Navigation – Plan du site
Dossier : Le tournant numérique… Et après?

Le défi numérique pour les sciences sociales

Going digital: the challenge for social sciences
Dana Diminescu et Michel Wieviorka
p. 9-17

Résumés

Le numérique interroge le fonctionnement des sciences sociales dans toutes leurs dimensions : dans leurs méthodes, leurs catégories, leurs paradigmes, leurs orientations théoriques, leurs objets. Les uns y voient de nouvelles possibilités, les autres une menace, peut-être mortelle. On peut aussi s’interroger sur les enjeux de pouvoir et de dominations qu’il recouvre, ou qu’il laisse prévoir au sein même des sciences sociales.

Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui en position de marginalité institutionnelle et alors que leur délimitation disciplinaire est incertaine, les « humanités numériques » (digital humanities) font leur chemin avec d’incontestables réussites.

  • 1 Voir le petit livre de l’un des deux auteurs de cet article : L’impératif numérique ou La nouvelle (...)

2Bien au-delà de l’utilisation de l’ordinateur par les sciences humaines et sociales (SHS) – catalogues informatisés des bibliothèques, traitement statistique des données d’enquêtes quantitatives, etc. –, le numérique comme instrument d'analyse – capture, traitement, visualisation de données, etc. – a commencé à se déployer dès les années 1940 (Hockey, 2004) : là n’est pas la nouveauté. En revanche, le numérique comme objet d'étude, c’est-à-dire s’attachant aux rapports sociaux, économiques et politiques, ou à la culture dans lesquels il s’inscrit, et à l’analyse de matériaux empiriques produits par des dispositifs sociotechniques qui recouvrent désormais toutes les dimensions de la vie, collective et personnelle, est de facture plus récente. De ces deux points de vue (comme instrument et comme objet), mais aussi parce qu’il est au cœur d’une mutation culturelle et anthropologique, le numérique soulève une multitude de questions1.

3Le numérique interroge le fonctionnement « traditionnel » des sciences humaines et sociales, dans leurs méthodes, dans leurs catégories (individu et société, acteur et système, privé et public, etc.), dans leurs paradigmes et leurs orientations (structuralisme, holisme, individualisme méthodologique, etc.). De nouvelles méthodes, importées des sciences exactes (traitement statistique, analyse de graphes) mais qui peuvent aussi provenir d’acteurs privés voire du marketing font évoluer l’épistémologie des SHS, jusqu’à, parfois, entrer en conflit avec elles. Les modes dominants d’articulation disciplinaire et méthodologique sont dans ce contexte mis à l’épreuve, et de manière plus générale, de nouvelles épistémologies surgissent avec le développement du numérique, au point qu’il devient possible d’envisager des théories numériques du social.

4En 1979, Jean-François Lyotard, dans son Rapport sur le savoir, identifiait une forme de rationalité naissante au sein de nos « sociétés informatisées » et ouvrait la voie à de nouvelles interrogations : si la production et la diffusion des connaissances en sciences humaines et sociales à l’époque moderne sont indissociables d’une culture de l’imprimé, qu’en est-il aujourd’hui dans le contexte numérique (Presner, 2010) ? Des pratiques inédites associées aux mutations des technologies d’écriture et de lecture apparaissent, avec des effets cognitifs particulièrement nets. Avec la multiplication des discours et un environnement où les savoirs « experts » se trouvent confrontés à une multitude de savoirs « profanes », les normes qui définissent l’« autorité » d’une connaissance et le statut de son (ses) auteur(s) changent du tout au tout. Les institutions et les entreprises issues de la culture de l’imprimé, à commencer par l’édition, sont prises dans une mutation qui en liquide un certain nombre, oblige les autres à repenser leur fonctionnement et leur modèle économique, et en fait apparaître de nouvelles. Les universités doivent évoluer pour tenir compte de ces changements, s’y adapter, et aussi les penser, voire les anticiper – c’est du moins ce qui peut être attendu de la recherche quand elle s’effectue en leur sein. 

  • 2 Voir le dossier « Révolutions, contestations, indignations », Socio, no 2.

5Les objets qu’étudient les SHS se transforment avec le numérique. Prenons, par exemple, les mouvements sociaux et les révolutions, dont nous avions fait l’analyse dans une livraison précédente de Socio2. Qui oserait faire aujourd’hui abstraction du rôle d’Internet, des téléphones mobiles et des réseaux sociaux dans l’intensité des mobilisations ou dans leur organisation, locale, nationale ou transnationale ? Pour autant, nous savons qu’il faut éviter les idées trop simples ou trop rapides : ces mobilisations ne doivent pas tout au numérique, leurs déterminations sont complexes, sociales, économiques, culturelles, politiques, et elles sont territorialisées offline, sur les « places » et autres espaces urbains qui prêtent souvent leur nom à la lutte ou la symbolisent : place Taksim à Istanbul, place Tahrir au Caire, place Maïdan à Kiev, etc., sans oublier Wall Street, qui a donné son nom au mouvement « Occupy Wall Street ».

6Dans la mémoire narrative de ces révolutions, le « turning point » (Abbott, 2010 : 240) systémique coïncide avec l’explosion des réseaux de communication. L’invention du micro-ordinateur connecté au réseau qui deviendra l’Internet que nous connaissons s’est faite dans le contexte du mouvement contestataire de la fin des années 1960. Les scientifiques et les inventeurs qui ont créé l’environnement informatique d’aujourd’hui baignaient dans ce contexte, qui aura contribué à son développement – mais sans le déterminer à lui seul : les enjeux économiques, politiques, géopolitiques ou sociaux ont également fortement pesé. Toujours est-il que nous ne pouvons pas ignorer l’imaginaire libertaire que ces technologies ont emprunté et matériellement supporté pour augmenter la participation et la mobilisation collective.

  • 3 « Petabytes allow us to say: “Correlation is enough.” We can stop looking for models. We can analy (...)

7Mais, si les paradigmes des sciences humaines et sociales sont appelés à se modifier et à se renouveler, massivement, c’est surtout du fait des big data, c’est-à-dire de l’irruption phénoménale de données et de la possibilité de leur appliquer un traitement en temps réel par le recours à des algorithmes. Il y a là une révolution qui pourrait peser sur nos conceptions même de la société et qui, à suivre Chris Anderson3, pourrait mettre fin à la recherche de modèles scientifiques et d’élaborations théoriques.

8Un inventaire même sommaire de notre capital personnel d’accès (téléphone portable, carte bancaire, passe Navigo de la RATP, passeport biométrique, ordinateur, etc.) suffit pour commencer à prendre la mesure des réseaux matériels de nos appartenances et saisir ou imaginer notre contribution quotidienne à la production d’une multitude de traces numériques, de plus en plus complexes et infinies, surtout si on y ajoute d’autres innombrables capteurs qui, sans qu’on en ait nécessairement conscience, nous relient à des systèmes de traitement de l’information. Nous évoluons tous aujourd’hui dans un environnement numérique qui s’étend encore avec le déploiement de l’« Internet des objets ». Voyager, payer, communiquer, naviguer sur le web, sauter d’une plate-forme à une autre… notre univers personnel numérique s’élargit chaque jour, et il parle de nous à travers les données que nos pratiques digitales laissent à tout instant, à chaque pas, dans les infrastructures informatiques.

9Aliénation à des pouvoirs renforcés ou ouverture à de nouvelles possibilités pour chacun d’entre nous ? Le débat est vif, témoignant de l’ambivalence propre à toute technologie. Pour l’individu dont les données personnelles sont de plus en plus massivement captées, deux points de vue opposés méritent discussion, celui qui voit là une forme nouvelle de domination et d’exploitation (digital labor : Scholz, 2012) ou au contraire celui qui y voit un formidable potentiel de réflexivité et de pouvoir sur soi (à travers par exemple le quantified self).

10Les masses de données générées par les dispositifs numériques posent la question de leur construction et de leur traitement, qui ne sont neutres ni l’un ni l’autre (Cardon, 2013). Ce qui constitue un enjeu important pour la recherche en sciences sociales : elles mettent à l’épreuve la capacité réflexive des chercheurs à penser les étapes de la production, du traitement et de l’exploitation de leurs données de recherche et les manières de mettre en œuvre un terrain de recherche dans ce contexte.

11En se lançant dans des programmes de traitement des données numériques ou numérisées, la recherche en sciences humaines et sociales deviendra-t-elle prédictive, sinon pour des catégories ou des agrégats, les classiques CSP (catégories socioprofessionnelles) par exemple, du moins pour des individus ? Le paradoxe est qu’en permettant d’accéder à des ensembles gigantesques d’information, pouvant porter sur des masses considérables d’individus, les algorithmes utilisés pour exploiter les big data débouchent sur des connaissances qui s’appliquent à des personnes singulières. Dès lors, les politiques publiques de santé ou nos conceptions de la sécurité sociale ou du droit de propriété, parmi beaucoup d’autres enjeux, ne doivent-elles pas devenir encore plus l’objet de débats et de réflexions renouvelés qui touchent à la justice ou à la solidarité ? Si nous pouvons individualiser le savoir social, au point de pouvoir aisément traiter de chacun, au cas par cas, ne devons-nous pas repenser le fonctionnement même des institutions publiques et du secteur privé, et examiner à nouveaux frais la question du lien social ?

12Nous n’en sommes qu’au début, et les enjeux de pouvoir et de domination qui, au sein même des sciences humaines et sociales, pourraient être associés à l’ère numérique se préciseront au fil du temps. La capacité à accumuler des données et des informations, et à accéder à celles collectées par d’autres, puissance publique, entreprises, universités, organismes de recherche, ne sera pas la même pour tous. De même, la maîtrise des outils intellectuels de traitement et l’innovation en la matière ne peuvent être qu’inégales. La concurrence pourrait s’aiguiser entre des entreprises dotées de ressources économiques considérables, et disposant elles-mêmes de big data (souvent présentées comme le « pétrole » ou le « minerai » du xxie siècle) et des institutions publiques ou universitaires de recherche. Le risque existe de voir Google, Facebook, Amazon, Linkedin et quelques autres s’arroger un quasi-monopole de la production scientifique numérique en SHS, au service du renforcement de leur propre puissance.

13Face à des acteurs privés qui disposent de gigantesques capacités de recueil et de traitement des données, comment les SHS peuvent-elles et doivent-elles se positionner ? Des coopérations peuvent-elles être envisagées, et si oui à quelles conditions ? Il ne s’agit pas seulement de poser la question des méthodes et des objets, il faut aussi envisager les règles déontologiques et les principes éthiques qu’il conviendrait d’appliquer, réfléchir aux infrastructures et aux « bonnes pratiques » à mettre en œuvre, concernant notamment la question de l’« ouverture » des données (open data).

14Certaines des entreprises concernées, parmi les plus puissantes, se présentent volontiers comme mues par des valeurs éthiques ou par un projet profondément démocratique, et elles s’en prévalent abondamment. Mais qu’est-ce que de telles valeurs, qu’est-ce qu’un tel projet qui n’auraient pas été débattus de manière civique et démocratique, par les citoyens, ni par la communauté des chercheurs ? Les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance de masse au profit du gouvernement américain à laquelle certaines de ces entreprises contribuent ont pour le moins mis à mal leurs prétentions à constituer l’avant-garde de la démocratie moderne.

15Autre critique méritant d’être développée : celle qui renvoie aux conceptions de la recherche en sciences humaines et sociales favorisées par le passage à l’ère numérique, des conceptions pouvant à terme devenir hégémoniques. Ce passage, en effet, pèse sur les modes d’organisation de la recherche, et sur la définition des acteurs qui y concourent. Une position optimiste insistera ici sur les formes de coopération se mettant en place, à une échelle éventuellement planétaire, sur le fonctionnement ouvert, participatif et accueillant des réseaux et des centres de recherche. Mais deux points au moins appellent réflexion. Le premier tient à l’importance croissante des lieux où sont centralisées, stockées, proposées les données qui alimenteront éventuellement la recherche, aux infrastructures qui les gèrent, et à la façon dont les chercheurs peuvent travailler sur cette base. La recherche ne risque-t-elle pas de se technocratiser, de valoriser tout ce qui relève du travail qu’autorise mais aussi suscite cette évolution ; ne verra-t-on pas de plus en plus des chercheurs fonctionnant presque exclusivement en relation avec ces outils, certes à la puissance décuplée par rapport à ce que l’on connaît déjà, mais sans que soit mis en œuvre ce qui est le cœur de la recherche contemporaine, ou plus classique : l’expérience personnelle de l’altérité, des relations sociales, politiques, ou, pour le dire d’un mot plus professionnel, le terrain ? Un livre vient de montrer le caractère irremplaçable de l’expérience prolongée du terrain, celui d’Olivier Roy, dans son dialogue avec Jean-Louis Schlegel (Roy, 2014). Il est clair que la capacité d’analyse et la pertinence des recherches de ce chercheur, reconnu mondialement comme l’un des meilleurs dans son domaine (l’islam politique), ne peuvent s’expliquer que par une longue et exigeante pratique concrète, auprès des acteurs. Cette dimension indispensable à la recherche en sciences humaines et sociales n’est-elle pas en partie au moins évacuée par la confiance placée plutôt dans les algorithmes et les banques de données ?

16Le numérique est souvent associé à l’image d’une plus grande porosité entre les pratiques « amateur » et les sciences humaines et sociales institutionnalisées. Certains chercheurs, des historiens par exemple, se réjouissent de voir des relations s’établir avec des personnes travaillant hors des cadres universitaires (public history) ; et il existe des communautés en ligne – ce phénomène, de manière plus générale, tend à converger avec les méthodes, outils et modes de coopération associés au numérique (ainsi la digital history, pour continuer avec cette discipline). Mais d’autres s’inquiètent, et craignent notamment un appauvrissement de la rigueur scientifique propre aux professionnels de la recherche. La question n’est pas celle de l’existence de pratiques autres qu’universitaires de la production de connaissances dans un domaine ou dans un autre, car ce phénomène existe de toute façon. Elle est bien davantage de savoir si, et dans quelle mesure, la construction des savoirs scientifiques peut ou non s’appuyer sur de nouvelles formes de collaboration issues du numérique et sur les « effets coordonnés d’actions non coordonnées » (Benkler, 2009) qui en émergent. Les champs disciplinaires jouent un rôle moins central face aux logiques transdisciplinaires et les scientifiques ne sont plus les seuls à définir les orientations de la recherche. L’activité scientifique serait « désormais immergée dans une “agora” peuplée d’entrepreneurs, de juristes, de législateurs, de médias et de militants » (Bonneuil et Joly, 2013). La recherche, dès lors, semble courir le risque d’être de moins en moins « gratuite », commandée par les seuls intérêts scientifiques de ceux qui la conduisent.

17Les changements en cours pèsent sur la définition même des SHS, et sur leur rôle – un rôle qu’il convient de penser globalement, à tous ses niveaux, planétaire, régional, national, local. Avec le numérique, le contenu et les orientations de la recherche sont appelés à se transformer massivement. Il en va de même pour ses formes d’organisation : modalités d’évaluation, organisation des carrières, attributions de postes, modes de financement, publications, etc. Les « humanités numériques » semblent aujourd’hui constituer un domaine singulier, limité. En réalité, le numérique est appelé à redéfinir les relations de pouvoir et de coopération à l’intérieur du monde de l’université et de la recherche. Ces processus sont naissants, et leur avenir n’est pas tranché. Nous ne savons pas encore comment ils évolueront, mais nous pouvons prévoir que cela sera fonction du comportement des acteurs concernés, à commencer par les chercheurs.

18De tels questionnements ont déjà donné lieu à la publication de « manifestes », dessinant un programme militant de « refondation » des sciences humaines et sociales tenant compte de ces bouleversements. De nombreux projets de recherche, en s’efforçant de s’inscrire dans ce nouveau contexte, contribuent à le faire progresser. Menés à leur terme, ils ont d’ores et déjà produit un ensemble considérable de résultats concrets ainsi que des outils qui permettent d’asseoir la légitimité d’approches nouvelles.

19Au prisme du numérique, les lignes de fracture se recomposent, c’est certain, sur des fondements disciplinaires, générationnels, géopolitiques, économiques ou autres qui appellent l’analyse.

20D’où la posture explicitement réflexive adoptée par Socio. Le dossier qu’ouvre cet article réunit des contributions qui réfléchissent à la façon dont se déploie la recherche sur et avec le numérique, mais aussi en son sein, de l’intérieur, comme partie intégrante d’une nouvelle culture scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

Abbott, Andrew, 2001, Times Matters, on Theory and Method, Chicago, The University of Chicago Press.

Abbott, Andrew, 2010, « À propos du concept de Turning point », in Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti, Bifurcations. Les sciences humaines face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, p. 187-212.

Anderson, Chris, 2008, « The end of theory: The data deluge makes the scientific method obsolete », Wired Magazine. Consultable en ligne : <http://archive.wired.com/science/discoveries/magazine/16-07/pb_theory>.

Benkler, Yochai, 2009 [2006], La Richesse des réseaux. Marchés et libertés à l'heure du partage social, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Berry, David M., 2011, « The computational turn: Thinking about the digital humanities », Culture Machine, vol. 12. Consultable en ligne : <http://culturemachine.net/index.php/cm/article/viewArticle/440>.

Berry, David M., (dir.), 2012, Understanding Digital Humanities, New York, Palgrave Macmillan.

Bonneuil, Christophe et Joly, Pierre-Benoît, 2013, Sciences, technologies et société, Paris, La Découverte.

Burdick, Anne, Drucker, Johanna, Lunenfeld, Peter, Presner, Todd et Schnapp, Jeffrey, 2012, Digital Humanities, Cambridge et Londres, MIT Press. Consultable en ligne : <http://mitpress.mit.edu/sites/default/files/titles/content/9780262018470_Open_Access_Edition.pdf>.

Cardon, Dominique, 2013, « Dans l’esprit du Pagerank. Une enquête sur l’algorithme de Google », Réseaux, vol. 1, no 177, p. 63-95.

Dacos, Marin, 2011, « Manifeste des Digital humanities », THATCamp Paris 2010, 26 mars. Consultable en ligne : <http://tcp.hypotheses.org/318>.

Gold, Matthew K. (dir.), 2012, Debates in the Digital Humanities, Minneapolis, University of Minnesota Press. Consultable en ligne : <http://dhdebates.gc.cuny.edu>.

Hockey, Susan, 2004, « The history of humanities computing », in Susan Schreibman, Ray Siemens et John Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Malden, Blackwell, p. 3-19. Consultable en ligne : <http://www.digitalhumanities.org/companion>.

Lazer, David, Pentland, Alex S., Adamic, Lada et al., 2009, « Computational social science », Science, vol. 323, n° 5915, 6 février, p. 721-723.

Lyotard, Jean-François, 1979, La Condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Éditions de Minuit.

Mounier, Pierre (dir.), 2012, Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press. Consultable en ligne : <http://press.openedition.org/226>.

Presner, Todd, 2010, « Digital Humanities 2.0: A report on knowledge », Connexions Project, OpenStax CNX, 8 juin. Consultable en ligne : <http://cnx.org/content/m34246/1.6>.

Presner, Todd et al., 2009, « The digital humanities manifesto 2.0 », Humanitiesblast. Consultable en ligne : <http://www.humanitiesblast.com/manifesto/Manifesto_V2.pdf>.

Rogers, Richard, 2013, Digital Methods, Cambridge, MIT Press.

Roy, Olivier, 2014, En quête de l’Orient perdu. Entretiens avec Jean-Louis Schlegel, Paris, Éditions du Seuil.

Scholz, Trebor (dir.), 2012, Digital Labor. The Internet as Playground and Factory, Londres et New York, Routledge.

Wieviorka, Michel, 2013, L’impératif numérique, ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?, Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Notes

1 Voir le petit livre de l’un des deux auteurs de cet article : L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ? (Wieviorka, 2013).

2 Voir le dossier « Révolutions, contestations, indignations », Socio, no 2.

3 « Petabytes allow us to say: “Correlation is enough.” We can stop looking for models. We can analyze the data without hypotheses about what it might show. We can throw the numbers into the biggest computing clusters the world has ever seen and let statistical algorithms find patterns where science cannot » (Anderson, 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dana Diminescu et Michel Wieviorka, « Le défi numérique pour les sciences sociales », Socio, 4 | 2015, 9-17.

Référence électronique

Dana Diminescu et Michel Wieviorka, « Le défi numérique pour les sciences sociales », Socio [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 28 mai 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://socio.revues.org/1254 ; DOI : 10.4000/socio.1254

Haut de page

Auteurs

Dana Diminescu

Dana Diminescu est sociologue, enseignant-chercheur à Télécom ParisTech. Elle a fondé et dirige depuis 2003 le programme « Migrations et numérique » de la Fondation Maison des sciences de l’homme à Paris. Son travail empirique et ses publications portent sur la mobilité et la communication à distance, sur les stratégies d’intégration en relation avec l’usage des technologies de l’information et de la communication, sur l’archivage et la cartographie du web des e-diasporas, sur les frontières informatiques, ainsi que sur les nouvelles formes d’économie ethnique. Elle a notamment coordonné et conçu l’atlas des e-diasporas, primé en 2012 aux Digital Humanities Awards.

dana.diminescu@msh-paris.fr

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2009 l’administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010). Il mène ses recherches dans le cadre du CADIS qu’il a dirigé de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013 ; Evil, Londres, Polity Press, 2012 ; Pour la prochaine gauche, Paris, Robert Laffont, 2011 ; Retour au sens, Paris, Robert Laffont, 2015.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org