aujourd’hui dans bien des parties du monde, et pas seulement en Occident. Trop souvent, l’hégémonie intellectuelle et scientifique de celui-ci demeure la réalité, en même temps que sont affichées et réitérées les intentions d’y mettre fin : il faut, dit-on alors, s’ouvrir à d’autres traditions de pensée que celles exclusivement occidentales, et admettre que l’invention de valeurs universelles n’est pas leur monopole.

6Socio, avec le dossier que nous proposons ici, entend aller toujours plus nettement de l’avant, en construisant les ponts les plus réels qui soient entre divers univers culturels et scientifiques. Nous ne nous contentons pas de nous inscrire dans le sillage de critiques qui rappellent, avec Amartya Sen, que l’Occident n’est pas seul à formuler des idées de justice ou de démocratie, ou qui martèlent fort justement, avec Jack Goody, qui vient de disparaître, que l’Europe s’est assuré le contrôle de l’histoire mondiale en se prétendant le lieu de toutes les inventions propres à la modernité – ce qu’il a appelé le « vol de l’histoire ».

7Nous voulons contribuer à mettre fin à ce que Rajeev Bhargava, dans le premier numéro de notre revue, a appelé une « injustice épistémique », née de l’expansion coloniale du Vieux Continent, nous voulons rendre justice à ce qui est né, mais aussi continue à s’inventer ailleurs, nous voulons en faire notre miel.

8Nous n’acceptons pas cet ethnocentrisme lui-même si fortement contesté en dehors de l’Occident, mais aussi, heureusement, en son sein, et entendons faire vivre un universalisme débarrassé des logiques de domination et d’exclusion qui l’ont trop longtemps accompagné. Cela implique de mettre en regard les unes des autres les catégories de l’analyse, d’échanger et de faire circuler les idées sans les figer dans l’image de conflits et de rupture caractérisées par le seul couple « occidentalisme/orientalisme ».

9Nous ne sommes pas surpris de voir citer, dans les textes qui nous parviennent d’ailleurs, des auteurs occidentaux par centaines, à longueur de pages, depuis Émile Durkheim et autres classiques jusqu’à Michel Foucault, Jürgen Habermas, Anthony Giddens ou Ulrich Beck – encore qu’une évolution récente est en cours chez certains chercheurs japonais, chinois, indiens, coréens et autres faisant la part belle à des auteurs non occidentaux, liée à ce que Kazuhisa Nishihara, dans ce numéro, appelle le « transnationalisme méthodologique ».

10Face aux critiques postcoloniales, nous croyons parfois nous en sortir en évoquant les « subaltern studies » indiennes, dont nous oublions vite qu’elles doivent une partie de leur inspiration à Antonio Gramsci, et qu’elles sont devenues vivantes essentiellement dans quelques universités des États-Unis. Mais qui, en France, en dehors de quelques érudits ou spécialistes, pourrait citer une quinzaine ou une vingtaine d’auteurs contemporains incarnant le renouveau de la pensée par exemple en Inde, en Chine, au Japon ou en Corée ?

11Les déclarations d’intention ne suffisent pas, nous devons entrer bien plus nettement dans un espace intellectuel et scientifique peuplé également de tels auteurs, nous devons les lire, les connaître, les mettre en débat – tel est l’enjeu du dossier qui ouvre cette livraison de Socio. Le lecteur y trouvera certains articles en anglais : nous espérons qu’il acceptera aussi de faire l’effort d’entrer pleinement dans cet espace intellectuel qui est le nôtre en en acceptant pour partie la lingua franca. Disons-le simplement : le combat pour la langue française et, plus largement, pour le multilinguisme dans les sciences humaines et sociales ne doit pas servir de prétexte à un certain isolement.

12Un nouvel espace intellectuel et scientifique est en construction, il faut y ouvrir des pistes, encourir des risques, « inventer » comme dit le titre même du dossier qui constitue le cœur de cette livraison : cela n’est-il pas bien plus exaltant que de faire fonctionner de façon paresseuse la machine de disciplines ronronnant sans imagination ni capacité de monter en généralité en dehors de leurs paradigmes habituels et du cadre traditionnel de l’État-nation et de son prolongement, les relations dites internationales ?

13Nous avions publié, dans le numéro 3 de Socio, la première partie d’un superbe échange entre François Ewald, Bernard Harcourt et le prix Nobel d’économie Gary Becker, dont les théories du crime et du châtiment étaient abordées sous la forme d’un dialogue post mortem avec Michel Foucault : on trouvera dans ce numéro la suite (et fin) de cet échange, qui apporte un éclairage particulièrement intéressant sur la façon dont le philosophe français avait trouvé utile de se référer aux analyses d’un économiste souvent classé comme « néoclassique ».

14Enfin, pour souligner l’importance que nous attachons à notre rubrique « Chantiers », et donc à la publication d’articles faisant le point sur des recherches en cours ou à venir dans des domaines encore insuffisamment explorés par les sciences humaines et sociales, nous y proposons deux textes, l’un sur l’analyse de la sortie de la violence, l’autre sur les études exiliques. Le premier (Michel Wieviorka) propose de constituer un champ d’études dans un domaine qui est plutôt pour l’instant celui de praticiens et d’acteurs politiques, institutionnels, judiciaires, d’experts, de militants d’organisations non gouvernementales, le second (Alexis Nouss) entend développer un paradigme relativement neuf pour mieux aborder des dimensions souvent ignorées ou minimisées des phénomènes migratoires : ces articles s’inscrivent eux aussi dans la perspective générale de notre revue et dans ses efforts pour penser global, tout en valorisant le point de vue du sujet singulier, individuel et collectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 5 | 2015, 5-8.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://socio.revues.org/1880

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010). Il mène ses recherches dans le cadre du CADIS qu’il a dirigé de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013) ; Evil (Polity Press, 2012) ; Pour la prochaine gauche (Robert Laffont, 2011) ; Retour au sens (Paris, Robert Laffont, 2015).
 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org