Navigation – Plan du site
Entretien

Ulrich Beck (1944-2015)

Michel Wieviorka
p. 175-178

Texte intégral

© CC-BY-SA / DASonnenfeld

  • 1 Une première version de cet hommage a été publiée dans le quotidien Libération, le 5 janvier 2015.

1Ulrich Beck a disparu, le 1er janvier, de façon tout à fait imprévisible1. Et avec lui, nous perdons une figure intellectuelle de première grandeur, un des quelques sociologues de la période actuelle dont l’histoire se souviendra, une intelligence féconde, et profonde.

  • 2 Avec notamment son livre World Risk Society (Beck, 1999).

2La France l’a découvert, bien tardivement, alors qu’il était depuis longtemps mondialement respecté pour ses analyses de la seconde modernité et, plus précisément, pour La société du risque – Risikogesellshaft, son livre de 1986, a été traduit en français en 2001 (Beck, 2001). En fait, il était alors déjà pleinement engagé dans une nouvelle étape de sa pensée, qui le faisait passer du cadre de la société à celui de la planète et de la globalisation2. Car Ulrich Beck fut un pionnier dans l’idée qu’il faut, comme il disait, se défaire du « nationalisme méthodologique », cesser de réduire l’analyse des questions sociales au seul cadre de l’État-nation et des relations internationales, pour penser autrement – ce qu’il a appelé le « cosmopolitisme méthodologique ».

3Le risque, cette catégorie à laquelle son nom est si fortement identifié, quand il est majeur, n’est pas encapsulé dans un seul pays. Il transcende les frontières, il est global, et la réflexion d’Ulrich Beck s’est orientée, dès les années 1990, vers l’étude du « risque mondial », celui lié notamment aux grandes catastrophes industrielles, au changement climatique, à l’environnement, ou au terrorisme dans ses formes contemporaines.

4Une conséquence de l’entrée dans cette phase globale de la modernité est que nous n’avons pas le choix, il nous faut, expliquait-il, accepter la réalité d’une « cosmopolitisation » du monde. Ce n’est pas un cosmopolitisme classique, hérité de Kant, que Beck met ici en exergue, comme le pensent les commentateurs paresseux, mais un processus inéluctable, qui fait que chacun est conduit à envisager son existence sous l’angle des logiques globales qui pèsent sur elle, à développer une vision cosmopolite de son expérience singulière. Si chacun est susceptible d’être concerné par le risque nucléaire, par le changement climatique ou par le terrorisme islamiste, par exemple, alors, chacun doit accepter de concevoir son expérience à cette lumière.

5Du coup, deux points doivent être soulignés dans la réflexion d’Ulrich Beck. Le premier, qui s’est imposé relativement tôt dans son œuvre, tient au fait que pour comprendre sociologiquement le monde contemporain, il faut donc envisager, dans un même mouvement, les logiques les plus globales qui façonnent notre existence, et la capacité la plus individuelle que chacun de nous a d’y faire face. Dans un vocabulaire qui n’est pas tout à fait le sien, mais dont je sais qu’il en acceptait les catégories, nous devons tout à la fois penser global, et prendre en considération la subjectivité singulière des individus. Cette double exigence fait le charme, les tensions et la profondeur des deux livres sur l’amour qu’il a écrits avec son épouse, Elisabeth – deux ouvrages qui attendent encore d’être traduits en français (Beck et Beck-Gernsheim, 1995, 2011).

  • 3 Voir le dossier de la revue Current Sociology, janvier 2015, vol. 63, no 1 : « Emancipatory catast (...)

6Un second point, bien perçu par ceux qui, jusqu’à ce 1er janvier fatal, étaient en réel contact avec lui, et qui continueront à faire vivre sa pensée, sur tous les continents, tient aujourd’hui au nouveau chantier, conceptuel et pratique qu’il avait ouvert ces dernières années. Travailleur inlassable et inventif, toujours en mouvement, Ulrich Beck se proposait de penser la période actuelle comme celle d’une mutation en profondeur, pour laquelle il souhaitait développer une théorie de la métamorphose3. Une de ses idées, ici, était d’envisager non pas les conséquences négatives du progrès, ses dégâts, mais, à l’inverse, les implications imprévues, mais positives, émancipatrices, des catastrophes (voir Beck, 2015).

7Ulrich Beck ne se contentait pas de développer des thèmes globaux ou cosmopolites, il les incarnait dans sa vie intellectuelle. Celle-ci se jouait depuis toujours à l’échelle de la planète tout en étant d’abord implantée dans un triangle qui constituait son véritable ancrage. Elle était en tout premier lieu solidement installée à Munich, où il a fait ses études supérieures – il fut aussi étudiant aux États-Unis, et cette expérience l’a marqué. Critique féroce d’Angela Merkel et ami proche de Jürgen Habermas, il jouait un rôle considérable dans les débats politiques allemands. Sa vie intellectuelle était aussi enracinée à Londres, à la London School of Economics, depuis longtemps et, plus récemment, à Paris, à la Fondation de la Maison des sciences de l’homme (FMSH), où il m’a apporté une grande joie en acceptant dès le début d’intégrer comme titulaire d’une chaire le Collège d’études mondiales (CEM) que j’ai créé en 2011 et que je codirige avec Olivier Bouin.

8Il l’a souvent dit, il était heureux de cette responsabilité et de sa participation à une aventure collective unique en Europe. Il était encore à Paris en décembre 2014, à la maison Suger, lieu d’accueil de la FMSH pour des chercheurs étrangers de haut niveau. Il y a animé un groupe de travail international lié à sa chaire et réfléchissant au concept de métamorphose – plusieurs hôtes de la maison Suger, qui y séjournaient en même temps que lui, m’ont écrit pour me dire qu’ils avaient fait sa connaissance à cette occasion, et qu’ils étaient bouleversés. Il avait dans ce même contexte, comme chaque année, participé à une séance exceptionnelle dans mon propre séminaire, présentant précisément son concept de « métamorphose ». Il y a quelques mois, il m’avait donné pour la revue Socio l’entretien qui va suivre. Entre-temps il s’était rendu, au titre du CEM, et en relation avec un autre de ses titulaires de chaire, Ernesto Ottone, au Chili et en Argentine.

9Ulrich Beck était une personnalité « originale et pertinente », m’écrit Manuel Castells, comme lui membre du CEM, et lui aussi profondément ému par sa disparition. Il était un pilier d’un réseau international dont j’ai fait en sorte que la FMSH soit le noyau français, et où se retrouvent des chercheurs en sciences humaines et sociales qui partagent bien des centres d’intérêt et des modes d’approche, en même temps que le souci d’animer ensemble une vie intellectuelle collective. Sa mort suscite une émotion toute particulière parmi nous, et ses amis du CEM, de Socio et de la FMSH lui rendront prochainement un hommage international.

10Entre le monde et la personne singulière, Ulrich Beck était aussi un Européen convaincu, particulièrement actif, jamais paresseux pour prendre position ou pour lancer une pétition en faveur de la construction européenne.

11Sociologue, intellectuel, dans ce que ce mot peut signifier de meilleur, Ulrich Beck savait articuler l’exigence et la rigueur du débat d’idées et des sentiments comme l’amour ou l’amitié. L’amour, puisque tout au long de leur vie commune, il n’a cessé d’échanger idées et analyses, et d’écrire conjointement avec Elisabeth – je peux témoigner de l’intensité et de la qualité de leur relation que je qualifierais volontiers de totale, et que cimentait aussi une réflexion partagée sur l’antisémitisme. Et l’amitié : Ulrich Beck, j’ai eu la chance d’en bénéficier, et d’autres tout aussi bien, appréciait les longs tête-à-tête, les heures, les journées entières passées à discuter sérieusement, et en amitié, d’un thème, d’un problème, d’un mode de conceptualiser les choses.

12Sa mort a été un choc, tant il était vivant, dynamique, enthousiaste, plein de projets, dont certains en France, dans le cadre du CEM, ou en partenariat avec lui – nous établissions ensemble quelques plans trois semaines à peine avant sa mort. Il nous manque cruellement.

Haut de page

Notes

1 Une première version de cet hommage a été publiée dans le quotidien Libération, le 5 janvier 2015.

2 Avec notamment son livre World Risk Society (Beck, 1999).

3 Voir le dossier de la revue Current Sociology, janvier 2015, vol. 63, no 1 : « Emancipatory catastrophism, cimate change and risk society », organisé par Sang-Jin Han.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © CC-BY-SA / DASonnenfeld
URL http://socio.revues.org/docannexe/image/1066/img-1.png
Fichier image/png, 823k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Ulrich Beck (1944-2015) », Socio, 4 | 2015, 175-178.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Ulrich Beck (1944-2015) », Socio [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 19 mai 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://socio.revues.org/1066 ; DOI : 10.4000/socio.1066

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2009 l’administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010). Il mène ses recherches dans le cadre du CADIS qu’il a dirigé de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013 ; Evil, Londres, Polity Press, 2012 ; Pour la prochaine gauche, Paris, Robert Laffont, 2011 ; Retour au sens, Paris, Robert Laffont, 2015.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org