Navigation – Plan du site
Dossier : Le tournant numérique… Et après?

La carte et le territoire à l’ère numérique

The map and the territory in the digital age
Henri Desbois
p. 39-60

Résumés

La géographie a connu de profonds bouleversements avec la généralisation des techniques de cartographie numériques. Leurs effets épistémologiques ont fait l’objet, dans les années 1990, d’un riche débat, dans un contexte de remise en cause de la notion d’objectivité en sciences humaines. Ces discussions n’ont pas ralenti l’adoption des méthodes numériques, parées des attraits de la nouveauté, et favorisées par un contexte économico-politique propice. Avec le GPS, les applications de géolocalisation sur smartphone et la cartographie en ligne, la géographie numérique fait désormais partie de la vie quotidienne. Au-delà de la fascination technologique, il faut chercher à comprendre quelle vision du monde produisent ces nouveaux outils.

Haut de page

Texte intégral

1Nous n’avons peut-être pas encore pris la mesure du bouleversement épistémologique et culturel que représente le recours généralisé aux techniques numériques pour les humanités. J’emploie à dessein un mot qui semblait démodé, jusqu’à son récent retour en grâce dans l’expression « humanités numériques ». Si l’on considère que les humanités se sont justement constituées dans une culture très littéraire, fort étrangère, pour l’essentiel, au monde de la quantification, de la mesure et du calcul, comme l’atteste la structuration même des disciplines académiques, on comprendra ce que cette formule a de presque choquant. Avec la généralisation des bases de données, la faculté de traiter de grands volumes d’information de manière automatique, etc., les changements liés au numérique affectent le contexte institutionnel et technique de la production et de la diffusion des connaissances, la façon d’appréhender et de manipuler les objets.

2Le cas de la géographie à cet égard est particulier, non seulement parce que son ancrage dans les humanités est problématique, tant la discipline est tiraillée entre les sciences de la nature et celles de l’homme et de la société, mais surtout en raison de la façon dont les techniques numériques ont transformé la cartographie.

L’introduction de l’informatique en géographie : un phénomène précoce

3La géographie, en tant que discipline universitaire, ne se confond pas avec la cartographie, entendue comme l’ensemble des techniques de production des cartes. La carte, cependant, est un objet central dans l’organisation de la discipline géographique. En témoignent par exemple la place qu’occupe le commentaire de cartes topographiques dans les études de géographie ou encore l’obligation faite aux candidats aux concours de recrutement des professeurs du secondaire, lors des épreuves écrites de géographie, d’illustrer leur dissertation par un croquis cartographique. Dans une discipline thématiquement très éclatée, la carte a valeur de signe de reconnaissance, et sa présence ou son absence, par exemple dans un travail de thèse, peut peser d’un grand poids lorsque l’institution doit se prononcer sur le caractère géographique ou non d’une recherche, notamment pour décider d’octroyer ou de refuser à son auteur le droit de se présenter sur les postes d’enseignant-chercheur.

4Il n’est donc pas étonnant que la géographie ait été profondément affectée par les techniques de la cartographie numérique. Aujourd’hui, les globes virtuels, la cartographie en ligne, les GPS intégrés dans les smartphones ont tout à fait banalisé auprès du grand public les techniques que l’on regroupe globalement sous l’appellation de géographie numérique. Mais l’ordinateur a servi à produire des cartes avant même que le traitement de texte ne se répande.

  • 1 Earth Resources Technological Satellite.

5L’histoire détaillée de l’informatique appliquée à la cartographie reste à écrire, on peut cependant en esquisser les grandes lignes. La masse de données produites, à partir des années 1960, par les satellites de reconnaissance américains dans le cadre d’un effort pour cartographier l’URSS et les pays du bloc communiste a conduit à automatiser leur traitement. Quoique ces efforts aient été initialement secrets, le domaine militaire a servi d’incubateur à toutes les techniques contemporaines de la géographie numérique (Cloud, 2002). Parallèlement, à peu près à la même époque, la disponibilité de moyens informatiques dans les grandes administrations et dans les universités les mieux dotées, d’abord surtout aux États-Unis, a permis d’expérimenter le traitement de données spatialisées. Cette tendance s’est accrue à partir de la mise en service des premiers satellites civils d’observation de la Terre (ERTS 11, premier satellite du programme Landsat 1, est lancé en 1972). Contrairement aux satellites militaires qui utilisent alors des films photographiques, seul moyen à cette époque d’atteindre la résolution nécessaire aux missions de renseignement, les satellites civils sont équipés de capteurs électroniques, beaucoup moins précis mais bien moins coûteux à exploiter : ils peuvent produire autant d’images qu’on le souhaite tant qu’ils sont en état de fonctionner, tandis que les satellites militaires ont une durée de vie limitée par la quantité de film embarquée. Le premier satellite Landsat a fonctionné pendant six ans, alors que les missions des satellites militaires contemporains, de la série Hexagon, duraient de quelques semaines à quelques mois. L’exploitation efficace des données acquises par les satellites nécessite l’emploi de l’ordinateur (même si les laboratoires les moins fortunés peuvent acquérir directement des tirages sur papier photographique).

6Les premiers systèmes de traitement de données géographiques par ordinateur sont antérieurs à l’apparition de la micro-informatique, mais ce n’est qu’avec le développement de celle-ci dans les années 1980 qu’ils se banalisent, sous la forme des « systèmes d’information géographique » (SIG). Un SIG est un logiciel permettant de manipuler des objets géoréférencés, c’est-à-dire liés à un référentiel géographique, comme, par exemple, une route représentée comme une suite de segments dont les extrémités sont définies par leur latitude et leur longitude, ou encore une image satellite sur laquelle la position géographique d’un certain nombre de pixels est connue précisément. Les SIG peuvent servir à produire des cartes à partir de données d’origines variées en les intégrant dans un référentiel unique (Google Earth peut être considéré comme un SIG grand public). À côté des SIG à proprement parler, apparaissent aussi des systèmes de cartographie par ordinateur sous la forme soit de logiciels de dessin, soit de logiciels de cartographie statistique servant à produire des cartes non géoréférencées.

7On peut aujourd’hui avoir une idée de ce qu’a représenté l’introduction de l’ordinateur dans la géographie au début des années 1980 en relisant le numéro d’août 1983 (vol. 35, no 2) de la revue The Professional Geographer. Jerome Dobson, dans un article intitulé « Automated Geography », tentait d’évaluer l’impact de l’informatisation sur la discipline géographique. Il voyait dans les techniques numériques l’avenir de la discipline, en particulier pour la géographie appliquée (Dobson, 1983). Les réponses à l’article publiées dans le même numéro montrent que cet enthousiasme n’était pas universellement partagé au sein de la communauté universitaire. Il s’agit alors moins d’une approche critique, laquelle ne se développera que plus tard, que d’un scepticisme sur le potentiel réel d’une technique alors encore à ses débuts (Poiker, 1983). Les SIG se développent dans les années 1980 aux États-Unis et au Royaume-Uni dans le contexte particulier des politiques reaganienne et thatchérienne qui taillent dans les budgets des sciences humaines, accusées d’être inutiles à l’économie, et favorisent le financement sur projet (Longley, 2000). Les projets les utilisant sont alors davantage susceptibles d’attirer des financements extérieurs, à la fois parce que les SIG, quels que soient leurs mérites en matière de recherche, sont des outils employés dans des métiers très variés (aménagement, marketing, logistique, etc.), et parce que, de ce fait, les étudiants formés à ces techniques ont davantage de perspectives de carrière.

La querelle des SIG

  • 2 le prix public d’une licence monoposte du plus répandu des logiciels de SIG commerciaux est aujour (...)

8En apparence, l’informatisation de la géographie correspond à l’apparition de compétences (et d’ordres de grandeur de budgets) inhabituels dans cette discipline. Cependant, la géographie n’est pas entièrement inscrite dans les humanités de la tradition littéraire. Elle est depuis longtemps tiraillée entre ces dernières et les sciences de la nature, et les méthodes quantitatives, envisagées par leurs promoteurs comme la solution au déficit de scientificité qu’ils perçoivent dans la discipline, ont connu une vogue considérable dès les années 1960. L’arrivée de l’ordinateur ne constitue donc pas véritablement une rupture épistémologique au sein de la discipline, du moins à ses débuts. En revanche, elle peut être perçue comme un danger pour l’équilibre entre les géographes littéraires et les géographes scientifiques, notamment à cause de la disproportion des budgets consommés par les uns et les autres. Sans parler des gros systèmes tout à fait hors de portée des départements de géographie, que les pionniers du traitement informatique des données spatiales devaient emprunter aux physiciens (Verger, 2010), les premières stations de travail individuelles équipées de logiciels de SIG étaient extrêmement coûteuses : un SIG représentait un investissement d’environ 500 000 dollars au début des années 1980, avant la disponibilité des micro-ordinateurs, et, vers la fin de la même décennie, environ 10 000 dollars (Goodchild, 2008), sur une station de travail individuelle2.

9C’est donc sur fond de tension sur les budgets et les postes que se développe la polémique autour de l’usage de l’informatique dans la géographie universitaire (plusieurs comptes rendus de cette querelle sont disponibles, par exemple chez Sheppard et al., 1999 ; Schuurman, 2000 ; Ferretti, 2007). Au-delà de ces enjeux de pouvoir au sein de la communauté de la géographie universitaire, se posent de véritables questions épistémologiques autour des techniques numériques. L’essentiel de la polémique au sujet des SIG s’est déroulé dans le domaine anglophone et plus particulièrement en Amérique du Nord, à la fois parce que le développement de l’informatique géographique y a été plus précoce qu’ailleurs, si bien qu’elle s’est imposée dans un contexte où l’ordinateur n’était pas encore banalisé dans tous les secteurs du travail et de la vie quotidienne, et aussi parce que l’approche critique des SIG a pu s’appuyer sur un mouvement intellectuel plus vaste de mise en question du positivisme scientifique.

Une querelle épistémologique : positivisme, techniques numériques et conceptions de la scientificité

10Le courant des humanités nord-américaines, fortement influencé par la pensée critique européenne des années 1960 et 1970, qu’on désignera globalement, en refusant d’entrer dans les querelles terminologiques, sous le qualificatif de « postmoderne », conteste la prétention de la rationalité scientifique issue des Lumières à produire une vision du monde hégémonique fondée sur la notion d’objectivité. On appellera « géographie critique », la géographie qui s’inspire à des degrés divers de ce mouvement. C’est dans cette perspective que se place John Brian Harley, l’un des principaux artisans du renouvellement de l’histoire de la cartographie, dans son article de 1990 « déconstruire la carte ». Bien que ce texte ne soit pas principalement consacré à la géographie numérique, puisqu’il parle surtout de la construction historique et politique de la cartographie moderne, il est presque systématiquement cité dès qu’il est question du débat autour des SIG. Dès le début, Harley affirme : « À mesure qu’ils adoptent les techniques informatiques et les systèmes d’information géographique, la rhétorique scientiste des producteurs de cartes devient de plus en plus assourdissante. » Reconnaissant utiliser le terme de déconstruction en référence au mouvement postmoderne, Harley détaille ensuite ce qu’il appelle sa stratégie de déconstruction de la carte en la replaçant dans son contexte historique et politique de production, en en montrant les artifices rhétoriques, et en exposant les enjeux de pouvoir qui la sous-tendent. Dans son introduction à un recueil posthume de textes d'Harley, John Harwood Andrew (2002) suggère que l’accusation de positivisme lancée contre les cartographes n’est pas entièrement fondée. De fait, dans un texte antérieur (Harley, 1988) sur des thèmes très voisins, les cartes sont présentées comme des objets liés au pouvoir mais sans que le lien soit explicitement fait entre l’activité de production cartographique et une posture naïvement positiviste. Malgré ce que suggèrent la structure et le titre de l’article de 1990, la cible d’Harley sur ce point n’est donc pas tant la carte en elle-même que la géographie numérique.

  • 3 Voir, par exemple, Lake (1993).
  • 4 Voir notamment Taylor et Johnston (1993).

11La question du positivisme est centrale dans le débat qui se développe autour des SIG dans les années 19903. Ce débat consiste pour l’essentiel en une série d’articles et de commentaires parus dans quelques-unes des plus importantes revues anglophones de géographie (Environment and Planning A,, Progress in Human Geography, The Professional Geographer et Political Geography, principalement). Les défenseurs de la géographie numérique (par exemple Dobson, 1993 ; Openshaw, 1991) s’opposent à ceux qui portent sur la mutation en cours un regard plus critique, comme Lake, cité précédemment, Smith (1992), ou Pickles (1993). Un ouvrage collectif de 1995 dirigé par John Pickles, Ground Truth, présente un panorama des réflexions critiques sur les SIG tout en donnant la parole à des défenseurs de la géographie numérique. L’examen des SIG va bien au-delà de la seule question du positivisme, mais le thème est abordé par une bonne partie des auteurs4. Il n’est pas certain que le terme de positivisme ait toujours été manié avec la plus grande rigueur, ni que les SIG soient par nature positivistes (Schuurman, 2000 ; Sheppard, 2001). Mais au-delà des débats théoriques, dans la pratique, l’emploi de l’informatique correspond souvent en effet à des positions épistémologiques implicites particulières, qui peuvent être liées à une conception assez réductrice de ce qu’est la science.

12Les techniques numériques, comme, avant elles, les approches quantitatives, valent souvent, pour leurs promoteurs, brevet de scientificité. Tout se passe comme si les succès de la physique mathématisée dans la compréhension du monde, illustrés par les progrès de la technique, fascinaient une partie des chercheurs en sciences humaines au point de vouloir en singer les méthodes, ou du moins de se parer des apparences de la rigueur que confère l’usage des mathématiques et de l’informatique. Ainsi, on peut mettre en œuvre des méthodes numériques lourdes pour arriver à des résultats déjà connus, voire évidents, à la seule fin de démontrer « scientifiquement » ce qui était déjà bien connu par l’observation. Dans un colloque français de géographie numérique de la fin des années 1990, un géographe à qui on avait fait remarquer que ce qu’il avait mis en évidence, concernant l’évolution des logiques de localisation de l’industrie, au moyen d’une méthode numérique complexe, aurait pu se déduire de l’observation d’une série de cartes topographiques (avec un pouvoir d’explication supérieur) répondit simplement que « cela n’aurait pas été scientifique ». En l’occurrence, l’objet de la communication portait moins sur la question géographique que sur les méthodes utilisées pour la traiter. C’est là une propension assez commune dans les travaux de géographie numérique. La complexité des méthodes et la difficulté du maniement des outils tendent à induire une hypertrophie de la partie méthodologique. Dans les cas les plus extrêmes, cela peut faire paraître l’objet de la recherche presque secondaire par rapport à la technique employée pour l’étudier.

13Il est certain que l’ordinateur, hors même toute considération sur ses effets épistémologiques, peut exercer une fascination chez ses utilisateurs. Des étudiants, à l’issue de leur licence, déclarent vouloir « faire du SIG ». Si cela peut relever en partie d’une stratégie de carrière, par ailleurs en général efficace, c’est aussi assez souvent le signe que le goût pour l’informatique l’emporte sur l’intérêt pour la géographie. Sans doute les SIG peuvent-ils être des instruments pertinents et puissants pour traiter certaines questions géographiques, mais ce n’est pas toujours là ce qui motive leur emploi. L’attrait de la nouveauté, le prestige de la technique, l’autorité de la chose numérique, ont des séductions puissantes. La certitude des utilisateurs d’être du côté du progrès transparaît souvent dans leurs discours : même quand ils reconnaissent les imperfections et les insuffisances de leurs outils, celles-ci ne sont imputées qu’à la jeunesse de la technique. Ainsi, Michael Batty, éminent spécialiste de géographie numérique, ne cherche-t-il probablement ni à être ironique, ni provocateur, lorsqu’il déclare que les techniques numériques permettront, d’ici une cinquantaine d’années, l’avènement de la psychohistoire imaginée par Isaac Asimov dans son cycle de romans de science-fiction Fondation, c’est-à-dire l’avènement d’une science humaine aussi exacte dans son pouvoir d’explication et surtout de prédiction que la science physique5. La référence à la science-fiction est significative : ce genre littéraire est un élément important de la culture partagée par une grande partie des praticiens de l’informatique6. La forte valorisation de l’innovation technique qui imprègne ce milieu favorise un intérêt pour la prospective technologique dont la science-fiction représente la traduction dans l’imaginaire. La confiance ainsi affichée dans le progrès technique, autant au moins que des positions épistémologiques précises, peut troubler la part de la communauté académique la plus méfiante vis-à-vis du positivisme en général. Les dissensions épistémologiques traduisent en partie des différences de cultures, mais aussi de visions politiques.

À qui profitent les SIG ?

  • 7 ArcView, aujourd’hui ArcGis, est le plus répandu des logiciels commerciaux de SIG.
  • 8 Voir Curry (1998 : 45-47) pour des exemples de producteurs de données privés.

14Les réticences d’une partie des géographes face à l’emploi des SIG, telles qu’elles s’expriment dans les années 1990, ne sont pas uniquement en rapport avec leur positivisme supposé. Elles concernent aussi leur nature et leurs usages opérationnels. Leur diffusion massive dans la géographie universitaire repose essentiellement sur des logiciels commerciaux. Cette discipline forme de nombreux experts dans le maniement des SIG, mais n’a pratiquement aucune part à leur conception et leur développement (Longley, 2000 : 39), mis à part quelques idées issues de l’analyse spatiale formelle telle qu’elle s’est développée dans les années 1960. Les logiques qui structurent les SIG, comme la façon dont les objets, dans les logiciels les plus courants, sont organisés en couches superposables, doivent plus aux informaticiens qu’aux géographes, mais elles sont si bien intégrées par les utilisateurs qu’ils n’en perçoivent plus les limites. Lorsqu’on demande à l’un d’eux pourquoi il n’explore pas telle ou telle hypothèse, il n’est pas rare qu’il réponde « ArcView7 ne le permet pas » (Chrisman, 2005 : 29). Les données qui alimentent les SIG, par exemple celles issues de recensement, sont elles aussi structurées selon des logiques reflétant les préoccupations et les priorités de leurs producteurs, qui peuvent être des institutions publiques ou des entreprises privées8. Or, il est facile de se soumettre à l’autorité de la technique, de se laisser hypnotiser par le vertige de la combinatoire infinie des données et la séduction de leur visualisation, au point d’oublier qu’elles sont chargées de présupposés, et que le simple fait d’appréhender le monde à travers la mesure, le calcul et la statistique est en soi un parti pris fort. Au-delà de la question des limites inhérentes au logiciel ou des biais des données, l’approche imposée par les SIG privilégie presque inéluctablement un point de vue statistique, surplombant, désincarné et technocratique, soit le regard du dominant, seul en position de produire la donnée. C’est là un des fondements d’une critique féministe, qui prend racine en particulier dans la dénonciation par Haraway (1988) des techniques de la vision en général dans les mécanismes de la domination masculine.

  • 9 Voir également Clarke (1992).
  • 10 Voir à ce sujet Woodward (2004) et Barnes (2008), sur le lien particulier entre guerre froide, sim (...)

15Une autre dimension importante de la critique des SIG concerne leur emploi concret hors du contexte universitaire, et en premier lieu leur usage militaire. La première guerre du Golfe (1990-1991) marque à cet égard un tournant. Elle est en effet la première guerre géonumérique à grande échelle, pour reprendre une expression de Neil Smith (« the first full scale GIS war », 1992 : 2579). Le lien entre la géographie numérique et la guerre est fondamental10. Il n’est pas exagéré d’affirmer que toutes les techniques de la géographie contemporaine ont une origine militaire : le satellite d’observation de la Terre, la nouvelle géodésie, le traitement numérique des données géographiques, le GPS ont tous été développés spécifiquement dans le cadre de la dissuasion nucléaire américaine, et ont trouvé leurs premières applications dans le domaine militaire. Les mêmes techniques sont aussi au cœur des mutations de la sécurité, les SIG étant très adaptés à l’intégration de tous les dispositifs de surveillance qui se sont multipliés dans les villes (Graham, 1998, 1999). L’origine militaire et l’usage guerrier ou policier des SIG ne disqualifient pas leur usage civil, ni ne condamnent par avance leur mise en œuvre dans une perspective critique et émancipatrice (Saint-Amour, 2010). Il ne faut pas non plus négliger le fait que, même dans la communauté des géographes, l’extension de la surveillance et l’amélioration de l’efficacité des systèmes d’armes peuvent être de puissants arguments en faveur de la promotion des SIG (Lake, 1993 : 406). Cependant, il y a là de quoi rendre méfiants les géographes attachés à une pensée plus critique, et de quoi tempérer l’enthousiasme des plus ardents promoteurs de l’informatique géographique.

  • 11 À l’époque : Defense Mapping Agency (DMA), dont les missions sont aujourd’hui du ressort de la Nat (...)

16L’association étroite entre SIG et guerre soulève deux questions principales. Tout d’abord, est-il éthiquement responsable de promouvoir, en formant des étudiants, et éventuellement de contribuer à perfectionner une technique dont une des finalités est la guerre ? La question est posée, par exemple par Smith (1992 : 258-259), qui remarque que le service géographique de l’armée américaine11 est le premier employeur de diplômés en géographie. Quelque légitimes que soient ces scrupules, il faut distinguer le fait d’employer une technique d’origine militaire à des fins pacifiques et la contribution plus ou moins directe à la géographie militaire. Le géographe confronté à ce dernier cas doit arbitrer entre sa conscience et les considérations pragmatiques : entre le refus par principe de toute compromission et l’acquiescement résigné à la fatalité de la persistance de la guerre au cœur de l’État moderne, le choix individuel dépend souvent davantage des circonstances matérielles que de l’exercice éclairé du libre arbitre. L’autre question que soulève l’origine militaire des SIG est celle de leur influence sur les principes de fonctionnement de ces systèmes. En d’autres termes, le type de représentation de l’espace géographique produit par les SIG souffre-t-il d’un biais militariste ? On rejoint ici toutes les interrogations sur le point de vue qu’imposent les SIG, en mettant plus spécifiquement l’accent sur l’aspect militaire.

17Les SIG commerciaux ne sont pas entièrement conçus pour les militaires. Ils sont aussi destinés à de nombreuses applications civiles (urbanisme, administration territoriale, logistique, et, de manière plus générale, tous les métiers qui utilisaient la cartographie papier). Il est difficile de dire, par conséquent, quelle est la part spécifiquement militaire dans la géographie numérique contemporaine, et si cette part engage fortement une vision du monde. L’hypothèse selon laquelle les techniques géonumériques participeraient à une forme de militarisation des modes d’appréhension de l’espace géographique ne peut pas être entièrement écartée.

Un débat aux effets limités

18Le débat intense qui s’est poursuivi dans la géographie anglophone tout au long des années 1990 a légèrement infléchi l’évolution de l’usage de l’informatique dans la géographie universitaire. Des chercheurs ont défendu la possibilité d’un usage critique des SIG, notamment incarné dans une géographie féministe (Kwan, 2002 ; Schuurman et Pratt, 2002 ; McLafferty, 2005), et dans la promotion des « SIG participatifs », destinés à introduire les techniques géonumériques dans des actions de démocratie participative (Corbett et Keller, 2005). Certains auteurs hésitent cependant à ranger l’ensemble de cette dernière pratique parmi les SIG critiques, l’usage de l’outil n’étant pas toujours accompagné d’une réelle réflexion sur sa nature et ses effets (O’Sullivan, 2006 : 785).

19Les SIG critiques deviennent une sous-discipline de la géographie numérique vers la fin des années 1990, où se rencontrent des géographes critiques qui explorent les applications des techniques numériques (Sheppard, 2001, 2005 ; Couclelis, 2004) et des spécialistes de SIG qui s’efforcent de dépasser les limites inhérentes aux systèmes informatiques, et essayent par exemple de développer des logiques floues et des classifications souples, et d’introduire une dimension qualitative dans l’approche quantitative (Fisher et Unwin, 2005 ; Pavlovskaya, 2006 ; Schuurman, 2009). Les SIG critiques, cependant, restent extrêmement minoritaires par rapport à l’ensemble de la géographie numérique universitaire. En 2004, Nadine Schuurman, ayant analysé 566 articles parus au cours des années précédentes dans quatre revues scientifiques majeures du domaine, n’en compte que 45 se rapportant aux SIG critiques, dont vingt publiés pendant la seule année 1995, année de la publication de Ground Truth, au plus fort de la controverse. Si l’on élimine l’effet Ground Truth il ne reste qu’environ 4 % des articles qui s’intéressent aux relations entre SIG et société (Schuurman et Kwan, 2004). Malgré toute la bonne volonté des promoteurs des SIG critiques, dans la majorité des cas, le fossé épistémologique, politique, et, probablement, philosophique entre les géographes critiques et les spécialistes de géographie numérique est trop large pour que le dialogue soit possible (Leszczynski, 2009). Ce dialogue n’est toutefois pas inexistant, mais il est marginal.

20La portée pratique du travail critique sur les outils de la géographie numérique est encore plus limitée. Dans un contexte d’informatisation généralisée, les subtiles réserves épistémologiques au sujet de la géographie numérique sont de peu de poids. En partie pour se conformer à une injonction de modernisation, en partie pour répondre à une demande du marché de l’emploi (Arrowsmith et al., 2011 : 368), les SIG se sont répandus dans les départements de géographie des universités, qui leur consacrent une part importante des postes et des budgets. La nécessité de former des étudiants aux outils géonumériques pousse à recruter des enseignants maîtrisant ces techniques, et la réflexion épistémologique n’est pas une priorité. La géographie critique peut subsister dans la petite niche écologique qu’elle occupe dans le monde universitaire anglophone, mais ses positions n’ont qu’une influence très faible sur les évolutions globales de la discipline. Quelle que soit la reconnaissance académique dont peuvent jouir les recherches inspirées par la pensée critique, elles semblent condamnées à voir presque toujours leurs succès intellectuels désavoués, dans les faits, par le contexte institutionnel, économique et politique.

La géographie numérique grand public, nouvel objet pour l’approche critique

21La réflexion élaborée pendant la controverse sur les SIG connaît pourtant aujourd’hui une actualité renouvelée. La diffusion des techniques géonumériques grand public donne une tout autre portée à ce qui n’était jusque-là qu’un débat assez marginal à l’intérieur d’une discipline universitaire. Le GPS est disponible depuis 1996 pour les civils (sans dégradation depuis 2000), Google Earth et Google Maps sont en ligne depuis 2005. La combinaison des techniques de géolocalisation et de l’Internet a complètement transformé la place et la nature des techniques géographiques dans la vie quotidienne.

  • 12 Sur l’importance de la carte dans notre univers mental, voir aussi Retaillé (1996), Monmonier (199 (...)

22Le premier effet de ces changements techniques a été de multiplier les cartes. Inclure une carte de localisation sur un site web ne demande guère plus d’une ligne de code si on utilise par exemple Google Maps. D’une manière plus générale, produire et publier une carte est à la portée de quiconque dispose d’une culture technique informatique un peu développée. De plus, la banalisation du GPS et des terminaux mobiles se traduit par la multiplication des services fondés sur la géolocalisation des utilisateurs. Denis Wood (1992 : 34) a écrit que nous vivions dans un monde « baigné de cartes12 ». S’il est vrai que la culture occidentale est en effet, à bien des égards, carto-centrique depuis le xviie siècle environ, la quantité de cartes, principalement sur écran, présentes dans l’environnement quotidien s’est considérablement accrue depuis une dizaine d’années. On nomme parfois « geoweb » l’ensemble des informations géographiques et des applications associées accessibles par l’Internet, et « néogéographie » les usages des techniques géonumériques qui se répandent hors de la sphère des utilisateurs professionnels (Joliveau, 2011 ; Desbois, 2012).

23Les cartes numériques sur écran ont tendance à supplanter de plus en plus les anciennes cartes papier, et il n’est pas exagéré de dire que les conceptions communes de l’espace géographique se forment à présent à travers ces nouvelles représentations. La majorité des techniques de la néogéographie dérivent des SIG. Une partie des commentaires qui ont accompagné la diffusion des SIG restent pertinents pour analyser le géoweb et la néogéographie (Sui et Goodchild, 2011). Plus que le fond des analyses, la démarche d’une approche critique peut être transposée des SIG à la néogéographie. Les questions portent sur les effets cognitifs des nouvelles techniques et sur leurs conséquences sociales et politiques.

24Parmi tous les objets de la néogéographie, les globes virtuels dont Google Earth est le plus connu (il n’est cependant pas le premier, puisque WorldWind, de la NASA, a été mis en ligne en 2004) sont les plus complexes et les plus riches à étudier, car ils concentrent une grande partie des techniques et des pratiques nouvelles, à l’exception de certains aspects plus spécifiquement liés aux réseaux sociaux et au web collaboratif (réseaux sociaux géolocalisés et cartographie participative). La carte numérique est devenue la norme du document géographique, comme en témoigne l’usage des images de type Google Earth dans les médias : elles ont, surtout à la télévision, presque totalement remplacé les cartes de localisation traditionnelles. Même l’éditeur de cartes routières Michelin, sur sa série départementale au 1/150 000, appose un macaron « relief image satellite », comme si le papier avait à présent besoin de la caution des techniques géonumériques pour asseoir sa crédibilité.

25La propension au mimétisme, au sens où la carte se donne de plus en plus souvent comme une vision depuis l’espace plutôt que comme un assemblage de figurés symboliques, est une caractéristique importante des cartes numériques. La carte topographique classique, en particulier lorsqu’elle est à grande échelle, avec ses repères, ses points géodésiques, ses carroyages, n’a de cesse de rappeler les techniques et les principes mathématiques qui ont servi à la construire. Par exemple, une carte de l’Institut géographique national (IGN) série orange des années 1990 peut comporter jusqu’à six graduations différentes dans sa marge. On peut y voir le souci de satisfaire tous les utilisateurs, mais il y a aussi, pour reprendre l’expression d’Harley (1990 : 3), un effet rhétorique puissant par lequel est posé le statut d’objet scientifique de la carte. L’esthétique de Google Earth est presque complètement à l’opposé de ces partis pris. Tout est fait pour masquer le processus d’acquisition et de traitement des données au profit de la création d’une simulation de voyage virtuel : l’interface sous forme de globe escamote la question de la projection, l’expression du niveau de zoom en termes d’altitude du point de vue élimine le principe d’une échelle numérique (par ailleurs difficile à calculer faute de connaître a priori la taille physique de l’affichage). Le déplacement d’un lieu à un autre suivant des trajectoires paraboliques, le basculement par défaut en vue oblique aux niveaux de zoom les plus élevés, et la transition animée qui permet de passer en vue au niveau du sol (fonction streetview) vont dans le même sens.

  • 13 Dans un discours de 1998, Al Gore, alors vice-président des États-Unis, avait suggéré la création, (...)
  • 14 Proposé par Buckminster Fuller dans les années 1960, le geoscope était un globe terrestre géant, c (...)

26Ces choix sont cohérents si l’on considère que la principale fonction de Google Earth est récréative. L’usage ludique des cartes, qui consiste à voyager mentalement en les contemplant, est attesté depuis longtemps : il est décrit dès le xviie siècle par Robert Burton, dans l’Anatomie de la mélancolie (2-2-4), et on le retrouve chez Gustave Flaubert (Madame Bovary, chapitre 9), Stevenson (Essays in the Art of Writing) et Joseph Conrad (Au cœur des ténèbres, chapitre 1). La contemplation de la carte, dans ces exemples, est décrite comme un voyage imaginaire. Google Earth n’invente pas l’usage ludique de la cartographie, mais il le met en scène, et ce n’est pas nécessairement délibéré : les globes virtuels ont une généalogie complexe, des grands globes pédagogiques du xixe siècle au projet de terre virtuelle d’Al Gore13 (1998) en passant par le projet de geoscope de Richard Buckminster Fuller14 (Fuller, 1977 : 137-138). Les critiques des SIG qui s’en prenaient au positivisme reprochaient aux utilisateurs de ces systèmes d’entretenir la fiction trompeuse d’une représentation objective du monde à travers la technique. Le réalisme photographique des globes virtuels rend plus difficile, et, probablement, plus nécessaire, la déconstruction de l’objectivité de la représentation.

27La rhétorique propre aux globes virtuels et à d’autres objets néogéographiques ne se déchiffre pas aussi aisément que celle de la carte papier. L’autorité de la technique y a sa part, et plus spécifiquement celle des techniques spatiales et militaires. Non seulement les techniques d’imagerie et de traitement de l’information géographique des globes virtuels sont d’origine militaire, mais de plus, la technique spécifique d’assemblage en mosaïques d’images satellite et leur visualisation par une interface 3D à travers l’outil Earth Viewer de la société Keyhole (2001), précurseur de Google Earth, ont d’abord servi aux médias télévisés pour illustrer la seconde guerre du Golfe (2003). Ces images simulées ont été abondamment utilisées par les télévisions en conjonction avec les vidéos fournies par l’armée, en particulier certaines images provenant des systèmes de visée des armes, dont les effets de zoom présentent des similitudes troublantes avec ceux d’Earth Viewer (Stahl, 2010 : 29).

28Lorsque les premiers globes virtuels sont mis en ligne, ils relèvent d’une esthétique déjà identifiable, et associée à la guerre moderne. L’image spatiale en elle-même a de fortes connotations militaires. L’observation de la Terre depuis l’espace est à l’origine essentiellement destinée aux militaires, et aujourd’hui encore, les principales sociétés qui produisent de l’imagerie spatiale ont l’armée pour client privilégié (avec parfois, comme pour certains satellites de la société World View, un accès exclusif aux images de plus fine résolution). Le degré d’association entre l’imagerie spatiale et le monde militaire transparaît avec la présence massive de satellites dans les fictions américaines militaires et d’espionnage (ibid. : 8715). Une part de la séduction de Google Earth vient d’ailleurs de ce qu’il paraît donner accès à un régime de vision naguère réservé aux détenteurs d’habilitations de sécurité. De là le succès des sites recensant les lieux secrets visibles (ou masqués) sur le globe virtuel (Perkins et Dodge, 2009).

29Ce dernier aspect est ambivalent. D’un côté, on pourrait y voir un potentiel de contre-surveillance citoyenne, grâce à la diffusion d’images et d’informations hors de la sphère secrète du renseignement (Aday et Livingston, 2009). D’un autre côté, dans la plupart des cas, les images ne livrent rien de réellement intéressant, soit qu’il n’y ait en effet réellement rien à voir, soit qu’on ait pris la précaution de soustraire à l’œil du satellite ce qu’on souhaitait garder secret (le plus souvent en le faisant à couvert, par exemple dans des installations souterraines, ou, plus rarement, par une censure des images). Ne reste alors que la griserie de se prendre un moment pour un espion, l’illusion de passer du côté des puissants dont le regard peut se projeter partout, et peut-être la satisfaction trouble de cette forme particulière de techno-fétichisme qui s’attache souvent aux armes modernes et à la technologie militaire. Bien que Google Earth ait suscité des protestations de la part de plusieurs États inquiets de voir leurs secrets exposés aux yeux de tous (Kumar, 2010 ; Norris, 2010), il s’agit davantage d’un enjeu symbolique que d’une question de sécurité réelle. L’effet de Google Earth est moins de mettre dans les mains de tous des moyens de surveillance que de produire une image symbolique d’un monde entièrement visible, avec son globe vierge de tout nuage, entièrement offert au voyeurisme spatial. L’idée de la surveillance globale est antérieure aux globes virtuels, mais il n’est pas indifférent que l’esthétique cartographique dominante épouse le style visuel d’une des techniques les plus emblématiques de la surveillance. L’accroissement global de la surveillance est étroitement lié aux techniques numériques, comme l’ont montré, par exemple, les révélations d’Edward Snowden sur les interceptions pratiquées par la NSA. La surveillance n’est qu’une facette des transformations sociales, politiques et culturelles qui accompagnent l’imprégnation croissante de notre environnement par le numérique. La géographie numérique offre un point de vue privilégié sur ces changements.

Résister à la fascination technologique

30Toute carte est un double spectacle : celui du territoire représenté, et celui des moyens mis en œuvre pour produire cette représentation. De même qu’une partie des utilisateurs universitaires de SIG sont plus intéressés par l’outil qu’ils manipulent que par les sujets que cet outil permet de traiter, la fascination qu’exerce Google Earth doit au moins autant à la démonstration technique qu’au spectacle du monde. Le tour de force numérique qu’exhibent les globes virtuels et d’autres dispositifs géonumériques comme les systèmes de navigation rappelle la colonisation croissante de l’environnement, en particulier urbain, par l’informatique. Le spectacle du monde offert par les techniques géonumériques est aussi, et peut-être avant tout, celui du monde numérique. En ce sens, en mettant en scène le double numérique du monde, le globe virtuel peut être regardé comme une allégorie de l’emprise croissante des techniques informatiques. Il est à cet égard très révélateur que l’auteur de science-fiction William Gibson, inventeur du mot « cyberespace » et figure centrale dans la construction des imaginaires du virtuel, ayant délaissé dans les années 2000 le genre qui l’avait fait connaître au profit de techno-thrillers contemporains, ait choisi de centrer un de ses romans récents sur les techniques géonumériques, expressément présentées comme un déversement du cyberespace dans l’environnement quotidien. Parce que la part numérique du territoire est de plus en plus importante, et parce que, de ce fait, avec toutes les techniques de géolocalisation et de mise à jour de la carte « en temps réel », la distinction entre carte et territoire tend à se brouiller, les dispositifs géonumériques sont une des expressions les plus puissantes de la révolution numérique en général.

31Ce constat en lui-même n’a pas de portée critique. On peut aussi bien s’abandonner au vertige technologique que cultiver la nostalgie d’un monde où la grille du GPS n’avait pas encore étendu son emprise. On peut aussi y voir un encouragement à explorer des géographies alternatives. L’hégémonie de la mesure, du calcul et de la technique, plus manifeste que jamais dans la construction de nos représentations de l’espace géographique, peut aussi donner soif de représentations alternatives. Sans doute est-ce là une des raisons qui expliquent la singulière inflation actuelle des interventions artistiques autour de la cartographie (Monsaingeon, 2013). À l’heure où les géomètres et les informaticiens sont les producteurs presque exclusifs de notre géographie commune, n’oublions pas qu’il est rare que les choses vraiment importantes de la vie s’expriment en chiffres et en équations. Écoutons les artistes et les poètes.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

Aday, Sean et Livingston, Steven, 2009, « NGOs as intelligence agencies: The empowerment of transnational advocacy networks and the media by commercial remote sensing in the case of the Iranian nuclear remote program », Geoforum, vol. 40, no 4, p. 514-552.

Andrew, John Harwood, 2002, « Meaning, knowledge, and power in the map philosophy of J. B. Harley », in John Brian Harley, The New Nature of Maps: Essays in the History of Cartography, Paul Laxton (éd.), Baltimore, The John Hopkins University Press, p. 1-32.

Arrowsmith, Colin, Bagoly-Simó, Péter, Finchum, Allen, Oda, Katsuhiko ; Pawson, Eric, 2011, « Student employability and its implications for geography curricula and learning practices », Journal of Geography in Higher Education, vol. 35, no 3, p. 365-377.

Barnes, Trevor J., 2008, « Geography’s underworld: The military-industrial complex, mathematical modelling and the quantitative revolution », Geoforum, no 39, p. 3-16.

Chrisman, Nicholas, 2005, « Full circle: more than just social implications of GIS », Cartographica, vol. 40, no 4, p. 23-35.

Clarke, Keith C., 1992, « Maps and mapping technologies of the Persian Gulf War », Cartography and Geographic Information Systems, vol. 19, no 2, p. 80-87.

Cloud, John, 2002, « American cartographic transformations during the Cold War », Cartography and Geographic Information Science, vol. 29, no 3, p. 261-282.

Corbett, Jon M. et Keller, Peter C., 2005, « An analytical framework to examine empowerment associated with participatory geographic information systems (PGIS) », Cartographica, vol. 40, no 4, p. 91-102.

Couclelis, Helen, 2004, « The third domain: The spread and use of GIS within social science », Cartographica, vol. 39, no 1, p. 17-24.

Curry, Michael R., 1998, Digital Places, Living with Geographic Information Technologies, New York et Londres, Routledge.

Desbois, Henri, 2012, « La transition géonumérique », in Éric Guichard (dir.), Écritures : sur les traces de Jack Goody, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, p. 113-137.

Dobson, Jerome E., 1983, « Automated geography », The Professional Geographer, vol. 35, no 2, p. 135-143.

Dobson, Jerome E., 1993, « The geographic revolution: A retrospective on the age of automated geography », The Professional Geographer, vol. 45, no 4, p. 431-439.

Ferretti, Federico, 2007, « La verità del suolo. Breve storia del Critical GIS (1983-2007) », Storicamente, no 3. Consultable en ligne : <http://www.storicamente.org/02_tecnostoria/strumenti/ferretti.html>.

Fisher, Peter et Unwin, David, 2005, Re-presenting GIS, Chichester, John Willey & Sons.

Flichy, Patrice, 2001, L’imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte.

Fuller, Richard Buckminster, 2007 [1977], Utopia or Oblivion: The Prospects for Humanity, Londres, Penguin.

Goodchild, Michael, 2008, « Geographic information science: the grand challenges », in John P. Wilson et Stewart Fotheringham (dir.), The Handbook of Geographic Information Science, Malden, Blackwell, p. 596-608.

Gore, Al, 1998, « The digital earth: Understanding our planet in the 21st Century », conférence au California Science Center, 31 janvier. Consultable en ligne : <http://portal.opengeospatial.org/files/?artifact_id=6210>.

Graham, Stephen, 1998, « Spaces of surveillant simulation new technologies, digital representations, and material geographies », Environment and Planning D: Society and Space, no 16, p. 483-504.

Graham, Stephen, 1999, « Geographies of surveillant simulation », in Mike Crang, Phil Crang et Jon May (dir.), Virtual Geographies, Londres et New York, Routledge, p. 131-148.

Haraway, Donna, 1988, « Situated knowledges: The science question in feminism and the privilege of partial perspective », Feminist Studies, vol. 14, no 3, p. 575-599.

Harley, John Brian, 1988, « Maps, knowledge and power », in Denis Cosgrove et Stephen Daniels (dir.), The Iconography of Landscape: Essays on the Symbolic Representation, Design and Use of Past Environments, Cambridge, Cambridge University Press, p. 277-312.

Harley, John Brian, 1990, « Deconstructing the map », Cartographica, vol. 26, no 2, p. 1-20.

Joliveau, Thierry, 2011, « Le géoweb, un nouveau défi pour les bases de données géographiques », L’Espace géographique, no 40, p. 154-163.

Kumar, Sangeet, 2010, « Google Earth and the nation state, sovereignty in the age of new media », Global Media and Communication, vol. 6, no 2, p. 154-176.

Kwan, Mei-Po, 2002, « Is GIS for women? Reflections on the critical discourse in the 1990s », Gender, Place and Culture, vol. 9, no 3, p. 271-279.

Lake, Robert W., 1993, « Planning and applied geography: positivism, ethics, and geographic information systems », Progress in Human Geography, vol. 17, no 3, p. 404-413.

Leszczynski, Agnieszka, 2009, « Quantitative limits to qualitative engagements: GIS, its critics, and the philosophical divide », The Professional Geographer, vol. 61, no 3, p. 350-365.

Longley, Paul A., 2000, « The academic success of GIS in geography: Problems and prospects », Journal of Geographical Systems, vol. 2, no 1, p. 37-42.

McLafferty, Sara, 2005, « Women and GIS: geospatial technologies and feminist geographies », Cartographica, vol. 40, no 4, p. 37-45.

Monmonier, Mark, 1999, Maps with the News: The Development of American Journalistic Cartography, Chicago, The University of Chicago Press.

Monsaingeon, Guillaume, 2013, Mappamundi : Art et Cartographie, Paris, Parenthèses.

Norris, Pat, 2010, Watching Earth from Space: How Surveillance Helps Us – And Harms Us, Berlin, Springer.

Openshaw, Stan, 1991, « A view on the GIS crisis in geography, or, using GIS to put humpty-dumpty back together again », Environment and Planning A, vol. 23, no 5, p. 621-628.

O’Sullivan, David, 2006, « Geographical information science: critical GIS », Progress in Human Geography, vol. 30, no 6, p. 783-791.

Pavlovskaya, Marianna, 2006, « Theorizing with GIS: A tool for critical geographies? », Environment and Planning A, vol. 38, no 11, p. 2003-2020.

Perkins, Chris et Dodge, Martin, 2009, « Satellite imagery and the spectacle of secret spaces », Geoforum, vol. 40, no 4, p. 546–560.

Pickles, John, 1993, « Discourse on method and the history of discipline: Reflections on Dobson’s 1983 automated geography », The Professional Geographer, vol. 45, no 4, p. 451-455.

Pickles, John (dir.), 1995, Ground Truth, New York, the Guilford Press.

Poiker, Thomas K., 1983, « The shining armor of the white knight », The Professional Geographer, vol. 35, no 2, p. 348-349.

Retaillé, Denis, 1996, « La vérité des cartes », Le Débat, n° 92, p. 87-98.

Saint-Amour, Paul K., 2010, « War, optics, fiction », Novel, vol. 43, no 1, p. 93-99.

Schuurman, Nadine, 2000, « Trouble in the heartland: GIS and its critics in the 1990s », Progress in Human Geography, vol. 24, no 4, p. 258-265

Schuurman, Nadine, 2009, « Critical GIScience in Canada in the new millennium », The Canadian Geographer/Le Géographe canadien, vol. 53, no 2, p. 139-144.

Schuurman, Nadine et Kwan, Mei-Po, 2004, « Guest editorial: Taking a walk on the social side of GIS », Cartographica, vol. 39, no 1, p. 1-3.

Schuurman, Nadine et Pratt, Geraldine, 2002, « Care of the subject: feminism and critiques of GIS, Gender », Place and Culture, vol. 9, no 3, p. 291-299.

Sheppard, Eric, 2001, « Quantitative geography: representations, practices, and possibilities », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 19, p. 535-554.

Sheppard, Eric, 2005, « Knowledge production through critical GIS: genealogy and prospects », Cartographica, vol. 40, no 4, p. 5-21.

Sheppard, Eric, Couclelis, Helen, Graham, Stephen et al., 1999, « Geographies of the information society », International Journal of Geographical Information Science, vol. 13, no 8, p. 797-823.

Smith, Neil, 1992, « History and philosophy of geography: real wars, theory wars », Progress in Human Geography, vol. 16, no 2, p. 257-271.

Stahl, Roger, 2010, « Becoming bombs: 3D animated satellite imagery and the weaponization of the civic eye », MediaTropes eJournal, vol. II, no 2, p. 65-93.

Sui, Daniel et Goodchild, Michael, 2011, « The convergence of GIS and social media: challenges for GIScience », International Journal of Geographical Information Science, vol. 25, no 11, p. 1737-1748.

Taylor, Peter J. et Ronald J. Johnston, 1993, « Geographic information systems and geography », in John Pickles (dir.), Ground Truth, New York, The Guilford Press, p. 51-67.

Turnbull, David, 2000, Masons, Tricksters and Cartographers, New York, Routledge.

Verger, Fernand, 2010, « Les débuts de la télédétection spatiale dans la géographie française : témoignage d’un pionnier », L’Information géographique, no 2, p. 45-52.

Wood, Denis, 1992, The Power of Maps, New York, The Guilford Press.

Woodward, Rachel, 2004, Military Geographies, Hoboken, John Wiley & Sons.

Haut de page

Notes

1 Earth Resources Technological Satellite.

2 le prix public d’une licence monoposte du plus répandu des logiciels de SIG commerciaux est aujourd’hui de 1 500 dollars, et il existe des alternatives dans le domaine du logiciel libre.

3 Voir, par exemple, Lake (1993).

4 Voir notamment Taylor et Johnston (1993).

5 Voir la déclaration sur son CV publié sur son blog :<http://www.complexcity.info/cv/>.

6 À ce sujet, voir notamment Flichy (2001).

7 ArcView, aujourd’hui ArcGis, est le plus répandu des logiciels commerciaux de SIG.

8 Voir Curry (1998 : 45-47) pour des exemples de producteurs de données privés.

9 Voir également Clarke (1992).

10 Voir à ce sujet Woodward (2004) et Barnes (2008), sur le lien particulier entre guerre froide, simulation et technique numérique.

11 À l’époque : Defense Mapping Agency (DMA), dont les missions sont aujourd’hui du ressort de la National Geospatial-intelligence Agency (NGA).

12 Sur l’importance de la carte dans notre univers mental, voir aussi Retaillé (1996), Monmonier (1999), et Turnbull (2000 : chapitre 3).

13 Dans un discours de 1998, Al Gore, alors vice-président des États-Unis, avait suggéré la création, dans un but pédagogique, d’une terre virtuelle constituée d’un assemblage d’images satellite enrichies de données statistiques.

14 Proposé par Buckminster Fuller dans les années 1960, le geoscope était un globe terrestre géant, couvert de voyants lumineux commandés par ordinateur, qui aurait permis de visualiser à volonté toutes sortes de données démographiques ou économiques. Le projet n’a jamais été réalisé.

15 Voir également le blog de Thierry Joliveau Monde géonumérique : <http://mondegeonumerique.wordpress.com/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Desbois, « La carte et le territoire à l’ère numérique », Socio, 4 | 2015, 39-60.

Référence électronique

Henri Desbois, « La carte et le territoire à l’ère numérique », Socio [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 28 mai 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://socio.revues.org/1262 ; DOI : 10.4000/socio.1262

Haut de page

Auteur

Henri Desbois

Henri Desbois est maître de conférences en géographie à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense. Ses recherches portent principalement sur les rapports entre les techniques numériques et les représentations de l’espace géographique.

henri.desbois@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org